La CENIEH participe à la fouille du site indien de Sendrayanpalayam

La CENIEH participe à la fouille du site indien de Sendrayanpalayam


We are searching data for your request:

Forums and discussions:
Manuals and reference books:
Data from registers:
Wait the end of the search in all databases.
Upon completion, a link will appear to access the found materials.

Le Centre National de Recherche sur l'Évolution Humaine (CENIEH) fait partie d'un projet international, financé par la Fondation PALARQ et La Fondation Leakey, dont l'objectif est d'étudier la chronologie de la fin de l'Acheulé et les caractéristiques du processus de transition vers le Paléolithique moyen L'Inde.

À cette fin, des fouilles et des enquêtes sont en cours dans les environs de la Champ Sendrayanpalayam (SEN), dans l'État du Tamil Nadu, au sud de l'Inde.

Aujourd'hui pour aujourd'hui, deux hypothèses essayez d'expliquer le complexe histoire des changements de comportement des hominidés en Asie du Sud.

D'une part, celui qui déclare que ces changements sont dus au arrivée de nouvelles populations d'Afrique; et d'autre part, celle qui affirme que ces changements technologiques sont le produit d'un évolution culturelle locale.

Afin d'étudier ce problème de transition, une équipe de scientifiques internationaux du SCHE (Inde), du CENIEH (Espagne), du CNRS et du MNHN (France), du PRL, de l'IFP (Inde) et du PGIAR (Sri Lanka) ont initié cette année, une campagne de terrain dans le Champ Sendrayanpalayam pendant les mois de mars et avril, à la recherche d'indices pour répondre à ces questions clés.

«Dans cette première campagne, nous avons réalisé différents levés et une fouille pour avoir des éléments qui nous permettent d'étudier les variations de stratigraphie et d'assemblages lithiques et d'obtenir des échantillons pour les différentes études géochronologiques, sédimentologiques et paléobotaniques», souligne Mohamed Sahnouni, coordinateur de la Programme d'archéologie du CENIEH, et chef de l'équipe espagnole pour ce projet.

Une séquence de dépôts stratifiés de gravier et de colluvions dominés par des restes de latérite a été identifiée. La partie supérieure de cette formation de gravier présente une couche distinctive de crêtes de grès et de quartzite.

L'Etude de ensemble de l'industrie lithique récupéré dans cette unité supérieure, toujours en cours, offre des éléments qui suggèrent une attribution au final acheuléen.

La haute densité d'artefacts et la diversité des stratégies de réduction des noyaux indiquent que les hominidés ont été attirés par cet environnement riche en matières premières pour fabriquer leur industrie.

D'autre part, le niveau sous-jacent de ferricreta représente un contexte d'occupation différent, également Achelense, mais avec un plus faible densité de découvertes et avec une nette préférence pour le grès comme matière première. La présence de remontages entre les artefacts dans ces couches indique un degré élevé d'intégrité du réservoir.

«En plus de ces fouilles, nous avons localisé d'autres gisements dans la région grâce à des levés de surface et à l'inspection d'autres dépôts sédimentaires. Nous espérons que toutes ces découvertes apporteront un éclairage nouveau sur les processus culturels, les trajectoires évolutives régionales et les modèles de dispersion des hominidés en Asie du Sud », déclare Mohamed Sahnouni.

Antécédents

Les antécédents de ce projet se retrouvent dans la recherche multidisciplinaire menée dans le gisement voisin d'Attirampakkam (ATM).

Grâce à ces fouilles, dirigées par le professeur Shanti Pappu et le Dr Kumar Akhilesh du Sharma Center for Heritage Education (SCHE), d'importantes découvertes ont été faites sur l'âge et la nature du Industries acheuléennes du Pléistocène inférieur de la région et sur les processus de transformation de l'Achelense qui donnent lieu à la première Paléolithique moyen dans le sous-continent indien.

Cependant, l'existence d'un hiatus dans les archives stratigraphiques et archéologiques dans l'ATM entre l'Ancien Acheuléen et le Paléolithique moyen a laissé de nombreuses questions sans réponse concernant les trajectoires évolutives du Acheuléen supérieur dans cette région.

Des enquêtes préliminaires menées par la SCHE autour de l'ATM ont permis de délimiter plusieurs localités qui présentent un certain potentiel pour résoudre ces problèmes. L'un de ces emplacements est le Champ Sendrayanpalayam (SEN) qui fait partie de ce projet, situé sur la surface en pente d'un glacis qui forme aujourd'hui un éperon entre deux dépressions.

Équipe internationale

Des scientifiques d'institutions de trois continents participent à ce projet: Dr Kumar Akhilesh et Professeur Shanti Pappu, Sharma Center for Heritage Education (SCHE, Chennai) (direction des fouilles), Professeur Ashok K. Singhvi et Dr Naveen Chauhan, Physique Laboratoire de recherche (PRL), Ahmedabad, et Dr. K. Anupama et S. Prasad, Institut français de Pondichéry (IFP), (Inde); Le professeur Mohamed Sahnouni (coordinateur de l'équipe espagnole), avec le Dr Sileshi Semaw, le Dr Josep Pares, le Dr Joseba Rios (Centre national de recherche sur l'évolution humaine CENIEH (Espagne) et le Dr Mathieu Duval, Université Griffith, Australie; Professeur Yanni Gunnell, Université de Lyon, et Dr Salah Abdessadok, Musée national d'histoire naturelle (MNHN), (France); et Professeur R. Premathilake, Institut de troisième cycle en archéologie (PGIAR), Université de Kelaniya, (Sri Lanka).


Vidéo: Indiens de la Guadeloupe


Commentaires:

  1. Baruch

    Je peux vous conseiller à ce sujet. Ensemble, nous pouvons arriver à la bonne réponse.

  2. Gillecriosd

    Aussi que nous ferions sans votre brillante phrase

  3. Asaph

    Dans l'existence, il y avait une tendance à une détérioration des conditions de vie, ou, à le dire simplement, les choses n'étaient nulle part.

  4. Howell

    Wow, super, attendit longtemps. THX



Écrire un message