Les fantômes des présidents passés dans le bureau ovale

Les fantômes des présidents passés dans le bureau ovale


We are searching data for your request:

Forums and discussions:
Manuals and reference books:
Data from registers:
Wait the end of the search in all databases.
Upon completion, a link will appear to access the found materials.

Les histoires de fantômes abondent sur les présidents américains hantant le bureau ovale. Les esprits errants revenant d'entre les morts pour hanter les lieux où ils vivaient et travaillaient ont été des éléments centraux du folklore, des mythes et des contes au coin du feu pendant des milliers d'années dans la plupart des cultures anciennes du monde. Le concept entier de fantôme, ou spectre, est basé sur la croyance ancienne selon laquelle l'esprit d'une personne existe indépendamment du corps et qu'il continue d'exister après la disparition du corps. Ainsi, de nombreuses sociétés préhistoriques effectuaient des rituels funéraires et de mort complexes pour s'assurer que les esprits des morts ne reviendraient pas hanter les vivants après leur enterrement. Cependant, si les archives historiques sont explorées, il devient rapidement évident que cela ne s'est pas toujours déroulé comme prévu. Une profusion de formes fantomatiques peuplent l'histoire humaine, qui seraient associées à un événement, un événement ou une émotion dans le passé du fantôme, le plus souvent à l'ancienne maison ou à l'endroit où la personne a quitté cette vie.

Le philosophe grec stoïcien Athenodorus loue une maison hantée par Henry Justice Ford (vers 1900) ( Domaine public)

Apparemment, l'auteur romain du premier siècle de notre ère, Pline le Jeune, a été la première personne à enregistrer l'histoire de fantômes classique. Il a raconté l'histoire effrayante du spectre d'un vieil homme avec une longue barbe et des chaînes cliquetantes hantant son serviteur dans sa maison athénienne, et une telle histoire semble toujours un peu plus valable lorsqu'elle est enregistrée par un tel géant de la pensée. La première trace écrite d'un esprit dérangeant une maison, connue aujourd'hui sous le nom de poltergeist, s'est produite en 856 après JC dans une ferme en Allemagne où l'esprit malveillant aurait jeté des pierres sur la famille tandis que les rideaux se balançaient. Malgré les brises froides qui refroidissaient les pièces, l'esprit a allumé des incendies toute la nuit et a terrifié la famille en la faisant fuir.

Illustration par James McBryde pour l'histoire de M. R. James "Oh, Whistle, And I'll Come To You, My Lad" (1904).

Dans des temps historiques plus modernes, certaines des figures les plus notables du passé de l'Amérique sont également revenues hanter leurs vieux mondes. Au sommet de cette liste se trouvent George Washington, Benjamin Franklin et Abraham Lincoln. C'est à ces trois pionniers de l'histoire que certains des événements les plus bizarres, les plus déroutants et parfois les plus dérangeants, apparemment surnaturels jamais enregistrés, sont associés.


Le fantôme du bureau ovale

Washington - À première vue, cela semble invraisemblable : pourquoi l'ancien secrétaire d'État Henry A. Kissinger, le partisan le plus connu au monde de la diplomatie de l'équilibre des pouvoirs, donnerait-il des conseils à l'administration Bush, dont la stratégie et les idéaux déclarés contrairement à sa philosophie ?

Et, à l'inverse, pourquoi le président et ses collaborateurs consulteraient-ils M. Kissinger ? Après tout, leur stratégie de sécurité nationale de 2006 a abandonné l'idée que l'Amérique devrait même rechercher un équilibre des pouvoirs. La secrétaire d'État Condoleezza Rice a déclaré l'année dernière que les États-Unis avaient renoncé à 60 ans d'efforts pour « acheter la stabilité aux dépens de la démocratie » au Moyen-Orient. Quoi de plus anti-kissingien ? M. Kissinger a mis en garde pendant des décennies contre le fait de trop mettre l'accent sur la démocratie, les droits de l'homme ou les valeurs morales dans la politique étrangère.

Pourtant, le nouveau livre de Bob Woodward, "State of Denial", décrit comment le vice-président Dick Cheney a rencontré M. Kissinger au moins une fois par mois, et le président Bush a fréquemment parlé à M. Kissinger. Le livre décrit M. Kissinger, 83 ans, comme le conseiller extérieur le plus fréquent de M. Bush en matière de politique étrangère. Les réunions ne sont pas une innovation récente, les rapports de presse précédents ont indiqué que M. Kissinger avait également conseillé l'administration lors du premier mandat de M. Bush.

On pourrait d'abord être tenté d'attribuer cette curieuse relation à la simple notion d'élitisme - l'idée qu'il n'y a qu'une poignée de fonctionnaires qui ont réellement dirigé la politique étrangère américaine et donc seulement quelques personnes que MM. Bush et Cheney peuvent consulter. .

Mais cette explication ne tient pas. Brent Scowcroft et Zbigniew Brzezinski, qui ont été respectivement conseillers à la sécurité nationale pour le père de M. Bush et pour Jimmy Carter, font partie de la même élite de politique étrangère (et M. Scowcroft, en particulier, partage depuis longtemps M. Kissinger&# engagement philosophique de x27 envers le réalisme en politique étrangère). Pourtant, l'administration Bush n'a consulté aucun de ces hommes dans la même mesure qu'elle l'a fait avec M. Kissinger, peut-être parce que les deux ont ouvertement contesté la politique étrangère actuelle plus que lui.

Le rôle de M. Kissinger semble donc unique. Pourtant, ce n'est pas si surprenant, quand on regarde sa propre histoire et celle des administrations précédentes. Depuis que M. Kissinger a quitté le gouvernement en 1977, lui et plusieurs présidents se sont subtilement utilisés l'un l'autre de la même manière.

Les différences d'idéologie ont rarement été des obstacles aux séductions mutuelles des Kissinger Schmooze. M. Kissinger conserve son accès à la Maison Blanche et son statut d'initié, tandis que les administrations obtiennent un sentiment de validation de leurs politiques.

Il est également utile pour un président de savoir qu'il garde M. Kissinger à bord - que même si M. Kissinger concluait que les politiques d'une administration étaient complètement fausses, ou stupides, ou directement contraires à sa propre philosophie, il ne le dirait pas en public. (En 2002, M. Kissinger a été signalé dans des articles de journaux comme ayant rompu les rangs avec l'administration Bush sur l'Irak, mais M. Kissinger a rapidement fait comprendre que ses opinions avaient été mal interprétées.)

Ronald Reagan a fait campagne contre M. Kissinger en 1976 lorsqu'il a défié le président Gerald Ford lors des primaires républicaines, non seulement condamnant la politique de M. Kissinger, mais promettant que s'il était élu, il le remplacerait en tant que secrétaire d'État. Mais une fois que M. Reagan a remporté l'investiture républicaine en 1980 et est allé à la Maison Blanche, la relation de M. Kissinger avec l'administration Reagan n'était pas conflictuelle.

Lorsque le président Reagan a qualifié l'Union soviétique de "empire du mal", semblant ainsi contredire à la fois les politiques passées de M. Kissinger et ses vues sur la politique étrangère, M. Kissinger a minimisé l'importance du discours qu'il a écrit qu'il appartenait aux responsables soviétiques de choisir quand être insulté. M. Reagan a nommé M. Kissinger à la tête d'une commission bipartite sur l'Amérique centrale dans le but de dégager un consensus sur la politique de son administration.

Le rôle consultatif de M. Kissinger ne s'est pas limité aux administrations républicaines. Lorsque Bill Clinton, faisant campagne pour la présidence en 1992, a dénoncé la répression meurtrière de 1989 contre les manifestations de la place Tiananmen à Pékin, il a visé les fondements de la politique chinoise que M. Kissinger avait établie. Pourtant, deux ans plus tard, lorsque le président Clinton a annoncé qu'il abandonnait les efforts visant à lier les avantages commerciaux de la Chine à l'amélioration des droits de l'homme, des collaborateurs ont rapporté que M. Kissinger avait été l'un des principaux conseillers extérieurs de M. Clinton.

Certains pourraient émettre l'hypothèse que la réémergence perpétuelle de M. Kissinger en tant qu'éminence grise reflète la tendance des présidents à changer d'avis après leur entrée en fonction et à évoluer progressivement dans la direction de M. Kissinger. Cette explication s'appliquerait au revirement de M. Clinton sur la politique chinoise, par exemple. Mais la théorie ne fonctionne pas si bien pour M. Reagan, qui, même tard dans son administration, était en désaccord avec M. Kissinger. En 1987, M. Kissinger s'est plaint que l'administration Reagan se dirigeait imprudemment vers un accord de contrôle des armements avec Mikhaïl Gorbatchev. donc dans le rôle d'un faucon.

L'administration Bush actuelle ne semble pas avoir connu d'évolution vers le réalisme Kissinger, du moins pas si vous regardez les propos publics du président. Bien que M. Bush ait prononcé un discours invoquant les idéaux démocratiques à la veille de la guerre en Irak, ce n'est que lors de son deuxième discours inaugural, en janvier 2005, qu'il a vraiment fait de la liberté démocratique la pièce maîtresse de sa politique étrangère. Il l'a fait depuis. Donc rhétoriquement, au moins, M. Bush s'éloigne de plus en plus d'une politique étrangère Kissingerienne.

Il reste la possibilité que les opinions réelles de M. Bush diffèrent de sa rhétorique pro-démocratie. Peut-être parle-t-il de démocratie en public mais pas en privé. Si c'est le cas, cela aiderait à expliquer pourquoi il a été si silencieux au sujet des réunions régulières avec M. Kissinger.

Plus probablement, cependant, le président et M. Kissinger ne voient pas la nécessité d'essayer de combler le fossé entre l'engagement avoué de l'administration à répandre la démocratie et les avertissements de M. Kissinger tout au long de sa carrière contre de tels efforts. M. Kissinger est comme le mobilier de bureau ovale pour les présidents, il est toujours en arrière-plan. Conseiller la Maison Blanche, c'est ce qu'il fait. Et les présidents semblent généralement penser qu'une partie de la conduite de la politique étrangère consiste à parler à M. Kissinger, même si cela ne mène nulle part.

Op-Ed Contributeur James Mann, l'auteur de "Rise of the Vulcans: The History of Bush&# x27s War Cabinet", est un auteur en résidence à l'Université Johns Hopkins&# x27s Paul H. Nitze School of Advanced International Studies.


Tous les historiens du président

Lors d'une réunion à la Maison Blanche début mars, Joe Biden a passé plus de deux heures en privé avec un groupe d'historiens, conformément à une tradition récente dans laquelle les présidents ont discuté de leurs prédécesseurs avec des historiens. Mais Biden avait déjà consulté un historien, Jon Meacham, qui a même aidé à rédiger certains de ses principaux discours. Compte tenu du rôle de Meacham en tant que forgeron et conseiller du président, il vaut la peine de revenir sur la façon dont les historiens présidentiels ont non seulement aidé les Américains à voir leur passé présidentiel, mais ont également aidé les présidents à comprendre leur place potentielle dans l'histoire.

C'est principalement à travers le travail des historiens que nous nous souvenons de nos présidents, de leurs forces et de leurs réussites, de leurs défauts et de leurs échecs. C'est évidemment vrai des présidents disparus depuis longtemps, dont personne vivant ne se souvient. Mais même pour les présidents récents, les auteurs d'histoire et de biographie jouent un rôle important dans l'évaluation et la réévaluation de leur vie et de leur carrière.

Cela se produit par étapes plus ou moins prévisibles. Lorsqu'un président est en fonction, les journalistes écrivent le « premier brouillon de l'histoire » et les admirateurs et les opposants proposent des comptes rendus biaisés. Une fois qu'un président est démis de ses fonctions, les initiés - et parfois les ex-présidents eux-mêmes - qui veulent influencer le dossier historique (et gagner de l'argent) sortent des mémoires. Peu de temps après, des biographes et des historiens, tant universitaires que populaires, commencent à publier leurs propres livres, en s'inspirant souvent d'entretiens avec d'anciens membres du personnel de l'administration. Au fil des décennies, chaque ancienne administration compte de moins en moins d'anciens élèves vivants dont les souvenirs peuvent être sondés, mais il reste encore des découvertes à faire, notamment dans les journaux intimes, les lettres, les notes de service, les documents déclassifiés et d'autres sources déterrées dans les bibliothèques présidentielles et autres archives. . Et les historiens ultérieurs continuent de réexaminer le dossier, avec une perspective que les historiens précédents n'avaient pas : avec la connaissance de la façon dont les choses se sont passées et avec des sensibilités morales changeantes.

La révision et la réévaluation ne s'arrêtent jamais. Andrew Jackson a longtemps été célébré comme un avatar de la démocratie américaine et le héros de la Nouvelle-Orléans, mais ces dernières années, en grande partie à cause du traitement réservé par son administration aux Amérindiens et de son asservissement des Noirs américains, de l'estime dans laquelle il est tenu par les historiens et les grand public a chuté brutalement. D'autres présidents, cependant, ont récemment vu leur carrière politique rachetée et réhabilitée. Les présidences de John Quincy Adams, Ulysses S. Grant et Jimmy Carter ont longtemps été considérées comme des échecs, mais de nouvelles biographies de (respectivement) William J. Cooper, Ron Chernow et Jonathan Alter ont fait valoir que leurs sujets ont souvent été mal compris et sous-estimés. Dans la même veine, les auteurs dont les opinions politiques se heurtent à celles de leurs sujets présidentiels se trouvent parfois étonnamment captivés, comme l'a fait le démocrate de longue date Bob Spitz en produisant son récit sympathique de la vie de Ronald Reagan.

Trois présidents ont rédigé des biographies d'autres présidents. La biographie de son père par George W. Bush a été publiée en 2014, quatre ans avant George H.W. Bush est mort. Herbert Hoover, après avoir quitté ses fonctions, a écrit une biographie de son défunt prédécesseur Woodrow Wilson. Et Wilson lui-même, alors qu'il était encore universitaire, a écrit une biographie de George Washington. (L'ennemi juré de Wilson, Henry Cabot Lodge, qui avait produit sa propre biographie du président Washington, aimait à dire que la bourse de Wilson aurait peut-être été assez bonne pour Princeton, mais n'aurait jamais passé le cap à Harvard de Lodge.) Un seul autre président avait de sérieuses ambitions de ne pas Vivez simplement l'histoire mais écrivez beaucoup à ce sujet : Theodore Roosevelt, un auteur ridiculement prolifique.

Arthur Schlesinger Jr. et le président John F. Kennedy dans le bureau ovale le 26 juillet 1962. (Photo de Cecil Stoughton, avec l'aimable autorisation de la bibliothèque et du musée présidentiels JFK.)

D'autres présidents ont cultivé des historiens à leurs côtés. L'ami de George Washington, David Humphreys, qui avait servi comme aide de camp pendant la Révolution et comme diplomate pendant son administration présidentielle, a écrit la seule biographie autorisée de Washington, bien qu'elle n'ait été que partiellement publiée du vivant de Washington. Fervent démocrate jacksonien, l'historien George Bancroft a servi James Polk en tant que secrétaire à la Marine et secrétaire à la guerre par intérim. L'historien Henry Adams, l'arrière-petit-fils de John Adams, lorsqu'il était un jeune homme, a aidé son père dans l'administration d'Abraham Lincoln en tant qu'ambassadeur au Royaume-Uni. Irving Newton Brant, un journaliste devenu rédacteur de discours et conseiller du président Franklin Roosevelt, a quitté l'administration de FDR pour écrire une biographie en six volumes de James Madison, dont il était devenu amoureux. Brant finirait par écrire son propre compte rendu de l'héritage environnemental de FDR. .

Aucun historien universitaire n'a autant côtoyé le pouvoir présidentiel qu'Arthur M. Schlesinger Jr. de Harvard, conseiller spécial de John F. Kennedy. Au moment des élections de 1960, Schlesinger avait non seulement terminé un travail sur l'ère jacksonienne qui a remporté le prix Pulitzer et qui a changé de paradigme, mais il avait également terminé une énorme histoire en trois volumes de FDR et du New Deal. Pendant qu'il travaillait pour JFK, Schlesinger ne se contentait pas de regarder les événements se dérouler mais était, comme Richard Aldous l'a montré dans sa biographie de 2017 de Schlesinger, profondément impliqué dans certaines décisions politiques, notamment le fiasco de la Baie des Cochons et la crise des missiles cubains.

Bien qu'il semble peu probable qu'à l'avenir quiconque serve à nouveau dans le rôle d'« historien d'initié », à la Schlesinger, les présidents et futurs présidents ont continué à faire appel aux historiens pour leur point de vue et leurs conseils.

Par exemple, les théories de l'historien culturel Christopher Lasch concernant la « culture du narcissisme » américaine ont attiré l'attention de Jimmy Carter. Bernard Lewis, l'historien du Moyen-Orient, a donné des conseils à l'administration de George W. Bush concernant la région et a soutenu la guerre avec l'Irak. Sean Wilentz, de l'Université de Princeton, est depuis longtemps associé aux Clinton, qu'il ait défendu Bill Clinton lors de la procédure de destitution dans les années 1990 ou qu'il ait été surnommé "Hillary's Historian" à l'approche des primaires démocrates de 2016. De nombreux autres historiens universitaires ont offert leur soutien à divers candidats à la présidentielle et contribué à leurs campagnes, tout en offrant des commentaires historiques sur les raisons pour lesquelles leur candidat préféré ferait un président historique et en attaquant leurs rivaux pour leurs utilisations (ou abus) de l'histoire.

Bien que Donald Trump restera probablement dans les mémoires comme l'un des pires présidents de l'histoire, il n'était pas entièrement dépourvu d'admirateurs parmi les historiens, et il n'est pas impossible que de futurs historiens à contre-courant proposent des récits révisionnistes sympathiques à sa présidence.

Et que devons-nous faire du choix de Joe Biden de Jon Meacham comme historien de choix?

Meacham est ce que certains universitaires ont surnommé un « père historien », un terme dédaigneux pour décrire le type d'auteurs qui plaisent aux hommes d'âge moyen (généralement blancs). Pensez à Ron Chernow, David McCullough et H.W. Les marques (ou, s'il le faut, leurs imitateurs inférieurs, comme Brian Kilmeade, Don Yaeger et Bill O'Reilly). Bien qu'ayant fait des études universitaires, la majorité de ces écrivains ont une formation journalistique et sont basés en dehors des départements d'histoire de l'université (les marques étant une exception notable). Leur travail a tendance à se concentrer sur des personnalités politiques influentes (principalement des présidents ou des individus de l'ère fondatrice) ou des moments militaires charnières (principalement de la guerre civile ou de la Seconde Guerre mondiale).

Tout cela s'applique à Meacham : bien qu'il ait maintenant une chaire nommée à Vanderbilt, il n'est pas un universitaire de formation mais un journaliste et rédacteur en chef. Il a fait ses armes en tant qu'écrivain pour le Temps de Chattanooga avant de s'imposer comme une voix de premier plan pour le Washington Mensuel et Semaine de l'actualité. Le premier livre de Meacham, Franklin et Winston : un portrait intime d'une amitié épique, est devenu un New York Times best-seller et son profil d'Andrew Jackson, Lion d'Amérique, a obtenu un Pulitzer. Il a également écrit des biographies de Thomas Jefferson, George H.W. Bush et John Lewis. En général, Meacham semble attiré par des figures contradictoires qui ont triomphé dans les moments de crise : Jackson, le champion symbolique de la démocratie qui a maintenu l'Union face à la crise d'annulation, mais qui a réduit en esclavage les Noirs américains et retiré les peuples autochtones de leur terre natale. Jefferson, figure révolutionnaire de premier plan et auteur de la Déclaration d'indépendance qui a réduit en esclavage six cents êtres humains, dont l'un, Sally Hemings, avec qui il a engendré au moins six enfants.

Compte tenu du climat houleux dans lequel le passé de la nation est discuté ces jours-ci - avec des renversants radicaux de statues s'affrontant contre des ignorants conservateurs - il n'est pas étonnant que quelqu'un comme Jon Meacham et les histoires qu'il raconte sur l'Amérique puissent être si attrayants.

Jon Meacham en 2016. (Photo de Gage Skidmore [CC BY-SA 2.0]) Dans les premières années de la présidence Trump, Meacham a publié L'âme de l'Amérique : la bataille pour nos meilleurs anges, un texte qui résonne avec l'appel de Biden à "restaurer l'âme de l'Amérique" et son slogan "bataille pour l'âme de l'Amérique". Comme Kara Voght l'a souligné pour Mère Jones, l'appel de Meacham aux électeurs de Biden et de Biden est évident, car il évoque une politique "au-dessus des conflits partisans, défendant un christianisme civique et orientant l'histoire américaine autour de certaines valeurs nationales fondamentales". Voght se moque de cela, en particulier de l'intérêt de Meacham pour Jefferson, et soutient que la « création de mythes » américaine de Meacham devrait être supplantée en faveur d'une histoire américaine différente : « La présidence de Biden sera mesurée par la mesure dans laquelle il peut supplanter les leçons de sa muse. [Meacham] avec une nouvelle vieille histoire sur l'âme de l'Amérique.

Il y a cependant deux problèmes avec cet argument. Premièrement, alors que l'argument de Voght sur le fait de « supplanter » les vieilles histoires sur l'Amérique est bien compris – encore une fois, le processus du révisionnisme historique est sans fin et en grande partie sain – ce n'est pas un processus qui peut être accéléré. Ça prend du temps. Le travail historique, l'enseignement, les sentiments et les attachements – les accords mystiques de la mémoire – peuvent être très lents à changer. En termes simples, le peuple américain aime l'histoire américaine et n'est pas prompt à en rejeter certaines parties.

Sur l'appel de Meacham aux électeurs de Biden, l'historien Michael D. Hattem, qui a étudié la façon dont la mémoire de la Révolution a façonné l'identité américaine, a commenté par courrier électronique :

Meacham a, ces dernières années, cherché à récupérer le libéralisme ancré dans notre héritage révolutionnaire, ce qui le met nettement en désaccord avec de nombreux historiens universitaires qui rejettent de plus en plus cet héritage. Pour que Biden devienne une figure à la Reagan qui puisse glaner les modérés du parti d'opposition, il doit revendiquer l'héritage de la Révolution, car même si des études montrent que de nombreux Américains ne connaissent pas beaucoup de détails sur notre histoire, ils ressentent néanmoins un lien émotionnel avec la Révolution que les politiciens et les médias conservateurs, ainsi que nos institutions nationales, ont longtemps cultivé en eux.

Ce qui nous amène au deuxième problème avec l'argument de Voght. Si, comme elle le recommande, au moins le centre-gauche devait s'éloigner de Jefferson et des autres fondateurs, la sombre réalité est qu'il y a d'autres personnes prêtes et désireuses de les revendiquer pour les leurs. À la veille du rassemblement Unite the Right à Charlottesville en 2017, les participants se sont rassemblés autour d'une statue de Jefferson, proclamant : « Les Juifs ne nous remplaceront pas. Le logo sur le mémo divulgué planifiant le caucus avorté d'America First pour promouvoir les «valeurs anglo-saxonnes» présentait le visage de George Washington. Donald Trump a répondu aux statues défigurées et démolies en prononçant un grand discours devant le mont Rushmore. Sommes-nous censés laisser les Fondateurs à quelques privilégiés et dépravés ?

Il vaut bien mieux faire comme Meacham – et comme Biden, à travers son étreinte de Meacham – et accepter que le passé américain, tout cela, dans toute sa terreur et sa beauté, son illumination et son mal, nous appartient à tous.


Voici comment Joe Biden a redécoré le bureau ovale

Le Resolute Desk est toujours là. Fini le bouton rouge qui invoquait l'un des 12 coca light quotidiens.

Les rideaux restent dorés. Oh, et il a toujours la forme d'un ovale.

Au-delà de cela, le bureau ovale a connu une transformation assez spectaculaire au cours des dernières 24 heures, lorsque le président Joe Biden a emménagé et Donald Trump a déménagé.

Un portrait d'Andrew Jackson, l'ancien président américain qui gardait des esclaves et signait une législation menant à la piste des larmes, et dont le populisme aurait inspiré Trump, a disparu. A sa place : un portrait de Benjamin Franklin.

Le père fondateur est assis près d'une étagère portant une pierre de lune, un appariement intentionnel, selon le Washington Post, représente le respect de Biden pour «la science et la vérité» et les formidables réalisations des générations précédentes de l'Amérique.

En face du Resolute Desk est accroché un grand portrait du président Franklin D. Roosevelt au-dessus de la cheminée du bureau. Quatre portraits plus petits entourent Roosevelt, représentant les présidents Abraham Lincoln, George Washington et Thomas Jefferson, et le secrétaire au Trésor Alexander Hamilton.

Le bureau de Biden a déclaré au Washington Post, qui a eu un premier aperçu du bureau ovale avant l'arrivée du président mercredi, que le jumelage de Hamilton et Jefferson, qui étaient souvent en désaccord, était délibéré.

Les peintures représentent "comment les différences d'opinion, exprimées au sein des garde-fous de la République, sont essentielles à la démocratie", a déclaré le bureau de Biden.

Biden a également ramené "Avenue in the Rain", une peinture à l'huile hautement symbolique de 1917 représentant une cinquième avenue pluvieuse à New York bordée de drapeaux américains. CNN note que le travail a occupé le bureau pendant les administrations Obama et Clinton, et pendant une partie du mandat de Trump.

Ailleurs, Biden a retiré un buste de Winston Churchill, prêté par le Royaume-Uni, que Trump a privilégié.

Au lieu de cela, un buste éminent du leader latino-américain des droits civiques et organisateur syndical Cesar Chavez trône en bonne place derrière le Resolute Desk, aux côtés de photos de la famille de Biden.

"Nous sommes heureux que le buste soit là", a déclaré à CNN Paul Chavez, le fils de Cesar et président de la Fondation Cesar Chavez.

"Cela représente les espoirs et les aspirations de toute une communauté qui a été diabolisée et rabaissée, et nous espérons que c'est le début d'un nouveau jour, une nouvelle aube dans laquelle les contributions de tous les Américains peuvent être chéries et valorisées."

Le bureau présente également des bustes de Rosa Parks, Eleanor Roosevelt, le révérend Martin Luther King Jr., le président Harry Truman et Robert F. Kennedy, en plus d'une sculpture d'Allan Houser de la tribu Chiricahua Apache d'un cavalier à cheval.

Un autre ajout notable, bien que cinétique: le bureau ovale de Biden comportera à nouveau des compagnons à quatre pattes après que Trump a rompu avec une longue et étrange histoire d'animaux à la Maison Blanche. La présidente et la première dame Jill Biden ont deux bergers allemands, Champ et Major :


Le bureau ovale à travers les années, en photos

En l'honneur du premier jour de Joe Biden dans le bureau ovale, T&C revient sur l'évolution de la fonction présidentielle au fil du temps.

Le bureau ovale appartenant au président Franklin D. Roosevelt est montré le jour de sa mort.

Le président John F. Kennedy sourit en parlant au téléphone dans le bureau ovale.

John F. Kennedy Jr. joue sous le Resolute Desk.

Lyndon B. Johnson est assis au bureau du bureau ovale, posant pour l'une de ses premières photographies officielles après la mort de son prédécesseur, John F. Kennedy.

Le président Richard Nixon a utilisé un tapis conçu par sa femme qui présentait le sceau présidentiel en or sur un fond bleu de drapeau.

Le président Gerald Ford, qui a accédé à la présidence après la démission de Richard Nixon le 9 août 1974, siège dans le bureau ovale.

Le président Ronald Reagan jette un dernier regard sur le bureau ovale alors qu'il part pour l'investiture du président George H.W. Buisson.

Le président George H.W. Bush est passé à une palette de couleurs bleu acier et crème.

Le designer Kaki Hockersmith, basé à Little Rock, en Arkansas, a décoré le bureau ovale du président Bill Clinton.

Le président Bill Clinton prend un appel dans le bureau ovale.

Le président George W. Bush rencontre l'ancien président sud-africain Nelson Mandela.


Comment chacun des 7 derniers présidents américains a décoré le bureau ovale : illustré

Amy H
Membre de la communauté

Le travail à domicile peut être un défi pour beaucoup, avec toutes les perturbations, à quel point il est facile de s'allonger pendant une demi-heure supplémentaire et à quel point il peut être tentant de "faire simplement une brassée de lavage". Maintenant que vous avez cette image, ajoutons des centaines de membres du personnel qui se promènent dans votre maison jour et nuit, sans oublier les milliards de personnes qui s'accrochent à chacun de vos mots, et nous avons la vie du président des États-Unis. Cela semble horrible, n'est-ce pas?

Si vous deviez vivre comme ça pendant les 4 (peut-être 8) prochaines années, vous voudriez le rendre aussi « simple » que possible, n'est-ce pas ? Eh bien, c'est ce que les présidents actuel et passé des États-Unis ont fait. Non seulement ils ajoutent leur touche personnelle à la Maison Blanche, mais ils apportent également quelques modifications simples au décor du bureau ovale.

Après avoir examiné ce fait, Aspire Doors a trouvé quelques similitudes entre l'apparence du bureau ovale pendant le règne de chaque président. Les lambris ne sont jamais touchés, le tristement célèbre bureau ovale est en grande partie le même, et il semble que les présidents les plus récents ressemblent à une commode particulière, car ils ne sont pas changés très souvent non plus.

Mis à part ce qui précède, le décor est changé chaque fois qu'un nouveau président est élu après tout, ce sont eux qui doivent utiliser cette pièce comme leur nouveau bureau à domicile. Jetons un coup d'œil aux aspects du design d'intérieur du bureau ovale qui ont été modifiés avec chacune des 7 dernières présidences, de Joe Biden à Ronald Reagan. Comme le bureau ovale a été construit en 1933 et que les photos en couleur de cette époque sont difficiles à trouver, nous avons inclus quelques mentions honorables remontant au règne de John F. Kennedy.


La Maison Blanche : la maison (hantée) la plus importante d'Amérique

La Maison Blanche est l'endroit le plus reconnaissable aux États-Unis pour un certain nombre de raisons : politiques, historiques, culturelles. Chaque jour, l'actualité de la Maison Blanche est relayée dans le monde entier. Malgré toutes les nouvelles qui arrivent quotidiennement au 1600 Pennsylvania Avenue, un aspect clé est systématiquement négligé : la Maison Blanche est hantée.

La Maison Blanche d'autrefois

Oui, la maison la plus importante de notre pays a (ou a eu) plusieurs résidents fantomatiques célèbres qui n'ont jamais complètement déménagé, même lorsque leurs mandats officiels (et leur vie) ont pris fin.

La liste ci-dessous n'est qu'un avant-goût de quelques-unes des nombreuses histoires de fantômes associées à la Maison Blanche. Vous voulez en savoir encore plus ? Écoutez tout sur l'histoire hantée de la Maison Blanche tout en voyant le point de repère en personne lors de notre expérience de tournée DC Ghosts.

Abigail Adams

L'histoire paranormale de la Maison Blanche remonte presque à sa création. Comme vous le savez peut-être, la capitale du pays n'a pas toujours été Washington, D.C.

Le deuxième président des États-Unis, John Adams et son épouse, Abigail Adams, ont déménagé dans la nouvelle capitale et à la Maison Blanche depuis l'ancienne capitale, Philadelphie. Au cours de cette première période, D.C. n'avait pas été développé pour devenir ce qu'il est maintenant. La capitale naissante était une petite ville construite sur les rives de la rivière Potomac. En raison de sa proximité avec l'eau et du terrain humide sur lequel D.C. a été construit, la capitale était humide.

En raison de cette humidité, Abigail Adams avait besoin de trouver un endroit à la Maison Blanche suffisamment chaud et sec pour suspendre du linge humide. Adams a trouvé cet endroit dans l'East Room de la Maison Blanche. Elle a utilisé l'espace comme une buanderie de fortune.

La Première Dame a dû pratiquer ce comportement fréquemment, car même après sa mort, on dit qu'elle essaie toujours de sécher les vêtements dans la pièce. Arborant une casquette et une cape en dentelle, le fantôme d'Abigail Adams a parfois été aperçu en train de dériver vers l'East Room, la plus grande pièce de la Maison Blanche. Dans ces observations, les bras de son fantôme sont tendus, comme s'il apportait du linge invisible dans la pièce pour le faire sécher.

À ce jour, le personnel de la Maison Blanche sent parfois inexplicablement la lavande et le linge mouillé près ou dans la salle Est.

Andrew Jackson

En 1824, John Quincy Adams a battu Andrew Jackson après un intense processus d'élection présidentielle. Même si Jackson est arrivé au bureau ovale en 1828, il n'a jamais oublié ceux qui ont soutenu Adams sur lui.

Selon la Première Dame Mary Todd Lincoln, le fantôme de Jackson a porté ce ressentiment malheureux de sa vie à sa mort.

Comme beaucoup de ses contemporains pendant la guerre de Sécession, la Première Dame Mary Todd Lincoln croyait fermement aux fantômes et au spiritisme. De 1862 à 1863, elle a pratiqué des séances à la Maison Blanche pour essayer de parler avec son fils décédé, Willie, pour l'aider à faire face à son chagrin. Willie est décédé à la Maison Blanche en 1862, à l'âge de 11 ans, probablement de la fièvre typhoïde. Le président Lincoln lui-même a également déclaré avoir été continuellement visité par le fantôme de son défunt fils.

Compte tenu de sa sensibilité au paranormal, Mary Todd Lincoln a pu entendre Jackson piétiner et jurer dans toute la propriété, en particulier depuis la Rose Room, l'ancienne chambre de Jackson. Clearly, Jackson’s ghost was still expressing anger from having lost that key election in his life.

The Rose Room, also known as the Queens Bedroom, is considered to be one of the most haunted rooms in the White House. Per the White House Historical Association, since the 1860s, Jackson’s ghost has reportedly been seen and heard lounging in bed in his old bedroom, laughing loudly.

Even President Harry S. Truman wrote about Jackson’s ghost. In June 1945, shortly after the beginning of his first term, Truman wrote to his wife, Bess:

“I sit here in this old house and work on foreign affairs, read reports, and work on speeches–all the while listening to the ghosts walk up and down the hallway and even right in here in the study. The floors pop and the drapes move back and forth–I can just imagine old Andy [Jackson] and Teddy [Roosevelt] having an argument over Franklin [Roosevelt].”

The following year, in 1946, Truman woke up in the middle of the night to the sound of someone knocking at his door. About this incident, Truman wrote to his wife:

“I jumped up and put on my bathrobe, opened the door, and no one was there. I Went out and looked up and down the hall, looked in your room and Margie’s. Still no one. Went back to bed after locking the doors and there were footsteps in your room whose door I’d left open. Jumped and looked and no one there! The damned place is haunted sure as shootin’. Secret Service said not even a watchman was up here at that hour. You and Margie had better come back and protect me before some of these ghosts carry me off.”

For figures as respected and rational as First Ladies and Presidents to have reported seeing Andrew Jackson’s ghost, there must be something to these otherwise outlandish accounts.

“The Thing”

In 1911, the Thing, a spectral presence, terrified President Taft’s staff. The Thing was described as being a teenaged boy, per President Taft’s military aide, Major Archibald Butt:

“The ghost, it seems, is a young boy about fourteen or fifteen years old, with rumpled blondish hair and sad blue eyes . . . They say that the first knowledge one has of the presence of the Thing is a slight pressure on the shoulder, as if someone were leaning over you to see what you might be doing.”

President Taft wasn’t a fan of the Thing. In fact, Taft was so aggravated by the frenzied stories in his office about the ghoul that he threatened to fire the first White House Staff member to tell stories about the Thing elsewhere.

Abraham Lincoln

Likely due in no small part to his tragic death, the most commonly reported ghost sighting in the White House has been the presence of Abraham Lincoln. As is widely known, John Wilkes Booth assassinated President Lincoln in April 1865 while he was watching a play at Ford’s Theatre. Since his death, Lincoln’s ghost has been seen by a variety of figures from American political history.

The first to admit seeing Lincoln’s Ghost was Grace Coolidge, First Lady to President Calvin Coolidge, who served as President from 1923-1929. Coolidge described Lincoln’s ghost standing in the Lincoln Bedroom, which used to be his office. The ghost stared out of a window. Remarkably, that window faced Virginia, in the distance, where Civil War battlefields once were. The ghost then vanished. Perhaps Lincoln was still concerned by the war he didn’t know was over.

Reports of Lincoln’s ghosts skyrocketed under Franklin D. Roosevelt’s administration, which ran from 1933-1945. Of course, President Roosevelt’s terms were during a period of societal change and unrest, making Lincoln’s increased ghostly presence seem more than coincidental.

First Lady Eleanor Roosevelt saw Lincoln’s ghost on virtually a nightly basis. The First Lady worked in the Lincoln Bedroom late at night, and said she felt his presence there regularly.

Sightings of Lincoln’s ghost weren’t limited to the White House’s residents. Visiting guests have had their share of accounts regarding the former President’s Ghost.

In 1940, British Prime Minister Winston Churchill, a recurrent White House guest during the second World War, was startled by President Lincoln’s ghost.

One night, Churchill took a bath. After finishing his bath, Churchill, still nude, left the bathroom. He walked into the bedroom, allegedly to retrieve a cigar. Lincoln’s ghost sat by the room’s fireplace. Churchill, in his characteristic wit remarked “Why Mr. President, you have me at a disadvantage”.

Two years later, in the middle of the night, and in the same guest suite where Churchill had stayed, Queen Wilhemina of Holland heard a knock on her bedroom door. She opened it.

In the doorway, Lincoln’s ghost stood in front of her, top hat and all. The Queen fainted.

Later, in 1961, in an interview with Life magazine, Jacqueline Kennedy discussed her habit of going to the Lincoln Bedroom. There, she’d sit alone and reflect silently among Lincoln’s presence. This practice was a kind of meditation for her, helping her escape from the hectic stress of her life at the time.

Further into the 1960s, another First Lady encountered Lincoln’s ghost. One night, while watching a television special about Lincoln’s death, Lady Bird Johnson, wife of President Lyndon B. Johnson, felt Lincoln’s presence in the hallway. Incidentally, that hallway ran from the west end of the quarters to the east end, where Lincoln’s office used to be.

Another time, a noted White House seamstress, Lillian Rogers Parks, investigated what sounded like pacing on the upper story of the White House. She found seemingly no one there. A fellow White House staff member informed her that the sound was merely “old Abe pacing the floor.”

In 1989, President Ronald Reagan candidly said the only room in the White House his dog wouldn’t enter was the Lincoln Bedroom.

The general consensus regarding Lincoln’s repeated appearances in the White House is that his spirit only appears in times of stress or national crisis. It seems, even after his death, Lincoln strives to help guide the country through great periods of strife, the same way he did in his life.


Is the White House haunted? A history of spooked presidents, prime ministers and pets.

On a lonely night in 1946, President Harry S. Truman went to bed at 9 p.m. About six hours later, he heard it.

The sound against his bedroom door awakened him, he wrote to his wife in a letter that is archived in his presidential library and museum.

“I jumped up and put on my bathrobe, opened the door, and no one there,” he wrote. “Went out and looked up and down the hall, looked in your room and Margie’s. Still no one. Went back to bed after locking the doors and there were footsteps in your room whose door I’d left open. Jumped and looked and no one there! The damned place is haunted sure as shootin’. Secret Service said not even a watchman was up here at that hour.”

“You and Margie had better come back and protect me before some of these ghosts carry me off.”

In addition to its political ghosts, the White House has long housed unsettling specters of a different, more bump-in-the-night kind, if numerous former leaders and their staff members are to be believed.

Whether one embraces or mocks the paranormal, the many accounts that have spilled out of 1600 Pennsylvania Avenue over two centuries give ghosts an undeniable place in the country’s history. They also make that address arguably the nation’s most famous haunted house.

The sightings, which have been documented in eerie detail by scholars and newspapers, involve a former president who appears when the nation needs a leader most, a daughter who pleads in vain to help her doomed mother and a first lady who is, sadly, perpetually stuck doing laundry.

Jared Broach is the founder of the company Nightly Spirits, which offers tours of haunted areas in several cities across the country. But when Broach started the tours in 2012, he offered only one: The White House.

“The White House has the best ghost stories, and I’d call them the most verified,” Broach said. “Honestly, we could do a 10-hour tour if we really wanted to.”

One of his favorite stories is about David Burnes, who sold the land where the White House sits and whose voice has been reportedly heard in the Oval Office. “I’m Mr. Buuuuurnes,” Broach would always say during tours when he got to that part of the story.

Asked if he believes in ghosts, Broach said “for sure” and then pointed to more prestigious authorities.

“If I said no, I’d be calling about eight different presidents liars,” he said.

One of them would be Abraham Lincoln. He reportedly received regular visits from his son Willie, who died in the White House in 1862 at age 11 of what was probably typhoid fever. Mary Todd Lincoln, who was so grief-stricken by the loss that she remained in her room for weeks, spoke of seeing her son’s ghost once at the foot of her bed. There are also reports of her hearing Thomas Jefferson playing the violin and Andrew Jackson swearing.

After his assassination in 1865, Lincoln apparently joined his son in his phantasmal roaming. First lady Grace Coolidge spoke in magazine accounts of seeing him look out a window in what had been in his office.

Many more sightings would come in the decades and presidential administrations that followed. Queen Wilhelmina of the Netherlands was sleeping in the Lincoln bedroom in 1942 when she reportedly heard a knock on her bedroom door, opened it to see the bearded president and fainted.

Two years earlier, British Prime Minister Winston Churchill, according to accounts, had just stepped out of a hot bath in that same room and was wearing nothing but a cigar when he encountered Lincoln by the fireplace.

“Good evening, Mr. President,” Churchill reportedly said. “You seem to have me at a disadvantage.”

In his research, Broach said he found that Lincoln seems to be the most common visitor among the White House’s ghosts and also the one who carries the greatest burden.

“They say Lincoln always comes back whenever he feels the country is in need or in peril,” Broach said. “They say he just strides up and down the second-floor hallways and raps on doors and stands by windows.”

In a 1989 Washington Post article, White House curator Rex Scouten said that President Ronald Reagan had commented that his dog would go into any room except the Lincoln bedroom.

“He’d just stand outside the door and bark,” Scouten said.

Among other spirited stories are those about Annie Surratt. Some have sworn her ghost knocks on the front doors, pleading for the release of her mother, Mary Surratt, who was convicted of playing a role in Lincoln’s assassination and later hanged.

Mary Surratt, Lewis Powell, David Herold and George Atzerodt are hanged inside Fort McNair in Washington on July 7, 1865. (Alexander Gardner/Library of Congress)

There are also haunting accounts involving two presidents’ wives. Abigail Adams was the first first lady to live in the White House and used the East Room to dry sheets. Since her death, there have been reported sightings of her likeness in that area. She walks, according to the accounts, with her arms outstretched as if holding clean linens.

Dolley Madison, if the stories about her are to be believed, seems to have chosen a better eternal pastime: taking care of the garden. During the Woodrow Wilson administration, staff members reported seeing her ghost as they were about to move the Rose Garden. They apparently decided afterward to leave it where she wanted it.

The first lady is also connected to another storied Washington location. When the British burned down their home during the War of 1812, she and President James Madison moved to the Octagon House on the corner of 18th Street and New York Avenue NW, making it the temporary White House. Unexplained occurrences there have been linked to the deaths of three women, including two daughters of the wealthy man who built the house. In both incidents, according to newspaper accounts, the women had argued with their father about who they wanted to marry and then fell from the same staircase.


Top 10 haunted Areas of the Whitehouse

Few buildings are as iconic as the White House, the residence and office of the President of the United States. Indeed, the White House has been the site of many historical events and has played host to a great deal of important historical figures. What few people may realize, though, is that the White House is perhaps one of the most haunted places in the United States. Numerous public officials and staff members have recounted stories of bizarre occurrences or eerie sightings. President Harry Truman once wrote to his wife that &lsquo[t]he damned place is haunted sure as shootin&rsquo.&rsquo This list details the specific areas that supposedly see the greatest amount of ghostly activity at 1600 Pennsylvania Avenue.

William Henry Harrison holds the dubious distinction of being the shortest-serving president and the first to die in office, succumbing to pneumonia a mere month after his inauguration. However, subsequent residents have believed that Harrison&rsquos ghost still haunts the White House attic, rummaging around for something unknown. Several presidents have reportedly heard the unexplained noises coming from the attic above the Oval Office.

Others report that Harrison is not alone. A Truman-era security guard once reported hearing &lsquoI am David Burns&rsquo coming from the attic above the Oval Office. In 1790, David Burns was the man forced to surrender his land so that the White House could be built.

The Rose Garden is one of the commonly used sites for presidential announcements. It is also the site of a particularly creepy haunting. The garden was originally planted by First Lady Dolley Madison in the early 1800s. A century later, when First Lady Ellen Wilson requested that the garden be dug up, garden workers reported that Madison&rsquos ghost appeared and prevented them from destroying her garden. Since that time, other White House insiders have reported an occasional and inexplicable smell of roses in the White House. These instances are often credited to Madison&rsquos ghost.

White House lore tells of something particularly dire lurking in the basement. Unlike other areas of the White House that are inhabited by spirits of figures from American history, the basement is said to be the home of a &lsquodemon cat.&rsquo Those who have reportedly seen the cat claim that it first appears as a small kitten, but as you get closer it becomes a larger and larger phantom beast. According to the legend, many years will pass with no one encountering the demon cat, but, when it does appear, it serves as a warning of a great national disaster. The demon cat was supposedly sighted shortly before the great stock market crash of the 1920s and right before President Kennedy&rsquos assassination.

The second floor of the White House is the residence for the First Family, so many of the stories that emerge about this area come from presidents and their families. One of the most frequently reported White House ghosts is President Abraham Lincoln, and the second floor hallways are some of his favorite haunts. Lincoln has been seen or heard by many residents, including First Lady Eleanor Roosevelt. President Truman once claimed to have heard Lincoln pacing the hallway and knocking on his bedroom door. It&rsquos not just Lincoln in the halls &ndash President William Howard Taft became the first person to report seeing the ghost of First Lady Abigail Adams, who he saw floating through doors on the second floor.

Various bedrooms on the second floor are used for the president&rsquos family and other guests. One husband and wife pair reported that the ghost of a British soldier tried to set fire to their bed. It is presumed that this soldier was the man who set fire to the White House during the War of 1812. In addition, President Lyndon B. Johnson&rsquos daughter Lynda once reported seeing the ghost of Lincoln&rsquos son Willie, who had died in the very room in which she was staying. Other reported activity includes the ghostly screams of President Grover Cleveland&rsquos wife, the first woman to give birth in the White House. Following renovations in 1952, activity in the bedrooms has decreased significantly.

During Lincoln&rsquos administration, this room was his personal library and one of his favorite rooms in the White House. Numerous White House employees have reportedly seen Lincoln gazing out the windows of this room. First Lady Grace Coolidge also claimed to have seen him here. In addition to Lincoln, the disembodied voice of David Burns (from #10 on this list) has been heard from this room. First Lady Mary Todd Lincoln also reported seeing the ghosts of both Presidents Thomas Jefferson and John Tyler here.

The White House entrance has a number of notable ghost fixtures. A torch-wielding British soldier (likely the same from #6 on this list) is often seen standing outside the front door. People have also reported seeing long-deceased White House ushers and doormen still tending to their duties. Perhaps most bizarre is the ghost of Anne Surratt, whose mother Mary was hanged in 1865 for her role in the Lincoln assassination. Anne&rsquos ghost has been spotted pounding on the White House doors begging for her mother&rsquos release. She is also reported to sit on the front steps every July 7, the anniversary of her mother&rsquos execution.

The East Room is the favorite haunt of Abigail Adams&rsquo ghost. During her tenure in the White House, this was the room in which she would hang her laundry. She is often seen in or en route to the East Room with her arms outstretched, as though carrying a laundry basket. Sightings were particularly abundant during the Taft Administration, but as recently as 2002 a group of tourists reportedly saw Adams. In addition to her sightings, many people report the faint smell of laundry soap around this area. Lincoln has also been spotted here, the room in which his body lay in state.

The Rose Bedroom is frequented by its former occupant, President Andrew Jackson. Numerous White House employees have seen or heard Jackson in the room, often engaged in hearty laughter or swearing violently. According to White House lore, there is an inexplicable cold spot on the canopy bed in the room where Jackson slept. Among the most notable reports, Mary Todd Lincoln claimed to have heard Jackson swearing and White House seamstress Lilian Parks felt his presence over her, which she recounted in her memoirs about her time in the White House. Not to be outdone, Lincoln has also been spotted here. When Queen Wilhelmina of the Netherlands stayed in this bedroom, she answered a knock on the door one night and saw Lincoln&rsquos ghost standing in the hallway.

Given Lincoln&rsquos frequent appearance at various places on this list, it is no wonder than his bedroom comes in at #1. Winston Churchill famously refused to sleep in the bedroom ever again after seeing the ghost beside the fireplace. (Churchill, it should be noted, had just emerged from a bath and was completely nude during the encounter.) Beyond those already listed as seeing Lincoln in other places, he has been spotted by: Presidents Teddy Roosevelt, Herbert Hoover, and Dwight Eisenhower First Ladies Jacquie Kennedy and Ladybird Johnson and presidential children Susan Ford and Maureen Reagan. Maureen and her husband both saw Lincoln standing beside the fireplace, just as Churchill has seen him. Other guests have reported that lights in the bedroom will turn themselves on and inexplicable cold spots will occur in the room.


Barack Obama's 'discontented ghost' — 4 reasons he'll be a new kind of ex-president

The Constitution as amended in 1951 limits an individual’s length of service as Chief Executive to no more than two terms or ten years if serving out the remaining “two years of a term to which some other person was elected President.”

But it wasn't always this way.

One early critique of the 1,023 words that created the presidency in Article II was that none of them prohibited those who held the office from running for an unlimited number of four-year terms. “Wherein does this president, invested with his powers and prerogatives,” one opponent to ratification of the document wrote in 1787, “essentially differ from the king of Great Britain?”

Federalist supporters of continued eligibility argued otherwise. The ability to repeatedly seek office as head of the Executive branch would translate to reoccurring service for well-regarded presidents and retirement — and silence — for the unpopular ones.

What the Framers feared most in a term-limited executive was adored former presidents serving as the ever-present peanut gallery on the current occupant.

“Would it promote the peace of the community, or the stability of the government,” Alexander Hamilton wrote in 1788, “to have half a dozen men who had had credit enough to be raised to the seat of the supreme magistracy, wandering among the people like discontented ghosts?”

Today, our fellow citizens bear witness to a unique circumstance in having the three most recent occupants of 1600 Pennsylvania Avenue all having served two terms and each of them elected to the office before the age of 55.

This not only leaves Bill Clinton William (Bill) Jefferson ClintonObama's presidential center may set modern record for length of delay Appeals court affirms North Carolina's 20-week abortion ban is unconstitutional Cleaner US gas can reduce Europe's reliance on Russian energy MORE , George W. Bush and Barack Obama Barack Hussein ObamaAppeals court affirms North Carolina's 20-week abortion ban is unconstitutional GOP senator: I want to make Biden a 'one-half-term president' Obama: Fox News viewers 'perceive a different reality' than other Americans MORE as historically young presidents but, perhaps more important to our contemporary situation, historically young former presidents.

Ex-presidents are a unique breed. When they are not establishing libraries, serving humanitarian causes or flying to the rescue in Saturday Night Live cartoons, they tend to enjoy the perks of post-presidential life by removing themselves from the immediacy of overt political participation while Oval Office occupants can count on the chorus of nearly 319 million other citizens serving as critics for their every move.

Traditionally the former presidents, despite their leverage and status, don't join the choir.

The day after the still-contentious Bush v. Gore decision was announced to a divided nation by a divided Supreme Court in 2000, President Bill Clinton released a statement saying, in part, that “all of us have a responsibility to support President-Elect Bush and to unite our country in the search for common ground.”

In March 2009, former President Bush said that Obama, sworn in just two months prior, “deserves my silence.” As Bush’s tenure was repeatedly trampled by his successor, the Texan held his tongue.

In fact, over the past eight years we have heard few conspicuous political rumblings from either No. 42 and No. 43 — until recently one spent some time during the most recent campaign stumping for his brother while the other campaigned vigorously for his wife.

Although Barack Obama will be vacating the White House grounds at noon on Jan. 20, 2017, don’t count on the future ex-president to fade away into the immediate sunset like his predecessors.

“I’m still fired up and I’m still ready to go,” Obama said in a recent call with Democrats. Many interpreted this as his unorthodox pledge, despite being a defender of Trump’s president-elect status, to become the Democratic counterpunch to The Donald once the New York billionaire gets behind the desk himself.

There are four factors that make it a safe bet to take Barack Obama at his word that he will be a “discontented ghost” in his post-presidential life:

President Obama will be 55 years and 169 days old when he leaves office at noon on Jan. 20. This makes him the third-youngest ex-Commander-in-Chief who served two full terms in United States history.

Ulysses Grant and Bill Clinton each vacated the White House at 54 years old. His youth makes for the possibility of a long and potentially active Oval Office afterlife.

2. His Popularity

Even after a year in which Americans witnessed a sitting commander-in-chief campaigning with unprecedented zeal and vitriol to name his own successor, President Obama’s weekly average popularity according to Gallup is an enviable 55 percent.

The Democratic drubbing in November — as in 2010 and 2014 — tells us that this popularity doesn’t translate to help for his party at the polls, but it does serve as a reminder that as ex-president he will enjoy personal appeal that is most likely to increase as he gets more selective in the issues he will address in the years to come.

3. His Partisanship

President Obama has been a uniquely partisan president. He will no doubt be a uniquely partisan ex-president.

Alternately addressing or failing to address issues that confronted his administration, he was never reluctant to champion those causes that would advance Democratic party interests.

The 44th president was never far from his community-organizer roots and we can expect that he will take the partisanship that was part of his DNA prior to the presidency and apply it to his post-Oval life with as much energy on a larger platform.

4. His Legacy

“All the progress we've made is at stake in this election,” President Obama said often in his speeches supporting his would-be Democratic successor. “My name may not be on the ballot, but our progress is.”

Campaigning for Hillary Clinton Hillary Diane Rodham ClintonHillary Clinton backs Shontel Brown in Ohio congressional race Hillary Clinton: Casting doubt on 2020 election is 'doing Putin's work' Progressives rave over Harrison's start at DNC MORE as a referendum on his presidency and her failure to win the election has added a sense of urgency to his post-presidential endeavors.

With his signature law and many of his executive orders facing significant questions about their future sustainability, Obama will be forced to remain a presence to help self-write the immediate legacy of his tenure.

Whether he ultimately serves one term or two, Americans already know the length of Donald Trump Donald TrumpNorth Carolina Senate passes trio of election measures 14 Republicans vote against making Juneteenth a federal holiday Border state governors rebel against Biden's immigration chaos MORE ’s former-presidency will be shorter than those of Clinton, Bush and Obama.

Not only will he be the oldest president to take a first-term oath, he will be sworn in an average of 20 years older than his three immediate predecessors.

As much as he will no doubt come to detest Obama lingering on the national scene past his presidency, it’s a safe bet that if Trump leaves office with the amount of vigor with which he came in, his former-presidency will show him also being a “discontented ghost” for his own successor as well.

James Coll is an adjunct professor of American and Constitutional history at Hofstra University and the founder of ChangeNYS.org, a not-for-profit dedicated to the promotion of non-partisan civic education and political reform in our state.

The views expressed by contributors are their own and not the views of The Hill.


Voir la vidéo: Assassinat du président haïtien: la veuve du président témoigne et plaide pour la stabilité


Commentaires:

  1. Yozshuk

    Quant à moi, le sens est étendu au-delà de nulle part, la personne a fait le maximum, pour lequel le respecte!

  2. Kelkree

    Tout ce qui précède est vrai.

  3. Bashshar

    Félicitations, votre idée est magnifique

  4. Lennox

    À mon avis, vous faites une erreur. Je peux le prouver.

  5. Groot

    Tu as tout à fait raison. Dans ce quelque chose, je semble que c'est l'excellente idée. Je suis d'accord avec toi.

  6. Bevis

    Ceci est une convention



Écrire un message