Ferdinand Magellan - Petite enfance, expédition et héritage

Ferdinand Magellan - Petite enfance, expédition et héritage


We are searching data for your request:

Forums and discussions:
Manuals and reference books:
Data from registers:
Wait the end of the search in all databases.
Upon completion, a link will appear to access the found materials.

À la recherche de la gloire et de la fortune, l'explorateur portugais Ferdinand Magellan (vers 1480-1521) est parti d'Espagne en 1519 avec une flotte de cinq navires pour découvrir une route maritime occidentale vers les îles aux épices. En route, il découvre ce que l'on appelle aujourd'hui le détroit de Magellan et devient le premier Européen à traverser l'océan Pacifique. Le voyage fut long et dangereux, et un seul navire rentra chez lui trois ans plus tard. Bien qu'il soit chargé d'épices précieuses de l'Est, seuls 18 des 270 membres d'équipage de la flotte sont revenus avec le navire. Magellan lui-même a été tué au combat pendant le voyage, mais son expédition ambitieuse a prouvé que le globe pouvait être encerclé par la mer et que le monde était beaucoup plus grand qu'on ne l'avait imaginé auparavant.

Les premières années de Ferdinand Magellan

Ferdinand Magellan (c. 1480-1521) est né à Sabrosa, au Portugal, dans une famille de noblesse portugaise mineure. À 12 ans Ferdinand Magellan (Fernão de Magalhães en portugais et Fernando de Magallanes en espagnol) et son frère Diogo se sont rendus à Lisbonne pour servir de pages à la cour de la reine Leonora. À la cour, Magellan a été exposé aux histoires de la grande rivalité portugaise et espagnole pour l'exploration maritime et la domination du commerce des épices dans les Indes orientales, en particulier les îles aux épices, ou Moluques, dans l'Indonésie moderne. Intrigué par les promesses de gloire et de richesse, Magellan a développé un intérêt pour la découverte maritime au cours de ces premières années.

En 1505, Magellan et son frère sont affectés à une flotte portugaise en partance pour l'Inde. Au cours des sept années suivantes, Magellan a participé à plusieurs expéditions en Inde et en Afrique et a été blessé dans plusieurs batailles. En 1513, il rejoignit l'énorme force de 500 navires et 15 000 soldats envoyée par le roi Manuel au Maroc pour défier le gouverneur marocain qui refusait de payer son tribut annuel à l'empire portugais. Les Portugais ont facilement submergé les forces marocaines et Magellan est resté au Maroc. Alors qu'il y était, il a été grièvement blessé dans une escarmouche, qui l'a laissé boiter pour le reste de sa vie.

Magellan : Du Portugal à l'Espagne

Au XVe siècle, les épices étaient à l'épicentre de l'économie mondiale, tout comme le pétrole l'est aujourd'hui. Très appréciées pour aromatiser et conserver les aliments ainsi que pour masquer le goût de la viande qui a mal tourné, les épices comme la cannelle, le clou de girofle, la muscade et surtout le poivre noir étaient extrêmement précieuses. Comme les épices ne pouvaient pas être cultivées dans l'Europe froide et aride, aucun effort n'a été épargné pour découvrir la route maritime la plus rapide vers les îles aux épices. Le Portugal et l'Espagne étaient en tête de la compétition pour le contrôle précoce de ce produit essentiel. Les Européens avaient atteint les îles aux épices en naviguant vers l'est, mais aucun n'avait encore navigué vers l'ouest depuis l'Europe pour atteindre l'autre côté du globe. Magellan était déterminé à être le premier à le faire.

À présent un marin expérimenté, Magellan a approché le roi Manuel du Portugal pour rechercher son soutien pour un voyage vers l'ouest vers les îles aux épices. Le roi a refusé sa requête à plusieurs reprises. En 1517, un Magellan frustré a renoncé à sa nationalité portugaise et a déménagé en Espagne pour chercher le soutien royal pour son entreprise.

Lorsque Magellan arriva à Séville en octobre 1517, il n'avait aucun lien et parlait peu espagnol. Il rencontra bientôt un autre Portugais transplanté nommé Diogo Barbosa, et en moins d'un an, il épousa la fille de Barbosa, Beatriz, qui donna naissance à leur fils Rodrigo un an plus tard. La famille Barbosa, bien connectée, a présenté Magellan aux officiers responsables de l'exploration maritime de l'Espagne, et bientôt Magellan a obtenu un rendez-vous pour rencontrer le roi d'Espagne.

Le petit-fils du roi Ferdinand et de la reine Isabelle, qui avait financé l'expédition de Christophe Colomb vers le Nouveau Monde en 1492, reçut la pétition de Magellan avec la même faveur que ses grands-parents. A seulement 18 ans à l'époque, le roi Charles Ier accorda son soutien à Magellan, qui promit à son tour au jeune roi que son voyage en mer vers l'ouest apporterait des richesses incommensurables à l'Espagne.

Détroit de Magellan

Le 10 août 1519, Magellan fait ses adieux à sa femme et à son jeune fils, qu'il ne reverra plus jamais, et l'Armada De Moluccas appareille. Magellan commandait le navire de tête Trinité et était accompagné de quatre autres navires : le San Antonio, les Conception, les Victoria et le Santiago. L'expédition s'avérera longue et ardue, et un seul navire, le Victoria, rentrerait chez lui trois ans plus tard, transportant à peine 18 des 270 membres d'équipage d'origine de la flotte.

En septembre 1519, la flotte de Magellan partit de Sanlúcar de Barrameda, en Espagne, et traversa l'océan Atlantique, qui était alors simplement connu sous le nom de mer océanique. La flotte atteint l'Amérique du Sud un peu plus d'un mois plus tard. Là, les navires ont navigué vers le sud, longeant la côte à la recherche du détroit légendaire qui permettrait le passage à travers l'Amérique du Sud. La flotte s'est arrêtée à Port San Julian où l'équipage s'est mutiné le jour de Pâques en 1520. Magellan a rapidement réprimé le soulèvement, exécutant l'un des capitaines et laissant derrière lui un autre capitaine mutin. Pendant ce temps, Magellan avait envoyé le Santiago d'explorer la route à venir, où il a fait naufrage lors d'une terrible tempête. Les membres d'équipage du navire ont été secourus et répartis parmi les navires restants. Avec ces événements désastreux derrière eux, la flotte a quitté Port San Julian cinq mois plus tard lorsque les violentes tempêtes saisonnières se sont calmées.

Le 21 octobre 1520, Magellan pénétra enfin dans le détroit qu'il cherchait et qui portera son nom. Le voyage à travers le détroit de Magellan fut traître et froid, et de nombreux marins continuèrent à se méfier de leur chef et à se plaindre des dangers du voyage à venir. Aux premiers jours de la navigation du détroit, l'équipage du San Antonio força son capitaine à déserter, et le navire fit demi-tour et s'enfuit à travers l'océan Atlantique pour retourner en Espagne. À ce stade, seuls trois des cinq navires d'origine restaient dans la flotte de Magellan.

Magellan : le tour du globe

Après plus d'un mois passé à traverser le détroit, l'armada restante de Magellan a émergé en novembre 1520 pour contempler un vaste océan devant eux. Ils ont été les premiers Européens connus à voir le grand océan, que Magellan a nommé Mar Pacifico, l'océan Pacifique, pour son apparente tranquillité, un contraste frappant avec les eaux dangereuses du détroit dont il venait de sortir. En fait, les eaux extrêmement agitées ne sont pas rares dans l'océan Pacifique, où les tsunamis, les typhons et les ouragans ont causé de graves dommages aux îles du Pacifique et aux pays riverains à travers l'histoire.

On savait peu de choses sur la géographie au-delà de l'Amérique du Sud à cette époque, et Magellan a estimé avec optimisme que le voyage à travers le Pacifique serait rapide. En fait, il a fallu trois mois à la flotte pour traverser lentement le vaste Mar Pacifico. Les jours s'éternisaient alors que l'équipage de Magellan attendait avec impatience de prononcer les mots magiques « Terre, ho ! » Enfin, la flotte a atteint l'île Pacifique de Guam en mars 1521, où elle a finalement reconstitué ses réserves de nourriture.

La flotte de Magellan a ensuite navigué vers l'archipel des Philippines, débarquant sur l'île de Cebu, où Magellan s'est lié d'amitié avec les habitants et, frappé d'un zèle religieux soudain, a cherché à les convertir au christianisme. Magellan était maintenant plus proche que jamais d'atteindre les îles aux épices, mais lorsque les Cebu lui ont demandé son aide pour combattre leurs voisins sur l'île de Mactan, Magellan a accepté. Il supposait qu'il remporterait une victoire rapide avec ses armes européennes supérieures, et contre l'avis de ses hommes, Magellan lui-même mena l'attaque. Les Mactanais se sont battus férocement et Magellan est tombé lorsqu'il a été touché par une flèche empoisonnée. Ferdinand Magellan meurt le 27 avril 1521.

Magellan n'atteindra jamais les îles aux épices, mais après la perte d'un autre des navires de sa flotte, les deux navires restants ont finalement atteint les Moluques le 5 novembre 1521. En fin de compte, seul le Victoria a terminé le voyage autour du monde et est revenu à Séville, en Espagne, en septembre 1522 avec une lourde cargaison d'épices, mais avec seulement 18 hommes de l'équipage d'origine, dont l'érudit et explorateur italien Antonio Pigafetta. Le journal que Pigafaetta a tenu pendant le voyage est un enregistrement clé de ce que l'équipage a rencontré lors de son voyage de retour.

Impact de Ferdinand Magellan

En quête de richesse et de gloire personnelle, le voyage audacieux et ambitieux de Magellan autour du monde a fourni aux Européens bien plus que de simples épices. Bien que le voyage vers l'ouest de l'Europe vers l'est via le détroit de Magellan ait été découvert et cartographié, le voyage était trop long et dangereux pour devenir une route pratique vers les îles aux épices. Néanmoins, les connaissances géographiques européennes ont été élargies de manière incommensurable par l'expédition de Magellan. Il a non seulement trouvé un océan massif, jusqu'alors inconnu des Européens, mais il a également découvert que la Terre était beaucoup plus grande qu'on ne le pensait auparavant. Enfin, bien que l'on ne croyait plus que la terre était plate à ce stade de l'histoire, le tour du globe de Magellan a discrédité empiriquement la théorie médiévale de manière concluante.

Bien que Magellan soit souvent crédité du premier tour du monde, il l'a fait sur un détail technique : il a d'abord fait un voyage d'Europe vers les îles aux épices, vers l'est via l'océan Indien, puis a fait plus tard son célèbre voyage vers l'ouest qui l'a amené à Les Philippines. Il a donc couvert tout le terrain, mais ce n'était pas un strict point A à point A, un tour du monde, et c'était fait dans deux directions différentes. Son esclave, Enrique, cependant, est né à Cebu ou à Mallaca et est venu en Europe avec Magellan par bateau. Dix ans plus tard, il est ensuite retourné à Cebu (avec Magellan) et à Mallaca (après la mort de Magellan) par bateau sur la route de l'armada vers l'ouest. Enrique a donc été la première personne à faire le tour du monde dans une seule direction, d'un point A à un point A.


Biographie de Ferdinand Magellan, explorateur a fait le tour de la Terre

Ferdinand Magellan (3 février 1480 – 27 avril 1521), un explorateur portugais, a mis les voiles en septembre 1519 avec une flotte de cinq navires espagnols pour tenter de trouver les îles aux épices en se dirigeant vers l'ouest. Bien que Magellan soit mort pendant le voyage, il est crédité du premier tour de la Terre.

Faits saillants : Ferdinand Magellan

  • Connu pour: explorateur portugais crédité d'avoir fait le tour de la Terre
  • Aussi connu sous le nom: Fernando de Magallanes
  • Née: 3 février 1480 à Sabrosa, Portugal
  • Parents: Magalhaes et Alda de Mesquita (m. 1517-1521)
  • Décédés: 27 avril 1521 dans le royaume de Mactan (aujourd'hui Lapu-Lapu City, Philippines)
  • Récompenses et honneurs: L'Ordre de Magellan a été créé en 1902 pour honorer ceux qui ont fait le tour de la Terre.
  • Conjoint: Maria Caldera Beatriz Barbosa
  • Enfants: Rodrigo de Magalhães, Carlos de Magalhães
  • Citation notable: "L'église dit que la terre est plate mais j'ai vu son ombre sur la lune, et j'ai plus confiance même dans une ombre qu'en l'église."

La controverse sur qui était le premier

Il y a eu un débat considérable autour de qui ont été les premières personnes à faire le tour du monde. La réponse facile est Juan Sabastian Elcano et le reste de l'équipage de Magellan&# x2019s flotte à partir de l'Espagne le 20 septembre 1519, et de retour en septembre 1522. Mais il y a un autre candidat qui aurait pu faire le tour du monde avant eux &# x2014 Magellan&# x2019 serviteur Enrique. En 1511, Magellan était en voyage pour le Portugal vers les îles aux épices et a participé à la conquête de Malacca où il a acquis son serviteur Enrique. Avance rapide dix ans plus tard, Enrique est avec Magellan aux Philippines. Après la mort de Magellan&# x2019, il est rapporté qu'Enrique était affligé et quand il a découvert qu'il n'allait pas être libéré, contrairement à la volonté de Magellan&# x2019, il s'est enfui. À ce stade, le dossier devient trouble. Certains récits indiquent qu'Enrique s'est enfui dans la forêt. Les documents officiels espagnols répertorient Enrique parmi les hommes massacrés lors de l'attaque, mais certains historiens remettent en question la crédibilité ou l'exactitude des documents, citant un parti pris contre les peuples autochtones.

Ainsi, il est possible que si Enrique avait survécu après son évasion, il aurait pu retourner à Malacca où il a été à l'origine réduit en esclavage par Magellan en 1511. Si c'est vrai, cela signifierait qu'Enrique &# x2014 pas Elcano et les membres survivants de l'équipage — a été la première personne à faire le tour du monde, mais pas en un seul voyage.  


La proposition du voyage de Ferdinand Magellan

Déçu par les démentis constants du roi Manuel Ier, Magellan s'est tourné vers Charles Ier, le roi d'Espagne (photo ci-dessus). Magellan a proposé une route vers les îles aux épices dans les Moluques par l'ouest au lieu de faire le tour de l'Afrique. Charles Ier, dans l'espoir que cela pourrait profiter économiquement à l'Espagne si une route commerciale était établie, a accepté de financer le voyage. La flotte pour ce voyage se composait de cinq navires et d'environ 270 hommes, la plupart d'origine espagnole.


Dire Straits: l'histoire du voyage de découverte fatal de Ferdinand Magellan

L'explorateur portugais renégat Ferdinand Magellan a organisé une expédition espagnole qui a achevé le premier tour de la Terre, bien que cela lui ait coûté la vie. Écrire pour L'histoire de la BBC révélée, Pat Kinsella raconte l'histoire et la chronologie d'un triomphe assailli par la mutinerie, la malnutrition et le désastre

Ce concours est maintenant terminé

Publié : 27 avril 2021 à 12h00

Si tout s'était déroulé comme prévu lors de l'expédition décisive de Ferdinand Magellan, presque personne ne connaîtrait son nom maintenant. En fait, tout s'est mal passé pour le capitaine de la marine portugaise, mais il est entré dans l'histoire en tant que premier explorateur à faire le tour de la planète, même s'il est décédé au milieu du voyage.

Magellan est cependant devenu le premier Européen à mener un voyage dans l'océan Pacifique – même si les futurs marins haussaient régulièrement des sourcils alarmés au nom qu'il lui avait légué. L'expédition qu'il a dirigée (ou au moins l'un des cinq navires qui sont partis d'Espagne en 1519) a effectué la première boucle complète connue du globe.

Bien que Magellan n'aurait jamais pu prédire les événements extraordinaires qui allaient suivre, peut-être que l'idée d'une immortalité de réputation aurait procuré à l'homme de 41 ans une miette de réconfort le 27 avril 1521, alors qu'il pataugeait dans les bas-fonds d'une plage de l'île. de Mactan aux Philippines, mortellement blessé et alourdi par son armure. Il avait été identifié comme le chef de la force extraterrestre d'invasion par les guerriers enragés du chef de l'île Lapu-Lapu, et était sur le point de subir une mort inutile et totalement évitable après que sa démonstration malavisée de puissance militaire se soit retournée contre lui de manière spectaculaire.

Les derniers instants de Magellan ont été frénétiques et violents. Mais s'il n'avait pas pris la décision fatidique de diriger une petite force contre une armée de défense de 1 500 hommes prêts au combat, alors peut-être ne serait-il pas resté dans les mémoires comme l'un des plus grands explorateurs de son époque.

Qui était Ferdinand Magellan ?

Né dans une famille aristocratique portugaise en 1480, Ferdinand Magellan est devenu orphelin alors qu'il était jeune garçon et à l'âge de 12 ans, il entra à la cour royale de Lisbonne en tant que page d'Aliénor de Viseu, épouse du roi Jean II. Treize ans plus tard, il s'engage dans la flotte du vice-roi portugais aux Indes et passe sept ans à apprendre les ficelles de sa future carrière lors de voyages riches en action en Asie et en Afrique.

Magellan faisait partie de la force d'invasion qui a permis au Portugal de prendre le contrôle des routes commerciales les plus importantes de la région lorsqu'il a conquis Malacca sur la péninsule malaise en 1511, et il s'est peut-être aventuré aussi loin à l'est que les Moluques (îles aux épices) de l'Indonésie moderne. . Au cours de ces aventures, il acheta un homme de langue malaise, Enrique de Malacca, pour être son esclave, son interprète et son compagnon – et il le resta lors de tous les voyages ultérieurs de Magellan.

En 1512, Magellan était de retour à Lisbonne avec une carrière prometteuse devant lui. Il rejoint bientôt l'immense corps expéditionnaire de 500 navires et 15 000 soldats que le successeur de Jean II, le roi Manuel Ier, envoya pour punir le gouverneur du Maroc pour ne pas avoir payé son tribut à la couronne portugaise en 1513. C'est lors d'une escarmouche qu'il soutint une blessure qui l'a laissé boiter toute sa vie. Mais il a ensuite été accusé de commerce illégal avec les Maures, ce qui l'a vu tomber en disgrâce.

Étudiant passionné de cartes et de graphiques, absorbé par une envie d'explorer, Magellan avait élaboré un plan pour ouvrir une route vers l'ouest vers les îles aux épices, évitant la route périlleuse autour du cap de Bonne-Espérance. Cependant, le traité de Tordesillas de 1494 et les expéditions et réalisations d'explorateurs tels que Vasco de Gama avaient déjà accordé au Portugal le contrôle total de la route vers l'est autour de l'Afrique australe, et Manuel était désintéressé des idées de Magellan.

Ce camouflet a laissé le capitaine ambitieux et capable dangereusement mécontent - une bénédiction pour les Espagnols, qui cherchaient désespérément un autre moyen d'accéder aux richesses de l'Inde et de l'Extrême-Orient. En 1517, Magellan décampa à Séville en Espagne, où il épousa rapidement la fille d'un autre exilé portugais, eut deux enfants et commença à tendre l'oreille de Charles Ier au sujet d'une route occidentale vers les îles aux épices.

Le roi espagnol de 18 ans – petit-fils du roi Ferdinand et de la reine Isabelle, qui avait commandé les aventures de Colomb – était désespéré de faire sa marque et d'écraser la domination de ses rivaux ibériques sur le commerce extrêmement lucratif des épices. Il saisit l'opportunité potentielle de contourner l'Afrique, tout en évitant de rompre les termes du traité avec les puissants Portugais, et chargea Magellan d'entreprendre la mission expéditionnaire qu'il avait hâte de poursuivre.

Bien sûr, Magellan n'a pas été le premier explorateur européen à naviguer vers l'ouest à la recherche d'une porte dérobée vers les trésors de l'Orient. Colomb s'était aventuré de cette façon à travers l'Atlantique à la recherche des Indes orientales en 1492, avant de se heurter aux Bahamas à la place, tandis que John Cabot (alias Giovanni Caboto), un capitaine vénitien commandé par Henri VII d'Angleterre, avait navigué de Bristol à Terre-Neuve en 1497 .

Contrairement à Colomb - qui a fait trois autres voyages à travers l'océan occidental, mais est mort en niant qu'il explorait en fait un tout nouveau continent - les Espagnols ont vite réalisé qu'il s'agissait d'une masse terrestre différente (les Amériques). Alors que cette révélation finirait par rapporter des richesses au-delà de leurs rêves les plus fous en termes d'or, Magellan se concentrait sur la façon de dépasser ce «nouveau monde» afin d'atteindre les îles aux épices au-delà.

Aucun Européen n'avait contourné le Cap Horn – ni même posé les yeux sur lui – mais un aventurier espagnol nommé Vasco Núñez de Balboa avait découvert l'océan au-delà du Nouveau Monde en 1513, en traversant l'isthme de Panama. Magellan, un visionnaire qui travaillait avec les cartographes et cosmographes les plus avancés de l'époque, était convaincu qu'il existait un moyen de se déplacer dans les Amériques.

Vers l'ouest ho

En septembre 1519, Magellan a dirigé cinq navires, pilotés par un équipage multinational de 270 hommes, dans l'Atlantique - son navire amiral le Trinidad, plus le Santiago, San Antonio, Conception et Victoria. La nouvelle de sa mission parvint à Manuel I, qui envoya jalousement un détachement naval portugais pour suivre l'expédition, mais Magellan les devança.

Mais il ne pouvait pas échapper aussi facilement à tous ses ennemis, d'autant plus que certains étaient parmi ses propres hommes. De nombreux marins espagnols du groupe expéditionnaire se méfiaient de leur commandant portugais. Certains de ses membres d'équipage étaient des criminels libérés de prison en échange d'avoir entrepris le dangereux voyage. D'autres ont adhéré simplement parce qu'ils évitaient les créanciers.

La flotte a été touchée par une tempête, ce qui a provoqué un retard et entraîné un rationnement de nourriture. Ici, Juan de Cartagena – qui avait été nommé capitaine du plus grand navire, le San Antoine, en raison de ses bonnes relations, bien qu'étant vert dans le domaine de l'exploration et marin inexpérimenté - a commencé à critiquer ouvertement la compétence de Magellan et à refuser de saluer son capitaine général. Magellan fit arrêter Carthagène, relevé de son commandement et emprisonné dans le brick de la Victoria jusqu'à ce qu'ils atteignent l'Amérique du Sud. L'incident a été un précurseur des événements beaucoup plus dramatiques et sanglants à venir.

En décembre, l'expédition atteint l'Amérique du Sud et touche terre à Rio de Janeiro. Pendant deux semaines, ils ont interagi avec les peuples autochtones, échangeant des babioles contre de la nourriture et des faveurs sexuelles, avant que la flotte ne navigue vers le sud, parcourant la côte à la recherche d'une ouverture. Ils ont passé des semaines infructueuses à explorer l'estuaire du Río de la Plata pour ce passage insaisissable, avant que les conditions glaciales n'obligent le groupe à chercher refuge pour l'hiver à Port St Julian en Patagonie.

Chronologie : le voyage de Ferdinand Magellan

Dix moments marquants du voyage de Magellan dans l'inconnu, tracés sur une copie de 1544 de l'Atlas Agnese, produit par le cartographe italien Battista Agnese

20 septembre 1519 : La flotte met les voiles

La flotte de cinq navires de Magellan avec un équipage de 270 personnes quitte Sanlúcar de Barrameda dans le sud-ouest de l'Espagne. Soutenu par l'empereur des Habsbourg Charles V, le voyage est financé par l'argent bancaire allemand. L'équipage est venu de toute l'Europe et même de l'Afrique, et équipé pour un voyage de deux ans.

26 septembre 1519 : Une crise d'approvisionnement

La flotte atteint les îles Canaries, mais est déjà en proie à des problèmes. Magellan se rend compte qu'il a été victime d'une escroquerie avant le départ. Il doit également distancer les navires portugais qui tentent de l'arrêter comme traître à la solde de l'Espagne.

Décembre 1519 : Les tensions montent

La flotte traverse avec succès l'Atlantique et arrive dans la baie de Rio de Janeiro. Les tensions sont déjà vives entre le commandant portugais et les nobles espagnols en voyage, qui continuent de remettre en question son autorité. En descendant les côtes de la Patagonie, ils rencontrent des « géants », dont l'un est embarqué.

Octobre 1520 : Grève des mutins

Après un voyage exténuant vers le sud, mettant fin à une mutinerie et détruisant un navire, Magellan découvre le « détroit de Magellan », une route qui traverse la pointe sud de l'Amérique du Sud jusqu'au Pacifique. Naviguer sur son chemin prend plus d'un mois à travers des eaux inconnues dans des conditions terribles avec la perte d'un autre navire.

Novembre 1520 : Dans le Pacifique

Magellan émerge enfin en pleine mer. Il la nomme « Mare Pacificum », ou « mer paisible ». Il est le premier Européen à traverser le Pacifique, bien qu'ayant sous-estimé sa taille de près de moitié, la prochaine étape du voyage est tout sauf paisible. De nombreux membres de l'équipage meurent du scorbut.

Mars 1521 : Atterrir enfin

Après plus de trois mois de navigation hors de vue, l'équipage ravagé atterrit à Guam, en Micronésie. Tentant de commercer avec les habitants, Magellan et son équipage les accusent de vol, nommant les îles « Ladrones » : les « îles des voleurs ».

27 avril 1521 : Magellan est tué

Magellan se retrouve mêlé à des conflits entre chefs rivaux et tente d'affirmer son autorité en attaquant le souverain de Mactan dans l'archipel des Philippines. Magellan et de nombreux membres d'équipage sont tués sur la plage. Son corps n'est jamais retrouvé.

Novembre 1521 : Un nouveau commandant

Le capitaine espagnol Juan Sebastián Elcano prend le commandement et atteint enfin Tidor dans les îles Moluques. Exploitant l'hostilité locale envers les Portugais, il charge les deux navires restants d'un important lot d'épices dont le bénéfice récupère près du double de l'investissement initial du voyage.

Décembre 1521 : Elcano rentre à la maison

Elcano prend la décision de renvoyer un navire via le Pacifique, mais il est rattrapé par des patrouilles de navires portugais. L'équipage est arrêté et le navire perdu en mer. Le navire restant d'Elcano retourne en Espagne via l'océan Indien et le cap de Bonne-Espérance.

6 septembre 1522 : L'odyssée se termine

Elcano revient à Sanlúcar, près de trois ans après le départ de la flotte. Seuls 18 des 270 membres d'équipage d'origine survivent, dont le chroniqueur vénitien Antonio Pigafetta, dont le livre reste le principal témoin oculaire du voyage. La nouvelle du voyage se répand dans toute l'Europe et provoque un conflit diplomatique sur les Moluques entre l'Espagne et le Portugal.

Le moral s'effondrait déjà lorsqu'en avril 1520, Carthagène fit son entrée. Il s'est échappé Victoria, remonta à bord du San Antonio, et a commencé à semer le trouble et à obtenir le soutien de l'équipage et des officiers espagnols, jouant sur le mauvais sang au sujet de la nationalité portugaise de Magellan.

Dans la mutinerie qui a suivi, le San Antonio a été déclaré indépendant du commandement de Magellan. Les capitaines de la Conception et le Victoria (Gaspar de Quesada et Luiz Mendoza) les ont rejoints, de même que le Victoriale pilote de Juan Sebastián Elcano, ainsi que de nombreux officiers et membres d'équipage. Une lettre a été envoyée à Magellan sur la Trinité, exigeant qu'il reconnaisse que la flotte n'était plus sous son commandement.

Magellan renvoya froidement sa réponse entre les mains d'un assassin. Après avoir côtoyé le Victoria dans un petit bateau, tout en faisant semblant de remettre la lettre à Mendoza, l'homme a mortellement poignardé le capitaine errant à la place. Simultanément, l'équipage fidèle à Magellan a pris d'assaut à bord du navire et a attaqué les mutins, qui ont été vaincus.

Les rebelles ont gardé le contrôle de la San Antonio et Conception, avec Carthagène ayant abordé ce dernier avant que les combats n'éclatent. Magellan positionna les trois navires dont il disposait à l'embouchure de la baie et se prépara au combat.

Pendant la nuit, des vents violents ont causé San Antonio de traîner son ancre et de dériver vers la Trinité. Magellan a rencontré le navire venant en sens inverse avec une bordée de canon, provoquant la reddition des mutins à bord de la caraque sinistrée. Concédant la défaite, Carthagène a emboîté le pas et a renoncé à la Conception sans résistance le lendemain matin.

Après avoir réprimé la révolte, Magellan a immédiatement condamné 30 hommes à mort, mais ensuite (conscient de ses ressources élimées) a commué leur peine en travaux forcés. Les chefs de la mutinerie n'ont pas eu cette chance. Quesada a été décapité pour trahison, et son corps et celui de Mendoza ont été mutilés et mis sur des bâtons. Trop effrayé par les relations de Carthagène pour ordonner son exécution, Magellan le laissa plutôt abandonné avec Padre Sánchez de la Reina, un prêtre qui avait soutenu les mutins. On n'a plus jamais entendu parler d'eux.

La vraie affaire

L'héritage scientifique et cartographique de l'expédition de Magellan est immense. Pour planifier son expédition, l'explorateur s'est associé au cosmographe Rui Faleiro, un pionnier dans la détermination de la latitude et de la longitude, et aux cartographes portugais Jorge Reinel et Diogo Ribeiro, qui ont développé des cartes pour le voyage. Pourtant, personne n'aurait pu préparer Magellan à l'ampleur écrasante de l'océan Pacifique auparavant inexploré, que les hommes pensaient traverser en quelques jours. Au lieu de cela, cela leur a pris plus de trois mois, ce qui signifie qu'ils étaient terriblement sous-approvisionnés et souffraient terriblement du scorbut. Ribeiro a utilisé les données de l'expédition de Magellan pour apporter des améliorations et des mises à jour à la première carte du monde scientifique, le Padrón Real.

De retour en cours

En juillet, Magellan envoya le Santiago en éclaireur pour le passage insaisissable. Elle a découvert le Rio de Santa Cruz dans ce qui est aujourd'hui l'Argentine, mais a sombré dans une tempête en essayant de faire le voyage de retour. Remarquablement, l'équipage a survécu et deux hommes ont parcouru les terres pendant 11 jours pour alerter Magellan, qui a organisé une mission de sauvetage.

En octobre, toute la flotte s'ébranle et Magellan aperçoit enfin le détroit qui porte désormais son nom, une route entre la pointe de l'Amérique du Sud continentale et l'archipel de la Terre de Feu. Cependant, les conditions sont restées difficiles et lorsque la flotte s'est séparée pour explorer les deux côtés d'une île, l'équipage du San Antonio forcé leur capitaine à déserter et à retourner en Espagne (où ils répandirent des rumeurs calomnieuses sur la brutalité de Magellan pour éviter la punition).

Alors que la flotte principale attendait en vain le San Antonio, Gonzalo de Espinosa mena une avant-garde le long du détroit, revenant après six jours avec une nouvelle qui fit pleurer de joie Magellan : ils avaient aperçu le large. Le 28 novembre, l'expédition a émergé dans un océan qui semblait si relativement bénin ce jour-là, Magellan l'a nommé Mar Pacifico, ou Mer Pacifique.

Cependant, la vraie nature et l'énormité du Pacifique furent bientôt révélées à l'explorateur. La flotte quitta les côtes chiliennes pour traverser le nouvel océan, un voyage que Magellan devait durer quatre jours, mais qui dura près de quatre mois. La flotte était terriblement mal préparée et les marins ravagés par le scorbut et la soif, beaucoup mourant.

Magellan traversa l'équateur en février 1521 et atteignit l'île pacifique de Guam en mars, où la flotte reconstitua ses réserves épuisées. Peu de temps après, ils arrivèrent enfin à l'archipel des Philippines. Ceci, cependant, n'était que le début des vrais problèmes de Magellan, sa planification et son leadership d'autrefois se sont considérablement défaits lorsqu'il s'est inutilement mêlé à une dispute entre deux chefs locaux.

Aux Philippines, Magellan communiquait avec les rajahs locaux par l'intermédiaire de son esclave malais, Enrique. À la demande de l'explorateur évangélique, un certain nombre de chefs insulaires - dont Rajah Humabon de Cebu - se sont convertis au christianisme.

En échange de son âme, cependant, Humabon chercha le soutien de Magellan dans un différend avec un voisin, Lapu-Lapu, un chef de l'île de Mactan, qui avait déjà irrité l'explorateur en refusant de se convertir ou de s'incliner devant la couronne espagnole.

Le 27 avril 1521, 60 Européens lourdement armés accompagnent une flotte de bateaux philippins à Mactan, où Lapu-Lapu refuse à nouveau de reconnaître l'autorité de Humabon ou des Espagnols. Face à 1 500 guerriers, Magellan – confiant dans la capacité de choc et d'effroi de son armement supérieur, qui comprenait des fusils, des arbalètes, des épées et des haches – a ordonné à Humabon de rester en retrait, alors qu'il pataugeait à terre avec un groupe d'attaque de 49 hommes.

Ils ont incendié plusieurs maisons pour tenter d'effrayer les insulaires, mais cela n'a servi qu'à pousser les guerriers de Lapu-Lapu dans une rage de bataille. Dans la mêlée qui en résulta en bord de mer, où les Européens étaient alourdis par leur armure, Magellan fut identifié et blessé par un coup de lance en bambou. Abattu, il a ensuite été encerclé et tué, ainsi que plusieurs autres. Avec leur capitaine mort, les survivants se sont retirés dans les bateaux.

Après la bataille, lorsque les Européens ont refusé de libérer Enrique (malgré les ordres de Magellan de le faire en cas de mort), Humabon s'est retourné contre les Espagnols. Plusieurs ont été empoisonnés lors d'un festin, dont Duarte Barbosa et João Serrão, qui avaient pris la direction de l'expédition après la disparition de Magellan.

Faire le tour du cercle

João Carvalho prend le commandement de la flotte et ordonne un départ immédiat. À cette époque, cependant, il restait trop peu d'hommes pour équiper les trois navires. Les Conception a été incendié, et les deux navires restants se sont dirigés vers Brunei, se livrant à une tache de piraterie en cours de route et attaquant une jonque à destination de la Chine. Espinosa a ensuite remplacé Carvalho en tant que leader, ainsi que capitaine de la Trinité, tandis qu'Elcano était nommé capitaine du Victoria.

En novembre, l'expédition atteint enfin les îles aux épices et parvient à commercer avec le sultan de Tidore. Chargés de clous de girofle, ils ont tenté de rentrer chez eux en naviguant vers l'ouest à travers l'océan Indien - ce qui n'avait jamais été l'intention de Magellan - jusqu'à ce que le Trinité a commencé à fuir. The wounded ship stopped for repairs, and eventually tried to return via the Pacific, but was captured by the Portuguese and subsequently sank.

Meanwhile, under the captaincy of Elcano, the Victoria continued across the Indian Ocean, eventually limping around the Cape of Good Hope in May. Tragically, 20 men starved on the last leg along the Atlantic coast of Africa, and another 13 were abandoned on Cape Verde – Elcano had put into port to resupply, but the Portuguese there caught on that they were part of a Spanish expedition fearing for his cargo, Elcano fled.

On 6 September 1522, after three years’ absence, Victoria arrived in Spain, becoming the first ship to have sailed around the planet. Only 18 of Magellan’s original 270-man crew arrived with her. Though ultimately successful in finding a western passage that opened up the Pacific and the west coast of the Americas, the Strait of Magellan proved too far south to be a viable trade route to the Orient, which intensified the search for the elusive Northwest Passage from the mid-16th century.

Although Magellan didn’t make it home, he did complete a full circumnavigation of the globe (Philippines to Philippines, albeit in two chunks separated by several years), a feat probably matched by his Malaysian slave Enrique. But the first European to definitively do so in a single voyage was the man who captained Victoria on her final leg – the mutineer Elcano.

Drake’s fortune

The next European to complete a circumnavigation of the globe was the English sea captain and privateer Francis Drake. During his second expedition (1577–1580), Drake also sailed west, returning into Plymouth with the Golden Hind on 26 September 1580, laden with spices and Spanish bounty, winning himself a knighthood.

Pat Kinsella specialises in adventure journalism as a writer, photographer and editor


Début de la vie

Magellan was the son of Rui de Magalhães and Alda de Mesquita, members of the Portuguese nobility. At an early age he became a page to Queen Leonor, wife of John II (reigned 1481–95) and sister of Manuel I (reigned 1495–1521), in Lisbon. In early 1505 he enlisted in the fleet of Francisco de Almeida, first viceroy of Portuguese India, whose expedition King Manuel sent to check Muslim sea power along the African and Indian coasts and to establish a strong Portuguese presence in the Indian Ocean. During a naval engagement at Cannanore (now Kannur) on the Malabar Coast of India, Magellan is said by the chronicler Gaspar Correia (also spelled Corrêa) to have been wounded. Though Correia states that during this early period of his Indian service, Magellan acquired considerable knowledge of navigation, little is known of Magellan’s first years in the East until he appears among those sailing in November 1506 with Nuno Vaz Pereira to Sofala on the Mozambique coast, where the Portuguese had established a fort.

By 1507 Magellan was back in India. He took part, on February 2–3, 1509, in the great Battle of Diu, in which the Portuguese defeated a Muslim fleet and thereby gained supremacy over most of the Indian Ocean. Reaching Cochin (now Kochi, India) in the fleet of Diogo Lopes de Sequeira, he subsequently left for the Malay city-state of Malacca (now Melaka, Malaysia). Magellan is mentioned as being sent to warn the commander of the Portuguese ships in Malacca’s waters of impending attack by Malays. During the subsequent fighting he saved the life of a Portuguese explorer, his close friend Francisco Serrão. (Serrão, possibly a relative of Magellan’s, had sailed with Magellan to India in 1505.) Magellan attempted to return to Portugal afterward but was unsuccessful. At a council held at Cochin on October 10, 1510, to decide on plans for retaking Goa—which the Portuguese had captured earlier in the year but then lost—he advised against taking large ships at that season. Nevertheless, the new Portuguese governor in India, Afonso de Albuquerque, did so, and the city fell to the Portuguese on November 24. Magellan’s name does not appear among those who fought.

The Portuguese victories off the eastern coast of Africa and the western coast of India had broken Muslim power in the Indian Ocean, and the purpose of Almeida’s expedition—to wrest from the Arabs the key points of sea trade—was almost accomplished. Yet without control of Malacca, their achievement was incomplete. At the end of June 1511, therefore, a fleet under Albuquerque left for Malacca, which fell after six weeks. This event, in which Magellan took part, was the crowning Portuguese victory in the Orient. Through Malacca passed the wealth of the East to the harbours of the West, and in command of the Malacca Strait the Portuguese held the key to the seas and ports of Malaysia. It remained only to explore the wealth-giving Moluccas (now part of Indonesia), the islands of spice. Accordingly, early in December 1511 they sailed on a voyage of reconnaissance, and after reaching Banda they returned with spice in 1512. The claim made by some that Magellan went on this voyage rests on unproven statements by Italian geographer Giovanni Battista Ramusio and Spanish historian Leonardo de Argensola, and the want of evidence argues against its acceptance. However, it is known that Magellan’s friend Serrão was in command of one of the ships and that he later sent Magellan helpful information from the Moluccas about those islands.

By mid-1513 Magellan was back in Lisbon, but he soon joined the forces sent against the Moroccan stronghold of Azamor (Azemmour). In a skirmish that August he sustained a leg wound that caused him to limp for the rest of his life. Returning to Lisbon in November 1514, he asked King Manuel for a token increase in his pension as a reward. But unfounded reports of irregular conduct on his part had reached the king: after the siege of Azamor, Magellan was accused of having sold a portion of the war spoils back to the enemy. Refusing Magellan’s request for a reward, Manuel ordered him back to Morocco. Early in 1516 Magellan renewed his petition the king, refusing once more, told him he might offer his services elsewhere.


Ferdinand Magellan


Ferdinand Magellan by Charles Legrand
  • Occupation: Explorer
  • Née: 1480 in Portugal
  • Died: April 27, 1521 in Cebu, Philippines
  • Best known for: First to circumnavigate the globe

Ferdinand Magellan led the first expedition to sail all the way around the world. He also discovered a passage from the Atlantic Ocean to the Pacific Ocean that is today called the Straits of Magellan.

Ferdinand Magellan was born in 1480 in northern Portugal. He grew up in a wealthy family and served as a page in the royal court. He enjoyed sailing and exploring and sailed for Portugal for many years.

Magellan had traveled to India by sailing around Africa, but he had the idea that there may be another route by traveling west and around the Americas. The King of Portugal did not agree and argued with Magellan. Finally, Magellan went to King Charles V of Spain who agreed to fund the voyage.

In September of 1519 Magellan set sail in his attempt to find another route to Eastern Asia. There were over 270 men and five ships under his command. The ships were named the Trinidad, the Santiago, the Victoria, the Concepcion, and the San Antonio.

They first sailed across the Atlantic and to the Canary Islands. From there they sailed south to Brazil and the coast of South America.

As Magellan's ships sailed south the weather turned bad and cold. On top of that, they had not brought enough food. Some of the sailors decided to mutiny and tried to steal three of the ships. Magellan fought back, however, and had the leaders executed.

Magellan continued to sail south. Soon he found the passage he was seeking. He called the passage the All Saints' Channel. Today it is called the Straits of Magellan. Finally he entered into a new ocean on the other side of the new world. He called the ocean the Pacifico, meaning peaceful.

Now that they were on the other side of South America, the ships sailed for China. There were only three ships left at this point as the Santiago had sunk and the San Antonio had disappeared.

Magellan thought it would only take a few days to cross the Pacific Ocean. Il s'est trompé. It took nearly four months for the ships to make it to the Mariana Islands. They barely made it and nearly starved during the voyage.

After stocking up on supplies, the ships headed to the Philippines. Magellan became involved in an argument between local tribes. He and around 40 of his men were killed in a battle. Unfortunately, Magellan would not see the end of his historic journey.

Only one of the original five ships made it back to Spain. It was the Victoria captained by Juan Sebastian del Cano. It returned in September of 1522, three years after first leaving. There were only 18 surviving sailors, but they had made the first trip around the world.

One of the survivors was a sailor and scholar named Antonio Pigafetta. He wrote detailed journals throughout the voyage recording all that happened. Much of what we know about Magellan's travels comes from his journals. He told of the exotic animals and fish they saw as well as the terrible conditions they endured.


The Discovery of the New World

While the Portuguese were opening new sea routes along Africa, the Spanish also dreamed of finding new trade routes to the Far East. Christopher Columbus, an Italian working for the Spanish monarchy, made his first journey in 1492. Instead of reaching India, Columbus found the island of San Salvador in what is known today as the Bahamas. He also explored the island of Hispaniola, home of modern-day Haiti and the Dominican Republic.

Columbus would lead three more voyages to the Caribbean, exploring parts of Cuba and the Central American coast. The Portuguese also reached the New World when explorer Pedro Alvares Cabral explored Brazil, setting off a conflict between Spain and Portugal over the newly claimed lands. As a result, the Treaty of Tordesillas officially divided the world in half in 1494.

Columbus' journeys opened the door for the Spanish conquest of the Americas. During the next century, men such as Hernan Cortes and Francisco Pizarro would decimate the Aztecs of Mexico, the Incas of Peru, and other indigenous peoples of the Americas. By the end of the Age of Exploration, Spain would rule from the Southwestern United States to the southernmost reaches of Chile and Argentina.


The spice race

In the 15th Century, the great luxury commodity of the world was spices, and they were pivotal to the economy., Spice merchants became very wealthy, and lived lives of luxury, and this appealed to Ferdinand. Europe didn’t have the right climate for cultivating spices, so voyages had to be made to the countries that had them. Spain and Portugal led the expeditions to the Spice Islands, both trying to outdo the other at every turn. While some sailors had reached the Spice Islands, none of them had sailed around the globe, and Magellan wanted to be the first to do this.


Ferdinand de Magellan

Born in 1480 in Sabrosa, Portugal, Ferdinand Magellan at age 12 traveled to Lisbon to serve as page at Queen Leonora’s court.

Exposed to stories of the great Portuguese and Spanish rivalry for sea exploration and dominance over the spice trade and intrigued by the promise of fame and riches, he developed an interest in maritime discovery in those early years.

MAGELLAN: FROM PORTUGAL TO SPAIN

In the 15th century, spices were at the epicenter of the world economy.

Highly valued for flavoring and preserving food spices were extremely valuable.

Portugal and Spain led the competition for early control over this critical commodity. Europeans had reached the Spice Islands by sailing east, but none had yet to sail west from Europe to reach the other side of the globe. Magellan was determined to be the first to do so.

By now an experienced seaman, Magellan approached King Manuel of Portugal to seek his support for a westward voyage to the Spice Islands. The king refused his petition repeatedly. In 1517, frustrated, Magellan renounced his Portuguese nationality and relocated to Spain to seek royal support for his venture.

Soon Magellan secured an appointment to meet the king of Spain.

The grandson of King Ferdinand and Queen Isabella, who had funded Columbus’ expedition to the New World in 1492, received Magellan’s petition with the same favor shown by his grandparents. Just 18 years old at the time, King Charles I granted his support to Magellan, who in turn promised the young king that his westward sea voyage would bring immeasurable riches to Spain.

STRAIT OF MAGELLAN

On August 10, 1519 the Armada De Moluccas set sail. Magellan commanded the lead ship Trinité and was accompanied by four other ships: San Antonio, Conception, Victoria, et Santiago.

On October 21, 1520 Magellan finally entered the strait that he had been seeking and that came to bear his name. At this point, only three of the original five ships remained in Magellan’s fleet.

MAGELLAN: CIRCUMNAVIGATING THE GLOBE

After more than a month spent traversing the strait, Magellan’s remaining armada emerged in November 1520 to behold a vast ocean before them. They were the first known Europeans to see the great ocean, which Magellan named Mar Pacifico, the Pacific Ocean, for its apparent peacefulness, a stark contrast to the dangerous waters of the strait from which he had just emerged.

Magellan’s fleet then sailed on to the Philippine archipelago landing on the island of Cebu, where Magellan befriended the locals and, struck with a sudden religious zeal, he sought to convert them to Christianity. Magellan was now closer than ever to reaching the Spice Islands, but when the Cebu asked for his help in fighting their neighbors on the island of Mactan, Magellan agreed. He assumed he would command a swift victory with his superior European weapons, and against the advice of his men, Magellan himself led the attack. The Mactanese fought fiercely, and Magellan fell when he was shot with a poison arrow. He died on April 27, 1521.

Magellan would never make it to the Spice Islands, but after the loss of yet another of his fleet’s vessels, the two remaining ships finally reached the Moluccas on November 5, 1521. In the end, only the Victoria completed the voyage around the world and arrived back in Seville, Spain, in September 1522 with a heavy cargo of spices but with only 18 men from the original crew.

Seeking riches and personal glory, Magellan’s daring and ambitious voyage around the world provided the Europeans with far more than just spices. European geographic knowledge was expanded immeasurably by Magellan’s expedition. He found not only a massive ocean, hitherto unknown to Europeans, but he also discovered that the earth was much larger than previously thought. Finally, although it was no longer believed that the earth was flat at this stage in history, Magellan’s circumnavigation of the globe empirically discredited the medieval theory conclusively.


Voir la vidéo: Ferdinand Magellan