Arz von Straussenberg

Arz von Straussenberg


We are searching data for your request:

Forums and discussions:
Manuals and reference books:
Data from registers:
Wait the end of the search in all databases.
Upon completion, a link will appear to access the found materials.

Arz von Straussenberg est né en 1857. Il a rejoint l'armée austro-hongroise et, en 1915, a été très apprécié pour son commandement de la première armée sur le front de l'Est.

En mars 1917, Karl Ier, empereur d'Autriche et roi de Hongrie, limoge son chef d'état-major, le comte Franz Conrad, et le remplace par Straussenberg. Cependant, Karl, qui avait lui-même été commandant sur le front italien avant la mort de Franz Josef, a pris la plupart des décisions militaires importantes et Straussenberg s'est plaint plus tard qu'il était incapable d'exercer un contrôle sur ses propres commandants sur le terrain.

Après l'armistice, Straussenberg se retire de la vie publique. Arz von Straussenberg est décédé en 1935.


Qui est qui - Arz von Straussenberg

Le général Arz von Straussenberg (1857-1935) a connu une promotion rapide au sein de l'armée austro-hongroise une fois la guerre en cours pour la distinction inhabituelle de démontrer un succès constant dans le commandement, une denrée rare parmi les commandants austro-hongrois.

Nommé commandant de corps attaché à la première armée autrichienne sur le front de l'Est avec la déclaration de guerre en août 1914, Straussenberg a rapidement été félicité pour son rôle dans les opérations Gorlice-Tarnow lors de l'offensive allemande contre les insectes de mai-juin 1915.

En conséquence, il reçut, en 1916, le commandement de la Première Armée. Le succès a continué alors qu'il l'a mené à la victoire dans la campagne roumaine.

Avec l'ascension de Karl I sur le trône (à la place de Franz-Josef), et le désir du premier de rechercher un changement dans la hiérarchie du commandement, Straussenberg s'est vu confier le rôle de commandant en chef le 1er mars 1917, remplaçant l'ancien Conrad von Hotzendorf .

Il était cependant trop tard pour que le talentueux Straussenberg sauve l'armée austro-hongroise de la désintégration. Il se plaignit plus tard, avec une cause probable, que sa marge de manœuvre était limitée par l'ingérence constante de l'empereur dans les décisions de commandement.

En effet, le rôle de Straussenberg semble avoir été plus celui de conseiller de Karl que de commandant en chef, il fut anobli par ce dernier en 1918.

Néanmoins, Straussenberg a rencontré un succès limité dans son nouveau rôle, à la fois en repoussant l'offensive Kerenski de l'été 1917 et pour sa part dans l'offensive réussie de Caporetto plus tard cet automne.

De telles victoires ont cependant été éclipsées par le soutien (bien que réticent) de Straussenberg à une attaque sur deux fronts le long de la Piave en juin 1918 (dirigée par Conrad et Boroevic). Se soldant par un échec, cela hâta la désintégration définitive de l'armée.

Homme sans aucune ambition politique, Straussenberg prend sa retraite à la fin de la guerre. Il est mort en 1935.

Cliquez ici pour lire les louanges officielles d'Arz von Straussenberg à l'égard de l'armée allemande lors de l'offensive du printemps 1918.

samedi 22 août 2009 Michael Duffy

Le « White Star » était un mélange allemand de chlore et de phosgène gazeux, ainsi nommé en raison du marquage d'identification peint sur le boîtier de l'obus de livraison.

- Le saviez-vous?


Sisällysluettelo

Arthur Arz von Straussenburg syntyi Transilvanian Hermannstadtissa (nyk. Sibiu) 16. kesäkuuta 1857. Hänen isoisänsä Martin Samuel Arz oli korotettu aateliin vuonna 1835 ja oli myös toiminut Hermannstadtin postimestarina. [2] Hänen isänsä Karl Gustav Arz von Straussenburg oli postimestari [3] ja evankelisen kirkon paikallinen apupappi [2] .

Arz von Straussenburg pyrki ensin lyhyesti lakialalle. [4] Hän aloitti sotilasuransa vuonna 1876 vuoden vapaaehtoisella palveluksella unkarilaisessa jääkäripataljoona 23:ssa. Tämän jälkeen hän läpäisi reservin upseerin kokeen ja päätti ryhtyä vakituiseksi upseeriksi. 1. toukokuuta 1878 hänestä tuli luutnantti. [2] Arz von Straussenburg palveli myöhemmin pääesikunnassa sekä sotaministeriössä. Hänet ylennettiin 1902 everstiksi, 1908 kenraalimajuriksi [1] ja 1912 sotamarsalkkaluutnantiksi (kenraalimajurin arvon ylempi luokka). [2]

Maailmansodan syttyessä elokuussa 1914 Arz von Straussenburg oli sotaministeriön osastopäällikkö. Hän sai sodan alussa nimityksen 15. jalkaväkidivisioonan komentajaksi [4] , mutta siirtyi jo saman vuoden lokakuussa kuudennen armeijakunnan johtoon Svetozar Boroevićin tilalle. [5] [3] [2] Joulukuussa 1914 käydyssä Limanowa-Lapanówin taistelussa Arz von Straussenburg komensi neljännen armeijan oikeaa siipeä, torjui venäläisten hyökkäyksen ja saartoi Vastahyökkäyksen yhteyäisjanamessen venäläisten [2] [3] Hänen armeijakuntansa osallistui menestyksekkäästi saksalaisten johdolla touko–kesäkuussa 1915 käynnistettyyn Gorlicen–Tarnówin offensiiviin ja siihen liittyneisiin Gorlicen ja Grodek-Magierowin taisteluihin. Hän sai mainetta erityisesti Brest-Litovskin kaupungin valtaamisesta elokuussa 1915. Hänet ylennettiin syyskuussa jalkaväenkenraaliksi. Elokuussa 1916 Arz von Straussenburg siirrettiin jälleen Boroevićin tilalle Vastaiselle roumaine rintamalle Transilvaniassa toimineen ensimmäisen armeijan komentajaksi. Hän johti sitä voitokkaasti Karpaateilla käydyissä taisteluissa, joissa huomattavasti monilukuisempien romanialaisten hyökkäys Transilvaniaan torjuttiin ja lyötiin takaisin. [2] [3] [5] [4] [6]

Esikuntapäällikkönä Muokkaa

Kohottuaan valtaistuimelle keisari Kaarle I halusi tehdä henkilömuutoksia asevoimien johdossa, joten hän nimitti Arz von Straussenburgin 1. maaliskuuta 1917 uudeksi esikuntapäälliköksi kenraali Hänrüt Conrad . Aiemmasta menestyksestään huolimatta Arz von Straussenburg ei kyennyt pysäyttämään kaksoismonarkian armeijan hajoamiskehitystä. Hänen alaisuudessaan itävaltalaiset onnistuivat silti torjumaan venäläisten niin sanotun Kerenskin offensiivin kesällä 1917, valtaamaan takaisin Galitsian ja Bucovinan ja saamaan saman vuoden syksyllä ittonalia suuren voittor. [6] [2] Keisari halusi kuitenkin itse tehdä tärkeimmät sodanjohtoon liittyneet päätökset, eikä Arz von Straussenburg saanut näin varsinaista ylipäällikön roolia. [6] Operatiiviseen suunnitteluun osallistui enemmän varaesikuntapäällikkö Alfred von Waldstätten. [4]

Arz von Straussenburg sai vuonna 1917 Unkarin aatelissa Paronin Arvon [3], ja HANET ylennettiin kenraalieverstiksi helmikuussa 1918. [2] hän asettui vastentahtoisesti tukemaan Italien-rintamalla kesäkuussa 1918 käynnistettyä Kahden KarjeN taktiikkaan perustunutta hyökkäystä, joka päättyi tappioon Piaven taistelussa ja käynnisti Itävalta-Unkarin armeijan lopullisen hajoamisen. [6] Jo tässä vaiheessa hän tarjoutui eroamaan tehtävästään esikuntapäällikkönä. [7]

Arz von Straussenburgin seuraajaksi esikuntapäällikkönä suunniteltiin ensin aktiiviset komentajuudet keväällä 1918 jättänyttä Eduard von Böhm-Ermollia, mutta tämä yritys raukesi. [8] Kun Arz von Straussenburg lopulta erosi esikuntapäällikön tehtävistä aselevon astuessa voimaan marraskuun 1918 alussa, hänen lyhytaikaiseksi seuraajakseen tuli marsalkka Hermann Kövess von Kövessháza. [2] [7] Aselevon solmimista edeltäneenä yönä keisari oli tarjonnut Arz von Straussenburgille ylipäällikkyyttä, mutta tämä kieltäytyi siitä. [2]

Myöhemmät vaiheet Muokkaa

Arz von Straussenburg päätti sotilasuransa sodan päätyttyä ja asettui Wieniin Itävaltaan, koska ei halunnut asua roumain hallintaan siirtyneessä Transilvaniassa. [2] Hänellä ei ollut tiettävästi minkäänlaisia ​​poliittisia intohimoja. [6]

Mikään maa ei aluksi myöntänyt Arz von Straussenburgille eläkettä, joten hän eli alkuun siviilielämäänsä köyhyydessä saaden toimeentulonsa upseerikumppaniensa muodostamasta rahastosta. Unkari myönsi hänelle lopulta vuonna 1926 eläkkeen, jonka ehtona oli, että hänen tulisi noutaa se joka kerta henkilökohtaisesti Budapestistä. [2]

1. heinäkuuta vuonna 1935 Arz von Straussenburg oli matkalla Budapestissä noutamassa eläkettään, mutta sai sydänkohtauksen ja kuoli. Hänet haudattiin Kerepesterin hautausmaalle Budapestiin. [2] [5] [6]

Arz von Straussenburg avioitui vuonna 1903 unkarilaisen aatelisnaisen Stefanie Thomka von Tomkaházan Kanssa. Pariskunnalle syntyi yksi tytär, Stefanie "Steffia" Verehel Ried. [1] [2]


Der Zusammenbruch des österreichisch-ungarischen Heeres im Jahre 1918 laut der Bestätigungspapiere von Arthur Arz von Straussenburg L'effondrement des forces terrestres austro-hongroises en 1918 sur la base des documents d'Arthur Arz von Straussenburg

CEEOL est l'un des principaux fournisseurs de revues et de livres électroniques universitaires en sciences humaines et sociales de et sur l'Europe centrale et orientale. Dans la sphère numérique en évolution rapide, CEEOL est une source fiable d'expertise d'ajustement à laquelle les universitaires, les éditeurs et les bibliothécaires font confiance. Actuellement, plus de 1000 éditeurs confient à CEEOL leurs revues et e-books de haute qualité. CEEOL offre aux universitaires, chercheurs et étudiants un accès à un large éventail de contenus académiques dans un référentiel dynamique en constante évolution. Actuellement, CEEOL couvre plus de 2000 revues et 690.000 articles, plus de 4500 ebooks et 6000 documents de littérature grise. CEEOL propose différents services aux établissements abonnés et à leurs mécènes pour faciliter au maximum l'accès à son contenu. En outre, CEEOL permet aux éditeurs d'atteindre de nouveaux publics et de promouvoir les réalisations scientifiques de la communauté scientifique d'Europe de l'Est auprès d'un lectorat plus large. Les universitaires non affiliés ont la possibilité d'accéder au référentiel en créant leur compte utilisateur personnel


« Notre lutte » : et si Hitler avait été communiste ?

« Entre autres choses, la blessure de nos ennemis à l'ouest est si profonde aujourd'hui qu'elle ne pourra plus jamais guérir.

Je mentirais si je disais que les derniers succès allemands m'ont surpris de ces victoires en lesquelles j'étais confiant.

Arz von Straussenberg sur l'offensive allemande du printemps

« Tout au long de cet ouvrage, je me suis efforcé de faire comprendre que l'offensive du printemps de 1918 était clairement la bataille la plus décisive de la Première Guerre mondiale.

La tentative allemande d'arracher la victoire aux griffes de la défaite a presque réussi et c'est une indignité pour ceux qui se sont battus de part et d'autre de cette confrontation climatique de suggérer que l'offensive n'était qu'un coup de dés désespéré par une nation déjà vaincue. J'espère avoir réussi à défendre cette cause, même s'il est également important de considérer certaines des répercussions les plus importantes qui ont suivi.

De nombreuses implications de l'offensive sont souvent attribuées à tort à l'offensive des cent jours de l'Entente qui a suivi l'échec de l'effort allemand. Alors que Ludendorff devrait être reconnu pour son identification des points faibles et son utilisation de l'artillerie lourde et des Stoßtruppen pour les détruire, ce seraient les concentrations massives de puissance aérienne et de blindés observées au cours de cet été 1918 qui seraient un prélude aux offensives standard de la Seconde Guerre mondiale. .

Les véritables implications de l'offensive de printemps ne résident pas dans l'ingéniosité de l'état-major allemand mais dans leurs échecs. Un jeune Adolf Hitler, l'homme qui allait déclencher un conflit encore plus destructeur moins de trois décennies plus tard, s'est retrouvé au milieu de ces échecs et a juré de se venger non seulement de l'entente mais de l'establishment aristocratique qui s'était abandonné lui-même et tant d'autres pour dépérir. le vin.

Depuis la sécurité de son quartier général, le général Ludendorff n'avait que trop conscience que l'Allemagne ne pouvait pas gagner une guerre d'usure. Même avant le début de l'offensive de l'Entente, des dizaines de milliers de nouvelles troupes américaines apparaissaient chaque semaine tandis que l'Allemagne ne pouvait même pas se permettre de compenser ses propres pertes en nouvelles recrues.

Avec ses forces restantes dépensées dans l'offensive ratée, il ne lui a pas fallu longtemps pour commencer à chercher des moyens de transformer l'inévitable défaite de l'Allemagne en l'échec de quelqu'un d'autre.


James Beatty, Le dernier pari du Kaiser


La silhouette avait l'air presque comique au départ, un côté du corps relativement soigné, l'autre déguenillé et fumant.

Un côté du visage avait un air abasourdi comme le film comique d'un film, l'autre côté était couvert de tellement de sang et de saleté qu'il était difficile de voir une expression en dessous.

Sa marche rappelait également les films, tremblant et tremblant comme si l'électricité traversait ce corps à grands pas exagérés loin de la scène de l'explosion qui lui avait fait cela. Le choc l'a obligé à ignorer la balle qui a atterri à proximité et la collection de cris et de torses qui en a résulté qui a volé partout. L'homme semblait déterminé à aller quelque part mais semblait avoir oublié où il allait. Il resta immobile un moment avant que les pas exagérés ne recommencent.

Il n'était plus surprenant que ces vues puissent être à la fois dérangeantes et hypnotiques. Adolf avait déjà vécu quatre ans de ce traumatisme. L'automate ensanglanté qui portait le nom de Probst était simplement l'entrée la plus récente d'une longue liste d'événements similaires. Alors qu'Adolf avait survécu jusqu'ici, il resta distrait par ce qui aurait très facilement pu être son propre destin. Il avait appris à se débarrasser de ces pensées, mais il ne pouvait toujours pas se débarrasser de la sonnerie dans ses oreilles.

Adolf a attrapé Probst par son col et l'a tiré en arrière dans la tranchée, il s'est recroquevillé en boule et a tenté de mettre le bout de ce qui avait été un pouce dans sa bouche, pour se rendre compte qu'il n'en restait tout simplement pas assez pour téter au. Ses muscles restants se tordirent en un regard de désespoir total alors qu'il enlevait l'appendice tremblant en forme de griffe de ce qui restait de son visage. L'œil qui pouvait encore s'ouvrir était plein d'une tristesse très infantile. Tout semblait avoir un retour pour ceux dans leurs derniers instants. Adolf craignait que le régiment ne soit tous confronté au même sort assez tôt, ce n'était pas une offensive ordinaire.

L'infanterie allemande s'était retirée lors d'attaques d'entente d'innombrables fois au cours de la guerre, soit dans des revers temporaires, soit comme un stratagème délibéré pour accumuler les pertes ennemies avant de riposter avec plus de force. Ce n'était pas une expérience utile, car la situation actuelle était sans précédent.

Il n'y aurait pas de contre-attaque pour les soulager car des zones bien plus cruciales de la ligne étaient sacrifiées avec l'abandon d'énormes stocks d'armes et de matériel au milieu de la retraite chaotique. Il y avait des histoires de redditions massives, des centaines d'hommes fatigués se laissant entraîner par un seul garde ennemi. Adolf ne pouvait pas blâmer ceux qui avaient abandonné pour leurs dirigeants, et les siens étaient introuvables.

La rumeur disait que le haut commandement souffrait d'une dépression nerveuse collective. Adolf n'aurait pas été surpris du tout. Ceux qui étaient au sommet ne craignaient pas de garder les hommes sous le joug dans une situation qui se détériorait sur le moment, à condition qu'ils soient loin du danger. Maintenant, après des années de confort, les généraux en fauteuil s'étaient mis à genoux pour rétracter des lignes sur une carte.

La scène autour d'Adolf et de ses camarades survivants, les images, les sons et les odeurs, n'étaient pas particulièrement pires que ce à quoi ils s'étaient habitués au cours des années de conflit. Des fusées éclairantes ont illuminé le ciel nocturne presque inutilement alors que le feu se propageait à l'horizon, donnant à tout une lueur orange. La puanteur collective de la boue et de la cordite se mêlait à des puanteurs d'origine inimaginable. Sa bouche était lourde de sang et de mucosités. Il n'y avait rien d'extraordinaire dans cette situation, à part la peur que cela ne s'arrête jamais.

Dans les batailles précédentes, il y avait toujours eu un certain répit, même temporaire, du bombardement et du massacre. La nature relativement statique du front avait été un mélange de moments d'horreur spontanés qui s'attardaient. Même les officiers les plus détachés et les plus sadiques se sont rendu compte que tout le monde avait besoin de reprendre son souffle, au cours des dernières semaines, cette situation avait radicalement changé.

L'entente était à l'offensive et ils ne montraient aucun signe d'arrêt jusqu'à ce qu'ils aient roulé sur l'intégralité de la Heer. Après des années sur le pied arrière, ils avaient finalement rompu la ligne allemande et il ne semblait plus y avoir personne pour leur échapper. Adolf et Friedrich avaient été envoyés derrière la ligne avant que tout n'ait mal tourné, leurs discussions avec leurs camarades sur les véritables motivations de cette guerre et l'opinion extrêmement basse de leurs commandants avaient été jugées trop incendiaires pour le front. Malgré leur expérience, ils avaient reçu l'ordre de s'éloigner des combats actifs pour la première fois depuis qu'Adolf avait été interrogé pour sa supposée collusion avec le lieutenant Gutmann. Après avoir été forcé de nettoyer les morts pendant plusieurs jours, il s'était mis à regretter les jours sans nourriture et les nuits blanches dans sa cellule lumineuse. Friedrich y avait semblé résigné à l'époque, Adolf n'avait fait que s'énerver.

Il avait l'impression d'être raillé, que ses tentatives sérieuses de se battre pour l'Allemagne lui avaient été rejetées au visage d'un air moqueur. Car en essayant d'améliorer la situation, il emportait maintenant des corps et essayait de déterminer quel membre devait aller où, un rappel toujours présent des échecs du leadership allemand. Adolf avait senti que les choses ne pouvaient pas empirer, jusqu'à ce que les avions ennemis volent si bas qu'ils lui ont presque arraché la tête, annonçant le début de l'offensive qui semblait ne jamais finir.

Il n'avait pas fallu longtemps avant que l'ennemi ait rattrapé leurs avions, ils avaient également amené leurs monstrueuses machines en métal. Adolf et Friedrich avaient été jetés dans la ligne aux côtés du reste du bataillon de punition. Ils s'étaient battus sans arrière-pensée, même Friedrich prenait l'ennemi au sérieux, la ligne s'était néanmoins effondrée autour d'eux et maintenant ils ne savaient même pas s'il restait une ligne à tenir.

Friedrich a secoué Adolf de ses souvenirs. Son camarade avait toujours ce regard sérieux dans ses yeux qui confirmait que tout allait toujours mal.

« Nous devons sortir d'ici. Maintenant."

Il n'y avait plus personne pour s'occuper des incendies incontrôlables ou des blessés impuissants, ils crépitaient et criaient respectivement. Il y eut néanmoins une sorte de silence, les tirs s'étaient arrêtés, dans le passé cela avait été un soulagement maintenant ce n'était qu'un signe d'avertissement. Au cours des dernières semaines, l'entente avait répété encore et encore le barrage rampant, ne laissant jamais plus de quelques minutes à Adolf et aux autres pour se ressaisir. Maintenant, il pouvait déjà entendre des sifflements et des cris gutturaux au loin, trop loin pour distinguer s'ils étaient en anglais ou en français, mais se rapprochant tout le temps. Il y avait des rumeurs selon lesquelles ils avaient reçu l'ordre de ne faire aucun prisonnier et tandis que certains avaient rejeté ces histoires comme de fausses histoires pour essayer de mettre un terme au grand nombre de redditions, ni Adolf ni Friedrich n'allaient les mettre à l'épreuve.

Probst bavardait toujours alors qu'Adolf prenait un casque à quelqu'un qui n'en avait plus besoin et le posait sur ce qui restait de la tête de l'homme blessé. Les deux hommes ont pris l'un des bras de Probst et l'ont mis sur leurs épaules avant de le tirer hors de la tranchée creusée à la hâte et ont commencé à se déplacer aussi rapidement qu'ils le pouvaient en s'accroupissant, leurs pieds se coinçant constamment dans la boue et les morceaux de choses qu'ils ont soulevés. Je ne veux pas m'attarder. Adolf avait inconsidérément choisi le côté gravement brûlé de Probst alors qu'il était préoccupé par l'ennemi qui approchait. Ayant retrouvé sa concentration, il réalisa qu'il y avait maintenant un motif dans les gémissements de l'homme, avant de se rendre compte du claquement que faisait son bras. À chaque pas boueux, les os de Probst se brisaient.

Ses gémissements furent la seule protestation qu'il put faire alors que les trois s'enfuyaient.

La peinture est Stormtroopers avançant sous attaque au gaz par Otto Dix

Bien que vous puissiez attribuer l'orgueil de Von Straussenberg au fait que les Allemands ont exagéré leurs succès auprès de leurs alliés, la victoire apparente de l'offensive de printemps a été accueillie avec la même joie sur le front intérieur allemand et a sans doute contribué au mythe du « coup de poignard dans le dos ».


Arthur Arz von StrauBenburg Informations


Lieu de naissance : Sibiu, Transylvanie
Lieu de décès : Budapest, Hongrie
Allégeance : Empire d'Autriche Autriche-Hongrie
Service/branche : Armée
Années de service : 1876-1918
Rang : Generaloberst
Unité : 15e division d'infanterie
VIe Corps
1ère armée
Commandements exercés : chef d'état-major général
Batailles/guerres : Gorlice-Tarnx w
Campagne de Roumanie
Caporetto
Rivière Piave
Récompenses : Pour le Mérite
Ordre militaire de Marie-Thérèse
Autre travail : Auteur

Arthur Freiherr Arz von StrauBenburg (16 juin 1857 - 1er juin 1935) était un colonel général austro-hongrois et dernier chef d'état-major de l'armée austro-hongroise.

Né parmi les anciens colons saxons de l'est de la Transylvanie, Arz était le produit d'une noble famille des "Sept Montagnes". Son père, Albert Arz von Straussenburg a été prédicateur et vicaire évangélique ainsi que membre de la Maison des Magnats. Formé à Dresde et Sibiu, Arz a obtenu son diplôme « avec une grande réussite », et a continué à lire le droit à l'université au cours de laquelle il s'est porté volontaire pour un an de service dans un bataillon hongrois Feldjxüger en 1876-1877.

Après avoir accompli avec succès un an de service militaire, Arz s'est présenté et a réussi l'examen d'officier de réserve et a ensuite demandé et obtenu avec succès une commission d'officier régulier. En 1878, il reçut une commission avec le grade de Leutnant.

Image - Arz en tant que lieutenant-maréchal en 1912

Atteignant le grade d'Oberleutnant, il fréquenta la Kriegschule impériale de Vienne de 1885 à 1887, qui le vit à nouveau exceller et être nommé à l'état-major général en 1888. Promu Hauptmann et affecté à un état-major, Arz fut nommé adjudant du Feldzeugmeister Baron Schx nfelda puis à nouveau à l'état-major en 1898 où il restera à quelques exceptions près jusqu'en 1908.

Déjà promu au grade de major, Arz est nommé Oberstleutnant et rattaché au 2e corps, commandé par l'archiduc Eugène, à la suite de son affectation à l'état-major. La promotion à Oberst le 1er mai 1902 l'a vu nommé au bureau de gestion de l'état-major général, un département dont il a été nommé chef en mai 1903. En 1903, il a également épousé une noble hongroise, Stefanie Tomka von Tomkahaza und Falkusfalva, avec qui il avait une fille.

En 1908, Arz fut de nouveau promu, cette fois au grade de Generalmajor, après quoi il reçut le commandement de la 61e brigade d'infanterie. Après avoir été régulièrement promu et considéré comme un officier prometteur et compétent, il a reçu une « évaluation exceptionnelle » de son ancien commandant Erzherzog Eugen lors des manœuvres d'automne de 1911. En 1912, il est promu au commandement d'une division - la 15e d'infanterie à Miskolc. Peu de temps après, Arz atteignit le grade de Feldmarschall-Leutnant et en 1913 fut réaffecté au ministère de la Guerre à Vienne pour diriger une section.

À la rupture de la guerre à l'été 1914, von Straussenburg a demandé un transfert à une affectation sur le terrain et a de nouveau reçu le commandement du 15e d'infanterie qui a participé aux étapes finales de Komarxw. Presque immédiatement après, le 7 septembre, Arz reçut le commandement du 6e corps, succédant à Boroević. A la tête du 6e corps, il s'est comporté de manière remarquable et avec beaucoup d'énergie à Limanowa-Lapanxw où son unité faisait partie de la quatrième armée. A Gorlice-Tarnxw, il fut gagné à jouer un rôle exceptionnel et commanda à nouveau à Grodek-Magierow et Brest-litowsk au cours de l'été 1915. En septembre 1915, il fut promu au grade de General der Infanterie, et après avoir combattu aux côtés de la 11e armée de Mackensen, il gagna le respect des Allemands pour ses qualités de commandant.

Avec l'entrée menacée de la Roumanie dans la guerre du côté de l'Entente, Arz a été réaffecté pour le 6e corps et nommé pour commander la 1re armée nouvellement réorganisée le 16 août 1916. Arrivée à Klausenburg où les forces étaient mobilisées pour repousser une avancée roumaine attendue en Transylvanie , il a déclaré "Je suis un commandant d'armée sans armée". En effet lors de la déclaration de guerre roumaine du 27 août, la 1ère « Armée » ne comptait que 10 000 hommes (une demi-division). Une lente avancée roumaine combinée à un tollé hystérique de Budapest a conduit à la 1ère armée étant considérablement et rapidement renforcée pour repousser le défi du sud.

Image - Disposition des forces roumaines en Autriche-Hongrie, août 1916

Les forces roumaines ont franchi la frontière le 28 août 1916 avec six forces distinctes traversant les six cols des Carpates pour converger vers Braşov. Ils ont réussi à pousser presque aussi loin que Sepsiszentgyxürgy dans les terres de Szekler le 4 septembre. Afin de repousser ces six invasions distinctes, Arz, combattant maintenant sur son propre territoire, a ordonné à la 71e division d'infanterie et aux 141e et 142e brigades de se rendre dans le secteur. Simultanément, l'armée roumaine du Nord cherchait à avancer le long de tout le front moldave dans les Carpates orientales, bien qu'en fait, cela équivalait à une avance dans le secteur nord où la 9e armée russe était la mieux placée pour aider à l'avance. Pour contrer cette frappe, Arz déploya les 16e, 19e et des éléments de la 61e divisions.

En coopération avec la 9e armée allemande, l'invasion roumaine a été repoussée et leurs forces ont été renvoyées de l'autre côté de la frontière en huit semaines, ce qui a permis à Arz de recevoir le respect et l'appréciation du nouveau Kaiser, Karl I. D'autres commandants ont également salué ses réalisations au cours de la campagne. avec Conrad écrivant, il « s'est avéré être un leader énergique et résolu dans les situations les plus difficiles. » et Boroević déclarant qu'Arz était un « personnage honorable et noble.

Arz devait rester à la tête de la 1re armée jusqu'en février 1917, après la fin des opérations majeures en Roumanie, avec l'aide de la 9e armée allemande de Falkenhayn et de l'armée allemande du Danube sous Mackensen.

Karl succéda à François-Joseph en tant qu'empereur le 21 novembre 1916, entraînant avec lui une vague de changements dans les échelons supérieurs du gouvernement et du commandement militaire. L'une des causes de ces changements était Conrad avec Karl qui ne voulait pas qu'un génie commande ses armées, mais, suite à l'expérience de Conrad surdoué mais souvent infructueux, plutôt quelqu'un qui était juste capable. Arz connaissait l'empereur non seulement comme un commandant de troupes capable, mais possédait également une manière conciliante qui n'amenait pas l'empereur à penser qu'il était parrainé lors de discussions sur des questions militaires comme c'était le cas avec d'autres commandants. Arz aussi, contrairement à Conrad, n'était pas ouvertement politique, était entièrement engagé envers les puissances centrales et avait une confiance totale en l'empereur.

Arz a fait tout son possible pour répondre aux souhaits de son empereur une fois nommé en mars 1917, mais contrairement à son prédécesseur, Arz a agi en tant que conseiller personnel de l'empereur sur les questions militaires plutôt que comme moteur de sa propre stratégie comme cela avait été la marque de Conrad. Son mandat à la tête de l'armée a vu un contrôle allemand croissant sur les forces austro-hongroises et une indépendance d'action réduite, mais aussi un certain nombre de victoires notables au printemps et à l'été 1917, dont le défrichement de la Galicie et de la Bucovine, ainsi que la percée à Flitsch Tolmein et la grande victoire à Caporetto plus tard dans l'année.

Image - Arz (à droite) avec Ludendorff (à gauche) au quartier général de l'armée à Baden, 1917

Promu au rang de Generaloberst le 26 février 1918 et élevé à la noblesse au début de la même année, Arz était finalement responsable de la planification de l'invasion de l'Italie qui devait avoir lieu au cours de l'été 1918 avec la Russie maintenant éliminée de la guerre et des forces de vétérans considérables à sa disposition. Alors que la planification était en cours, Conrad et Boroević ont exigé de mener l'offensive et Arz ni l'AOK n'ont pu prendre une décision décisive et ont plutôt adopté le compromis suggéré par l'empereur pour diviser les forces et attaquer les positions italiennes sur le front de deux directions différentes, résultant dans l'échec total de l'offensive de la Piave en juin 1918.

Arz a offert sa démission et a pris l'entière responsabilité de l'échec de l'invasion massive de l'Italie, que l'empereur a refusé d'accepter. À la fin d'octobre 1918, il pouvait voir que la défaite finale des forces impériales était inévitable et avait élaboré des plans pour un retrait ordonné des troupes en cas d'armistice afin d'éviter de nouvelles effusions de sang inutiles. Un armistice avec l'Italie a été conclu le 3 novembre 1918 et devait entrer en vigueur 36 heures plus tard, période au cours de laquelle des milliers de troupes impériales ont été capturées tout en se croyant en paix en raison de la mauvaise communication du haut commandement de l'armée.

Dans la nuit du 2-3 novembre 1918, Karl abandonna le commandement des forces armées et dans une note manuscrite qui se trouve encore dans les archives de guerre de Vienne, écrit :

Ne voulant pas être responsable de la gestion de l'armistice, Arz a décliné la nomination et Kx vess a été nommé commandant en chef à la place. Arz a cependant pris le poste de facto jusqu'à ce que le feld-maréchal Kxëvess puisse prendre ses fonctions.

Image - Nécrologie du général Arz von StrauBenberg, 1935

Après l'effondrement, Arz a vécu à Vienne. La Transylvanie et la Bucovine attribuées à la Roumanie après la guerre, il refusa de rentrer chez lui dans un pays dont il avait joué un rôle important dans la défaite de quelques années seulement. Techniquement citoyen hongrois, bien que d'origine allemande, il s'est d'abord vu refuser une pension du gouvernement hongrois et a vécu dans une pauvreté proche, survivant grâce aux allocations d'un fonds de soutien organisé par d'anciens camarades officiers pour aider les officiers dans de telles situations. En 1926, la Hongrie accorda une pension à condition qu'elle soit à tout moment perçue personnellement auprès de Budapest. Pendant ce temps, Arz a écrit sur ses expériences pendant la guerre qui, contrairement à beaucoup de ses contemporains, ne contenaient aucun élément d'auto-justification ou de déclaration politique.

Lors d'un séjour à Budapest pour percevoir sa pension, Arthur Baron Arz von Straussenburg est victime d'une crise cardiaque et meurt le 1er juillet 1935. Il est enterré avec les plus hautes distinctions militaires au cimetière de Kerepester à Budapest.

Mai 1902 - Promu Oberst
Mai 1903 - Président du Bureau de Gestion jusqu'en novembre 1908
Novembre 1908 - Promu Generalmajor
Novembre 1908 - Commandements 61. Brigade d'infanterie jusqu'en avril 1912
Avril 1912 - Commandements 15. Division d'infanterie jusqu'en avril 1913
Mai 1912 - Promu Feldmarschalleutnant
Avril 1913 - Chef de section de tous les départements militaires de la guerre Min. jusqu'en septembre 1914
Septembre 1914 - Commands 15. Infantry Division jusqu'à la fin du mois
Septembre 1914 - Commandements VI. Corps jusqu'en août 1916
Septembre 1915 - Promu General der Infanterie
Août 1916 - Commandements I. Armée jusqu'en février 1917
Mars 1917 - Chef d'état-major général jusqu'en novembre 1918
Février 1918 - Promu Generaloberst

Arz a reçu un certain nombre de récompenses de la monarchie des Habsbourg, y compris, surtout, la nomination au grade de commandeur de l'ordre militaire de Marie-Thérèse.

von Straussenburg, A. Arz, (1924) "L'histoire de la grande guerre 1914-1918", Vienne
von Straussenburg, A. Arz, (1935) "Combat et chute des empires", Vienne & amp Leipzig

Pope, S. & Wheal, E. (1997) "Le dictionnaire Macmillan de la Première Guerre mondiale" Macmillan : Londres
Armée austro-hongroise - Generaloberst Arthur Freiherr Arz von Straussenburg sur www.austro-hungarian-army.co.uk

Ce site est le meilleur pour : tout sur les avions, les avions warbirds, les oiseaux de guerre, les films d'avions, les films d'avions, les oiseaux de guerre, les vidéos d'avions, les vidéos d'avions et l'histoire de l'aviation. Une liste de toutes les vidéos d'avions.

Copyright A Wrench in the Works Entertainment Inc.. Tous droits réservés.


Informations sur la bataille de la Piave


Date
15 juin - 23 juin 1918
Emplacement
Rivière Piave, Italie
Résultat
Victoire italienne décisive
Date : 15 juin - 23 juin 1918
Lieu : Rivière Piave, Italie
Résultat : Victoire italienne décisive
Belligérants :
: Italie
Royaume-Uni
La France
Légions tchécoslovaques
États Unis
Commandants et chefs :
: Armando Diaz
Force:
: 58 divisions italiennes
5 divisions britanniques
6 divisions françaises
Victimes et pertes :
: 80 000 morts ou blessés

Voir aussi Bataille de la Piave (1809)

La bataille de la rivière Piave, connue en Italie sous le nom de Battaglia del Solstizio (Bataille du Solstice), Battaglia di Mezzo Giugno (Bataille de la mi-juin), ou Seconda Battaglia del Piave (Deuxième bataille de la Piave, comme la dernière partie de la bataille de Caporetto est considérée comme la première), a été une victoire décisive pour l'armée italienne pendant la Première Guerre mondiale.

Avec la sortie de la Russie de la guerre en 1917, l'Autriche-Hongrie était désormais en mesure de consacrer des forces importantes au front italien et de recevoir des renforts de leurs alliés allemands. L'empereur austro-hongrois Karl avait conclu un accord avec les Allemands pour entreprendre une nouvelle offensive contre l'Italie, un mouvement soutenu à la fois par le chef d'état-major Arz von Straussenberg et le commandant du groupe d'armées du Tyrol du Sud Conrad von Hx tzendorf. À l'automne 1917, lors des batailles de Caporetto et de Longarone, les Allemands et les Autrichiens ont vaincu les Italiens qui se sont repliés sur la Piave.

La défaite de l'Italie à Caporetto a conduit au limogeage du général Luigi Cadorna et le général Armando Diaz l'a remplacé comme chef d'état-major de l'armée italienne. Diaz a mis en place une ligne de défense solide le long de la rivière Piave. Jusqu'à ce stade de la guerre, l'armée italienne avait combattu seule contre les puissances centrales avec la défaite de Caporetto, la France et la Grande-Bretagne ont envoyé des renforts sur le front italien. Celles-ci, outre qu'elles ne représentaient que moins d'un dixième des forces italiennes sur le théâtre, durent cependant être redirigées pour la majeure partie sur le front occidental dès le début de l'offensive allemande de printemps en mars 1918.

L'armée austro-hongroise avait également récemment subi un changement de commandement, et le nouveau chef d'état-major autrichien, Arthur Arz von Straussenburg, souhaitait en finir avec les Italiens. Les commandants des groupes d'armées de Straussenberg, Franz Graf Conrad von Hx tzendorf (l'ancien chef d'état-major autrichien) et Svetozar Boroević von Bojna, souhaitent tous deux lancer un assaut décisif contre les Italiens, mais ne parviennent pas à se mettre d'accord sur le lieu de l'attaque. Conrad voulait une attaque depuis les Alpes du Tyrol du Sud vers le plateau d'Asiago et Vicenza. Boroević a d'abord favorisé une action défensive, mais lorsqu'il est pressé, il préfère une attaque frontale le long de la Piave. Straussenburg lui-même est partisan d'une attaque sur la partie ouest du front (secteur « Giudicarie ») menant à Brescia. Conrad et Boroević se détestent, et Straussenburg et l'empereur, incapables de trancher entre ces deux fortes personnalités, se partagent l'armée à parts égales, ne réservant qu'une petite partie des forces à une action de diversion sur le secteur de la Giudicarie. La préparation de l'offensive débute en février 1918, après une rencontre à Bolzano entre les hauts commandements autrichien et allemand. Il a été fortement recommandé par les Allemands, car Ludendorff espérait que cela pourrait forcer les forces américaines croissantes en France à être détournées vers le front italien, donc Straussenberg a modelé l'attaque d'après l'offensive d'Erich Ludendorff sur le front occidental.

Les Autrichiens, à la différence de leur succès précédent à Caporetto et des tentatives ultérieures de percée sur le mont Grappa, n'ont pas préparé l'attaque comme une attaque précise, mais comme une attaque frontale tous azimuts, employant toute la force résiduelle de leur armée tout au long de le devant. Les formations austro-hongroises ont été entraînées à utiliser les tactiques développées par les Allemands sur le front occidental pour l'opération Michael, car les responsables autrichiens, de retour du front de l'Est, ont été intensivement entraînés aux côtés de leurs homologues allemands. Il y avait aussi des innovations du côté italien. Analysant la défaite de Caporetto, l'état-major d'Armando Diaz a conclu que les principales causes tactiques de celle-ci étaient le manque de mobilité des unités italiennes, prises dans un schéma défensif trop rigide, le système de commandement et de contrôle trop centralisé, et le manque de profondeur de Les défenses italiennes, où trop de soldats étaient simplement bloqués sur la ligne de front. Les nouveaux schémas préparés pour la bataille ont conduit à l'abolition du retranchement continu et au développement d'un système de défense très mobile, dans lequel même les plus petites unités étaient autorisées à se déplacer librement entre des points forts précédemment reconnus, décidant indépendamment de battre en retraite ou de contre-attaquer, ou appeler directement le soutien de l'artillerie. De plus, 13 divisions, équipées de 6000 camions, étaient organisées en réserve centrale, prêtes à être envoyées là où il fallait.

Image - soldats américains, dans, les, tranchée

Le général Diaz apprend le timing exact de l'attaque autrichienne : 3h00 le 15 juin, ainsi, à 2h30, l'artillerie italienne ouvre le feu tout le long de son front, sur les tranchées ennemies bondées, infligeant de lourdes pertes. Dans certains secteurs, le barrage d'artillerie a eu pour effet de retarder ou d'arrêter l'attaque, car les soldats autrichiens ont commencé à revenir aux positions défensives, croyant devoir faire face à une attaque italienne inattendue, mais sur la grande partie de la ligne de front, les Autrichiens attaquaient toujours. Boroević a lancé le premier assaut, se déplaçant vers le sud le long de la côte adriatique et au milieu du fleuve Piave. Les Autrichiens ont pu traverser la Piave et ont obtenu une tête de pont de quinze milles de large et cinq milles de profondeur face à une forte résistance, avant que Boroević ne soit finalement arrêté et contraint d'ordonner la retraite.Les jours suivants, Boroević a renouvelé les assauts, mais le barrage d'artillerie a détruit de nombreux ponts de la rivière et les formations autrichiennes qui ont traversé la rivière ont été incapables de recevoir des renforts et des fournitures. Pour ne rien arranger, le Piave gonflé isole un grand nombre d'unités sur la rive ouest du fleuve, ce qui en fait une cible facile pour le feu italien. On estime que 20 000 soldats austro-hongrois se sont noyés alors qu'ils tentaient d'atteindre la rive est. Le 19 juin, Diaz contre-attaque et frappe Boroević sur le flanc, lui infligeant de lourdes pertes.

Pendant ce temps, Conrad attaque le 15, le long des lignes italiennes à l'ouest de Boroević, sur le plateau d'Asiago, dans le but de s'emparer de Vicence. Ses forces ont gagné du terrain mais se sont heurtées à une vive résistance des unités britanniques et françaises. 40 000 pertes ont été ajoutées au total autrichien. Dans la foulée, Boroević est particulièrement critique sur le comportement de Conrad qui, après l'échec complet de la première attaque, préfère poursuivre les assauts les jours suivants, mais avec des effectifs réduits, plutôt que d'envoyer des renforts dans le secteur de Piave.

Manquant de fournitures et face aux attaques d'unités blindées, les Austro-hongrois ont reçu l'ordre de battre en retraite par l'empereur Karl, qui avait pris le commandement personnel, le 20 juin. Le 23 juin, les Italiens ont repris tout le territoire sur la rive sud de la Piave et la bataille a été plus de.

Photo - Général Armando Diaz

Après la retraite autrichienne, Diaz a été pressé par les alliés, en particulier par le général Ferdinand Foch, de poursuivre et de tenter un assaut pour briser les défenses autrichiennes et remporter une victoire décisive sur l'Empire, mais le général italien a reconnu que la même tactique, qui s'est avérée si efficace sur la défense, a empêché une attaque immédiate, car les formations italiennes, à ce moment-là, étaient trop dispersées et mélangées pour être efficacement coordonnées dans un assaut décisif. De plus, une fois le fleuve franchi, l'armée italienne devrait faire face aux mêmes problèmes logistiques que les Autrichiens. Pour ces raisons, dans les jours suivants, seules des actions limitées ont été menées, afin d'obtenir de meilleures positions de départ pour le futur assaut décisif. De l'autre côté, la bataille de la Piave fut la dernière grande offensive militaire de l'Autriche-Hongrie. Bien qu'ayant fait quelque cinquante mille prisonniers de l'Entente, les pertes parmi les Austro-hongrois étaient très lourdes. Un échec évident, l'opération a porté un coup majeur au moral et à la cohésion de l'armée et a eu des répercussions politiques dans toute l'Autriche-Hongrie fatiguée par la guerre.>> La bataille a marqué à la fois la fin de son armée en tant que force de combat efficace, et le début de la l'effondrement de l'Empire lui-même, qui s'achève à la bataille de Vittorio Veneto, quatre mois plus tard.

Aujourd'hui encore, pour le public italien, deux devises rappellent la bataille : celles écrites sous forme de graffiti sur les murs brisés des maisons rurales détruites : « E' meglio vivere un giorno da leone che cent'anni da pecora » (« [Il] vaut mieux vivre un seul jour comme un lion cent ans comme un mouton") et "Tutti eroi ! O il Piave o tutti accoppati" ("Chacun un héros ! Soit (on atteint) le Piave, soit qu'on nous tue tous") . Les deux pans de mur sont conservés dans le sanctuaire militaire de Fagarí della Battaglia, une frazione de San Biagio di Callalta.

"La Leggenda del Piave", une chanson patriotique écrite par E. A. Mario après la bataille.
Pietro Micheletti, héros italien combattant sur la Piave

Tucker, Spencer La Grande Guerre : 1914-18 (1998)
La bataille de la rivière Piave, 1918
Cronologia: il "Secolo Breve" dal 1914 al 2000 (italien)


Place au soleil : et si l'Italie rejoignait les puissances centrales ?

Quel est le statut d'Alvaro Obregon ? IOTL, il a rompu avec Carranza en 1917, mais la guerre avec les États-Unis pourrait suffire à le faire se réconcilier avec Carranza. Si Carranza est prêt à risquer de mettre un rival politique populaire à la tête de l'armée, alors Obregon était un assez bon général défensif (il a fouetté Pancho Villa à la bataille de Celaya) qui pourrait probablement donner à TR un bon combat.

Bien sûr, le vrai problème pour les Mexicains, c'est qu'ils vont très vite manquer de munitions. Le Mexique à cette époque manquait de suffisamment d'usines de munitions pour approvisionner ses propres armées, et il est coupé de tout approvisionnement étranger avec la marine américaine bloquant les deux côtes et un Guatemala hostile, de sorte qu'ils ne seront pas en mesure de soutenir des combats au niveau d'intensité décrite dans la dernière mise à jour depuis très longtemps.

Pas Henry G.

Quel est le statut d'Alvaro Obregon ? IOTL, il a rompu avec Carranza en 1917, mais la guerre avec les États-Unis pourrait suffire à le faire se réconcilier avec Carranza. Si Carranza est prêt à risquer de mettre un rival politique populaire à la tête de l'armée, alors Obregon était un assez bon général défensif (il a fouetté Pancho Villa à la bataille de Celaya) qui pourrait probablement donner à TR un bon combat.

Bien sûr, le vrai problème pour les Mexicains, c'est qu'ils vont très vite manquer de munitions. Le Mexique à cette époque manquait de suffisamment d'usines de munitions pour approvisionner ses propres armées, et il est coupé de tout approvisionnement étranger avec la marine américaine bloquant les deux côtes et un Guatemala hostile, de sorte qu'ils ne seront pas en mesure de soutenir des combats au niveau d'intensité décrite dans la dernière mise à jour depuis très longtemps.

Kylia

Légion rouge

Kaiser Guillaume le dixième

Quel est le statut d'Alvaro Obregon ? IOTL, il a rompu avec Carranza en 1917, mais la guerre avec les États-Unis pourrait suffire à le faire se réconcilier avec Carranza. Si Carranza est prêt à risquer de mettre un rival politique populaire à la tête de l'armée, alors Obregon était un assez bon général défensif (il a fouetté Pancho Villa à la bataille de Celaya) qui pourrait probablement donner à TR un bon combat.

Bien sûr, le vrai problème pour les Mexicains, c'est qu'ils vont très vite manquer de munitions. Le Mexique à cette époque manquait de suffisamment d'usines de munitions pour approvisionner ses propres armées, et il est coupé de tout approvisionnement étranger avec la marine américaine bloquant les deux côtes et un Guatemala hostile, de sorte qu'ils ne seront pas en mesure de soutenir des combats au niveau d'intensité décrite dans la dernière mise à jour depuis très longtemps.

Khaine

Kylia

Kaiser Guillaume le dixième

Kylia

Kaiser Guillaume le dixième

Mise à jour ce soir - nous sommes de retour à Danubia.
Après ça, on couvrira Mexico City, puis il faudra donner raison aux Français !

Je pense que ce prochain chapitre mérite un peu d'avance. Il se concentre autour de Karl d'Autriche et de la chute de Vienne.
Ce chapitre a un certain degré d'importance personnelle pour moi, plus que tout autre Place au soleil chapitres. IRL, Karl est mon patron Bienheureux (il a été béatifié en 2004) et j'étais ravi de pouvoir l'intégrer au TL. Ce fait était primordial dans mon esprit lorsque j'ai écrit ce chapitre (à côté du désir d'une chute dramatique de Vienne !). Ainsi, gardez simplement à l'esprit que certains aspects du chapitre ont une certaine signification personnelle pour moi lorsque vous lisez, commentez et, espérons-le, appréciez. Je comprends que certaines parties ne seront pas conformes à ce que tout le monde croit et je vous demanderais respectueusement, si tel est le cas, de vous abstenir de mentionner ce fait.

Encore une fois, je tiens à remercier tout le monde pour l'intérêt continu qu'ils portent à Place au soleil- c'est mon bébé et j'y ai mis tellement d'efforts et de travail au cours des trois derniers mois et je n'aurais pas pu le faire sans vous.

Alors je vous retrouve dans quelques-uns pour la mise à jour.

Revenons maintenant à notre programmation régulière.

Si vous êtes un fan de Karl, avez-vous déjà lu la chronologie de Mike Stone sur l'ancien groupe de discussion soc.history.what-if "M. Hughes va à la guerre"? C'est une bonne lecture et Karl y figure assez largement.

Kaiser Guillaume le dixième

Si vous êtes un fan de Karl, avez-vous déjà lu la chronologie de Mike Stone sur l'ancien groupe de discussion soc.history.what-if "M. Hughes va à la guerre"? C'est une bonne lecture et Karl y figure assez largement.

Kaiser Guillaume le dixième

"Je connais bien mon peuple, j'ai vécu parmi eux toute ma vie. Ils résisteront à tout, ne vous y trompez pas. Ils tiendront."
-L'empereur Karl à sa femme, 29 octobre 1917

"Le vieil homme est mort, hein ? Et il a laissé un garçon de cinq ans jouer avec sa couronne à Salzbourg ? Quelle nouvelle, nous allons recevoir l'ambassadeur d'Angleterre dans trois jours !"
- Mihaly Karolyi, le 2 novembre 1917, en apprenant la mort présumée de Karl


Les Hongrois avaient fait mieux qu'on ne l'avait prévu. Lorsque la fierté nationaliste incita le Premier ministre Mihaly Karolyi à déclarer l'indépendance de la République hongroise le 13 juillet 1917, peu de personnes avaient donné à l'État hongrois longtemps à vivre. Sur le papier, le pont était désespérément empilé contre lui, l'empire des Habsbourg l'entourait de toutes parts, tandis que les puissances centrales étaient hostiles à la révolte. Lorsque l'empereur Karl Ier avait ordonné à Franz Conrad von Hotzendorf de monter une offensive au sud de la Slovaquie, tout le monde s'attendait à ce que le taureau impérial défonce les portes et valse dans Budapest. Pourtant… cela ne s'est pas produit. Les Hongrois ont dépassé le général Conrad et ont fini par ne perdre que quelques petits villages. Cela a coûté à Conrad sa carrière L'empereur Karl l'a renvoyé et l'a remplacé par le général Arthur Arz von Strassenburg. Von Strassenburg était, cependant, une quantité inconnue à la fois à ses côtés et à l'ennemi. Il ne s'était pas particulièrement distingué dans la Grande Guerre, mais il n'avait pas non plus de grandes bévues à son palmarès. Seul le temps nous le dira.

Le Premier ministre Karolyi aurait dû être content. Ses hommes avaient repoussé les forces impériales, les armées ennemies étaient toujours bien au nord du Danube et n'étaient pas en mesure de percer de sitôt. Les récents combats leur avaient coûté bien plus cher qu'aux défenseurs hongrois. Au sud et à l'est, pendant ce temps, les forces ennemies venant de Croatie et de Transylvanie piétinaient. L'approvisionnement de l'armée rebelle en munitions et en équipement était encore assez élevé, et surtout, ni l'Allemagne ni l'Italie ne semblaient intéressées par une intervention. Bref, la guerre se passait bien.

La connaissance de Karolyi de l'histoire américaine était minime. En tant qu'Européen, il pensait rarement à la république de Charles Evans Hughes. Pourtant, dans les semaines qui ont précédé la sécession de la Hongrie, il avait mis la main sur une histoire de la guerre civile américaine. Sa position, croyait-il, était analogue à celle de la Confédération dans les premiers mois de cette guerre. Son État a tenu une initiative temporaire, mais cela ne durera pas. L'offensive passée de Conrad avait, malgré son échec, conquis un certain territoire. Si cela se reproduisait maintes et maintes fois, les défenseurs se fatigueraient et céderaient. Comme le Sud américain affrontant l'Union, l'État hongrois rebelle ne pouvait pas espérer gagner une guerre composée de batailles défensives de bout en bout que la force toujours croissante de la Danubie finirait par anéantir l'État.

La Hongrie devait enseigner à l'empire que les rebelles pouvaient riposter et qu'il valait mieux laisser partir l'État de Karoly plutôt que de dépenser tout ce sang et ces trésors - avant qu'il ne soit trop tard. Et pour cela, les Hongrois devaient passer à l'offensive.

Si les Hongrois lançaient une offensive majeure, ils pourraient persuader les Danubiens d'abandonner la guerre, mais seulement s'ils le faisaient correctement. Un coup de foudre serait nécessaire contre une cible majeure le facteur de choc de réaliser à quel point les Hongrois pourraient être dangereux persuaderait alors l'empereur Karl d'abandonner. Pour continuer avec l'analogie de la guerre de Sécession dans l'esprit de Karolyi, la Confédération en 1862 s'était précipitée dans le Maryland et la Pennsylvanie, espérant que la capture de Baltimore ou de Philadelphie terrifierait l'Union et les laisserait partir. Alors que la manœuvre du général Lee avait échoué, se dit Karolyi, c'était en raison de problèmes tactiques sans rapport avec le conflit actuel que le grand aspect stratégique était ce qui comptait. Et il y avait une cible évidente à frapper : Vienne.

Personne dans la capitale impériale n'imaginait que la guerre viendrait à eux. Après tout, les messieurs chics se sont moqués, ces rebelles n'étaient que des provinciaux slaves qui ne connaissaient pas un bout d'un verre à vin de l'autre ! Lorsque la nouvelle de la sécession hongroise atteignit la capitale, la réaction générale avait été que Conrad serait à Budapest avant le début de l'hiver. Comme l'a écrit l'impératrice Zita dans son journal peu après le déclenchement des hostilités : « En regardant autour de moi, je vois des soldats dans les rues, c'est vrai, mais c'est ce que l'on attend d'une capitale. Les gens continuent joyeusement à vaquer à leurs occupations, profitant de leur vie, vendant des tableaux, buvant du vin. Bref, on ne saurait prouver par le spectacle qui se présente à ses yeux que l'empire est en guerre. Après l'échec de la première offensive impériale de la guerre, le peuple se moquait encore. Oui, certaines petites villes frontalières peuvent changer de mains, mais jamais Vienne. La ville était trop ancienne et trop grande pour la guerre pour passer une visite ici. Après tout, dans la Grande Guerre contre le titan russe, la capitale avait-elle déjà entendu un seul coup de canon ?

Ils allaient bientôt se réveiller.

La distance entre la frontière hongroise et Vienne n'était que de trente kilomètres à son point le plus proche. Pour aggraver la situation, les Danubiens n'avaient fait qu'un minimum d'efforts pour fortifier ces approches. Bien sûr, ce n'était pas vraiment de leur faute car personne n'avait prédit la révolte hongroise, sans parler du fait que ces rebelles essaieraient de prendre Vienne. Cependant, les défenseurs avaient un avantage majeur. La partie la plus occidentale de la Hongrie, la plus proche de Vienne, était connue sous le nom de Burgenland. Il était habité principalement par des Autrichiens, dont la loyauté reposait fermement sur l'empereur Karl et dont l'opinion sur Mihaly Karolyi n'était pas digne de se répéter dans un cadre civilisé. Pourtant, bien que moins d'un dixième de la population soit hongroise, ils détenaient une influence disproportionnée sur le territoire et celui-ci avait toujours été sous l'emprise de Budapest. Des combats avaient éclaté sur le territoire avant même la déclaration officielle de sécession hongroise, car des « patriotes » autrichiens individuels ont pris sur eux d'empêcher les Hongrois locaux de se soulever. Les milices de la ville, dont beaucoup étaient composées d'ethnies Magyars, sont intervenues aux côtés de leurs compatriotes, provoquant de violents combats de rue qui ont fait de nombreux morts. La déclaration d'indépendance de la République hongroise n'a entraîné qu'une escalade de la violence. Au milieu se trouvait l'importante population croate de la région, dont la patrie avait passé beaucoup trop de temps sous le joug de Budapest aux côtés des Autrichiens. Depuis la mi-juillet, les Hongrois de la région étaient assis sur une bombe prête à exploser, craignant qu'une marche impériale vers l'est ne rencontre la sympathie de la population locale.

Utiliser le Burgenland comme base pour un assaut sur Vienne allait être un sacré boulot.

Le général von Nadas est convoqué à Budapest le 10 octobre et reçoit sa nouvelle affectation. Il y avait environ un million et demi de soldats combattant pour la Hongrie, seulement quelques autres étaient en route. Depuis que l'empire entourait la Hongrie, un peu moins d'un million de ces hommes étaient nécessaires pour tenir les frontières, laissant 600 000 soldats libres pour des opérations ailleurs. (1) Károly a clairement fait savoir à son commandant que ces hommes étaient la crème de la crème et qu'ils ne pourraient pas être remplacés si les choses tournaient mal, donc sa tête serait sur un plateau si cette opération échouait. Avec cette approbation retentissante dans ses oreilles, von Nadas reçut l'ordre de rassembler les unités répertoriées dans le Burgenland et de marcher sur la capitale impériale dès que possible. La 3e armée hongroise, comme l'appelaient les hauts gradés hongrois, se dirigea vers l'ouest. C'était évident pour les hommes où ils se dirigeaient, et ils ont rapidement commencé à s'appeler « les Vengeurs de Karoly » et « l'armée de Schönbrunn » - cette dernière faisant référence au palais des Habsbourg à Vienne. Pour des raisons de sécurité, les officiers ont tout tenté pour supprimer de tels surnoms, mais ils ont survécu et les chroniqueurs d'après-guerre utilisent souvent ces termes.

Sans surprise, les premiers coups de feu tirés par la 3e armée ont eu lieu dans le Burgenland. Les habitants n'étaient pas ravis de voir 400 000 Hongrois - 200 000 autres sont restés sur place en tant que dernière réserve - arriver sur leur territoire au cours des dernières semaines d'octobre, juste au moment où la dernière récolte était rentrée, et ont fait sentir leur mécontentement. . Des incidents mineurs ont eu lieu - des chevaux hongrois ont disparu dans la nuit, du verre moulu s'est en quelque sorte mélangé aux biscuits que les soldats transportaient pour les rations de campagne… des choses charmantes comme ça. Les Hongrois réagirent sauvagement, prenant et exécutant des otages… ce qui ne fit que faire aimer encore plus les Autrichiens et les Croates. Considérant que ce devait être la base avancée de la poussée sur Vienne, ils ne pouvaient tolérer un mouvement actif de francs-tireurs , et ils ont retiré trois mille hommes supplémentaires pour un devoir anti-partisan. Cela garderait le Burgenland tranquille pour le reste de la guerre, mais cela aurait un coût en termes d'efficacité au combat. Pendant ce temps, la concentration des forces si près de la capitale avait terrifié les Danubiens. L'empereur Karl n'était pas naïf, mais il n'était pas non plus un militaire. Il avait beaucoup laissé la guerre à Conrad puis à Straussenburg, et aucun des deux n'avait suggéré que les Hongrois pourraient se déplacer contre la capitale impériale. Ainsi, il a été horriblement surpris lorsque ses commandants lui ont dit ce qui se passait. Étant donné qu'une grande partie du réseau ferroviaire d'avant-guerre de la Danubie traversait la Hongrie, le transfert de forces depuis la Galicie ou les Balkans s'avérerait une tâche ardue. L'empire n'avait plus grand-chose en Autriche ou en Bohême, la plupart de ces unités étaient au front. Il était possible de retirer des unités de l'ouest de l'Autriche, mais Karl était réticent à le faire, sauf en cas d'urgence extrême. . Tout se résumerait à savoir si les défenses à la frontière tiendraient ou non…

L'offensive hongroise s'est ouverte le 27 octobre avec un barrage massif des tranchées impériales. Contrairement aux prédictions du général von Straussenburg, l'assaut hongrois est venu sur un front étroit. Les Danubiens avaient prévu que les rebelles essaieraient de capturer autant de cœur autrichien que possible à la place, von Nadas semblait concentrer toutes ses énergies sur Vienne. Près d'un demi-million de Hongrois ont franchi le cap le 27 octobre malgré des défenses de style Grande Guerre, les troupes impériales n'étaient pas à la hauteur. À midi, la simple force du poids avait déplacé les défenseurs de leurs tranchées de première ligne, laissant les capitaines impériaux et les majors crier frénétiquement au téléphone pour des renforts. Cela leur a fait peu de bien, et à la fin de la journée, les villages de première ligne de Sommerrein, Sarasdorf et Bruck an der Leitha étaient sous occupation hongroise. Les combats se sont tus pendant la nuit, mais le lendemain, les troupes impériales n'étaient plus en mesure d'arrêter la marée rebelle.Le 28 octobre à midi, tous les défenseurs, à l'exception de quelques poches, avaient levé les mains et se sont jetés en captivité. Avec un grand cri de guerre, l'armée de Schönbrunn s'engouffra dans la brèche ainsi créée à la poursuite de son homonyme. Village après village, les Hongrois tombèrent aux mains des Hongrois et, à la fin de la journée, les rebelles avaient avancé de cinq milles, résultats pour lesquels de nombreux soldats de la Grande Guerre seraient littéralement morts pour obtenir. C'était le vieux mot magique : percée.


A Vienne, l'empereur Karl était dans un état proche de la panique. Ils avaient détruit les défenses de la ligne de front en une journée, et à la fin de la journée, le palais de Schönbrunn n'était qu'à quinze milles des combats - le grondement des canons était tout à fait audible pendant que l'empereur mangeait son dîner. Il n'y avait rien pour cela - Vienne ne pouvait pas être tenue. Straussenburg ne pouvait concentrer aucune quantité d'hommes à temps pour arrêter l'avance hongroise à l'est de la ville. Si l'ennemi maintenait son rythme actuel, dit von Strassenburg à son souverain, il serait là dans trois jours. L'anarchie régnait dans la ville, avec des réfugiés obstruant les routes vers l'ouest dont les troupes se dirigeant vers l'est avaient besoin. Ceux qui sont déterminés à résister à l'occupation hongroise - même ceux qui étaient normalement très pacifiques et respectueux de la loi - se sont souvent tournés vers le crime pour mettre la main sur de la nourriture en conserve ou de l'argent d'urgence. Les gens enterraient leurs objets de valeur dans des jardins à l'arrière et verrouillaient les portes en cas de problème. Les pompiers s'affairent à éteindre les incendies allumés par des pillards ou par des réfugiés déterminés à ne rien laisser aux Hongrois. Après que la police n'a pas réussi à rétablir l'ordre, le maire a déclaré la loi martiale à 13 heures le 28. Un vernis de panique se trouvait juste sous l'une des plus anciennes villes d'Europe.

Cette nuit-là, alors que tout s'effondrait autour de lui, l'empereur se rendit à la cathédrale Saint-Étienne, où il s'agenouilla en prière pendant quatre heures, jusqu'à minuit. Il savait qu'il ne pouvait pas espérer tenir la capitale, mais il priait pour minimiser les souffrances de son peuple et garder l'empire uni. Sans doute, Karl a pleuré quelques larmes privées sur le banc cette nuit-là. Il revint à la cathédrale le lendemain pour la messe, et pendant une heure la guerre s'évanouit. Sous le plafond voûté familier, avec les belles icônes et le glorieux tabernacle devant lui, et l'Eucharistie sur sa langue, l'empereur Karl a reçu le grand cadeau de la paix. Après le service, il rendit visite au cardinal Friedrich Gustav Piffl dans son bureau et lui dit que s'il voulait fuir la capitale, car le bruit de l'artillerie avait déjà interrompu les chants de la messe, personne ne penserait moins à lui. Le cardinal Piffl sourit et secoua la tête. Les Viennois avaient plus que jamais besoin de leur berger. S'il s'enfuyait en désertant son poste, quel exemple donnerait-il ? Sa responsabilité envers les habitants de l'archidiocèse de Vienne ne changerait pas, quel que soit le drapeau qui flotte dans la ville. Le cardinal Piffl convoque alors l'un des prêtres les plus prometteurs de la capitale, le père Theodor Innitzer. (2) Les deux hommes ont chargé un père Innitzer vraisemblablement quelque peu intimidé d'accompagner tous les réfugiés de la ville et de s'occuper de leurs besoins spirituels. Il a récupéré ses vêtements et son missel, et a emporté tout ce dont il avait besoin pour la célébration eucharistique avant de partir rejoindre les colonnes de réfugiés fuyant vers l'ouest. Les serviteurs ont enterré les belles reliques et l'art de la cathédrale, et l'empereur Karl est retourné au palais de Schonbrunn.

Le 29 octobre était un jour pourri au front. Von Straussenburg payait le prix de sa conviction orgueilleuse que les Hongrois ne pouvaient pas frapper vers l'ouest, il n'avait pas assez d'hommes pour repousser l'ennemi. Les troupes ennemies franchissent le Danube et s'avancent sur les deux rives, s'emparant d'agréables hameaux qui n'avaient pas entendu le bruit des combats depuis Napoléon et ruinant leur tranquillité. Les milices locales - les Landwehr- ont fait tout leur possible pour résister, mais lorsque cinquante vétérans grisonnants de la guerre austro-prussienne ont rencontré près de quatre cent mille soldats modernes, l'issue n'a jamais été mise en doute. Les forces danubiennes n'ont jamais eu assez de force en un seul endroit pour mettre en place une redoute solide et retranchée, et elles ont donc dû continuer à battre en retraite. Les commandants impériaux ont mené une série d'actions dilatoires, échangeant de l'espace et des hommes contre du temps. Une compagnie peut se retrancher, se battre pendant une demi-heure pour garder Fischamend sous le drapeau impérial pendant quelques minutes de plus, puis se retirer pour rejouer la dynamique à Flughafen Wein une heure plus tard. Peu de gens avaient beaucoup à manger ou de nombreuses chances de se reposer alors que la mort attendait dans la brise fraîche d'automne. Lorsque le soleil a glissé sous les montagnes, les troupes hongroises se sont retrouvées dans la banlieue viennoise de Schwechat. Ils n'avaient pas tout à fait réussi à prendre la capitale en deux jours, mais nul ne pouvait douter que le 30 octobre serait le grand jour. Cette nuit-là, l'artillerie hongroise bombarde aveuglément Vienne, cherchant à perturber le mouvement des troupes et à terroriser la population. « Demain », se vantait le général von Nadas dans son journal, « 1848 sera vengé !

Des réfugiés ont afflué hors de la ville toute la nuit avec à peine plus que des vêtements sur le dos. Ils criaient et se disputaient, faisaient des histoires et empêchaient le passage des troupes vers la ville. (3) Ceux qui avaient décidé de rester s'enfuyaient dans les caves et les greniers, essayant, généralement avec peu de succès, d'avoir un clin d'œil au sommeil. La garnison gardant la ville sous la loi martiale s'était retranchée sur le périmètre, rejointe par la police et les locaux Landwehr- cela a eu pour effet secondaire involontaire de donner carte blanche aux pillards et aux cambrioleurs. Les quelques serviteurs restants du palais de Schönbrunn ont enterré les joyaux de la couronne impériale et d'autres artefacts historiques profondément sous terre avant de rejoindre leurs femmes et leurs enfants. Et dans les chambres impériales un peu avant minuit, un adieu très important a été prononcé.

L'empereur Karl n'abandonnerait pas la ville. Touché par l'héroïsme du cardinal Piffl, il avait décidé de rester à Vienne. Tout comme Constantin XI était resté à Constantinople jusqu'à la fin il y a un demi-millénaire (4), de même il resterait avec son peuple. L'impératrice Zita - qui, à l'insu de quiconque à l'époque, était enceinte (5) - et leurs quatre enfants ont reçu l'ordre de fuir vers l'ouest avec le frère de Karl, l'archiduc Maximilien. Assis sur les genoux de son fils aîné Otto, Karl lui dit qu'il serait un jour empereur et que sa mère et son oncle Maximilien l'aideraient. Il a embrassé Zita au revoir une dernière fois et a promis que « nous nous reverrons. Si Dieu le veut, ce sera dans quelques mois, après la guerre. Mais s'Il le souhaite autrement, nous nous retrouverons dans une vie différente. Aide les enfants à aller au ciel et ne les laisse pas m'oublier. Il lui tendit un morceau de papier enroulé et lui dit de ne pas le lire jusqu'à ce que l'on apprenne que Vienne n'était plus là. Un camion blindé emmena la famille impériale à Salzbourg, tandis que l'empereur descendit une dernière fois à Saint-Étienne. L'église a été verrouillée et verrouillée pour des raisons évidentes, mais le cardinal Piffl a envoyé un serviteur pour l'ouvrir pour l'empereur. Karl a demandé la Sainte Communion une dernière fois et a passé la nuit à prier pour sa famille, son peuple et son empire.

A cinq heures du matin, le rugissement d'un barrage d'artillerie annonça que les Hongrois étaient en route. Les envahisseurs sortent une dernière fois de leurs tranchées et prennent l'arrière-garde défendant Vienne. Comme prévu, les défenseurs ont mis tout ce qu'ils avaient dans ce dernier combat, mais ce n'était pas suffisant et à sept heures du matin, les rebelles entraient dans la capitale. Déterminé à ne pas laisser sa ville bien-aimée être saccagée, Karl fit dire au commandant que Vienne devait être déclarée ville ouverte. Il vaut bien mieux qu'il soit capturé intact avec un minimum de pertes de vie et de destruction de biens que l'ennemi ne le détruise.

Laisser les Hongrois entrer pacifiquement n'a pas entièrement sauvé Vienne. Les armées conquérantes n'ont jamais été gentilles avec les villes, et une fois que les Hongrois ont atteint leur objectif, ils ont pris tout ce qu'ils pouvaient emporter. Ils volaient de beaux vêtements et des montres, fourraient de l'or et de l'argent dans des poches et pillaient les meilleurs restaurants. Des hommes ont été abattus dans les rues et des femmes emmenées de force. L'empereur entendit tout cela de l'intérieur de la cathédrale, et il pleura, murmurant encore et encore : « Père, pardonne-leur, ils ne savent pas ce qu'ils font. (6) A huit heures du matin, comme s'il s'agissait d'un jour ordinaire, le cardinal Piffl sortit et entra dans le confessionnal, l'empereur emboîta le pas. Ils sortirent quelques minutes plus tard et Piffl offrit la messe, l'empereur était visiblement le seul de la congrégation. C'était un spectacle étrange, avec le Saint Sacrifice offert avec des coups de feu et des cris en arrière-plan au lieu de chants angéliques, mais c'était toujours la messe. Malheureusement, cela ne devait jamais être terminé. A mi-parcours, un coup féroce retentit sur les portes, suivi d'un coup de feu dont la serrure avait été abattue. Une poignée de soldats hongrois - manifestement pas catholiques comme la plupart de leurs compatriotes - fit irruption et prêta très peu d'attention à la sainteté de l'église, ou au seul homme sur les bancs. Dans une scène emblématique, l'empereur et le cardinal ont ignoré les pillards, gardant les yeux fixés sur la messe. Des icônes ont été transportées pour rencontrer un destin qu'elles ne méritaient pas, et les hommes ont souri à la perspective de devenir riches. L'un des Hongrois a saisi son pistolet et s'est dirigé vers le cardinal Piffl. Le cardinal s'est retourné une fraction de seconde avant le meurtre. Souriant, le Hongrois marcha sur le cadavre, jusqu'à l'autel. C'était quelque chose que Karl ne pouvait pas supporter. Alors que le soldat hongrois atteignait le tabernacle, Karl l'a plaqué au sol, l'un des camarades du soldat a abattu l'empereur. Karl von Habsburg n'avait que vingt-neuf ans et avait dirigé l'Empire-Uni du Danube pendant moins d'un an.

Un instant plus tard, l'église a pris feu. Bien sûr, ce n'était pas particulièrement surprenant en soi - avec le pillage de Vienne, un incendie était attendu. En quelques instants, l'enfer avait piégé les soldats hongrois incriminés. Le feu s'est éteint rapidement, ne laissant qu'un tas de cendres sur le sol. L'autel et la façade de la cathédrale ont été gravement endommagés et ne seront entièrement reconstruits qu'en 1922 - la façade de Saint-Étienne est restée intacte depuis. Cependant, deux éléments ont échappé à l'incendie. Le premier d'entre eux n'a été découvert qu'après la guerre, lorsque le successeur du cardinal Piffl se promenait dans le parc de l'église pendant la reconstruction et est tombé sur une boîte roussie. Il l'ouvrit pour trouver plusieurs Hosts parfaitement conservés. Ces hôtes ont été soigneusement placés à l'intérieur d'un conteneur spécial et ont parfaitement survécu jusqu'à nos jours. Le deuxième élément à échapper à l'incendie était une statue de la Vierge Marie - elle est restée sur son socle pendant l'incendie et a été laissée sans même une marque de brûlure. Cependant, lorsque les troupes hongroises - heureusement moins enclines au vandalisme que celles mentionnées ci-dessus - découvrirent la statue, son visage était humide. Les miracles viennois jumeaux restent bien documentés et bien célébrés au sein de l'Église catholique, même aujourd'hui. Comme il était mort pour protéger le tabernacle du vandalisme, il a été déclaré martyr par le pape Benoît XV un an plus tard et a été canonisé en 2017. Le 30 octobre est devenu son jour de fête. (7)

Une icône de Saint Karl d'Autriche (1888-1917) l'empereur de la paix, l'Host-Saver.

Après la prise de Vienne, la troisième armée hongroise s'est arrêtée pour se reposer. Mettre en garnison la ville, même avec une grande partie de sa population ayant fui, serait une tâche monumentale. Les combats avaient endommagé une grande partie de la ville - même si ce n'était pas aussi grave que certains l'avaient craint - et analysant ce qui restait et ce qu'il fallait faire avec ce qui serait un processus fastidieux. Il y avait aussi la question monumentale de la famille impériale : les serviteurs capturés révélèrent que tout le monde sauf Karl s'était enfui à Salzbourg, mais ils n'avaient aucune idée de l'endroit où se trouvait Karl lui-même. Cela a provoqué une recherche massive d'une durée de dix jours. Finalement, il a été conclu qu'il était mort. Naturellement, le Premier ministre Karoly a claironné cela au monde. L'Empereur était mort, qui dirigerait la Danubie maintenant ? Les armes hongroises avaient fait leurs preuves à maintes reprises avec Vienne perdue et l'empereur mort, pourquoi ne pouvaient-ils pas voir qu'ils avaient perdu la guerre, et que les armes hongroises avaient forgé une vraie nation ? La reconnaissance diplomatique de la Hongrie était sûrement imminente, se dit Karoly…

La famille impériale atteignit Salzbourg deux jours plus tard. La pauvre impératrice Zita pleura tout le long du trajet, persuadée que son mari était mort, tandis que son beau-frère et ses fils essayaient de la consoler. Dès qu'ils atteignirent leur nouvelle maison, un messager essoufflé se précipita vers eux avec la nouvelle que la capitale était tombée quatre jours plus tôt. Zita sortit la lettre de sa poche et, les mains tremblantes, l'ouvrit. A l'intérieur, son mari décédé avait écrit :

Au moment où vous lirez ceci, je serai mort.

Je suis déchiré en écrivant ça, ma chère. J'ai un grand devoir envers vous, ma femme et mes enfants. Pourtant, j'ai un devoir envers mon peuple et envers mon empire aussi. Jamais mes responsabilités ne se sont affrontées autant de tous mes jours. Faire ce choix me fait mal, ma chère, mais je dois rester avec mon peuple. Ils ont besoin de moi dans leur heure de faiblesse. Je sais que vous ferez tout ce qui est en votre pouvoir pour élever nos enfants comme j'aurais voulu qu'ils soient élevés, et que vous et mon frère Maximilien élèverez notre fils Otto pour qu'il me suive un jour. Je vous demande de prier pour mon âme, et puissions-nous nous voir dans le Royaume des Cieux avant trop longtemps. Je vous aime.

Il s'en est suivi une signature ridiculement longue énumérant ses plusieurs dizaines de titres, dont le deuxième était "Roi de Hongrie". L'archevêque de Salzbourg a été convoqué et Otto, âgé de cinq ans, en pleurs, a été couronné de tous les titres de son défunt père, faisant de lui le soixante-troisième souverain Habsbourg d'Autriche depuis la fin du XIIIe siècle et le deuxième souverain de l'Empire-Uni. du Danube. Bien sûr, puisqu'il était encore en pantalon court, Maximilian a été couronné régent jusqu'à ce qu'Otto ait dix-huit ans. Le même jour, il ordonna au général von Straussenburg d'envoyer tout ce qu'il pouvait, d'où qu'il puisse l'obtenir, pour s'assurer que les Hongrois ne pourraient pas se déverser vers l'ouest dans le cœur impérial. Pendant ce temps, il avait un train à prendre pour Berlin.


Possibilités d'accès

1 Heereswesen , Bundesministerium für und Kriegsarchiv, Österreich-Ungarns letzter Krieg 1914-1918. Das Kriegsjahr 1914 vom Kriegsausbruch bis zum Ausgang der Schlacht bei Limanowa-Lapanów , 7 vol. ( Vienne : Verlag der Militärwissenschaftlichen Mitteilungen , 1931 )Google Scholar , I [ci-après ULK, I], 54.

2 Voir Stone , N. , ‘ Army and Society in the Habsburg Monarchy, 1900–1914 ’, Past and Present , 33 ( 1966 ), 99 – 101 CrossRefGoogle Scholar Hämmerle , C. , ‘ Die k. (Royaume-Uni. Armee als « Schule des Volkes » ? Zur Geschichte der Allgemeinen Wehrpflicht in der multinationalen Habsburgermonarchie (1866-1914/18) ’, in Jansen , C. ed., Der Bürger als Soldat. Die Militarisierung europäischer Gesellschaften im langen 19. Jahrhundert : ein internationaler Vergleich ( Essen : Klartext , 2004 ), 181 Google Scholar .


Inhaltsverzeichnis

Arthur Arz von Straußenburg, aus einer evangelischen Pfarrersfamilie stammend, wurde 1857 als Sohn des Postmeisters Karl Gustav Arz von Straußenburg (1831-1893) et dessen Ehefrau Louise geb. Pfaffenhuber à Hermannstadt geboren. [2] Die adelige Familie gehörte den Siebenbürger Sachsen, der deutschsprachigen Minderheit Siebenbürgens, damals Teil des Vielvölkerstaates Kaisertum Österreich, seit 1867 Österreich-Ungarn, an. Sein Vater war ein hochgeachteter Mann, der (wie später auch Baron Arz) dem ungarischen Magnatenhaus (Oberhaus) angehörte.

Die Schullaufbahn absolvierte der junge Arz à Dresde und Hermannstadt und schloss diese mit großem Erfolg un B. Danach beschloss er, Rechtswissenschaften zu studieren, leistete vorher jedoch Militärdienst als Einjährig-Freiwilliger. 1876/77 diente er als Leutnant der Reserve in einem ungarischen Feldjägerbataillon.

Während dieser Zeit änderte Arz seine Berufspläne und trat ins gemeinsame Heer ein, um die Offizierslaufbahn einzuschlagen.

Von 1885 bis 1887 besuchte er die k.u.k. Kriegsschule in Wien und wurde anschließend wegen seiner hervorragenden Leistungen als Stabsoffizier dem Generalstab des Heeres zugewiesen. Bald wurde er zum Hauptmann befördert und 1895 dem neu ernannten Generaltruppeninspektor Feldzeugmeister Anton von Schönfeld als Adjudant zugewiesen, was er bis zu dessen Tod Anfang 1898 blieb. 1898 kehrte Arz in den Generalstab zurück, wo er bis auf wenige Ausnahmen bis 1908 bleiben sollte.

Im novembre 1908 verließ der zum Generalmajor beförderte Arz den Generalstab und übernahm das Kommando über die 61. Infanteriebrigade. Er galt damals als einer der vielversprechendsten und kompetentesten Offiziere des Heeres und erhielt Förderungen durch Erzherzog Eugen. 1912 übernahm er für kurze Zeit den Befehl über die 15. Infanterietruppendivision in Miskolc, ehe er 1913 zum Feldmarschallleutnant befördert und an das Kriegsministerium nach Wien versetzt wurde. Hier fongierte er als Sektionschef, dem Minister unmittelbar unterstellt.

Nach Ausbruch des Ersten Weltkriegs im Sommer 1914 blieb Arz noch einige Wochen im Kriegsministerium, ehe er Anfang September an die Ostfront abkommandiert wurde und kurzfristig die 15. Infanterie-Truppen-Division und kurz darauf das VI. Korps am San-Abschnitt übernahm. En Galizien machte er seine ersten Fronterfahrungen und zeichnete sich im Abschnitt der k.u.k. 4. Armee Anfang Dezember besonders in der Schlacht von Limanowa-Lapanow aus. Anfang Mai 1915 kämpfte er mit seinen Truppen im Verband der deutschen 11. Armee unter General August von Mackensen in der Schlacht von Gorlice-Tarnów und bei Grodek, danach stieß er während der Bug-Offensive bis nach Brest-Litowsk vor.

Im septembre 1915 zum General der Infanterie befördert, wurde sein Korps in die Bukowina verlegt und der 7. Armee bei Horodenka unterstellt. Während der Brussilow-Offensive en juillet 1916 von den Russen bei Butschatsch angegriffen, rettete er sein Korps durch engen Anschluss an die deutsche Südarmee und konnte seine Stellungen im Raum Drohobycz stabilisieren.

Fin août 1916 geriet Österreich-Ungarn nach dem Kriegseintritt Rumäniens auf Seiten der Entente strategisch zunehmend unter Druck. Arz wurde nach Siebenbürgen versetzt und mit dem Oberbefehl der neuformierten 1. Armee beauftragt, um den Vorstoß der rumänischen Truppen in dieses Gebiet abzuwehren. Bei senneur Ankunft im Hauptquartier von Klausenburg (Cluj-Napoca) erklärte er: Ich bin ein Armeechef ohne Armee. In der Tat hatte die 1. Armee lediglich Divisionsstärke (rund 10.000 Mann) – ein Beweis für die überstrapazierten Ressourcen der Donaumonarchie.Durch Unterstützung der am Gebirgskamm Siebenbürgens aufmarschierenden deutschen 9. Armee unter General von Falkenhayn gelang es den Mittelmächten, die rumänische Invasion in der Schlacht von Kronstadt abzuwehren und schließberglich zum. Aufgrund seiner Leistungen auf dem rumänischen Kriegsschauplatz gewann Arz die Anerkennung des Thronfolgers Erzherzog Karl.

Generalstabschef 1917/1918 Bearbeiten

Als Kaiser und König Franz Joseph I. suis 21. Novembre 1916 starb, folgte ihm Karl I./IV. nach, der in den Wochen nach senneur Thronbesteigung sowohl die zivile als auch die militärische Führung austauschte. Karl übernahm am 2. Dezember 1916 persönlich den Oberbefehl über die gesamte bewaffnete Macht, den bis dahin Erzherzog Friedrich von Österreich-Teschen innegehabt hatte, geriet aber in der Folge in Konflikt mit dem an eigenständige Entscheidungen gewohnten Generalstabschef Conrad. Aufgrund dieser Differenzen enthob der Kaiser Conrad am 1. März 1917 seines Amtes und ernannte Arz am gleichen Tag zum Nachfolger. [3]

Dieser kam umgehend ins Hauptquartier in Baden bei Wien und übernahm seine neue Funktion im Armeeoberkommando (AOK). Er legte einen völlig anderen Führungsstil an den Tag als der selbstbewusste, ehrgeizige Conrad. Arz war vielmehr ein loyaler Berater seines Monarchen in militärischen Fragen und verhielt sich in politischen Angelegenheiten neutre. Nach persönlichem Machtzuwachs strebte er nicht. Manfried Rauchensteiner beurteilte ihn als unpolitischen, unauffälligen und vor allem befehltreuen Mann. [4]

Das Verhältnis des Generalstabschefs zur mächtigen deutschen Obersten Heeresleitung (OHL) unter Hindenburg und Ludendorff war weit harmonischer als das seines Vorgängers Arz war Anhänger des Bündnisses und Bewunderer des deutschen Heerwesens. Infolge dessen gewann die deutsche OHL mehr Einfluss auf militärische Vorgänge der Doppelmonarchie zunehmend ein Problem für die österreichisch-ungarischen Entscheidungsträger, insbesondere für den Monarchen selbst. Die Friedensbestrebungen Kaiser Karls wurden vom deutschen Verbündeten nicht unterstützt. Jedoch führte die verstärkte deutsche Unterstützung auch zu militärischen Erfolgen im Sommer und Herbst des Jahres 1917 (Abwehr der Kerenski-Offensive und Sieg von Karfreit).

Am 19. avril 1917 als ungarischer Adeliger vom Monarchen mit der Baronswürde [5] und am 17. août 1917 mit dem Militär-Maria-Theresien-Orden ausgezeichnet [6] sowie am 9. Februar 1918 zum Generaloberst befördert, [7] plante Arz auf Druck der OHL im Sommer 1918 eine finale Schlacht gegen Italien. Doch die Planungen erwiesen sich als problematisch, da sowohl Feldmarschall Conrad als auch Feldmarschall Boroevic den Hauptstoß der Offensive führen wollten, was schließlich im Juni 1918 zum Scheitern der Aktion führte. Als Reaktion übernahm Arz die volle Verantwortung für das Scheitern und bot dem Kaiser seinen Rücktritt an, was dieser ablehnte.

Arz bestritt in seiner Biografie später österreichisch-ungarische Expansionsbestrebungen. Erobrungen hätten das „zur Not“ aufrechterhaltene Gleichgewicht gestört. Der Bestand der Monarchie sei durch Veränderung ihrer Zusammensetzung im Zuge von Annexionen vom Verfall bedroht gewesen, weshalb der alleinige Kriegszweck die Erhaltung der Monarchie gewesen sei. [8]

Stagiaire vertrat er in einem Schreiben vom Juli 1918 an Außenminister Burián eine andere Poste :

„Der Sieger hat das Recht, die Folgen seines Sieges nach seinem Urteil und seinem Gutdünken aufzustellen. Und die Sieger auf der Balkanhalbinsel sind wir . Hand in Hand mit unseren Kriegszielen auf dem Balkan geht die Lösung der jugoslawischen Frage. Sie wird gelöst werden müssen, était, meiner Ansicht nach, vollständig nur im Rahmen der Monarchie möglich ist. Ich kann die Beseitigung der großserbischen Gefahr nur darin erblicken, dass ein selbständiger serbischer Nationalstaat nicht wieder erstehen darf und dass die Monarchie dieses Volk in ihren Verband einverleibt. Nur diese radikale Lösung der Frage kann die Monarchie vor neuen Krisen und Verwicklungen sicherstellen. [9] "

Arz wollte den Status Albaniens als befreundetes neutrales Ausland in den Status eines feindlichen und eroberten Gebietes umwandeln, vor allem, um mehr Requirierungsmöglichkeiten im Lande zu haben. Er forderte am 21. Juli 1918 von Burián ein quivalent für die unverhältnismäßig großen Opfer an Personal und Material für die Besetzung Albaniens. Dieses Äéquivalent könne aber unmöglich in einem Protektorat gesehen werden. Albanien muss als selbständiger Staat unmittelbare Grenzen an die Monarchie erhalten und durch staatsrechtliche Bindungen mit diesem aufgebaut werden. Da nach Meinung von Arz der Sieger auf der Balkanhalbinsel die Monarchie sein werde, liege es an ihr, die Zukunft durch vorwegnehmende Maßnahmen jetzt schon in bestimmte Bahnen zu lenken. [dix]

Arz befürwortete sogar ein Protektorat der Monarchie en Arménie. Er sah in der Entsendung schwacher österreichisch-ungarischer Kräfte nach dem Kaukasus keinen Nachteil für die Monarchie. Ein Engagement im Kaukasus schien sowohl dem Großmachtprestige als auch den Wirtschaftsinteressen der Monarchie förderlich zu sein - vor allem die Sicherung eines Anteils am Erdöl von Baku. Arz erklärte sich am 9. Août bereit, à Anbetracht der großen Bedeutung der Rohstoffgewinnung aus dem Kaukasus zwei bis drei Bataillone nach Armenien zu entsenden. [11]

Doch dazu kam es aufgrund des Kriegsverlaufs nicht mehr. Die Entente hatte nach dem Kriegseintritt der USA die Oberhand gewonnen und Ende Oktober 1918 zerbrach die österreichisch-ungarische Realunion, die Frontarmee löste sich auf. Arz erklärte, die Armee könne den Krieg nicht mehr fortsetzen und riet Karl I. zum Waffenstillstand, um unnötiges Blutvergießen zu verhindern. Der Kaiser legte den Oberbefehl in der Nacht zum 3. November nieder und wollte Arz zu seinem Nachfolger ernennen. Doch dieser lehnte es ab für die Unterzeichnung des Waffenstillstands verantwortlich sein, der den deutschen Bündnispartner bedrohte und bat den Kaiser, an seiner statt Feldmarschall Kövess zum Oberbefehlshaber zu ernennen, was tat.dieser au [12] Am 3. novembre 1918 trat der Waffenstillstand von Villa Giusti unter chaotischen Umständen in Kraft, wodurch fast 350.000 österreichische Soldaten in italienische Kriegsgefangenschaft gerieten.

Nach Kriegsende wurde die ehemalige k.u.k. Armee vom Monarchen am 6. novembre 1918 demobilisiert und löste sich vollends auf. Arz nahm seinen Abschied vom aktiven Dienst und ließ sich gezwungenermaßen in Wien nieder (er wohnte nach Lehmanns Adressbuch: 3., Esteplatz 5). Seine siebenbürgische Heimat war inzwischen rumänisches Territorium geworden, und Rumänien verweigerte ihm als ehemaligem Kriegsgegner die Rückkehr.

Staatsrechtlich war Arz ungarischer Bürger, doch sowohl Ungarn als auch Rumänien verweigerten ihm Pensionszahlungen, weshalb er trotz Spenden und Zuwendungen aus einem Fonds ehemaliger Offiziere in ärmlichen Verhältnissen leben musste. Erschwerend kam hinzu, dass er einen Prozess durchstehen musste, an dessen Ende er jedoch freigesprochen wurde. Man machte Arz den Vorwurf, nach dem Waffenstillstand den Feuereinstellungsbefehl an der italienischen Front zu früh gegeben zu haben, so dass noch viele österreichische Soldaten in italienische Gefangenschaft gerieten.

Premier 1926 änderte sich seine finanzielle Lage, als er das Pensionsangebot Ungarns annahm, das jedoch mit der Auflage verbunden war, die Pension immer persönlich in Budapest abzuholen.

In Wien verfasste er seine Memoiren und Kriegserlebnisse ohne Selbstrechtfertigung oder politische Ansichten. Während eines Aufenthalts à Budapest, um seine Pension einzulösen, erlitt er einen Herzinfarkt und verstarb am 1. juillet 1935. Er wurde mit höchsten militärischen Ehren auf dem Kerepescher Friedhof in Budapest beigesetzt. Später wurden seine sterblichen Überreste auf den Budapester Neuen Friedhof überführt, wo sich sein Grab noch heute befindet.


Voir la vidéo: Foorumin kommentit Konrad H Arz von Straussenburg 2