Martin Van Buren

Martin Van Buren


We are searching data for your request:

Forums and discussions:
Manuals and reference books:
Data from registers:
Wait the end of the search in all databases.
Upon completion, a link will appear to access the found materials.

Contrairement aux sept hommes qui l'ont précédé à la Maison Blanche, Martin Van Buren (1782-1862) est le premier président à naître citoyen des États-Unis et non sujet britannique. Il s'est rapidement élevé dans la politique new-yorkaise, remportant un siège au Sénat américain en 1821 et présidant une organisation politique d'État sophistiquée. Van Buren a aidé à former le nouveau Parti démocrate à partir d'une coalition de républicains jeffersoniens qui ont soutenu le héros militaire et président Andrew Jackson. Un favori de Jackson, Van Buren a lui-même remporté la Maison Blanche en 1836, mais a été en proie à une panique financière qui a saisi la nation l'année suivante. Après avoir perdu sa candidature à la réélection en 1840, Van Buren se présente à nouveau sans succès en 1844 (lorsqu'il perd l'investiture démocrate face au candidat pro-sud James K. Polk) et en 1848 (en tant que membre du Free Soil Party anti-esclavagiste).

La jeunesse de Martin Van Buren

Martin Van Buren est né le 5 décembre 1782, six ans après que les colons ont déclaré leur indépendance de la Grande-Bretagne. Ses parents étaient tous deux d'origine hollandaise et son père était un taverne et un fermier à Kinderhook, New York. Le jeune Martin fit son apprentissage chez un avocat local en 1796 et ouvrit son propre cabinet en 1803. Quatre ans plus tard, il épousa sa cousine et amie d'enfance Hannah Hoes ; le couple a eu quatre fils. Hannah mourut en 1819 de la tuberculose et Van Buren ne se remariera jamais.

Van Buren a souscrit aux théories politiques de Thomas Jefferson, qui avait favorisé les droits des États par rapport à un gouvernement fédéral fort. De 1812 à 1820, Van Buren a exercé deux mandats au Sénat de l'État de New York et a également occupé le poste de procureur général de l'État. Il a été élu au Sénat américain en 1821 et a rapidement créé une organisation politique d'État efficace connue sous le nom d'Albany Regency. Après que John Quincy Adams a remporté une élection controversée en 1824, Van Buren a dirigé l'opposition à son administration au Sénat et a aidé à former une coalition de républicains jeffersoniens qui ont soutenu Andrew Jackson lors des élections de 1828. Cette coalition a rapidement émergé comme une nouvelle entité politique, le Parti démocrate.

Martin Van Buren et Andrew Jackson

Martin Van Buren quitta le Sénat en 1828 et se présenta avec succès au poste de gouverneur de New York, mais il abandonna ce poste après que Jackson eut battu Adams et fait de Van Buren son secrétaire d'État. Bien qu'il ait démissionné dans le cadre d'une réorganisation du cabinet en 1831, Van Buren est devenu ministre en Grande-Bretagne (avec le soutien de Jackson) et en 1832, il a obtenu la première nomination des démocrates au poste de vice-président. Il a couru avec Jackson sur une plate-forme qui s'opposait fortement au reaffrètement de la Banque des États-Unis, auquel Jackson a opposé son veto en juillet 1832. Le ticket Jackson-Van Buren a facilement gagné sur Henry Clay du parti d'opposition Whig, et Jackson choisirait Van Buren. comme son successeur à la Maison Blanche quatre ans plus tard.

Lors des élections de 1836, Van Buren a battu William Henry Harrison, que les Whigs avaient choisi plutôt que leur chef de longue date Clay, prouvant ainsi la popularité des démocrates de Jackson. Peu de temps après l'entrée en fonction de Van Buren en 1837, cependant, la nation a été saisie par une panique financière, causée en partie par le transfert de fonds fédéraux de la défunte Banque des États-Unis aux banques d'État. La faillite de centaines de banques et d'entreprises et l'éclatement de la bulle de spéculation foncière sauvage en Occident ont entraîné le pays dans la pire dépression de son histoire, et la poursuite par Van Buren des politiques monétaires déflationnistes de Jackson n'a guère amélioré la situation.

Perte de la Maison Blanche

Pour faire face aux difficultés économiques du pays, Martin Van Buren a proposé la création d'un trésor indépendant pour gérer les fonds fédéraux qui avaient été transférés aux banques d'État et de couper toutes les dépenses du gouvernement fédéral afin de s'assurer que le gouvernement resterait solvable. Les mesures ont été adoptées par le Congrès, bien que le débat amer à leur sujet ait poussé beaucoup plus de démocrates conservateurs à rejoindre le parti Whig. En plus de la panique de 1837, Van Buren a également été blessé par une longue et coûteuse guerre menée pendant son administration avec les Indiens Séminoles de Floride. Il a perdu sa candidature à la réélection à Harrison en 1840 et a quitté la Maison Blanche après avoir purgé un seul mandat.

En 1844, Van Buren a tenté en vain d'obtenir la nomination présidentielle démocrate. Son refus d'approuver l'annexion du Texas a conduit les délégations du sud à favoriser James K. Polk, qui a fait campagne pour l'annexion du Texas et de l'Oregon. Les démocrates antiesclavagistes connus sous le nom de « Barnburners » (du nom d'un fermier néerlandais légendaire qui a brûlé sa grange pour se débarrasser des rats) se sont ralliés à Van Buren, rejoignant le mouvement qui a conduit à la formation du Free Soil Party. En 1848, Van Buren se présenta comme candidat de Free Soil à la présidence ; Charles Francis Adams (fils de l'abolitionniste de longue date John Quincy Adams, décédé plus tôt cette année-là) était le candidat à la vice-présidence.

De la terre libre à la retraite

Alors que les Free Soilers ont fait de la question controversée de l'esclavage et de son extension dans les territoires la question centrale des élections de 1848, les deux principaux partis (démocrates et whigs) ont fait de leur mieux pour l'aborder sans s'aliéner les électeurs. En fin de compte, Martin Van Buren n'a pas remporté un seul État et n'a obtenu que 10 % des voix, bien qu'il ait remporté suffisamment de voix démocrates à New York pour remettre l'État au vainqueur éventuel, Zachary Taylor.

Après 1848, Van Buren se retira dans une longue retraite dans son domaine de Kinderhook, Lindenwald, observant alors que la question de l'esclavage déchirait le pays au cours des années 1850. En 1852, il était revenu au Parti démocrate, mais continuait à argumenter contre sa faction pro-sud et à soutenir des démocrates plus modérés tels que Stephen Douglas. Après avoir terminé sa propre autobiographie, qui a fourni un aperçu précieux de l'histoire politique de l'époque, Van Buren est décédé en juillet 1862, à peine un an après le déclenchement de la guerre civile.


Martin Van Buren et la politique de l'esclavage

Martin Van Buren est retourné à Kinderhook, New York en tant que président pour un mandat. Sa défaite en 1840 contre William Henry Harrison était une pilule difficile à avaler. Il était mûr depuis des années, mais pas assez vieux pour prendre sa retraite. Il aimait son travail et réussissait bien au-delà de ce que l'on pouvait imaginer pour un fils de propriétaire de taverne. Mais que fait-on après avoir été le huitième président des États-Unis ? Il s'est retiré dans le village de son enfance pour se rapprocher de ses proches et préparer son prochain déménagement.

Peu de choses avaient changé à Kinderhook depuis son départ en 1808, avec sa femme Hannah et son premier-né Abraham, pour la ville animée d'Hudson pour pratiquer le droit, sauf à un égard : l'esclavage.

L'esclavage n'était pas rare parmi les ménages de Kinderhook avant 1827, l'année où l'émancipation progressive à New York a été finalisée. Le recensement national de 1790 à 1820 montre que Kinderhook détenait la deuxième et parfois la troisième plus grande population d'esclaves en dehors de Brooklyn, New York. Pour un si petit village agricole rural, cette statistique est surprenante.

Van Buren a non seulement grandi parmi des esclaves, mais aux côtés de six détenus par ses parents. Cette exposition précoce à l'institution de l'esclavage lui a par la suite permis d'acquérir une compréhension de la politique du Sud différente de celle de ses collègues du Nord élevés sans expériences similaires.

C'était une compréhension que Martin Van Buren semblait exploiter pour réussir professionnellement, mais aussi une compréhension avec laquelle il se débattait alors que le pays commençait à se diviser sur le sort et l'expansion de l'esclavage.

L'ascension politique de Martin Van Buren


La carrière réussie de Martin Van Buren a été cimentée très tôt avec la formation de l'Albany Regency, un groupe politique qu'il a aidé à fonder et qui contrôlait la politique de l'État jusqu'à la guerre de Sécession. Lorsque Van Buren est passé de la politique étatique à la politique nationale, il a immédiatement entrepris de créer de nouvelles alliances. Il réussit rapidement à connecter deux des États les plus puissants politiquement du pays : la Virginie et New York. Une alliance du nord et du sud à travers lui signifiait également le soutien d'un poste plus élevé à l'avenir.

Son rôle dans la fondation du Parti démocrate et son acceptation du poste de gouverneur de New York pour aider Andrew Jackson à remporter la présidence en ont fait un favori parmi certains cercles politiques du Sud.

En 1832, Martin Van Buren a remporté l'approbation en tant que deuxième mandat de vice-président d'Andrew Jackson, le préparant à être le successeur présidentiel de Jackson.

C'était une période instable dans la politique américaine. « La loi empêchant l'importation d'esclaves » en 1807 a augmenté la population et la vente d'esclaves dans tout le sud, tandis que l'égreneuse de coton a augmenté la production de produits. Lorsque le commerce a repris après la guerre de 1812, les États du Sud ont augmenté leur richesse grâce à des contrats commerciaux lucratifs avec des usines textiles britanniques. Le coton est devenu l'économie dominante de la nation.

Les dirigeants de l'industrie du Nord ont soulevé la nécessité de tarifs pour contrer la domination économique du Sud. Le sud a affirmé que les tarifs constituaient une violation des droits des États, certains criant à la sécession. L'affaire a finalement été résolue. Les sudistes sont revenus plus tard aux menaces de sécession sur l'institution de l'esclavage, avec une résolution très différente pour régler la question.

L'apaisement des sudistes pour remporter la présidence

Martin Van Buren a pris la présidence avec l'aide des sudistes, ce qui lui a valu le surnom "Un homme du nord avec des principes du sud".

C'était une campagne éprouvante, et la première fois qu'un candidat présidentiel était accusé de porter atteinte à la fois à l'esclavage et à la cause abolitionniste.

Des opposants du Sud ont attaqué son vote pour émanciper les hommes libres lors de la Convention constitutionnelle de New York de 1821. Ils ont choisi d'ignorer sa proposition acceptée d'une exigence de propriété de 250 $, une quasi-impossibilité pour la plupart des hommes afro-américains à l'époque.

Les abolitionnistes du Nord ont tenu un vote décisif pour Van Buren en tant que vice-président interdisant l'utilisation du système postal américain pour distribuer du matériel anti-esclavagiste en plus de son vote sénatorial soutenant la « règle du bâillon » qui interdisait au Congrès de discuter des pétitions abolitionnistes.

Lorsqu'il est devenu évident que le soutien du Sud diminuait, Van Buren a publié une déclaration publique soutenant les droits des États. Son discours inaugural a réitéré la déclaration ainsi que l'assurance que l'esclavage à Washington, DC était à l'abri de l'intervention fédérale. Une catastrophe financière nationale a empêché ses chances de réélection, mais l'esclavage est devenu le problème qui a façonné et défini son héritage.

Le point de vue de Van Buren sur l'esclavage


Martin Van Buren est en quelque sorte une énigme. C'était un homme très privé. Aucun journal ou journal n'existe, et peu de lettres personnelles ont survécu. Il gardait ses pensées pour lui, exprimant rarement des notions personnelles, et faisait souvent deviner à la fois ses amis et ses ennemis. Son surnom, « The Red Fox » fait autant référence à sa préférence pour le secret qu'à sa couleur de cheveux.

Il en va de même pour ses réflexions sur l'esclavage. Cette déclaration faite en 1819 en tant que Bucktail de l'État de New York est une rare expression écrite de ses sentiments sur la question :

« Moralement et politiquement parlant, l'esclavage est un mal moral.


Ce mal moral dont Van Buren a parlé est celui dont il a bénéficié personnellement et professionnellement tout au long de sa carrière.

Van Buren, un esclavagiste ?


« Martin Van Buren possédait-il des esclaves ? » est une question souvent posée. Une lettre qui lui est adressée en décembre 1824 soulève plus de questions qu'elle n'apporte de réponse.

Un M. A. G. Hammond indique dans une lettre à Martin Van Buren qu'un homme du nom de Tom, qui « a quitté » Van Buren « il y a une dizaine d'années » était à Worcester, Massachusetts. Hammond demande une réponse avec un montant que Van Buren est prêt à accepter pour l'homme. Un côté de l'enveloppe qui contenait la lettre de Hammond disait :

Hammond fixe l'année d'achat à 1810 et propose « Fosburgh » comme précédent esclavagiste de Tom. Il n'existe aucun document offrant une preuve définitive que Martin Van Buren en ait jamais acheté un autre, y compris Tom, mais la lettre présente une possibilité.

Des questions existent au sujet de Tom en raison du manque de documentation. Cependant, Van Buren s'est appuyé sur le travail de personnes asservies pour le service domestique tout en exerçant les fonctions de secrétaire d'État sous Andrew Jackson, ainsi que pendant sa présidence.
Le recensement de 1830 répertorie quatre femmes esclaves dans son ménage alors qu'elles résidaient à la maison Decatur. Il est probable que les femmes aient été embauchées par leur esclavagiste, comme c'était une pratique courante.

L'un des quatre était Charlotte « Lottie » Dupuy. Henry Clay a emmené Mme Dupuy à Washington en tant que membre du personnel de maison pendant son mandat au Congrès. Mme Dupuy a refusé de retourner dans le Kentucky et a intenté une action en justice pour émancipation. Elle a vécu et travaillé dans la maison de Van Buren pendant la procédure. Malheureusement, Mme Dupuy a perdu son procès et est restée en esclavage jusqu'en 1840, lorsque Clay a émancipé Mme Dupuy et sa fille.

Le recensement de 1840 montre que quatre esclaves sont gardés comme employés de la Maison Blanche, deux hommes et deux femmes. Les historiens ont évoqué la possibilité que les quatre aient été amenés par la famille de sa belle-fille, les Singletons, car ils étaient l'un des propriétaires de plantations les plus riches de Caroline du Sud à l'époque où Angelica Singleton et son fils Abraham se sont mariés.

Gravure couleur et frontispice de John Warner Barber (1840). Une histoire des captifs d'Amistad. New Haven, Connecticut : E.L. et J.W. Barbier, Hitchcock & Stafford, Imprimeurs.

L'esclavage pendant la présidence Van Buren


Ces dernières années, le Slave Trail of Tears est devenu une référence pour la route que les coffles d'esclaves enchaînés et encordés ont parcouru de force de la Virginie au Mississippi et à la Louisiane. Les coffres se composaient de 100 à 300 hommes, femmes et enfants vendus par les propriétaires de plantations du sud supérieur à des stringers. Les stringers les livraient et les vendaient à des marchands d'esclaves qui les vendaient aux enchères aux propriétaires de plantations de coton et de canne à sucre. Environ 450 000 esclaves ont été déplacés vers le sud inférieur de cette manière entre 1810 et 1860.

Franklin et Armfield d'Alexandria, en Virginie, connus pour leur brutalité, ont logé leurs coffrages dans des enclos de style animalier autour de Washington, comme le faisaient d'autres sociétés de stringers, avant de les transférer à Richmond. Solomon Northrup, dont l'expérience apparaît dans 12 Years a Slave, a décrit ces stylos comme étant «à l'ombre même du Capitole». Le président Van Buren aimait les excursions quotidiennes à cheval dans la ville, mais on ne sait pas à quel point il était au courant de leur existence.

L'affaire Amistad est une autre situation survenue pendant la présidence de Van Buren.

L'Amistad était un navire cubain transportant des Africains capturés illégalement qui se sont auto-émancipés en mer. Le navire a dérivé vers Long Island et a été dirigé par la marine américaine jusqu'au Connecticut. Les personnes à bord ont été emprisonnées et jugées pour piraterie et meurtre. Soutenus par les abolitionnistes, les Africains ont eu gain de cause.

L'administration du président Van Buren est intervenue à deux reprises avec des appels à la faveur de l'Espagne et des électeurs du sud pro-esclavagistes. La Cour suprême a entendu l'affaire avec John Quincy Adams agissant en tant que conseiller juridique de l'Africain. La Cour suprême a statué en faveur des Africains quelques jours après le départ de Van Buren. La décision a soutenu les doutes des sudistes sur la force politique de Van Buren et a justifié leur choix de Harrison comme neuvième président des États-Unis.

L'approche constitutionnelle de l'esclavage de Van Buren


Martin Van Buren était un Jeffersonien depuis sa jeunesse jusqu'à sa mort, quel que soit le parti auquel il appartenait. Il a fièrement prétendu être «le dernier vestige des vrais jeffersoniens». Ces croyances jeffersoniennes ont façonné la façon dont il a interprété la Constitution, y compris les problèmes liés à l'esclavage.

Van Buren croyait que la Constitution exemptait les Noirs d'ascendance africaine, asservis et libres, de ses protections, droits et avantages. Ce point de vue apparaît dans sa réponse à l'avis du juge de la Cour suprême concernant l'affaire Dred Scott :


« Je suis maintenant convaincu que le sens dans lequel le mot « citoyen » a été utilisé par ceux qui ont élaboré et ratifié la Constitution fédérale n'était pas destiné à embrasser la race africaine. »

La campagne des sols libres


La présidence de Van Buren était un mandat. Il tenta une autre course en 1844 mais perdit même le soutien des démocrates après avoir refusé d'accepter l'annexion du Texas. Il craignait que cela n'entraîne la guerre avec le Mexique et ne déplace l'esclavage dans les territoires occidentaux et dans de nouveaux États, un mouvement dont il craignait également qu'il finisse par déchirer ce pays.

L'ancien président est retourné à Kinderhook après sa défaite en 1844. Il se résigna à une vie de retraite en tant que gentleman-farmer. Van Buren avait terminé sa campagne jusqu'à ce que la formation du Free Soil Party le pousse à tenter une quatrième candidature à la présidence.

John Van Buren, le deuxième fils de Van Buren, s'est impliqué dans la politique de l'État de New York et a été l'un des fondateurs du Free-Soil Party. Le parti était un mélange intéressant d'idéologies politiques abolitionnistes qui appartenaient autrefois au défunt Parti de la liberté, des Whigs tels que Charles Sumner du Massachusetts penchés sur l'abolition et des démocrates, dont beaucoup étaient soit en faveur ou ambivalents à propos de l'esclavage là où il existait déjà. Ce qu'ils avaient tous en commun était un objectif d'empêcher l'esclavage de se déplacer vers l'ouest.

Martin Van Buren a rejoint le parti mais n'a jamais eu d'opinions abolitionnistes. Il pensait que les abolitionnistes portaient atteinte à la sécurité nationale en raison de leur volonté de recourir à la violence.

Van Buren, comme Jefferson, croyait que le gouvernement fédéral n'avait aucune autorité pour interférer avec ce qu'un État décidait pour lui-même, y compris l'institution de l'esclavage. Cependant, lorsqu'il s'agissait de nouveaux États et territoires, la situation était différente. Il a placé l'intérêt de l'Union au-dessus des droits des États et a accepté de se présenter comme candidat tiers contre le parti Whigs and Democratic.

Van Buren a aidé à former le parti démocrate à son tour, ils lui ont remis la présidence. L'acte de courir contre le parti démocrate pour empêcher l'expansion de l'esclavage a attiré de nouveaux ennemis.

Il a perdu les élections de 1848 et s'est retiré de la participation politique active. Le Free-Soil Party est resté intact jusqu'en 1854 et la formation du Parti républicain.

L'élection a ébranlé la stabilité de ce pays. Henry Clay, avec d'autres, a concocté une solution pour apaiser les sudistes pro-esclavagistes. Cependant, le compromis de 1850 comprenait le Fugitive Slave Act, qui permettait aux chasseurs de primes de rendre les personnes auto-émancipées à leurs esclavagistes. Il obligeait également toute personne se trouvant à proximité à aider le chasseur de primes sous peine d'amendes et d'une éventuelle peine d'emprisonnement. L'acte a forcé de nombreuses personnes indifférentes à l'esclavage à prendre position. L'indignation et la séparation générées par cet acte sont devenues le catalyseur qui, onze ans plus tard, a plongé l'Amérique dans une guerre civile, tuant plus de 750 000 citoyens, mais mettant finalement fin à l'esclavage dans ce pays.

Une nation déchirée


Martin Van Buren a passé sa vie professionnelle à tenter d'empêcher ce pays de se diviser sur la question de l'esclavage. Néanmoins, la guerre qu'il craignait aboutit. Il s'est allongé sur son lit de mort, sachant qu'il ne vivrait pas pour apprendre le résultat.

Il est décédé à sa bien-aimée Lindenwald le 24 juillet 1862 au plus fort de la guerre de Sécession.

Le résultat de la guerre civile a été double : elle a mis fin à l'esclavage en Amérique pour toujours et a entraîné la reconstruction.

La reconstruction a duré de 1865 à 1877, se terminant par un accord rapide qui a retiré les troupes du sud. Le résultat a été Jim Crow, une ère de lois et de pratiques discriminatoires qui, selon l'Institut Tuskegee, ont entraîné le lynchage de près de 4743 Noirs du sud et 1297 Blancs entre 1882 et 1968.

L'héritage de Van Buren


Martin Van Buren voulait que sa maison et sa ferme soient son héritage, pas sa carrière. Son héritage a changé au moment où son fils John a vendu Lindenwald deux ans après la mort de son père. À travers une lentille moderne, son héritage est sa vie politique, y compris les décisions qu'il a prises concernant l'esclavage et l'apaisement du Sud.

Les pères fondateurs de l'Amérique ont remis la question de l'esclavage à la génération de Martin. Sa génération a tenté de maintenir l'esclavage « tel quel » pour le bien de l'Union. Les enfants des contemporains de Van Buren ont mis fin à l'esclavage avec une guerre civile.

Pour ceux qui ont été libérés après la guerre de Sécession, la question qui leur a été confiée était celle de 150 ans de loi Jim Crow, terminée par une génération qui s'est battue pour leurs droits civiques.

L'esclavage doit être pris en compte. Ce n'est qu'alors que les blessures laissées par les générations précédentes pourront guérir et que les divisions qui subsistent commenceront à s'unir.


Martin Van Buren : impact et héritage

Lorsqu'ils évaluent l'impact et l'héritage de Martin Van Buren, les chercheurs ont généralement fait une distinction entre la présidence de Van Buren, qu'ils jugent souvent manquante et troublée, et ses contributions au développement du système politique américain, qu'ils trouvent singulières et significatives.

Martin Van Buren était sûrement l'un des hommes politiques les plus importants de l'histoire américaine. Il est entré en politique au début des années 1800 et a rejoint le parti de Thomas Jefferson, les démocrates-républicains. Van Buren a pris de l'importance, d'abord dans l'État de New York, puis à l'échelle nationale, à une époque où son parti était en proie au factionnalisme, à des luttes intestines vicieuses et à un manque d'unité organisationnelle et idéologique. Van Buren a reconnu ces faiblesses et a entrepris de les corriger en construisant une organisation politique cohésive et unifiée, d'abord à New York, puis à l'échelle nationale. Van Buren croyait que les conflits politiques, à la fois entre alliés et entre opposants, étaient inévitables. L'astuce, cependant, était de gérer ce conflit. D'où l'importance de son couronnement – ​​le Parti démocrate – dont Van Buren espérait pouvoir contrôler ce conflit intra-parti afin de vaincre ses opposants.

Les critiques de Van Buren se sont concentrés sur son rôle dans la construction du parti et ont accusé ses efforts d'être l'œuvre d'un politicien cynique, manipulateur et avide de pouvoir. Certes, il y avait du vrai dans ces accusations : tous les politiciens veulent construire leur base de pouvoir, et le font souvent en se livrant à des pratiques à la fois trompeuses et manipulatrices. Cette critique de Van Buren, cependant, est trop dure et trompeuse.

Van Buren voulait construire une organisation politique efficace et efficiente principalement parce qu'il pensait que c'était le meilleur mécanisme pour défendre et étendre les idéaux politiques jeffersoniens et jacksoniens. Ces principes—la prééminence des préoccupations étatiques et locales, la sagesse de limiter le pouvoir du gouvernement fédéral et l'importance de protéger les Américains des institutions gouvernementales ou publiques qui menaçaient prétendument leur liberté—il les tenait à cœur et les croyait vitaux pour la politique et les avenir économique. L'adhésion de Van Buren à cette idéologie politique mérite bien sûr discussion et critique. Mais force est de reconnaître qu'une foi inébranlable en cette idéologie a alimenté ses activités politiques.

Bien que Van Buren ait mérité les éloges des universitaires pour sa contribution au développement du système politique américain, il n'a pas été jugé un grand, ni même un bon président. Le principal défi auquel le président Van Buren a été confronté était la dépression économique du pays. Sa réponse principale – une proposition de système de trésorerie indépendant – reflétait ses convictions politiques jeffersoniennes et jacksoniennes. Ironiquement, Van Buren, le grand bâtisseur du parti et défenseur de l'unité démocratique, n'avait pas la force politique nécessaire pour obtenir l'approbation rapide du Congrès du Trésor indépendant. L'adoption plus tôt du projet de loi du Trésor indépendant aurait-elle permis à la nation de sortir de ses difficultés économiques ? Il est impossible de savoir. Il est clair, cependant, que Van Buren n'a pas pu gagner son passage.

Van Buren aurait-il dû adopter des mesures plus drastiques et militantes que le Trésor indépendant pour tenter de mettre fin à la dépression ? Les historiens ne sont pas d'accord sur le fait que cette approche aurait fonctionné. Les érudits les plus perspicaces, cependant, soulignent qu'un tel cours aurait obligé Van Buren à abandonner ses convictions politiques, ce qu'il répugnait à faire. Ainsi, nous nous retrouvons avec une dernière ironie. En tant qu'homme du parti démocrate, il ne pouvait pas rassembler sa force. En tant qu'homme aux solides principes jeffersoniens et jacksoniens, il ne choisirait pas (et ne voyait pas la nécessité de choisir) une autre voie. Van Buren a peut-être payé le prix final de ces limitations en 1840 lorsque les électeurs ont choisi de ne pas le renvoyer à la Maison Blanche avant quatre ans.


Événements et réalisations de la présidence de Martin Van Buren :

L'administration de Van Buren a commencé par une dépression qui a duré de 1837 à 1845, appelée la panique de 1837. Plus de 900 banques ont fini par fermer et de nombreuses personnes se sont retrouvées au chômage. Pour lutter contre cela, Van Buren s'est battu pour un Trésor indépendant pour aider à assurer le dépôt sûr des fonds.

Contribuant à son échec à être élu pour un second mandat, le public a blâmé la politique intérieure de Van Buren pour la dépression de 1837, les journaux hostiles à sa présidence l'ont appelé « Martin Van Ruin ».

Des problèmes ont surgi avec le Canada détenu par les Britanniques pendant le mandat de Van Buren. L'un de ces événements était la soi-disant « guerre d'Aroostook » de 1839. Ce conflit non violent a éclaté sur des milliers de kilomètres où la frontière entre le Maine et le Canada n'avait pas de frontière définie. Lorsqu'une autorité du Maine a tenté d'envoyer des Canadiens hors de la région, des milices ont été appelées en avant. Van Buren a réussi à faire la paix grâce au général Winfield Scott avant le début des combats.

Le Texas a demandé le statut d'État après avoir obtenu son indépendance en 1836. S'il était admis, il serait devenu un autre État pro-esclavagiste auquel s'opposaient les États du Nord. Van Buren, souhaitant aider à lutter contre les problèmes d'esclavage sectionnel, était d'accord avec le Nord. En outre, il a poursuivi les politiques de Jackson concernant les Amérindiens Séminoles. En 1842, la Seconde Guerre Séminole prit fin avec la défaite des Séminoles.


Martin Van Buren et le mythe du OK

Martin Van Buren est généralement considéré comme un président inférieur à la moyenne, tout simplement «correct» et est souvent négligé par les deux présidents qui ont servi pendant son mandat. Andrew Jackson et William Henry Harrison attirent généralement plus l'attention, le premier pour sa présidence controversée et la tristement célèbre Indian Removal Act, et le second pour le mandat présidentiel le plus court de l'histoire des États-Unis.

L'inauguration de William Henry Harrison, 1840

Van Buren était l'héritier présomptif de la présidence après une carrière politique culminant avec son service en tant que vice-président d'Andrew Jackson. Le soutien de Jackson a aidé la campagne de Van Buren en tant que membre du Parti démocrate relativement nouveau en 1836, ce qui a conduit à son élection. Cependant, après une présidence mal notée qui comprenait la dépression économique de la « panique de 1837 », sa campagne présidentielle de 1840 a fait face à une opposition considérable. Harrison a battu la candidature de Van Buren pour un second mandat en 1840 pour devenir l'homme le plus âgé élu président, et l'âge était un point de discorde au cours de sa campagne. (Depuis lors, Ronald Reagan et Donald Trump ont été élus dans la soixantaine). Harrison a prononcé un discours inaugural superflu par une journée glaciale, refusant de porter un manteau pour démontrer que malgré ses 68 ans, il était toujours robuste et apte à servir. Il a contracté une pneumonie lors de son discours excessif et est décédé un mois plus tard.

La campagne de 1840 de Van Buren est souvent créditée de l'origine du terme « OK », très populaire à l'époque comme aujourd'hui, cependant, la dérivation de « OK » est alambiquée. Origines proposées de la gamme OK du Choctaw ok qui a le même sens que le moderne ok, pour le grec Olla Kalla, "tout va bien", aux histoires d'un boulanger avec les initiales OK estampant les lettres sur des biscuits de l'armée. Allan Metcalf explique dans son livre OK: L'histoire improbable du plus grand mot de l'Amérique que OK est né d'une blague écrite en mars 1839 par l'éditeur Charles Gordon Greene dans le Boston Morning Post. La blague était que même si une personne ne pouvait pas épeler "tout est correct", elle pouvait "d'accord". quelque chose pour dire que c'était "oll korrect". OK est né à une époque où les intellectuels utilisaient des jeux de mots pour publier des jabs percutants, et les abréviations devenaient populaires, précurseurs du LOL, du JK et même du POTUS modernes.

Né à Kinderhook, New York, Van Buren a gagné le surnom de "Old Kinderhook", popularisant davantage l'abréviation "OK". Son adversaire Whig, William Henry Harrison, était connu sous le nom de « Old Tippecanoe » ou « Héro de Tippecanoe » en raison de sa victoire militaire à la bataille de Tippecanoe en 1811. Avec son colistier John Tyler, la chanson de campagne de Harrison Tippecanoe et Tyler aussi inclus des paroles critiquant Van Buren, l'appelant "petit". (Cela vous semble familier?) La chanson disait: "Pour Tippecanoe et Tyler aussi / Et avec eux, nous battrons le petit Van, Van, Van / Van est un homme épuisé."

OK est resté un thème récurrent pendant la campagne. Les clubs OK des supporters de Van Buren se sont soulevés dans tout le pays, utilisant le sens de OK, tout est correct, pour dire que voter pour Van Buren donnait un sceau d'approbation. Ses opposants ont utilisé le terme OK pour attaquer Van Buren, déclarant que son allié politique Andrew Jackson était si peu intelligent qu'il a « OK » les factures pendant sa présidence car il ne pouvait pas correctement épeler « tout est correct ». Indépendamment de l'origine controversée de OK, la course de 1840 de Van Buren a certainement aidé à diffuser le mot. OK est utilisé aujourd'hui comme presque n'importe quelle partie du discours en tant que nom, verbe, adjectif, interjection, et cetera, et dans des scénarios presque infinis, de sorte que le sens a une certaine ambiguïté. La présidence de Van Buren était juste OK, ou elle aurait même pu être considérée comme oll korrect ou tout à fait correcte selon votre point de vue, qui est finalement l'héritage de l'histoire d'Old Kinderhook.


Vie personnelle et éducation

Van Buren a épousé Hannah Hoes le 21 février 1807 à Catskill, New York. Ils auraient quatre fils. Hannah Hoes Van Buren est décédée en 1819 et Van Buren ne s'est jamais remarié. Il était donc veuf pendant son mandat de président.

Van Buren a fréquenté une école locale pendant plusieurs années lorsqu'il était enfant, mais est parti vers l'âge de 12 ans. Il a acquis une formation juridique pratique en travaillant pour un avocat local à Kinderhook alors qu'il était adolescent.

Van Buren a grandi fasciné par la politique. Enfant, il écoutait les nouvelles politiques et les potins relayés dans la petite taverne que son père exploitait dans le village de Kinderhook.


Influence sur la diplomatie américaine

Jackson a fourni à Van Buren une entrée aux affaires étrangères. Jackson a choisi Van Buren comme secrétaire d'État en récompense des efforts de Van Buren pour remettre le vote de New York à Jackson.

En tant que président, Jackson hésitait à abandonner le contrôle des décisions de politique étrangère ou des nominations politiques. Au fil du temps, la capacité de Van Buren à fournir des conseils éclairés sur les politiques nationales, y compris l'Indian Removal Act de 1830, lui a valu une place dans le cercle des conseillers les plus proches de Jackson.

Le mandat de Van Buren en tant que secrétaire d'État a inclus un certain nombre de succès. Working with Jackson, he reached a settlement with Great Britain to allow trade with the British West Indies. They also secured a settlement with France, gaining reparations for property seized during the Napoleonic Wars. In addition, they settled a commercial treaty with the Ottoman Empire that granted U.S. traders access to the Black Sea.

However, Jackson and Van Buren encountered a number of difficult challenges. They were unable to settle the Maine-New Brunswick boundary dispute with Great Britain, or advance the U.S. claim to the Oregon territory. They failed to establish a commercial treaty with Russia and could not persuade Mexico to sell Texas.

Van Buren resigned as Secretary of State due to a split within Jackson’s Cabinet in which Vice President John C. Calhoun led a dissenting group of Cabinet members. Jackson acquiesced and made a recess appointment to place Van Buren as U.S. Minister to Great Britain in 1831.

While in Great Britain, Van Buren worked to expand the U.S. consular presence in British manufacturing centers. His progress was cut short when the Senate rejected his nomination in January of 1832.

Van Buren returned to the United States and entered presidential politics, first as Jackson’s Vice President and then as President. While serving as chief executive, Van Buren proceeded cautiously regarding two major foreign policy crises.


Martin Van Buren - HISTORY

Martin Van Buren, the 8th President of the United States, was known by many nicknames. Perhaps the most well known was "Little Magician." "Little" is believed to have referred to both Van Buren's weight as well as his height. Although Van Buren was considered a slender man, there was speculation during his day that he might have utilized a corset or two to achieve his slim appearance. Congressman Davy Crockett went so far as to bring Van Buren's gender into question when he leveled, "[Van Buren] is laced up in corsets, such as women in a town wear, and, if possible, tighter than the best of them. It would be difficult to say, from his personal appearance, whether he was a man or woman, but for his large red and gray whiskers."

Naturally slim or corset-wearer? Tu décides.

Like Van Buren's figure, his relative height is also up for debate. Van Buren stood 5'6, which undoubtedly is short by today's standards. Van Buren would also be considered short compared to his predecessors in the office of President - whose average height was 5'10. Yet, Van Buren was only between one and two inches shorter than the average American male born during his era.

Van Buren may very well have deserved the second half of his moniker - "magician." Throughout his service as Congressman, Vice President, and President, Van Buren always seemed to be involved in the machinations of party politics across the country.

Despite his omnipresence, Van Buren was given a second and more unfortunate nickname of "Martin Van Ruin," by his political opponents. Van Buren took office 5 weeks prior to the Panic of 1837 and was criticized for his laissez faire attitude towards the financial crisis. His detractors claim that the depression would neither have dragged on for five long years or been as severe had Van Buren supported government intervention in the economy. Funny how government intervention in the financial markets was a hot topic for debate some 170 years prior to the 2008 financial crisis.

Van Buren's final nickname, "The Red Fox of Kinderhook," is similar to "Little Magician" in that it addresses Van Buren's physical appearance as well as political acumen. As Davy Crockett pointed out in his aforementioned attack on the eighth president's waistline and gender, Van Buren was indeed red-haired. Although both "silver fox" and "red fox" refer to hair color, the similarities end there. While "fox" in the former context refers an attractive middle-aged male, in the Van Buren's case it designates political prowess. Lastly, "Kinderhook" refers to his place of birth: Kinderhook, New York. Perhaps this was included to emphasize that Van Buren was the first President to be born an American citizen. Or maybe "Kinderhook" just sounds cool.


Martin Van Buren

Martin Van Buren was born on December 5, 1782 in the village of Kinderhook, New York. He was educated at the local schoolhouse and later studied at the Kinderhook Academy and the Washington Seminary in Claverack. Van Buren began his legal studies in the law office of Francis Sylvester in Kinderhook and later studied with William P. Van Ness in New York City. He was admitted to the bar in 1803.

Returning to Kinderhook, Van Buren opened a very successful law office with his half-brother James Van Allen. He practiced law for 25 years, and became financially independent. His clients included the Hudson Valley tenant farmers known as the anti-rent agitators who contested landlords’ colonial-era claims to the land they farmed. Martin Van Buren was counsel to John V. N. Yates in the landmark case before the Court of Errors, Yates v. Lansing.

As a young lawyer, Van Buren became involved in New York politics. He was Surrogate of Columbia County between 1808 and 1813. He served in the New York Senate from 1813 to 1820 and thus was a member of the Court for the Correction of Errors, the highest court in New York until 1847. A supporter of the War of 1812, he sponsored the classification act for the enrollment of volunteers. He also supported the building of the Erie Canal. Van Buren held the office of New York Attorney General from 1815 to 1819, and was a delegate to the 1821 New York State Constitutional Convention, where he opposed the grant of universal suffrage.

In 1821, he was elected to the United States Senate, a seat he held until 1828, when he resigned to take office as Governor of New York. His governorship, which commenced January 1,1829, was short-lived — President Andrew Jackson appointed Van Buren United States Secretary of State on March 5th of that year.

Van Buren had been a staunch supporter of Jackson in 1827 and now became his most trusted advisor. Martin Van Buren was elected Vice-President on the Jacksonian ticket in 1832, and won the Presidency in 1836. He ran for re-election in 1840, but was defeated by William Henry Harrison. At the end of his term, he returned to his estate at Kinderbook and unsuccessfully ran again for President in the elections of 1844 and 1848.


The Enslaved Households of President Martin Van Buren

While many tend to think that slavery was strictly a “southern” issue, this system of racial captivity and exploitation existed across the British colonies in a variety of forms during the eighteenth century. It thrived across North America, survived the American Revolution, and persisted through the creation of the Constitution. That said, individual states began adopting policies of gradual emancipation as early as 1780. Two years later, Martin Van Buren was born in the rural town of Kinderhook, New York. Van Buren himself witnessed and experienced slavery at an early age in his own house and community. His father, Abraham, owned a successful inn and small farm, along with six enslaved individuals. 1 According to the 1790 census, there were 638 enslaved people living in the town of Kinderhook, and only a handful of residents owned six or more—making Abraham one of the town’s largest slave owners. The Van Buren household consisted of fourteen people, which likely meant that Martin’s family and the enslaved lived and worked in close quarters with one another. The Van Buren tavern served as a hub of social activity for the town, and the constant coming and goings of travelers between New York City and the state capital of Albany brought all sorts of people—free and enslaved—into contact with young Martin. 2

As Van Buren studied law and began exploring a career in politics, the state of New York passed a gradual emancipation law in 1799 stipulating that any children born to enslaved mothers after July 4 of that year would be freed no later than July 4, 1827. Boys born after that 1799 date were enslaved until the age of 28, while girls remained in bondage until the age of 25. 3 A second emancipation act in 1817 made freedom possible for those born prior to 1799, putting slavery in New York on the road to extinction. By then, Van Buren had risen quickly through the ranks of New York’s Democratic-Republican Party, and he was serving as the state’s attorney general. Four years later, he and the Bucktail faction of the party challenged Governor DeWitt Clinton and his allies by calling for a new constitutional convention. 4 A political struggle ensued, and ultimately major democratic changes were ratified the following year: the alteration of the election cycle more offices were now elective than by appointment a restructuring of veto power and the legislature’s ability to override the veto and the expansion of white male suffrage by eliminating property requirements. African-American men were also granted suffrage but the law specifically imposed a $250 property requirement, preventing most from exercising their right to vote. Van Buren’s opponents and supporters would later dissect his opinions and votes on these measures as he set his sights on the highest office in the land. While he was representing New York in the United States Senate, Van Buren received this letter from a man named Alonzo G. Hammond in late December 1824. 5

I have assertained that “Tom” a black man who you purchaised of & who quit you some 10 years since is now in the neighbourhood of Worcester Ms. There is yet some time before he is free as he is of that class which will be free July 4th 1827. He was when young a slave of my father and I think I can induce him to be of some service to me if own him. I therefore take the liberty to inquire whether you will sell him for a smal compensation. I cant think of giving much as there is some considerable risque in geting him at all & if I should get him it is doubtfull whether his services wold be worth much, however if you will take the trouble to write me with terms I will then tell you whether I will purchaise him or not & make the necessary arrangements to complete it. Please direct to Berlin Rensselaer County N.Y. 6

This letter, dated December 23, 1824, suggests that Martin Van Buren owned an enslaved man named Tom at some point during the 1810s. Alonzo Hammond offers to recapture Tom for Van Buren. Van Buren's shorthand reply is on the next page: “Wrote that if he could get him without violence I would take $50.”

The Martin Van Buren Papers, Library of Congress

While the senator’s reply is not in his papers, he did jot down a short note on the other side of the letter: “Wrote that if he could get him without violence I would take $50.” 7 While it does not appear that Hammond ever made good on this offer, this letter suggests that Martin Van Buren purchased Tom rather than inherited him from his father or another Van Buren relative. 8 Aside from this letter, Van Buren was rather quiet in regards to his views on slavery at this point in his life. In late 1828, he resigned from the U.S. Senate to briefly serve as governor of New York before accepting President Andrew Jackson’s offer to serve as secretary of state, which was at that time the springboard to the presidency. 9

These pages from the 1830 census show that two free and four enslaved African-American women were at Decatur House, Secretary of State Martin Van Buren's residence. He was renting the Lafayette Square home from Susan Decatur. Charlotte Dupuy was one of the enslaved women listed.

National Archives and Records Administration, Records of the Bureau of the Census, Record Group 29

In 1829, Van Buren arrived in Washington, D.C. and established residency at the Decatur House on Lafayette Square that fall. 10 Only a block from the North Entrance of the White House, the secretary of state was well positioned to influence the president and the Washington social scene. 11 He brought three of his four sons with him—John, Martin, and Smith—while his eldest son, Abraham, was away serving in the United States Army. However, in order for Secretary of State Van Buren to host and entertain as a cabinet member was expected, he needed help to run the household.

According to the 1830 census, there was one white woman, four enslaved women, and two free African-American women living in the house. 12 There is no documented evidence that Van Buren owned these four enslaved women, so it seems more likely that he hired out free and enslaved workers at Decatur House. The lone white woman was likely his housekeeper, tasked with managing the domestic staff and running the household. 13 The enslaved women would have been hired out by their owners and the two free African-American women would have been paid wages. One of the enslaved women was Charlotte Dupuy, who was allowed to stay in Washington while her court case against her owner, Henry Clay, was resolved by the U.S. Circuit Court of the District of Columbia. 14 Regardless of whether or not Van Buren owned these enslaved people, he and many other politicians used enslaved labor to maintain their residences, feed their families, and entertain guests.

Van Buren continued his political ascent by siding with President Jackson, Secretary of War John Eaton, and Eaton’s wife Margaret during the scandalous Petticoat affair. 15 As the president’s relationship with Vice President John C. Calhoun deteriorated, Van Buren was asked to serve as the U.S. Minister to the United Kingdom. During Van Buren’s confirmation hearing in the Senate, Vice President Calhoun delivered the decisive vote against the appointment, confident that it would destroy Van Buren’s career and sabotage his political ambitions. Instead, the vice president’s pettiness brought Van Buren closer to Jackson and elevated his reputation among Democrats. President Jackson asked Van Buren to join the 1832 ticket as his vice president, and after Jackson’s re-election became one of the president’s closest advisors and confidantes. When Jackson decided not to run for a third term, Vice President Van Buren was the natural choice to succeed him. At the same time, many southern Democrats feared the idea of someone from New York—which by this time had over 200 abolitionist societies and organizations—leading their party. 16 Columnists and correspondents began publishing opinion pieces and letters from readers that questioned Van Buren’s commitment to Jacksonian principles, the Constitution, and his views on slavery. Vice President Van Buren tried to respond directly to these inquiries, but eventually there were too many to answer. Instead, his supporters disseminated a pamphlet to assuage the concerns of voters. 17 Cliquez ici pour en savoir plus sur les ménages asservis du président Andrew Jackson.

Dans son Opinions of Martin Van Buren, Vice President of the United States, the vice president detailed his thoughts on the powers and duties delegated to Congress, internal improvements, the Bank of the United States, and the abolition of slavery. One reprinted letter from a North Carolina gentleman asked whether or not Congress had the authority to abolish slavery in the District of Columbia. Van Buren responded: “the abolition of slavery in the District of Columbia, against the wishes of the slave-holding States (assuming Congress has the power to effect it) would violate the spirit of that compromise of interests which lies at the basis of our social compact and I am thoroughly convinced, that it could not be so done, without imminent peril, if not certain destruction, to the Union of the States.” 18 He argued that “Congress has no right to interfere in any manner, or to any extent, with the subject of slavery in the States.” 19 Presidential candidate Martin Van Buren then made this promise:

I prefer that not only you, but all the people of the United States shall now understand, that if the desire of that portion of them which is favorable to my elevation to the Chief Magistracy, should be gratified, I must go into the Presidential chair, the inflexible and uncompromising opponent of any attempt on the part of Congress to abolish slavery in the District of Columbia, against the wishes of the slave-holding States and also with the determination equally decided, to resist the slightest interference with the subject in the States where it exists. 20

Van Buren’s written performance delivered electoral results, and true to his word, he repeated this pledge verbatim in his inaugural address. He also added the following: “It now only remains to add that no bill conflicting with these views can ever receive my constitutional sanction.” 21 President Van Buren was unequivocal that any legislation attempting to abolish slavery in the District of Columbia or undermine the institution itself would receive neither his blessing nor his signature. 22 While he was the first president to use the term “slavery” in an inaugural address, he did so to affirm his position on the issue and vowed to use presidential veto power if necessary to protect it.

These pages from the 1840 census show that five free and four enslaved African Americans were at the White House toward the end of Martin Van Buren's presidency. There is no documentary evidence that the president owned these four enslaved people, leaving two possible explanations. These four individuals were either hired out or they were brought to the White House by Angelica Van Buren, the president's daughter-in-law.

National Archives and Record Administration, Records of the Bureau of the Census, Record Group 29

During Van Buren’s time in the White House, the United States experienced one of the worst economic depressions in the young country’s history. As a result, critics accused the president of living lavishly while ordinary Americans struggled to make ends meet. Nonetheless, the social activities, formal dinners, and needs of the first family required a considerable household staff. According to the 1840 census, there were five free and four enslaved African Americans working at the White House. By comparing the 1830 census records, there is little evidence to suggest that these were the same individuals who worked at Decatur House. 23 Three of the enslaved were between the ages of 10 and 24, and the fourth was a woman between 36 and 55. It is plausible that Joseph Boulanger, the steward of the White House, hired out these enslaved individuals from their owners in Washington. Another possible explanation is that these four individuals were a family, brought to the White House by its new hostess Angelica Singleton Van Buren.

On November 27, 1838, Abraham Van Buren married Sarah Angelica Singleton of South Carolina. Her father, Richard Singleton, owned land throughout the Sumter, Richland, and Orangeburgh Districts. Within the Richland District alone, there were three separate Singleton entries listed in the 1840 census—along with 209, 201, and 109 enslaved individuals. 24 Abraham and Angelica tied the knot at the Singleton family plantation in Sumter County, where another fifty-seven enslaved people lived and worked—bringing the total to 576 enslaved people. 25 It is quite possible that the enslaved woman and her children were gifted or loaned to the newlyweds by Richard Singleton, as was the custom at the time for affluent members of the slave owning gentry. Some political observers interpreted the marriage between the daughter of one of South Carolina’s wealthiest slave owners and the president’s son as further proof that President Van Buren and his family were indeed strong supporters of slavery though many still doubted the president’s sincerity. 26

Les Amistad case sheds greater light on President Van Buren’s political balancing act. Illegally seized by Portuguese slave hunters in Sierra Leone, a group of Africans were forcibly brought to Havana, Cuba. Pedro Montes and Jose Ruiz, two Spanish plantation owners, purchased fifty-three individuals and set off for home. The enslaved rose up in rebellion, killed the captain, and took control of the ship. They demanded that Montes and Ruiz return them to Africa but the two men steered northward. Eventually the Washington, an American brig, seized the schooner and escorted it to New London, Connecticut. 27 President Van Buren believed that the Africans should be extradited to Cuba and hoped to do so quietly through the naval courts at the request of the Spanish government, but northern abolitionists caught wind of the incident and began raising funds to defend the enslaved.

The key issue in the case was the status of the Africans on board—were they free or were they property? Montes and Ruiz argued that they were the rightful owners Lieutenant Thomas R. Gedney, commander of the vessel that captured the Amistad, requested salvage rights as compensation and legal counsel for the Africans maintained that these individuals were born free and illegally kidnapped. The District Court ruled that the Africans could not be considered property because their enslavement was illegal. The U.S. Attorney appealed the decision to the Circuit Court and later the Supreme Court on behalf of the Van Buren administration. Attorney General Henry D. Gilpin argued that the captives were Spanish property based on the documentation aboard the Amistad, and that they needed to be returned because of treaty obligations with Spain. Former President John Quincy Adams passionately defended the captives at the Supreme Court, and five days after Van Buren had left office, the court ruled in favor of the Africans. It was a remarkable moment for the abolitionist movement. For Van Buren—who had already been cast out of office by voters—the decision was disappointing because it gave credence to the idea that a New York Democrat could not adequately defend the institution of slavery. 28

This portrait of Angelica Singleton Van Buren was completed by Henry Inman in 1842. Angelica Van Buren served as White House hostess after she married the president's son, Abraham Van Buren, in 1838. Angelica was also a member of one of South Carolina's most prominent slave-owning families, the Singletons.

White House Collection/White House Historical Association

Van Buren temporarily retired to his Lindenwald estate in Kinderhook. In 1844, he was poised to reclaim leadership of the Democratic Party, but his opposition to the annexation of Texas ultimately hurt him with southern delegates and those that favored westward expansion. Multiple ballots resulted in the nomination of dark horse candidate James K. Polk, who went on to narrowly defeat Whig nominee Henry Clay for the presidency. Van Buren made one more attempt to return to the White House in 1848, but his party rejected him as their candidate. Undeterred, he ran as the presidential candidate for the Free Soil Party—a party that was formed to oppose the expansion of slavery into the western territories. Whig candidate and Major General Zachary Taylor won the 1848 election, but Van Buren’s presidential campaign—and his motivations for embracing antislavery measures—perplexed contemporaries and later historians. Van Buren likely reveled in the chance to help defeat the party that had rejected him, though he later returned to the fold and supported the Democratic presidential candidates in 1852, 1856, and 1860. 29 The former president lived out the rest of his life at Lindenwald, where he died on July 24, 1862.

This satirical drawing of President Martin Van Buren was created by David Claypool Johnston around 1840. Holding a golden goblet with the initials "MVB," it shows the president enjoying "White House champagne." Critics of President Van Buren insisted he was living lavishly at the Executive Mansion while most Americans struggled during the economic depression of the late 1830s.

White House Collection/White House Historical Association

Martin Van Buren owned at least one enslaved person during his lifetime—not wholly uncommon for a man who was born and raised in a state that permitted slavery until 1827. He also hired out enslaved and free African Americans to work at Decatur House, and probably during his time in Albany. This pattern continued during his time at the White House, where five free African Americans and four enslaved people labored to maintain the Executive Mansion. While we may never know if President Van Buren himself hired out these individuals, he had few qualms when it came to supporting slavery for political gain or exploiting enslaved labor within his home. Despite all of these factors, southern Democrats and supporters of slavery criticized his northern roots and repeatedly questioned his willingness to defend the peculiar institution. While the Panic of 1837 and the Gold Spoon Oration by Pennsylvania Whig representative Charles Ogle hurt him politically, the underlying distrust of Van Buren within the Democratic Party grew stronger over time. 30 As for his personal views on slavery, Van Buren wrote exceedingly little on the subject, but his career trajectory suggests that many of his positions were based more on political calculations rather than moral sentiments.


How Martin Van Buren died

With two successive defeats, Van Buren took to doing things out of politics. While in retirement, Van Buren went on several trips, especially in Europe. It was also around this time that he had the opportunity to write and finish his memoirs.

On July 24, 1862, Martin Van Buren died from a heart attack. He was 79 at the time of his death. The “Red fox of Kinderhook” was survived by two children – Abraham Van Buren and Smith Thompson Van Buren.

His family laid him to rest at the Kinderhook Cemetery, New York. The cemetery is the same resting place of his wife Hannah Van Buren.


Voir la vidéo: Alexander Graham bell sings Im blue.


Commentaires:

  1. Roan

    Quelle excellente phrase

  2. Watkins

    Vous faites une erreur. Discutons de cela. Envoyez-moi un courriel à PM, nous parlerons.

  3. Zolora

    Il y a quelque chose dans ce domaine. Merci beaucoup pour votre aide avec ce problème.

  4. Gilleasbuig

    Oui, la qualité est excellente

  5. Northtun

    Excusez-moi de vous interrompre.



Écrire un message