Bombardier en piqué Aichi D1A 'Susie'

Bombardier en piqué Aichi D1A 'Susie'


We are searching data for your request:

Forums and discussions:
Manuals and reference books:
Data from registers:
Wait the end of the search in all databases.
Upon completion, a link will appear to access the found materials.

Bombardier en piqué Aichi D1A 'Susie'

Le Aichi D1A Diver Bomber 'Susie' était un bombardier en piqué porteur basé sur le Heinkel He 66 qui a servi dans la marine japonaise dans les années 1930.

La marine japonaise s'est très tôt intéressée aux bombardiers en piqué et a publié les spécifications 6-Shi et 7-Shi, qui ont toutes deux abouti à des avions Nakajima expérimentaux. Malheureusement, aucun de ces modèles n'était adapté au service et en 1933, une nouvelle spécification 8-Shi pour un bombardier en piqué porte-avions biplace fut publiée. Cela a spécifié des performances supérieures à celles de l'avion précédent, combinées à une structure solide et à une bonne maniabilité. Nakajima, Aichi et la propre équipe interne de la Marine à Dai-Ichi Kaigun Koku Gijitusho ont chacun été invités à produire un design.

Nakajima a produit le D2N, également un biplan, mais celui-ci s'est mal comporté dans le concours. Le design Dai-Ichi Kaigan Koku a été produit en tant que bombardier spécial expérimental Kusho 8-Shi (D2Y1), mais s'est également avéré avoir des problèmes.

Aichi avait déjà un partenariat en place avec Heinkel et leur a demandé en 1931 de développer un bombardier en piqué. Celui-ci devait pouvoir transporter une charge de bombe de 550 livres et fonctionner avec des roues ou des flotteurs. Heinkel a produit le He 50, un biplan à deux baies avec un tube d'acier soudé mixte et une structure en bois et un revêtement en tissu. Le premier prototype avait un moteur Junkers L 5 de 390 ch, mais celui-ci n'était pas assez puissant et le second utilisait un moteur radial Siemens Jupiter VI (SAM-22B) de 490 ch. Ces avions ont été produits en 1931. Un seul prototype a ensuite été exporté au Japon, sous la désignation Heinkel He 66. La conception de base a également été acceptée pour le service allemand sous le nom de He 50, et un lot de He 66 a même été produit pour la Chine nationaliste ( bien que jamais livré).

Aichi a modifié le design pour le rendre plus adapté aux besoins japonais. Cela impliquait le remplacement du moteur Siemens par un moteur radial à neuf cylindres refroidi par air Nakajima Kotobuki 2 Kai 1 de 560 ch et la production d'un train d'atterrissage plus solide capable de faire face aux atterrissages de porte-avions.

Le premier prototype du bombardier spécial Aichi (désignation Aichi AB-9) a été soumis à la Marine et a subi des tests contre le Nakajima D2N et le Kusho D2Y1. Il a surpassé les deux conceptions et, à la fin de 1934, le type a été commandé en production sous le nom de Navy Type 94 Carrier Bomber ou Aichi D1A1.

Le D1A1 était un biplan à deux travées composé d'un mélange de tubes d'acier soudés et d'une structure en bois avec un revêtement en tissu. Le moteur Nakajima a reçu un anneau Townend. Les ailes ont été balayées de 5 degrés et une roulette de queue fixe a été installée. Il était armé de deux mitrailleuses fixes de type 92 de 7,7 mm à tir vers l'avant et d'un canon de type 92 de 7,7 mm monté de manière flexible. Il pouvait transporter deux bombes de 66 livres sous les ailes et une de 551 livres sur un support basculant sous le fuselage. Au total, 162 appareils ont été construits, 118 avec le Nakajima 2 Kai 1 de 580 chevaux et 44 avec le Kotobuki 3.

Le D1A2 a été conçu en 1935. Il était équipé d'un moteur radial à neuf cylindres refroidi par air Nakajima Hikari 1 de 730 ch dans un capot NACA, d'un pare-brise amélioré et de carénages de roues profilés. Le prototype a été achevé à l'automne 1936 et il est entré en production sous le nom de Navy Carrier Bomber (D1A2). Le D1A2 a été produit en plus grand nombre que le D1A1, avec un total de 428 exemplaires construits entre 1936 et 1940. La puissance moteur supplémentaire a augmenté la vitesse de pointe de l'avion de 18 mph et a réduit de plus d'une minute et demie le temps de montée à 9 845 pieds.

Le D1A1 et le D1A2 ont tous deux été mis en service au début de la deuxième guerre sino-japonaise. Au cours de sa carrière, le D1A a été utilisé sur les transporteurs Akagi, Kaga et Ryûjo et avec les 12e, 13e, 14e et 15e Kokutais d'avions basés à terre.

Le D1A1 avait été en grande partie éliminé en 1941, bien que quelques-uns soient restés dans les unités de formation.

Le D1A2 a eu une carrière légèrement plus longue En 1937, il est devenu tristement célèbre dans le monde entier après que le type a été utilisé pour couler la canonnière américaine Panay dans le fleuve Yangtze le 12 décembre 1937. 68 étaient encore en service avec des unités de deuxième ligne en décembre 1941, et il reçut le nom de code des Alliés Susie. À ce stade, l'avion était obsolète et il a rapidement disparu même de ces unités. Le Heinkel He 50 original a eu une carrière active plus longue et a été utilisé avec des unités de harcèlement de nuit en 1943-44.

D1A1
Moteur : Nakajima 2 Kai 1
Puissance : 560cv
Équipage : 2
Portée : 37 pi 3 5/8 po
Longueur : 30 pi 10 1/16 po
Hauteur : 11 pi 2 13/16 po
Poids à vide : 3 086 lb
Poids chargé : 5 291 lb
Vitesse maximale : 174 mph à 6 725 pieds
Taux de montée: 9min 30sec à 9, 845ft
Plafond de service : 7 000 m
Portée : 656 milles
Armement : Deux mitrailleuses fixes de type 92 de 7,7 mm à tir vers l'avant et une mitrailleuse de type 92 de 7,7 mm montée de manière flexible
Charge de bombe : Deux bombes de 66 lb sous les ailes, une bombe de 551 lb sous le fuselage

D1A2
Moteur : moteur radial à neuf cylindres Nakajima Hikari 1 refroidi par air
Puissance : 730cv
Équipage : 2
Envergure : 37 pieds 4 13/16
Longueur : 30 pi 6 1/8 po
Hauteur : 11 pi 2 1/4 po
Poids à vide : 3 342 lb
Poids chargé : 5 512 lb
Vitesse maximale : 192 mph à 10 500 pieds
Taux de montée: 7min 51sec à 9 845ft
Plafond de service : 22 900 pi
Armement : Deux mitrailleuses fixes de type 92 de 7,7 mm à tir vers l'avant et une mitrailleuse de type 92 de 7,7 mm montée de manière flexible
Charge de bombe : Deux bombes de 66 lb sous les ailes, une bombe de 551 lb sous le fuselage


Bombardier en piqué Aichi D1A 'Susie' - Histoire

Votre navigateur ne prend pas en charge les cadres.

GROUPE DE RESSOURCES WARBIRDS > IJARC > BOMBERS > PAGE PRÉCÉDENTE
Aichi D1A "Susie"
file:///C:/Warbirds%20Resource%20Group/warbirdsresourcegroup.org/IJARG/images/aichid1a-2.jpg

Taper: Bombardier en piqué basé sur un porte-avions
Origine: Aichi
Équipage: Deux
Nom de code allié : Susie
Des modèles: D1A1 & D1A2
Premier vol: N / A
Service de livraison: N / A
Livraison finale: N / A
Production: D1A1 : 206, D1A2 : 428
Centrale électrique:
D1A1 (Initiale 162) :
Modèle: Nakajima Kotobuki 2 Kai 1
Taper: Radial
Nombre: Une Puissance : 560 ch

D1A1 (44 derniers) :
Modèle: Nakajima Kotobuki 3
Taper: Radial
Nombre: Une Puissance : 580 ch

D1A2 :
Modèle: Nakajima Hikari 1
Taper: Radial
Nombre: Une Puissance : 730 ch

Dimensions:
Envergure : 37 pi 4 & 189 po (11,40 m)
Longueur: 30 pi 6 po (9,30 m)
Hauteur: 11 pi 2 & 188 po (3,41 m)
Superficie de l'aile : 373,52 pi² (34,70 m²)

Poids :
Vide: 3 342 lb (1516 kg)
Chargé: 5 754 lb (2 610 kg)
Performance:
Max. La vitesse: 193 mph (310 km/h) à 10 500 pi.
Vitesse de croisière: 137 mph (220 km/h) à 3 280 pi.
Plafond de service : 22 965 pi (7000 m)
Monter à 9 845 pieds : 7 minutes 50 secondes.
Varier: 578 milles (930 km)
Armement:
Deux mitrailleuses de type 92 de 7,7 mm fixées à l'avant.
Une mitrailleuse type 92 de 7,7 mm sur support flexible en position arrière.


Avions dans le ciel + histoire FAF

L'Aichi D1A ou Navy Type 94/96 Carrier Bomber (nom de rapport allié "Susie") était un bombardier en piqué basé sur un porte-avions japonais des années 1930. Biplan monomoteur biplace basé sur le Heinkel He 50, le D1A a été produit par Aichi pour la marine impériale japonaise, restant en service comme entraîneur au moment de l'attaque de Pearl Harbor.


Le D1A a été produit en deux variantes, le D1A1 (Navy Type 94 Carrier Bomber) et le D1A2 (Navy Type 96 Carrier Bomber, parfois appelé D2A.)

Le D1A est né du besoin de la marine impériale japonaise d'un bombardier en piqué avancé basé sur un porte-avions, et à la fin de 1934, l'IJN a ordonné la finalisation de la conception Aichi AB-9 qui a été produite comme le premier modèle D1A1. Cependant, le D1A1 n'a pas été conçu par la compagnie aéronautique Aichi Tokei Denki Kabushiki Kaisha, mais par Ernst Heinkel Flugzeugwerke à la demande de la compagnie Aichi. La version initiale conçue par Heinkel était le He 50, un modèle similaire équipé de flotteurs au lieu de train d'atterrissage. Le modèle suivant, le He 66 a été fourni à Aichi qui a immédiatement commencé sa production sous le nom de D1A1.

La conception du D1A, basée sur le Heinkel He 66, un modèle d'exportation du He 50, a été conçue comme un biplan construit en métal, avec un revêtement en tissu, un train d'atterrissage fixe et un patin d'atterrissage arrière de type conventionnel. Les modèles originaux avaient des moteurs de 365 kW (490 ch) et ce n'est que dans les modèles ultérieurs que des moteurs plus puissants de 433 kW (580 ch) ont été inclus dans la construction.
-------------------------------------
Aichi D1A (liittoutuneiden raportointinimi Susie) oli Aichi Kōkūkin valmistama kaksitasoinen kaksipaikkainen syöksypommittaja, jota käytti keisarillisen Japanin laivaston ilmavoimat toisessa maailmansodassa vuoteen 1942 asti. Sen aseistuksena oli kolme 7,7 mm kevyttä konekivääriä, joista yksi taka-ampumossa. Koneen pommikuorma oli enimmillään 310 kg koneen ulkopuolisissa ripustimissa.

Konetyyppi oli Tyynenmeren sodassa vain koulutuskäytössä, mutta Kiinan-Japanin sodassa kuitenkin laajalti hyökkäystehtävissä. A1-tyypin tuotanto määrättiin vuonna 1934. Siinä oli 580 hevosvoiman (433 kW) tehoinen Nakajima Kotobuki -tähtimoottori. Parannettua A2-mallia valmistettiin enemmän, sekä se oli varustettu tehokkaammalla Hikari -moottorilla.

Tämän tyypin niin kutsuttu esi-isä oli saksalaisten Heinkel He 66, alkujaan Heinkel He 50.

Caractéristiques générales

Equipage : 2 : pilote et mitrailleur
Longueur : 9,3 m
Envergure : 11,4 m
Hauteur : 3,41 m
Surface de l'aile : 34,7 m²
Poids à vide : 1 516 kg
Poids en charge : 2500 kg
Max. masse au décollage : 2 610 kg
Groupe motopropulseur : 1 × Nakajima Hikari 1 moteur radial neuf cylindres, 730 ch (545 kW)
Vitesse maximale : 309 km/h
Portée : 927 km
Plafond de service : 6 980 m
Taux de montée : 6,37 m/s
Charge alaire : 72,0 kg/m²
Puissance/masse : 0,22 kW/kg
Armement
Pistolets : 2 & 215 fixes 7.7 mm Type 92 mg, + 1&# 215 flexible 7.7 mm Type 92 mg

Bombes : 1 bombe de 250 kg sous fuselage + 2 bombes de 250 kg sous ailes



Historique des opérations
Le D1A a été principalement utilisé pendant la Seconde Guerre sino-japonaise et jusqu'au moment où le Japon est entré dans la Seconde Guerre mondiale en 1941. Au début de la guerre du Pacifique, tous les D1A1 restants ont été mis hors service et la plupart des D1A2 ont été retirés du front. lignes et servi principalement dans les unités de formation. L'exception était 68 du modèle D1A2 qui a fonctionné comme support de deuxième ligne jusqu'à sa retraite en 1942.

Les opérateurs
Service aérien de la marine impériale japonaise

Marine impériale du Mandchoukouo

Variantes
D1A1 Type 94
Propulsé par 433 kW (580 ch) Nakajima Kotobuki 2 Kai 1 ou Kotobuki 3 moteurs radiaux 162 construits.
D1A2 Type 96 (Parfois appelé D2A)
Version améliorée équipée de roues éclaboussées et d'un moteur Nakajima Hikari 1 plus puissant 428 construit.
AB-11
Aménagement proposé avec train d'atterrissage escamotable. Non construit.


Bombardier en piqué Aichi D1A 'Susie' - Histoire

L'Aichi D1A ou Navy Type 94/96 Carrier Bomber (nom de code allié "Susie") était un bombardier en piqué basé sur un porte-avions japonais construit en 1934/5). Biplan monomoteur biplace basé sur le Heinkel He 50, il a été produit par Aichi pour la marine impériale japonaise, restant en service comme entraîneur au moment de l'attaque de Pearl Harbor. Le D1A a été produit en deux variantes, le D1A1 (Navy Type 94 Carrier Bomber) et le D1A2 (Navy Type 96 Carrier Bomber, parfois appelé D2A.). Le D1A a été principalement utilisé pendant la Seconde Guerre sino-japonaise et jusqu'au moment où le Japon est entré dans la Seconde Guerre mondiale en 1941. Au début de la guerre du Pacifique, tous les D1A1 restants ont été mis hors service et la plupart des D1A2 ont été retirés du front. lignes et servi principalement dans les unités de formation. L'exception était 68 du modèle D1A2 qui a fonctionné comme support de deuxième ligne jusqu'à sa retraite en 1942.

Aichi D1A2 Type 96

Des informations supplémentaires sur cet avion peuvent être trouvées sur Wikipedia ICI .

Pour un très beau dessin en couleur à l'échelle de cet avion, voir ici .

Des schémas de couleurs supplémentaires pour cet avion peuvent être trouvés ici.

Si vous ne voyez pas la table des matières à gauche de votre écran, CLIQUEZ ICI pour voir le reste de ce site Web !


Contenu

Le D1A est né du besoin de la marine impériale japonaise d'un bombardier en piqué avancé basé sur un porte-avions, et à la fin de 1934, l'IJN a ordonné la finalisation de la conception Aichi AB-9 qui a été produite comme le premier modèle D1A1. [ 2 ] Cependant, le D1A1 n'a pas été conçu par la compagnie aéronautique Aichi Tokei Denki Kabushiki Kaisha, mais par Ernst Heinkel Flugzeugwerke à la demande de la compagnie Aichi. [ 4 ] La version initiale conçue par Heinkel était le He 50, un modèle similaire équipé de flotteurs au lieu de train d'atterrissage. [ 4 ] Le modèle suivant, le He 66 a été fourni à Aichi qui a immédiatement commencé sa production sous le nom de D1A1. [ 4 ]

La conception du D1A, basée sur le Heinkel He 66, un modèle d'exportation du He 50, a été conçue comme un biplan construit en métal, avec un revêtement en tissu, un train d'atterrissage fixe et un patin d'atterrissage arrière de type conventionnel. [ 4 ] Les modèles originaux avaient des moteurs de 365 kW (490 hp) et ce n'est que sur les modèles ultérieurs que des moteurs plus puissants de 433 kW (580 hp) ont été inclus dans la construction. [ 4 ]


Mục lục

Aichi D1A c đưa ra nhằm đáp ng nhu cầu của Hải quân Đế quốc Nhật Bản về một kiểu máy bay ném bom bổ nhào tiên tiến hoạt động trên cácâ tàn n hoạt đng trên cácâ tàun u kế chiếc Aichi AB-9 vốn được sản xuất như là kiểu nguyên mẫu của chiếc D1A1. [2] Tuy nhiên, thực ra D1A1 không phải là thiết kế của công ty Aichi Tokei Denki Kabushiki Kaisha, nhưng được vẻ kiểu bởi Ernst Heinkel Flugzeugwerke từ yêu cầu của Aichi [3] Phiên bản u tiên c thiết kế bởi Heinkel là kiểu He 50, một kiểu có thiết kế tương tự nhưng được trang bị phao nổi thay cho càng đáp. [3] Kiểu kế tiếp He 66 được cung cấp cho Aichi và ngay lập tức c đưa vào sản xuất dưới tên gọi D1A1. [3]

Thiết kế của chiếc D1A được dựa trên kiểu máy bay He 66 và được thiết kế như là một máy bay cánh kép có cấu trúc bằng kim loại và bề mặt được phủ vộáng có cấu trúc bằng kim loại và bề mặt được phủ vảángạ c than à c phủ vảángượ uôi kiểu thông thường. [3] Những kiểu ban u trang bị động cơ công suất 365 kW, các kiểu sau đó được trang bị loại động cơ mạnh hơn công suất 433 kW. [3]

Kiểu D1A c sử dụng ban đầu trong cuộc Chiến tranh Trung Nhật và kép dài cho đến khi Nhật Bản tham gia Thế Chiến II vào năm 1941, nhưng chỉ còn một ít thđượcng s. Tất cả những chiếc D1A1 còn lại đều đã ngừng sử dụng, và đa số những chiếc phiên bản D1A2 đều c rút khỏi các nhiệm vụ lnu tuyụn váđần nủ Chỉ còn trường hợp ngoại lệ của 68 chiếc phiên bản D1A2 hot động hỗ trợ ở tuyến hai cho in khi được cho nghỉ hưu vào năm 1942. [2]


Le D3A1 est le premier bombardier en piqué du Japon, un avion très maniable qui est capable de surpasser de nombreux ennemis et d'éviter les rafales de feu. Avoir un petit rayon de virage donne au D3A1 une chance de se défendre en se mettant à la queue de l'ennemi, mais si l'ennemi est assez intelligent et n'essaie pas de tourner avec le D3A1, il peut s'enfuir du D3A1 après qu'il ait perdu un peu de vitesse en se retournant pour se mettre sur la queue. Mais le D3A1 peut encore obtenir quelques coups.

Le D3A1 est capable de transporter une charge de bombes modeste, similaire aux premières versions du Ju 87. Mais il est également similaire en termes de puissance de feu avec 2 mitrailleuses marines de 7,7 mm Type 97 qui peuvent être utilisées pour se défendre contre les ennemis, mais mitrailler également les cibles légères comme les postes d'obusier/AA et les véhicules blindés légers comme les camions et la SPAA. Le D3A1 dispose également d'une mitrailleuse défensive Type 92 montée à l'arrière, le mitrailleur a une zone de couverture impressionnante qui élimine la plupart des zones mortes que d'autres bombardiers en piqué et certains bombardiers ont.

L'utilisation principale du D3A1 est le bombardement en piqué, c'est là que réside sa force, éliminant les cibles au sol dans les batailles terrestres ou les cibles IA dans les batailles aériennes, pouvant plonger près du sol en utilisant les aérofreins pour un largage précis des bombes. Après avoir largué des bombes, le D3A1 peut être utilisé comme chasseur, mais gardez à l'esprit qu'il a un pilote et un mitrailleur relativement non protégés, ce qui permet aux chasseurs ennemis et aux véhicules au sol avec des mitrailleuses montées AA de les assommer. L'avion ne réagit pas non plus bien lorsqu'il est touché, mais il peut quand même fonctionner relativement bien même lorsqu'il est endommagé et peut toujours se battre. Les avions et véhicules équipés de 12,7 mm et plus feront un travail rapide du D3A1 soit en obtenant les pilotes ou des pièces vitales de l'avion mais aussi pour y mettre le feu. 7,92 mm et moins peuvent également constituer une menace s'il y en a plus d'un principalement.

Ennemis à connaître :

Ces types d'ennemis peuvent facilement grimper et dépasser le D3A1, à l'exception du I-153 qui peut facilement surpasser le D3A1. Mais le reste possède une puissance de feu et une vitesse supérieures à celles du D3A1 pouvant faire un Boom-n-Zoom sur l'avion et s'enfuir rapidement, ne donnant au D3A1 aucune chance de se défendre avec ses mitrailleuses offensives.

Astuce pour décoller dans les combats en simulateur

Décollage de porte-avions sans intervention (contrôle automatique du moteur, pas d'armes secondaires) :

  • Démarrer le moteur
  • Volets : relevés
  • Garniture d'ascenseur : 8 % de plus
  • Trim des ailerons : 0%
  • Trim de gouvernail : 21% à droite
  • Accélérateur WEP
  • relâchez les commandes jusqu'à ce que votre avion décolle du porte-avions.

Contrôle manuel du moteur

Éléments MEC
Mixer Terrain Radiateur Compresseur Turbocompresseur
Huile L'eau Taper
Non contrôlable Contrôlable
Non contrôlé automatiquement
Non contrôlable
Non contrôlé automatiquement
Contrôlable
Non contrôlé automatiquement
Combiné Non contrôlable
1 vitesse
Non contrôlable

Avantages et inconvénients

  • 3A pour bombardier en piqué basé sur un porte-avions :
    • 250 kg + 2 x 60 kg
    • Airspawn de bombardier
    • Frein pneumatiques
    • Armement monté sur le nez
    • Excellente maniabilité
    • 3A pour bombardier en piqué basé sur un porte-avions :
      • A un berceau de bombe, un retard important dans le largage de la bombe du fuselage
      • Pas bon pour les bases de bombardement
      • Mauvais armement offensif : 7,7 mm Type 97 MG
      • Mauvais armement défensif : 7,7 mm Type 92 MG
      • Fragile, peu blindé et aucun réservoir de carburant auto-obturant
      • Mitrailleur de queue exposé
      • La charge utile est plutôt faible

      Histoire

      Le D3A a été conçu pour remplacer l'ancien biplan D1A et il l'a fait avec succès. Les prototypes avaient le moteur D1A Hikari 1 d'origine, mais à cause de cela, le prototype était sous-alimenté et un autre défaut était les freins de plongée qui fonctionnaient mal. Α]

      Un Aichi D3A2 en réparation

      Le D3A a finalement été mis en service en 1940 lorsque la marine japonaise a désigné le Navy Type 99 Carrier Bomber Model 11. Le D3A a servi avec la marine japonaise tout au long de la guerre, qu'il soit utilisé dans un rôle kamikaze (cela a souvent été mis en pratique dans 1945) ou utilisé comme bombardier. La première utilisation du D3A au combat a eu lieu dans le ciel de la Chine. Il a été rapidement mis en service et a été utilisé dans l'attaque de Pearl Harbor et de nombreuses autres batailles. Plus de vingt navires différents, dont des destroyers, des croiseurs et des porte-avions, ont été détruits par les bombardiers D3A. Ces navires venaient d'Australie, de Grande-Bretagne et des États-Unis. Le D3A était responsable du naufrage de plus de navires que tout autre avion de l'axe. L'Aichi D3A a cessé sa production en 1944, mais était toujours utilisé par les aviateurs japonais. Le D3A et ses variantes se sont avérés être un bombardier efficace bien que le Yokosuka D4Y Suisei l'ait quelque peu remplacé.


      Aviation du Japon 日本の航空史

      L'impressionnante boîte d'art sur le kit Dragon est de Masao Satake, bien connu pour sa couverture monochrome de Famous Aircraft of the World (FAOW). Le kit propose pas moins de huit options de marquage Pearl Harbor, mais les représente toutes en gris - très gris - et non en gris ambré ou moutarde distinctif de l'avion d'origine si bien représenté par Eric Bergerud sur sa construction Hasegawa D3A1 à l'échelle 1/48e ici. Le rouge du Hinomaru apparaît un peu clair sur la feuille de décalcomanies du kit qui est protégée par son propre sac refermable - une belle touche. Le récent numéro de Midway 1942 contient des options pour quatre avions vert foncé et bien que je ne l'aie pas vu, je comprends de Mike Quan qu'il n'a subi aucune révision et qu'il contient des pièces identiques au kit décrit ici.

      Sans entrer dans le mode compteur de rivets avec un micromètre et une comparaison minutieuse de ligne de panneau à ligne de panneau, il y a des problèmes évidents - mais il y a aussi des détails impressionnants qui n'ont pas été tentés dans les kits précédents. J'ai cherché des critiques de build principalement en vain, mais j'ai trouvé un excellent article japonais ici, à partir de laquelle l'image ci-dessous est empruntée et qui contient d'autres images, y compris l'intérieur du cockpit. Je note que le constructeur a peint les marquages ​​sur son modèle à l'aide de pochoirs plutôt que des décalcomanies du kit.

      Le moteur du kit Dragon est séparé et moulé en deux parties, tout à fait raisonnablement, alors qu'il n'est qu'un demi-moulage dans le kit Fujimi. Il y a des échappements séparés mais leur emplacement n'est pas très clairement indiqué dans la notice. La prise d'air sous le capot moulée d'un seul tenant avec l'aile inférieure a la configuration fendue correcte, mais le côté intérieur de chaque coffre n'a pas de paroi et est laissé ouvert. Le détail de la béquille centrale de la bombe est impressionnant mais les deux parties sont numérotées C20 et C26 dans les instructions mais C23 et C30 sur le cadre de la grappe - un thème récurrent. La grosse bombe centrale est en trois parties, la bombe elle-même, une paire d'ailettes séparées et une pièce représentant les jambes de force. Les supports d'aile et les bombes sont également inclus avec une paire d'ailerons moulés intégralement et une paire moulée séparément pour chaque bombe. Les volets de plongée ont des supports séparés qui semblent s'avérer difficiles à installer. Les ailes peuvent être affichées pliées et les volets déployés, ce qui accentue l'étendue des ailes de l'avion d'origine. Cependant, toutes les surfaces de contrôle ont des arêtes plutôt grossièrement moulées et surdimensionnées censées représenter des nervures qui devront au moins être poncées.

      Les kits Airfix et Dragon ont des roues et des guêtres séparées, ces dernières incorporant des "plats" pour suggérer le poids. Fujimi a moulé intégralement la roue avec chaque moitié de naissain. Les pieds du train d'atterrissage Dragon et Fujimi intègrent un râteau tandis que le kit Airfix les représente alignés verticalement. En comparant les pièces du kit aux plans à l'échelle 1/72e de la FAOW 130 (2009), les guêtres Fujimi semblent être raisonnablement précises, les guêtres Dragon sont sous l'échelle avec un râteau légèrement exagéré et les guêtres Airfix sont réglées au mauvais angle et trop allongées à leur arrière.

      En comparant les principaux profils de fuselage aux plans FAOW 130, les pièces Dragon et Fujimi semblent de forme raisonnable sinon parfaite, donc le kit Dragon le fait. ne pas semblent être sous l'échelle en soi. Cependant, le fuselage du Dragon est d'environ 2 mm trop court dans la zone allant des volets de carénage au pare-brise. Les ailes des deux kits semblent généralement correctes en envergure et en forme, mais le pli des ailes des deux semble être à 5 mm à l'intérieur de l'endroit où il devrait être. Cette position intérieure correspond aux plans antérieurs de FAOW 33 (1992). L'anomalie est assez difficile à comprendre car les deux livres contiennent des plans de construction du manuel d'origine. Est-ce que ça importe? Probablement pas (Hérésie ! Brûlez la sorcière !).


      Le manque apparent de popularité de modélisation de l'Aichi D3A par rapport au B5N 'Kate' a été mentionné dans le blog précédent et est peut-être d'autant plus surprenant qu'il existe une très belle monographie en anglais sur le type par Peter C Smith dans la très bonne série Crowood Aviation (The Crowood Press, 1999), quelque chose que le B5N n'apprécie pas actuellement. Que ce soit ce manque de popularité ou la réputation du télégraphe dans la jungle des kits Dragon - ou les deux - qui a conduit à si peu de versions apparaissant en ligne est un mystère à méditer.

      Le kit Dragon en vaut-il la peine ? Eh bien, cela dépend vraiment de votre enthousiasme pour le type et si vous pouvez en obtenir un à un prix qui convient à votre portefeuille. Il ne fait aucun doute que le kit présente des défauts de forme et de dimensions, ce qui est décevant compte tenu du fait que le détail est généralement supérieur au kit Fujimi et donne l'impression que le kit Airfix a été sculpté dans du savon. Mis à part les erreurs d'instructions, le défaut le plus grave et le plus flagrant est l'ouverture du cockpit et la verrière. Rob Taureau ne semblent pas avoir de canopée vacform D3A1 de remplacement dans leur gamme, mais Faucon produire un ensemble qui comprend un auvent de remplacement destiné au kit Fujimi et qui pourrait peut-être être adapté pour s'adapter au kit Dragon. Les caractéristiques qui sont meilleures que dans les kits précédents sont les détails de surface et les petites pièces, le moteur et l'hélice, l'intérieur agréable mais incomplet irritant, l'ordonnance et les supports, les ailes repliables, les volets d'aile positionnables et les options de volet de capot. Les trois kits ne décrivent pas la forme précise de l'extension du bord d'attaque de l'aileron, mais cela n'est pas trop visible. Avec un peu de travail sur le kit Dragon, un modèle impressionnant peut encore résulter, comme le démontre le modéliste japonais lié ci-dessus.

      Alors comment Est-ce que le kit Airfix tant décrié s'empile-t-il en termes de fidélité globale de la forme ? Eh bien, à part les guêtres et les rivets copieux, il est un peu court en envergure avec les extrémités trop effilées et donc trop étroites en corde. Le gouvernail est également un peu trop étroit en corde. La jante du capot avant est légèrement anémique mais rien d'enthousiasmant. Le carénage à boucle RDF n'est pas du tout représenté. Le détail du cockpit est limité à deux sièges identiques et imprécis fixés à des goupilles. Les parties de la verrière, qui semblent avoir été nettoyées lors de la dernière réédition, sont plus précises dans le plan que la verrière Dragon. Les empennages sont à peu près sur place. Intéressant que l'art de la boîte du kit réédité semble reproduire fidèlement les guêtres du kit plutôt que la vraie chose. Ainsi, les constructeurs sans références D3A seront parfaitement imperturbables.

      Est-ce, dans la langue vernaculaire, un PoS ? Pas vraiment, compte tenu du contexte de son âge et de l'état de l'ingénierie des kits à cette époque. Mon évaluation d'il y a 5 ans, qu'il s'agit essentiellement "simple, sans prétention et honnête" n'a pas changé. Je l'ai construit plusieurs fois, sans trop me soucier de ses inexactitudes mineures et de ses détails des années 1960, et j'ai toujours apprécié l'expérience. L'améliorer de diverses manières sans attente trop élevée du résultat final est à la fois amusant et très satisfaisant. Certains des vols de barmier de ma fantaisie ont impliqué un exemple basé sur Graf Zeppelin dans les marquages ​​allemands et un exemple de Royal Navy Fleet Air Arm construit sous licence (l'Alliance navale anglo-japonaise n'a jamais pris fin) avec un moteur Bristol (l'équipage d'Airfix a été racheté). Et il a toujours l'air bien accroché au plafond dans une plongée simulée.


      Voir la vidéo: Imperial Japanese Army Air Service Film: Aichi D3A Dive Bomber