5 armes étonnantes du monde antique

5 armes étonnantes du monde antique


We are searching data for your request:

Forums and discussions:
Manuals and reference books:
Data from registers:
Wait the end of the search in all databases.
Upon completion, a link will appear to access the found materials.

Représentation du XIIe siècle de l'utilisation du feu grec

La plupart des armes qui ont été utilisées par les civilisations classiques ou anciennes nous seront familières. Par exemple, les armes principales des Romains comprenaient leurs versions de poignards, d'épées courtes, de lances et d'arcs.

Ces armes auraient été utilisées par la majeure partie des armées anciennes, mais il existait d'autres armes moins connues conçues pour donner un avantage inattendu sur le champ de bataille.

Ces armes mettent en valeur la créativité, l'ingéniosité et l'imagination parfois horrible des concepteurs d'anciennes machines de guerre.

Dan a son rattrapage régulier avec Simon Elliott sur tout ce qui concerne Roman. Pourquoi les légionnaires ont-ils eu tant de succès et comment ont-ils maintenu ce succès pendant plusieurs siècles ?

Écoute maintenant

Archimède était un maître de l'armement

Aucune liste d'armes anciennes inventives ne serait complète sans quelques exemples de l'incroyable esprit d'Archimède de Syracuse (vers 287 av.

Bien que célèbre pour ses activités académiques et une gamme d'inventions non militaires, Archimède a proposé quelques armes qui devaient être terrifiantes et qui semblaient d'un autre monde à quiconque les affrontait au combat.

Archimède dirigeant les défenses de Syracuse, 1895 par Thomas Ralph Spence.

Outre ces armes moins conventionnelles, Archimède est crédité d'avoir inventé d'impressionnants dispositifs à projectiles et de puissantes catapultes capables de lancer des pierres allant jusqu'à 700 livres (317 kilos).

1. Rayon de chaleur d'Archimède

Bien que l'existence de cette arme soit discutable, des écrits anciens décrivent comment une invention d'Archimède a été utilisée pour détruire des navires par le feu.

Beaucoup pensent que pendant le siège de Syracuse, au cours duquel Archimède est mort, de grands miroirs de métal poli ont été utilisés pour focaliser les rayons du soleil sur les navires ennemis, les mettant ainsi en feu.

Les recréations modernes de l'arme ont montré des résultats mitigés en ce qui concerne son efficacité.

GlobalXplorer est la plate-forme de science citoyenne que l'archéologue Sarah Parcak a construite avec le prix TED 2016, pour former une armée virtuelle du 21e siècle pour aider à rechercher des signes de pillage archéologique, d'empiètement urbain et de sites qui n'ont pas encore été fouillés.

Écoute maintenant

2. La griffe d'Archimède

Ce dispositif semblable à une grue utilisait un grand grappin suspendu à un long bras.

La griffe tombait du mur défensif d'une ville ou d'une fortification et tombait sur un navire ennemi, l'accrochait et le hissait avant de retomber le navire, le déséquilibrant et peut-être le chavirer ou le couler.

Une peinture de la griffe d'Archimède par Giulio Parigi.

3. Canon à vapeur

Selon Plutarque et Léonard de Vinci, Archimède a inventé un appareil à vapeur capable de tirer rapidement des projectiles. À l'aide de dessins de da Vinci, les étudiants du MIT ont réussi à construire un canon à vapeur fonctionnel.

Les obus ont quitté le canon à une vitesse de 670 mph (1 080 km/h) et ont mesuré une valeur d'énergie cinétique plus élevée qu'une balle tirée d'une mitrailleuse M2.

4. Arbalète à répétition (Chu-ko-nu)

Des preuves archéologiques de l'existence d'arbalètes à répétition en Chine ont été découvertes remontant aussi loin que le 4e siècle avant JC.

La conception pour le Chu-ko-nu a été amélioré par un célèbre conseiller militaire nommé Zhuge Liang (181 - 234 après JC), qui a même fait une version qui pouvait tirer jusqu'à trois boulons à la fois. D'autres versions "à tir rapide" pouvaient tirer 10 boulons en succession rapide.

Bien que moins précise que les arbalètes à un coup et avec moins de portée que les arcs longs, l'arbalète à répétition avait une cadence de tir incroyable pour une arme ancienne. Il a été utilisé jusqu'à la guerre sino-japonaise de 1894 - 1895.

L'arbalète à répétition à deux coups. Crédit : Yprpyqp / Commons.

5. Feu grégeois

Bien que techniquement une arme du début du Moyen Âge, le feu grégeois a été utilisé pour la première fois dans l'Empire romain byzantin ou oriental vers 672 après JC, prétendument inventé par l'ingénieur syrien Callinicus.

Arme incendiaire, ce «feu liquide» était propulsé sur les navires ennemis par des siphons, s'enflammant au contact. Extrêmement difficile à éteindre, il brûlait même sur l'eau.

Le feu grégeois était si efficace au combat qu'il a représenté un tournant dans la lutte de Byzance contre les envahisseurs musulmans. La recette du feu grégeois était si bien gardée qu'elle s'est perdue dans l'histoire. Nous ne pouvons que spéculer sur ses ingrédients exacts.

Utilisation d'un cheirosiphōn, un lance-flammes portable, utilisé du haut d'un pont volant contre un château. Enluminure de la Poliorcetica de Hero of Byzance.


5 armes étonnantes du monde antique - Histoire

Les armements et industries d'armes n'ont jamais cessé de nous étonner, notamment les armes anciennes. Si vous pensez que les peuples anciens ne comptaient que sur des armes très basiques et traditionnelles, eh bien, vous vous trompez dans vos faits. Bien sûr, leurs armes n'étaient pas aussi sophistiquées que nous l'avons aujourd'hui, mais quand même. leurs fonctions ont été soigneusement conçues et créées, résultant non seulement en des armes mortelles mais aussi très efficaces.

Le problème avec l'humanité est sa soif de pouvoir. Si vous apprenez l'histoire du monde, chaque dirigeant souhaiterait plus de pouvoir, plus d'expansion, plus d'argent et plus de force. Un tel désir avait conduit à la recherche et à la création de l'arsenal parfait. Les anciens empires ont été sculptés et résultent de l'ingéniosité politique, de la guerre sophistiquée et de la planification stratégique. Les armes ont été sélectionnées, voire créées, pour aider les empires à atteindre leurs objectifs. Les types d'armements pouvaient déterminer la foi d'une nation – si elle gagnerait la bataille ou serait vaincue sur le champ de bataille. Des guerres ont eu lieu, même depuis les temps anciens jusqu'à l'ère moderne d'aujourd'hui. Ce qui rend chaque bataille différente, ce sont les armes utilisées dans la bataille.

Il existe des armes anciennes populaires qui se sont bien conservées jusqu'à aujourd'hui, bien qu'il existe également des options pour les choix modernes. Si vous voulez en savoir plus sur le cours de l'histoire de la fabrication d'armes et leur rôle, lisez la suite.

10. Ciseaux romains

Ciseaux romains

Contrairement aux ciseaux modernes, celui-ci était plutôt inhabituel, surtout trouvé à l'époque de la Rome antique. Avec une longueur de 18 pouces et un poids d'environ 5 livres (et également en acier trempé), cette arme était considérée comme idéale pour les gladiateurs romains. Il tire son nom d'un type de classe de gladiateurs, les ciseaux. C'étaient des gladiateurs qui ne sont pas bien décrits dans l'histoire. C'est une arme en deux parties. Il a un long tube dans lequel le bras du gladiateur sera inséré. Au bout du tube, il y a un tuyau cylindrique (fin et long). Au bout du tuyau, vous pouvez voir une lame en forme de croissant. La lame en forme de croissant est l'élément unique de l'arme, ce qui la rend populaire.

Différents types de classes de gladiateurs se sont souvent battus les uns contre les autres. La classe Scissor était souvent destinée à combattre la classe Retiarius. Ce dernier avait la spécialité d'utiliser une arme en forme de filet. De ce fait, le ciseau était bien utile pour couper le filet puis abattre l'adversaire. L'élément en forme de tube (celui dans lequel le bras est inséré) pourrait être utilisé comme bouclier, ce qui signifie qu'il pourrait bloquer les attaques. En raison de la nature et de la forme de l'arme, elle était considérée comme dangereuse et également polyvalente pour bloquer les coups, les coups de couteau et les coups des adversaires.

9. Shuriken

Également connue sous le nom d'étoile ninja, cette arme est très populaire en tant qu'arme japonaise. L'arme est fabriquée à partir d'acier de qualité lourde avec un poids de 35 à 150 grammes. La longueur est comprise entre 2 cm et 21 cm, soit environ 5 pouces à 8,5 pouces.

Si vous êtes familier avec la culture japonaise populaire du ninja, alors vous devriez être familier avec cette arme car c'est souvent le style signature du ninja. Au lieu d'être utilisé pour l'attaque directe, le Shuriken est souvent utilisé pour l'autodéfense. Il peut être facilement dissimulé en raison de sa petite taille. Savez-vous qu'il existe en différentes variétés ? Le plus populaire est le Hira Shuriken. C'est une arme en étoile pointue avec différents styles et arêtes. Tous les outils tranchants peuvent être transformés en Shuriken, tels que des pièces de monnaie, des métaux ou autres. Le Shuriken était souvent lancé sur une cible ouverte, telle que des parties du corps exposées comme le visage, les mains, les yeux, etc. C'est l'arme également utilisée par les Samouraïs et elle était considérée comme faisant partie de leur armement. L'idée est de créer une attaque et de dissimuler l'épéiste – le rendant comme invisible.

8. Bagh Nakh

Également connue sous le nom de Tiger Claw, cette arme a un look très distinctif et un style unique. Les Indiens l'ont utilisé, fabriquant l'arme en métal. La griffe principale a une longueur de 6,6 pouces tandis que la pointe latérale a chacune 1,75 pouces. Le poids est d'environ 2 oz, il n'est donc pas lourd et peut être utilisé facilement. C'est l'une des armes anciennes trouvées en Inde. C'était en fait une réplique de la griffe du grand félin - un type d'arme créé par la nature. Comme vous pouvez le voir sur la conception, vous devriez pouvoir trouver 4 ou 5 lames incurvées utilisées pour trancher les muscles et la peau de l'adversaire. Vous pouvez trouver deux trous de chaque côté - chacun devait s'insérer dans le pouce et aussi dans l'auriculaire. Les lames elles-mêmes pouvaient être dissimulées dans la paume. Selon les utilisateurs et les fonctions, une pièce supplémentaire en forme de couteau pouvait être ajoutée de chaque côté et la fonction était de pousser ou de poignarder. Cette arme était souvent associée à Shivaji, un guerrier marathi. Il a tué l'un des généraux du régime moghol, Afzal Khan, avec ce Bagh Nakh.

7. Madou

Il s'agit d'un autre type d'armes anciennes originaires de l'Inde ancienne. Il était souvent appelé maru ou madu, fait d'acier et utilisé par les guerriers indiens. Avec une longueur de 24 pouces et un poids de 3 à 14 lb, l'arme pourrait infliger des blessures assez graves. La forme est assez particulière. Il a une barre transversale qui agit comme une poignée. De chaque côté, vous pouvez voir des cornes de blackbuck de chaque côté qui pointaient dans des directions opposées. Ce type d'arme avait différents types de variantes, dont l'une avait un ajout de bouclier qui pouvait être utilisé pour une action défensive.

L'arme d'origine était faite de corne de blackbuck, mais au fil du temps, elle était faite d'acier. Les historiens croyaient que cette arme à l'origine était utilisée comme arme défensive au lieu d'attaquer. Il est probable qu'il vienne du sud de l'Inde. Cette arme était surtout utile pour repousser les contre-attaques. Pour les parties pointues, elles pourraient être utilisées pour des attaques offensives, telles que les coups de poignard et les coups de couteau.

6. Hypaspiste

Hypaspiste

Contrairement aux autres armes précédentes dont nous avons parlé plus tôt, l'Hypaspist n'était pas en fait une arme mais un soldat d'élite. C'étaient des fantassins servant dans l'armée d'Alexandre le Grand. Dans les mots grecs anciens, Hypaspist signifie porteurs de boucliers. Ils étaient connus pour leur courage, leur agilité et leur force. C'est comme la force spéciale dans l'armée d'aujourd'hui. Parfois, un petit nombre de soldats Hypaspistes étaient nommés pour servir le Roi et devenaient sa Garde Royale. Quand les soldats ont vieilli, ils sont devenus des vétérans. Ils sont devenus Argyraspidsor les Boucliers d'Argent parce qu'ils tenaient des boucliers d'argent. Malgré leur âge et leur réputation de vétéran, ils ne doivent pas être pris pour acquis. Il s'agissait peut-être de guerriers âgés, mais ils étaient profondément craints en raison de leur expérience et de leurs compétences dans la bataille et le combat.

5. Zhua

C'est l'une des armes anciennes ressemblant à des griffes de la Chine ancienne. De par sa conception seule, cette arme est assez inhabituelle, voire étrange. Il est fait de fer avec le poids et la longueur déterminés par la taille. La forme est comme les pieds d'un animal ou la griffe. Il a un design et une figure en forme de griffe avec des lames tranchantes sur le bord (utilisées pour arracher le bouclier et les armes de l'ennemi) et une longue poignée pour une prise confortable. En raison de la lame, cette arme pourrait également être utilisée pour empaler la chair de l'humain et l'arracher. Lorsqu'il était utilisé de manière professionnelle, le Zhua était capable d'attaquer et de retirer le soldat de l'adversaire d'un cheval. L'arme était assez lourde. Grâce au poids (rappelez-vous qu'elle est en fer), l'arme pouvait également être utilisée pour matraquer ou tuer les adversaires. Cependant, la partie la plus dangereuse était les griffes – qui pouvaient infliger de lourds dommages et blessures à l'adversaire. Sans compter qu'ils seraient laissés exposés. Si vous y pensez, c'est une arme ancienne assez cool malgré la conception et la forme étranges

4. Hôtel

L'ancien Éthiopien utilisait cette arme pour une attaque efficace. Le design est assez unique et différent avec sa forme incurvée. L'épée est originaire d'Abyssinie - ou l'ancien nom de l'Éthiopie d'aujourd'hui. L'épée incurvée est une belle arme avec un design complexe et une forme unique. Il est assez lourd aussi donc il faut une maîtrise totale pour le contrôler. La lame seule mesure 40 pouces de longueur et son poids est inconnu. Cependant, l'épée nécessitait un bon équilibre entre la longueur et le poids pour fonctionner efficacement.

Cette épée a été conçue à l'origine pour offrir une attaque efficace aux soldats non montés et également montés (à cheval). La conception incurvée a été conçue pour donner des coups de couteau à des organes importants tels que les poumons ou les reins. Sans compter qu'il pourrait également être utilisé pour frapper le bouclier de l'adversaire. Étant donné que les Abyssins n'utilisaient aucune clôture dans le jeu d'épée, le Shotel n'était pas conçu pour trancher ou couper. La lame a cette forme à double tranchant et un design plat. La poignée elle-même est faite d'une simple pièce de bois. Cependant, si quelqu'un voulait créer un design artistique, il pouvait le faire sur la garde. L'épée incurvée est originaire des siècles médiévaux et a survécu à l'influence occidentale au 19ème siècle.

3. Khopesh

Un autre type d'armes anciennes est le Khopesh, originaire de l'époque de l'Égypte ancienne. Les Égyptiens n'étaient pas habitués aux épées. Au contraire, ils étaient plus habitués aux épées courtes ou aux poignards. En fait, ils avaient différents types de poignards et des épées plus courtes pour la bataille et le combat. Le Khopesh lui-même est assez long – entre 50 cm et 60 cm. Avec les principaux matériaux que sont l'acier et le bronze et un poids d'environ 7 lb, l'arme est assez mortelle. Le design est unique et quelque peu beau, mais la lame en croissant épaisse est assez mortelle. Le crochet intérieur n'est pas tranchant bien que la partie extérieure soit livrée avec un seul tranchant. D'ailleurs, il pourrait être utilisé efficacement comme matraque et comme crochet. Le fer était souvent utilisé à la place du bronze. Des pharaons Soma avaient été décrits et représentés tenant le Khopesh – ces images pouvaient être trouvées à l'intérieur de leurs tombes.

2. Bouclier spartiate Hoplon

Bouclier Hoplon spartiate

Avez-vous déjà regardé « 300 » ? Le film spectaculaire dépeint un petit nombre de braves soldats spartiates luttant contre des milliers d'armée perse. Si vous aviez regardé le film, vous seriez familiarisé avec les boucliers circulaires utilisés par les guerriers spartiates. Le bouclier était connu sous le nom d'Aspis ou de Hoplon, fabriqué à partir de bois avec une couverture en bronze sur la partie extérieure. La longueur est comprise entre 7 pieds et 9 pieds avec un diamètre de 3 pieds. Le poids est d'environ 30 livres, donc c'est un assez lourd. L'un des éléments distinctifs et uniques est la façon dont les soldats le tenaient. Il y a une sangle en cuir située au centre qui est utilisée pour soutenir la poignée au bord du bouclier. Grâce à cette technique, les soldats ne souffraient pas de mouvements limités. En fait, en raison de leur conception unique, ils pouvaient bouger librement leurs bras pendant les batailles. La taille du bouclier fonctionnait également comme dispositif flottant. Parce que le bouclier est assez lourd (et aussi sa nature émoussée), il pourrait être utilisé pour tuer et matraquer. Bien que le bouclier ait été utilisé à l'origine pour une action défensive, les Spartiates pouvaient l'utiliser pour une attaque supplémentaire efficace et pour attaquer par surprise.

1. Flèches de feu ou flèches enflammées

Flèches de feu ou flèches enflammées

Vous avez probablement vu des films où des soldats tiraient des flèches enflammées sur les adversaires dans le but de tuer et de causer des dégâts. C'est l'idée de cette arme - c'était pour une raison thermique pendant tout l'âge médiéval. Cependant, parmi les nombreux types d'armes anciennes, celle-ci avait été utilisée dans de nombreuses cultures et civilisations anciennes. Judéens, Romains, Assyriens, Chinois, etc. avaient utilisé cette technique de flèche de feu pour battre leurs ennemis. La flèche elle-même n'avait pas de poids ou de longueur spécifique, faite de laine d'acier ou de bois.

Ce sont les Chinois qui ont inventé les premiers la flèche de feu, en attachant les flèches avec des roquettes, pendant la dynastie Song. Et puis les Coréens et les Japonais ont commencé à utiliser différentes variantes des flèches enflammées. Le plus simple était de tremper les câbles dans de la résine ou de l'huile, puis de les attacher sous la tête. Non seulement les flèches pouvaient tuer, mais elles étaient également efficaces pour détruire les bâtiments ou les structures en bois. Plus tard, les Chinois ont développé la flèche de feu avec une poche contenant de la poudre à canon. La poche a ensuite été attachée à la tige de la flèche pour créer un effet explosif. La poudre à canon pourrait également fournir un effet propulsif. Grâce à l'hélice à poudre, la flèche pouvait tirer jusqu'à 1000 pieds.

Derniers mots

Comme vous pouvez le voir d'après l'explication ci-dessus, les armes anciennes étaient pour la plupart impitoyables, brutales et méchantes. Ils ont été conçus et créés grâce à des compétences critiques et analytiques qui ont été prouvées par leur effet destructeur efficace. Ils ont été soigneusement fabriqués et conçus, mais ils étaient également uniques. L'idée était de surprendre puis d'effrayer l'ennemi avant de finalement le massacrer. Le choix de l'arme était souvent un élément crucial de la stratégie de combat. Les Spartiates, par exemple, pouvaient utiliser leur bouclier avec d'autres armes dangereuses pour avancer et marcher, puis désarmer et tuer leurs ennemis.

En fin de compte, les armes se sont avérées efficaces pour la bataille. Pour l'ère d'aujourd'hui, ils peuvent servir de rappel de la puissance (et de l'efficacité) des armes anciennes.


Poséidon

Shirahoshi, l'actuel Poséidon.

Poséidon a été mentionné pour la première fois lorsque Nico Robin a lu le Ponéglyphe sur Skypiea. Cependant, les détails de l'arme n'ont été approfondis que beaucoup plus tard, lorsqu'elle a atteint l'île Fish-Man. Poséidon était une princesse sirène qui vivait au siècle du vide qui avait le pouvoir de parler aux Sea Kings, d'énormes créatures marines capables de destruction massive. La princesse Shirahoshi a également ce pouvoir, et comme indiqué dans une conversation entre Neptune et Robin, elle a maintenant hérité du titre "Poséidon". Α]


HEXAPOLE

Auparavant, nous avions harcelé environ 10 batailles incroyables qui ont été menées et gagnées contre toute attente. Mais comme l'histoire est témoin d'événements passés importants, les batailles et les guerres ne sont pas seulement des victoires glorieuses, certaines d'entre elles expliquent également de manière poignante leur juste part de pertes humaines élevées. Alors, sans plus tarder, examinons cinq de ces énormes batailles livrées par diverses factions anciennes qui ont laissé leur empreinte sanglante sur le cours de l'histoire humaine.

Veuillez noter* – Il s'agit d'une liste de cinq des batailles les plus sanglantes de l'histoire ancienne, par opposition aux cinq batailles les plus sanglantes de l'histoire ancienne. En d'autres termes, certains scénarios de conflit ont dû être laissés de côté.

1) Bataille de Platées (479 av. J.-C.) –

Combattu entre les cités-états de la Grèce antique et l'empire achéménide perse près de la petite ville de Platées (en Béotie, en Grèce centrale), les personnes impliquées dans la bataille de Platées viennent principalement d'Hérodote. Selon lui, l'ampleur gargantuesque du conflit opposait environ 300 000 soldats perses (y compris des bataillons grecs) à 108 200 soldats grecs. Cependant, selon la plupart des estimations modernes, de tels chiffres pourraient avoir été exagérés pour montrer le grec sous un jour plus favorable. Quoi qu'il en soit, la bataille globale a peut-être encore impliqué environ 200 000 hommes, ce qui est une ampleur incroyable compte tenu de la logistique requise pour un nombre aussi élevé et la nature généralement agitée des cités-États grecques.

En tout cas, la bataille a commencé lorsque les Perses se sont retirés puis se sont fortifiés à côté de la ville de Platées, pour contrer l'accumulation des forces grecques qui ont quitté le Péloponnèse. Curieusement, la confrontation est restée dans l'impasse pendant près de 11 jours, car les hoplites grecs se méfiaient des forces de cavalerie mobiles de la Perse utilisant le terrain. Il a également été suggéré que les deux forces étaient égales, et donc aucune d'entre elles n'était disposée à abandonner sa position avantageuse. Dans tous les cas, les Perses ont réussi à contourner le flanc droit grec et à brûler leurs fournitures, puis l'ont suivi d'un assaut frontal de cavalerie contre le corps grec principal.

Ce stratagème semblait avoir fonctionné au début, alors que les Grecs commençaient à se fragmenter, leurs flancs s'isolant. L'aile gauche perse a même traversé une rivière pour poursuivre les Grecs, et cela s'est avéré être l'erreur cruciale de leur part. Presque d'une manière surprenante, l'aile droite grecque (constituée principalement de Spartiates et de Tégéens) a contre-attaqué et les Perses, renforcés par leur aile gauche, ont immobilisé les Perses de tous les côtés. Cela a finalement abouti à une déroute perse massive, car les hoplites lourdement armés et en armure de bronze pouvaient facilement résister aux coups de projectile de leurs ennemis légèrement équipés.

Impacter: Bien qu'elle ne soit pas aussi connue que la bataille de Marathon et la bataille des Thermopyles (impliquant des Spartiates), la victoire retentissante de la bataille de Platées a fait plus de 20 000 victimes perses. Cela a permis aux Grecs (généralement défensifs) d'adopter une stratégie offensive pour les années à venir (et a culminé avec les conquêtes perses d'Alexandre), changeant ainsi entièrement le cours des guerres gréco-perses.

2) Bataille de Kalinga (261 av. J.-C.) –

Incarnant le crescendo des conquêtes entreprises par l'empire Maurya en plein essor (qui se composait de l'Inde, du Pakistan, de l'Afghanistan et même de certaines parties de l'Iran), la bataille de Kalinga s'est déroulée entre les forces mauryennes très nombreuses de l'empereur Ashoka et les forces toujours invaincues. république féodale de Kalinga (qui était basée dans l'état moderne d'Odisha, dans l'est de l'Inde). À bien des égards, le conflit faisait allusion au choc de l'empire contrevenant et du peuple épris de liberté - Ashoka s'étant déjà fait un nom impitoyable au cours des années précédentes de conquêtes lointaines.

En ce qui concerne le jeu des nombres, la plupart des sources s'accordent à dire que la bataille a été un événement important dans les annales de l'histoire indienne, le voyageur grec Mégasthène soulignant comment les forces de Kalinga ont déployé plus de 60 000 soldats et 700 éléphants (ainsi qu'un très grand nombre de soldats armés). civils), tandis que l'armée mauryenne était probablement composée de plus de 100 000 soldats. Assez curieusement, malgré le nombre si élevé de personnes impliquées dans la bataille, il n'y a pas d'enregistrement clair des stratégies réelles utilisées dans l'affrontement qui a suivi. Cependant, ce qui est certain, c'est l'ampleur funeste des décès provoqués par la bataille contre les édits d'Ashoka décrivant comment plus de 100 000 Kalingans ont été tués, tandis que les Mauryans ont remporté une victoire durement gagnée.

Impacter: Maintenant, fait intéressant, en termes de preuves littéraires (selon les inscriptions rupestres sur les édits d'Ashoka), c'est cet effet sévère de mort et de destruction aveugles qui a soi-disant changé le cœur du triomphant Ashoka lorsqu'il a défilé sur le champ de bataille. À cette fin, cette grande bataille et ses conséquences pourraient avoir été parmi les rares cas qui ont incité un empereur à changer complètement de religion, Ashoka se convertissant au bouddhisme. En fait, une partie d'un passage inscrit sur l'Édit 13 (trouvé à Kalinga même) se lit comme ceci –

Ensuite, maintenant que Kalinga a été annexée, le Bien-Aimé des Dieux a pratiqué le Dhamma très sérieusement, a désiré le Dhamma et a enseigné le Dhamma, En conquérant Kalinga, le Bien-Aimé des Dieux a ressenti des remords, car, lorsqu'un pays indépendant est conquis, le massacre, la mort et la déportation du peuple est extrêmement douloureuse pour le Bien-Aimé des Dieux, et pèse lourdement sur son esprit.

De plus, dans le contexte moderne, c'est ce que Ramesh Prasad Mohapatra, archéologue et spécialiste des études d'Odishan, avait à dire à propos du conflit aux proportions épiques.

Aucune guerre dans l'histoire de l'Inde n'est aussi importante ni par son intensité ni par ses résultats que la guerre Kalinga d'Ashoka. Aucune guerre dans les annales de l'histoire humaine n'a changé le cœur du vainqueur d'une cruauté gratuite à celui d'une piété exemplaire comme celle-ci. De son sein insondable, l'histoire du monde peut ne découvrir que quelques guerres à son actif qui peuvent être égales à cette guerre et pas une seule qui serait plus grande que celle-ci. L'histoire politique de l'humanité est en réalité une histoire de guerres et aucune guerre ne s'est terminée avec une mission de paix aussi réussie pour l'ensemble de l'humanité déchirée par la guerre que la guerre de Kalinga.

3) Bataille de Cannes (216 avant JC) –

L'une des batailles les plus célèbres des guerres puniques, la bataille de Cannes a établi l'importance du commandement par rapport au nombre. Combattu entre la République romaine et les soldats alliés de Carthage (comprenant des contingents africains, espagnols et gaulois), le cours du conflit a été dicté par le sens tactique du grand général carthaginois Hannibal. En fait, la bataille en elle-même est toujours considérée comme l'une des "victoires tactiques complètes" remportées par un camp, tout en étant également l'une des pires défaites subies par les Romains dans leur histoire généralement sans tache.

En ce qui concerne les chiffres, il existe différentes sources qui se rapportent à différentes figures présentes sur le champ de bataille. Par exemple, selon Polybe, les Romains alignaient plus de 80 000 hommes, tandis que les forces carthaginoises étaient nettement inférieures en nombre à environ 50 000. Cependant, des estimations plus modernes placent les nombres romains à plus de 50 000 et les nombres carthaginois à moins de 40 000 (maintenant ainsi l'hypothèse crédible selon laquelle Hannibal était considérablement plus nombreux).

Dans tous les cas, le nombre élevé de Romains n'avait pas d'importance, Hannibal optant pour une tactique apparemment étrange qui impliquait le placement de son infanterie légère gauloise au centre (qui masquait l'infanterie africaine plus lourde). Ainsi, lorsque les rangs disciplinés de l'infanterie lourde romaine s'élancent, les fantassins légers cèdent la place pour se disperser progressivement sur les flancs. Ce stratagème de pseudo-retraite a en fait fonctionné avec les Romains étant confiants de leur ‘push’ et de leur nombre écrasant. Cependant, leur incursion profonde dans les lignes carthaginoises a permis à Hannibal de proposer une formation en croissant qui a progressivement enveloppé les forces romaines sur les deux flancs. Ainsi, les Romains ont finalement été piégés, et la situation s'est encore aggravée lorsque la cavalerie mobile carthaginoise est venue par derrière pour bloquer complètement leur "voie d'évacuation".

Dans le bain de sang qui a suivi, Polybe a estimé qu'environ 70 000 Romains ont rencontré leurs morts horribles (Tite-Live estime le chiffre à environ 55 000, les estimations modernes le chiffrent à environ 40 000), et 10 000 ont été capturés – en une seule journée tandis qu'Hannibal n'a perdu qu'environ 6 000 de ses hommes (principalement les Gaulois qui ont fait les frais de la charge d'infanterie romaine). Pour mettre les choses en perspective, le pire jour de l'histoire de l'armée britannique correspond généralement au premier jour de la bataille de la Somme en 1916, où ils ont perdu environ 20 000 hommes. Mais la population masculine de Rome en 216 av. 1901.

Impacter: Assez exceptionnellement, les Romains devinrent encore plus redoutables après quelques années de cette désastreuse défaite. Une partie de cette récupération avait à voir avec le brillant général de Publius Cornelius Scipio – qui a effectivement survécu à la bataille de Cannes, et avait minutieusement étudié les méthodes d'Hannibal. Les mêmes stratégies furent à leur tour utilisées contre le général carthaginois, pour aboutir à une victoire romaine retentissante à la bataille de Zama en 202 av. Cela souligne peut-être la plus grande force de Rome, qui ne résidait pas dans ses bras, mais dans sa capacité inébranlable à se remettre de circonstances catastrophiques.


1 Gobekli Tepe a été construit avant que les humains sachent comment cultiver des aliments

Dans les années 1960, des géomètres en Turquie ont découvert un ancien complexe enterré composé d'énormes piliers de pierre disposés en cercle comme Stonehenge, certains d'entre eux de 9 mètres de haut. Ce qui a vraiment fait tomber les monocles de leurs yeux, cependant, c'est que c'était beaucoup plus ancien que Stonehenge. 6 000 ans de plus.

Ainsi, ces piliers de calcaire massifs et ornés ont été soigneusement sculptés dans une carrière voisine à l'aide de morceaux de silex et de leurs mains nues.

Datant d'environ 9000 av. J.-C., Gobekli Tepe est considéré comme la plus ancienne construction humaine. C'est plus ancien que n'importe lequel des sites antiques que vous avez découverts en cours d'histoire. En fait, c'est à l'âge de pierre, où les seules choses que nous savions construire risquaient de tomber dans une brise raide.

En fait, le site est même antérieur à l'agriculture, ce qui signifie que les gens qui l'ont construit chassaient encore les mammouths plutôt que de planter des cultures. Découvrir que ce complexe de piliers de pierre massifs a en fait été construit par Encino Man, comme National Geographic le dit, "c'était comme découvrir que quelqu'un avait construit un 747 dans un sous-sol avec un couteau X-Acto."

Et cela n'a pas beaucoup de sens, car la connaissance conventionnelle a toujours été que les humains n'ont commencé à construire des choses qu'après avoir appris à cultiver. Vous savez, parce que nous avons finalement pu nous installer au même endroit et avons soudainement eu beaucoup de temps libre.

Étant donné que les fouilles ont révélé de nombreux ossements sur le site, probablement issus de sacrifices d'animaux, les archéologues sont à peu près sûrs qu'il s'agissait d'un site religieux, ce qui semble indiquer que c'est la religion, et non l'agriculture, qui a d'abord inspiré les gens à construire de la merde géante. . Et étant donné qu'ils ont fait tout cela avant même d'avoir des outils en métal, ils ont dû avoir assez peur de ces dieux. Nous espérons simplement qu'aucun des archéologues n'est assez stupide pour lire à haute voix des inscriptions anciennes sur le réveil des Grands Anciens.

Yosomono écrit pour GaijinAss.com et est un gourou de l'image sur leur blog Imgur. Alaric Penname a un TWITTER. Suivez-le ou quoi que ce soit. Bravo aussi à l'un d'entre eux, pour qu'il ne se sente pas exclu.

Pour découvrir d'autres façons dont nos ancêtres nous prennent encore à genoux, consultez 6 armes anciennes incroyablement high-tech et 6 sports anciens trop impressionnants pour le monde moderne.


5.Certains assassins ont acquis un statut légendaire – mais ce n'était pas toujours flatteur

Que vous pensiez qu'il a agi seul, avec un complice ou qu'il a été piégé par le gouvernement, vous avez probablement entendu parler de Lee Harvey Oswald, l'homme à qui l'on attribue l'assassinat du président John F Kennedy. Aux anciens Athéniens, les noms Harmodius et Aristogeiton auraient été également bien connus, et leurs exploits en tant qu'assassins et amants ont été relatés dans plusieurs textes anciens.

Alors qu'ils préparaient des plans élaborés pour tuer deux hommes lors d'un festival, ils ont paniqué et ont fini par révéler leurs plans trop tôt, permettant à l'une de leurs cibles de s'échapper pendant qu'Harmodius était lui-même tué.

Aristogeiton a peut-être survécu à sa propre embuscade, contrairement à Harmodius, mais il a été capturé et exécuté peu de temps après. The story is quite comedic to hear today, and it probably served as a warning not to try and assassinate anyone unless you were willing to make a fool of yourself and die in the process.

Legendary ancient assassins Harmodius and Aristogeiton. (Daderot / Domaine public )


The Korean War’s first Medal of Honor recipient dies at 93

Posted On January 28, 2019 18:43:30

Thomas Hudner had a unique view of the Battle of the Chosin Reservoir. He was flying his Corsair above the fray as the Marines held on for dear life down below. That’s when a fellow naval aviator, Ens. Jesse Brown, was shot down by Chinese small arms fire. Hudner’s ensuing rescue would earn him the first Medal of Honor awarded during the Korean War.

But the pilot wasn’t thinking about medals.

Hudner watched powerless as his buddy crash-landed five miles behind enemy lines. The plane was belly-down, but it didn’t look good — until Hudner saw Brown waving. They called a rescue helicopter, but it wouldn’t arrive for at least 30 minutes. The Chinese were all around the area and Brown was stuck in the cockpit of his burning Corsair.

“I was not going to leave him down there for the Chinese,” Hudner was quoted as saying in his New York Times obituary. The Times called it a “civil rights milestone,” but Hudner wasn’t thinking of Brown as a black pilot. Brown was a Navy pilot — a U.S. Navy pilot.

Jesse Brown and Thomas Hudner

President Truman had ordered the integration of the Armed Forces of the United States only two years prior. It worried many in government that black men and white men might not be able to fight alongside one another. Ensign Brown was the first African-American naval aviator.

Read Also: This was the first African American to receive the Medal of Honor

As history shows time and time again, it didn’t worry anyone who was fighting in Korea.

Hudner risked a court martial when he deliberately landed his plane, wheels-up, in sub-zero temperatures, ran to Brown’s Corsair, and simultaneously tried to control the fire and free his trapped shipmate. Hudner radioed the rescue crews to bring an ax and a fire extinguisher.

Mrs. Daisy P. Brown congratulates Hudner after he is awarded the Medal of Honor.

Hudner injured his back in the crash, but it was all for naught. Brown’s leg was pinned down by the fuselage and night was coming. The helicopter couldn’t fly at night and they would all freeze to death in the open if the sun went down before they could free Brown.

Unfortunately, Brown lost consciousness and the helicopter pilot ordered Hudner to leave. Hudner promised he would come back for him. Four months later, President Truman awarded Hudner the Medal of Honor for his heroic crash-landing and rescue of his shipmate, downed behind enemy lines.

Hudner at the Naval Academy in 2008. (U.S. Navy photo)

He wouldn’t be able to come back for Brown until 2013, when the retired naval aviator flew to Pyongyang, North Korea to attempt to find Brown’s remains. Though the government agreed to the expedition, they were unsuccessful in finding Brown.

Hudner has an Arleigh Burke-class destroyer named in his honor and lobbied then-Secretary of the Navy Ray Mabus to name a guided missile destroyer for Brown. The first USS Jesse L. Brown, a Knox-class frigate, was decommissioned in 1994 and sold to Egypt.

Thomas Hudner died at age 93 on Nov. 13, 2017.

MIGHTY HISTORY

Ancient Weapons

Ancient Weapons: The Game Changers
To discuss the entire arsenal of ancient weapons could, and has, filled volumes of books. For the scope of this series, we will discuss the general categories, game changers and those that are interesting and odd. While these weapons are in reality horrific and have caused untold suffering to humanity, they are still worth our attention. Advancements in ancient weapons could be the nuclear weapon of the ancient world, giving on society the edge and dictating the course of history.

Spears - Primative Weapon of Choice
Spears are one of humankind’s earliest weapons and they reigned supreme for a hundred thousand years. The material culture of our Paleolithic (500,000 BC – 8,000 BC) ancestors covers 99% of the total time that man has been making tools and weapons. This undoubtedly makes the spear mans most produced weapon. The spear has been credited with creating 450,000 years of peace on earth, as even an outnumbered man holding a spear would be deadly to attack without ranged weapons.

The spear offers its user a level of protection due to its long reach and found a place in many ancient armies. The simple spear is a cheap and effective, ancient armies often combined it with a shield when equipping the ranks of their heavy infantry units. Spears units were found in many, many ancient armies from the ancient Sumerians and Egyptian weapons, to the military of ancient India and Japan, and indeed around the world.

Spear warfare hit its pinnacle of perfection when used by the Greeks and Macedonians. Spear armed Greek warriors, called Hoplites, mastered this style of warfare as their city states battled each other over hundreds of years. The terrain of Greece is broken up by rough terrain so Greece never developed the Chariot or Cavalry warfare, but instead focused on the use of infantry. During the Bronze Age Greek warriors battled in the heroic style, each man fighting for his own glory independently. They considered the use of range weapons to be cowardly so their focus was primarily on heavy infantry. By the classical age of Greek civilization they had developed formation tactics. The Phalanx was developed, were rows of hoplites formed a shield wall, the left side of one hoplites shield protecting the man on his right. Heavily armored, spear wielding armies would form up and fight set piece battles. Casualties were generally light until one force’s formation was broken, then slaughter ensued as they fled. (See Spartan Weapons for mor detials)

The next strategic development took advantage of this when an astute Theban general, Epaminondas (ca. 410 BC – 362 BC), realized that battles between phalanxes were essentially giant shoving matches. Whichever phalanx had the strength to put enough pressure on their opponent caused them to break formation, route and loose the battle. It was correctly reasoned that if he loaded up one side of his line and had his weaker side trailing behind them in an echelon formation that by the time the week side engaged the enemy the strong side would have already broke their formation, winning the battle.

Greek hoplite tactics dominated the battlefield of their time two massive Persian invasions, the super power of their day, were defeated by the numerically inferior Greeks. However, the next major development would be made by their neighbors to the North. Phillip of Macedonia, who paid attention to Epaminondas' innovations, doubled the length the spears of his army (to over 18 feet!) and reduced the size of their shields so his soldiers could hold the long spears with both hands. This allowed the spears of the first five ranks to protrude from the formation instead of just the couple ranks like in a Greek phalanx. Enemies faced an impregnable wall of spear tips. Phillips son, Alexander the Great, then used this formation to conquer the known world (335 BC – 326 BC).

After reaching its zenith in the conquests of Alexander the Great , the phalanx began a slow decline. Phillip and Alexander understood that a phalanx was could easily be destroyed if not supported Soldiers could not defend themselves from attacks from the flanks, the ponderous phalanx lacked maneuverability and had difficulty holding formations on rough ground. Calvary, light infantry and skirmishers were deployed in combination with the phalanx. The tactics of Alexander and his father were gradually replaced by a return to the simpler assault tactics of the hoplite phalanx after his death.

The Roman military dropped the inflexible phalanx during the early Roman Republic in favor of a more flexible system after suffering major setbacks in their decade’s long war against the Samnite hill tribes. Around the year 315 BC adopted the system of the Samnites, called the maniple system, that allowed for more flexibility in the rugged hills of Samnium where the Romans were forced to fight. The maniple system has been called a phalanx with joints, each square maniple, about 120 men, could function as an independent unit. The maniples were arrayed in a checker board pattern this allowed space for skirmishers to retreat through the gaps when the heavy infantry closed on their enemies. The front two rows of maniples would then form a single line and battle the enemies. When this line tired it could then retreat through the spaces of the maniples behind it without disrupting their formations, and a fresh line of soldiers would take up the fight. Maniples could also be detached to protect flanks or any other task. The Roman heavy infantry was organized into three lines, the first two lines used short, double edged stabbing swords and the last armed with spears. The youngest men formed the first line, the hastati , after they tired they would fall back through gaps in the next line, the principes. The more experienced principes would then continue the fight, if they were having trouble they could then retreat behind the Triarii. The triarii were the final line and most experienced soldiers.

In the Pyrrhic War (280� BC) Rome proved that they were capable of competing with the armies of the Hellenistic kingdoms — the successor kingdoms of Alexander and the dominant Mediterranean powers of the time. The legions fought the Hellenistic, Macedonian style phalanxes to a bloody draw, forcing Pyrrhus of Epirus to leave Italy. Seventy five years later the Romans fought the Macedonians and their phalanx in the Second Macedonian War (200� BC). They employed a variety of tactics to break up the massive formations. They chose uneven ground to fight on, attempting to break the cohesion of the massive phalanx. Before the front lines met in battle the Romans let loose with their pila, harpoon like throwing spears that caused gaps in the enemy formation that could be exploited. They used a wedge shaped formation to attempt to break through the wall of spear points. The well armored Romans with their large, curved shields were able to exploit the gaps in the wall of spears and get to the Macedonians in order to break up their formations. Once inside the spears the longer swords and better armor of the Romans gave them a distinct advantage over the lightly armored Macedonians whose secondary weapon was a short sword was little more than a dagger.

In the end the Macedonians were repeatedly defeated on the battlefield. Their defeat is often held to have demonstrated that the Macedonian phalanx, formerly the most effective fighting unit in the ancient world, had been proven inferior to the Roman legion. Others have argued that the loss was actually due to a failure of command on the part of Perseus, the Macedonian king. They also dispute weather the Roman maniples ever succeeded in breaking the Macedonian phalanx by engaging it frontally. We will never get the opportunity to know how a Macedonian phalanx using combined arms tactics in the style of Philip or Alexander would have sized up against the Roman legions.

The Roman legions eventually standardized the sword as its main weapon, but they also carried the pila that could be used as spear in certain situations. Pila could be employed in hand to hand combat or as protection from mounted troops. The pila, like the maniple system, was adopted from powerful Semite hill tribes. The legions conquered the Mediterranean world with sword in hand, but spears remained a common weapon throughout the world. Roman auxiliaries and cavalry also continued to years throughout the period of Roman military domination. (See Roman Weapons for more details.)

From around 117 AD to the Western Roman Empires collapse around 476 AD the Roman army slowly changed. The sprawling empire was difficult to defend so the Romans became more and more dependent on barbarian troops. Additionally, a greater emphasis was placed on speed. The Romans concentrated on ranged weapons and cavalry at the expense of the heavy infantry. The infantry became more lightly armored as well and they acquired a heavy thrusting-spear which became the main close order combat weapon. Roman infantry had come full circle. During the 5th century, large portion of Western Rome's main military strength lay in barbarian mercenaries known as foederati. Between losing control of their mercenaries and hunnish invasions the Western Roman Empire collapsed.

In the years that followed, called the dark ages, spears continued to be used widely. Barbarian armies used shield wall tactics reminiscent of the Greeks as they jostled for their places in the new world order. Spears also offered an excellent defense against ascending military power of cavalry, if braced against the ground a charging enemy would impale himself. The Huns had introduced the stirrups to the roman world this allowed a spear armed man to deliver a blow with the full power of the horse, couching the weapon under their armpit instead of stabbing overhand as was done in antiquity. This was the beginning of the medieval knights, but even if a plate armored knight wanted to charge into a wall of spears, his horse might not share his sentiment. When a spear was braced against the ground a charging enemy would impale himself.

During the Viking age and medieval period spears developed into a variety of polearm weapons, such as the bill, the halberd and the lance. The long, two-handed Macedonian style spear also made a comeback during the medieval times. During renaissance and age of exploration Pikes had another heyday and were used extensively by close order infantry formations both for attacks on enemy foot soldiers and as a counter-measure against cavalry assaults. Pike and firearm formations worked together the pike men defending the slow loading and vulnerable gunners from enemy infantry and the deadly cavalry while the gunners provided a powerful ranged weapon. The fact that large pike formations were vulnerable to artillery and improved firearms eventually ended the era of pike formations. Although pikes and spears were still used, usually due to the lacking of quantities of more modern weapons, up through the 1800’s.

The spear had a very long history, from the dawn of man and even into the first several hundred years of the gun powder era. Today spears are manufactured and used for hunting by humans, chimpanzees and orangutans.

The ancient weapons series will continue with the other game changers, the sword, axe and bow. The final article will be about unique, strange and interesting weapons.


Krishna, Ancient Weapons of Mass Destruction and The Mahabharata

An article submitted by Ahmad from Malaysia

This article was written for the reason of unearthing the secret of ancient nuclear power. The facts stated here were not meant to put the blame on who is wrong or right. Ancient writings (religious texts) already mentioned the existence of such weapons that had very similar capacity as the modern day nuclear war-heads. How the human race faced such terribly destructive weapons in the olden days shall be the focal point of this article.

Note: I received this knowledge about ancient nuclear weapons directly from the Lord Krishna. I was told that I am the ninth person to learn about this secret through Lord Krishna. When I queried who the eighth person was he just smiled and declined to answer. According to Lord Krishna the first and the eighth persons received the same knowledge unfortunately I don’t not know who they were.

The nuclear weapons existed in the ancient times and the evidence of their amazing power can be still found in modern days. These weapons were reportedly used during the war of Kurukshetra as documented in the Mahabharata. It is my hope that with this article we could reveal the truth about this ancient nuclear weapons. Prior to the invention of the atom bomb and nuclear war-head of present day, did we, as human ever faced such dangerous and destructive events? Certain factual text described in this article is being compared to that of the Mahabharata.

Angels and Gods from the Mahabharata

Lord Krishna in the Mahabharata was known as the Almighty. His very existence was quite difficult to pinpoint. However, what was clearly evident was that the word “Krish” which means “place” and “Na” means “high” or “highest” in the celestial world. It was also mentioned that Lord Krishna dwelled on the 20th planet called Krishnaloka. Lord Krishna was the ultimate ruler in the highest order amongst the Gods known then.
From the sacred rays that were being transmitted from his back shoulder He created Lord Wishnu who was responsible for the fine behavior and manner of the human kind in this world. Wishnu leaves in the sky that was then known as “blue ocean” or Indraloka. Lord Brahma, on the other hand (who breathes instincts and needs) also was created though the same manner from Lord Krishna’s sacred rays. He dwelled on the 19th planet.
Lord Shiva, sacred spirit from Lord Wishnu, came to being from the lotus flower. Lord Shiva was the Lord of destruction and foolishness. Lord Shiva demonstrates his destructive ways when the human world faces war, over-population and famine. The destruction from typhoons, tornadoes, tsunamis, wars and the like were all the work of Lord Shiva. It was said to be the punishment of the planet.

Mahabharata

Mahabharata is an epic describing the war called “Kurukshetra” between Pandavas(Pendawa 5) and Hastina(Astino). It also describes the role of “Ibu Pendawa 5”, Dewi Kunti who possesses untold powers. In this war, there was a warrior that was lead by Lord Krishna named Arjuna. The parties at war were relatives of Arjuna. Within this war, there was this sacred meditation that was formed as guidance to the people when their spirits were lacking. Krishna taught Arjuna about the art of self- defense as well as the finer inner spirit as a human being. It was also believed that Yoga and Yogi were introduced during this period and was upgraded to the ranks of “Roh”, “Rah” and “Brahmana”.
Apart from the relationship between Gods and humans during this war period, one other important aspect worth our attention is the invention of WMD (Weapons of Mass Destruction). It was given to Arjuna by the Lord Krishna to serve as a protective shield for the truth to be successful. It is not clearly said how these WMD were made available to Arjuna, but to the warring families, it was no longer a secret.
This WMD during the Kurukshetra war was known as “Cakra”. “Cakra” was the most destructive of all weapons that was given personally by Lord Krishna and Lord Wisnu called it by the other name of “Sudal Sana” which was more powerful than “Barma Satara” the other WMD. It was said that if released, it would generate a great hot ray, reddish sky and fire-ball.

“Cakra” Launched (Ancient Nuclear)

During the chaos of the said war, one of Arjuna’s cousins launched the 5th weapon called “Barma Satara” which had the impact of a mighty nuclear power. According to the legend it was not clear how the relatives of Arjuna got to know the secret to launch such weapons. Arjuna himself had to obtain the consent from Lord Krishna who needed to explain the ways or consequences of such weapons.
It was believed that as a result of this launch it has created layers upon layers of hot rays that penetrated the sky and slowly settled on to the earth (as multiple layers). Upon realizing that the never before used weapon has been accidentally released by his own cousin and upon seeing the massive destruction that this weapon brought, Arjuna pleaded with Lord Krishna to gather all resources to protect what was left on the earth from the massive heat. With the kind guidance from Lord Krishna, Arjuna managed to protect the earth from the nuclear heat-wave by deflecting it skyward. This prevented the earth from complete destruction by such nuclear disaster. It was also told that the nuclear cloud and heat-wave were noticeable in the area tens of kilometers wide and approximately 10 nautical miles in thickness.
During the “Kuruthesa”, Arjuna, who was coached directly by Krishna on the righteous way of a true noble being and the right path to eternity, was also introduced to Yoga. Arjuna was to practice it whenever he faced adversity. “Bhakti Yoga” practiced for 20 minutes would allow the mere mortal to overcome adversity and reach for Lord’s guidance.

“Cakra”- Weapon of Mass Destruction during “Kurukshetra”

According to Lord Krishna, the WMD was further divided into three levels:

  • Highest “Cakra” (weapon) but never before used: “Sudal Sana”
    this was the most secretive and complicated weapons owned by Lord Krishna himself.
    The energy from this weapon would be able to destroy dozens of planets
  • Second “Cakra”: “Barma Satara” was a gift from “Dewa Api” to Lord Krishna and has 7 levels:
    • Level “Barma Satara” First
    • Level “Barma Satara” Second
    • Level “Barma Satara” Third
    • Level “Barma Satara” Fourth
    • Level “Barma Satara” Fifth (used by Arjuna’s cousin during “Kuruthesa”)
    • Level “Barma Satara” Sixth (equivalent to the destruction of Hiroshima)
    • Level “Barma Satara” Seventh ( widely used for self protection and medicines around the world)

    “Cakra Barma Satara” was a gift presented to Lord Krishna by “Dewa Api” also known “Angeni Dewa” during one of the anniversary celebrating the re-birth of Lord Krishna in the year of “Kaliyuga”. Those who attended were Wishnu, Brahma, Shiva, Surian, Govindran (King of Heaven) and Maharaja Kartu. From the ancient Sanskrit scripture, it was widely mentioned that the Gods were using weapons of high destructive power similar to that of nuclear power. However, it must be noted that the ancient weapons did not utilize the same earthly materials as its contents. As mentioned above, “Cakra Sudal Sana” and “Barma Satara” were ancient nuclear weapons that had its own levels of complexity. Each levels had different rays of destruction. The advantages of these weapons were their ability to be controlled and to benefit other human activities or served as a source of massive energy for human kind to operate with. From the local knowledge and also from the researchers of ancient Hindu Jawa scriptures, it was proven that these weapons were well known and were in widely used at different level of skills that benefited human kind in many places on earth.

    “Cakra” presently in used for various reasons

    From the vicinity, “Barma Satara” the seventh was used widely as means to fight paranormal activities as well as a form of self-protection, medicine and war (not for massive destruction). Right up until now, its usage was limited to “Barma Satara” the seventh only as the operative secret was limited to this level. “Barma Satara” seventh has limited source of energy but it’s beneficial to the human kind in this region.

    Examples: energy from “Barma Satara” seventh used by present human kind

    1. “Keris Terbang” ( Keris/Ancient Malay Weapon and Terbang means fly )
      • une. “keris Sumiyang”
      • b. “keris Brojol”
      • c. “keris Majapahit”
    2. “Tuju Tuju” ( Black magic weapon)
    3. “Bola Api” (Fire Ball)
    4. It is believed from the ancient Sanskrit scriptures that thunder and lightning were small fractions of “Barma Satara” energy sources that utilized small scale nuclear power to chase away devils who prevented the rains from falling to the ground

    Most of the sacred and magical power within the weapon’s structures and medicines used the energy similarly used in “Kurukthesa”.
    All these mantras and key-words were made known to me. It has never crossed my mind to use it except for the good of humankind.
    It could be summarized that all these energies from those ancient weapons were the source of energy of all magical yet mysterious events during ancient times. As a general observation, I would conclude that the reason as to why there’s such abundance of inherited petroleum was that humankind before us had the ability to utilize better sources of energy that were more powerful and environmentally friendly.

    “Chakra” – Mantras

    “Chakra” or weapons of such kind can only be manifested through mantras and key-words that could activate them. These weapons called “Chakra” were not formed by earthly means like fire, water, air nor earth they could only be manifested through a few mantras. These concepts were commonly written in the old ancient scriptures, they existed in historical periods. What attracted me was that in physical form, these weapons could be launched and also could be stopped or prevented before they cause destruction to the earth.

    The processes of the ancient nuclear power could be interpreted as follows:
    During Launching:

    • i) Key words or mantras to be uttered
    • ii) The earth composition would be changed and heat wave and massive rays would be released into the air
    • iii) At a sudden, a cloud of rays and heat will concentrate and a form a thick layer on top of the earth atmosphere
    • iv) These layers of heat and rays would then cascade down to earth and resulting in massive destruction
    • v) The end result would be worse than a nuclear explosion as the process involved the huge compactness of the wind and the air combined during this process

    During the prevention of the heat and rays layer from reaching the earth

    • I) Key words or mantras to be uttered
    • II) The layers would then stopped in mid-air and vanishes before touching the earth’s surface
    • III) These whole layers would then disappears from the air

    As to what happened in “kuruthesa” ( when Arjuna prevented the rays and heat-wave to penetrate to the earth), the heat-wave actually it vanished into thin air before it impacted the earth. The ability to know such structures and methods of these weapons would be beneficial for the present day humankind to compete with the mysteries of ancient beings and also would help to resolve the energy processes that would be simpler and could prolong the lifespan of this planet.

    Future hopes that are strange and mystifying

    It is my hope that with the revelation of the secrets to the mantras of the ancient nuclear power, we could further change the nuclear weapons into ultimate energy source.

    Lord Krishna advised me that all these sources of energy should be used by mankind for sole purpose of good. According to Lord Krishna, he would come to anyone and explain the secret text to anyone he fancies regardless of his/her race or religion. Lord Krishna exists in his own form and no mantras or religion can make Him to reveal Himself, unless He wishes to do so.


    Voir la vidéo: 10 Épées Légendaires Du Monde Antique!