Char de combat principal Ariete (Italie)

Char de combat principal Ariete (Italie)


We are searching data for your request:

Forums and discussions:
Manuals and reference books:
Data from registers:
Wait the end of the search in all databases.
Upon completion, a link will appear to access the found materials.

Char de combat principal Ariete (Italie)

En 1982, l'armée italienne a publié une spécification générale pour un nouveau char de combat principal destiné à remplacer la flotte vieillissante de chars Leopard 1 et M60 achetés à l'Allemagne et aux États-Unis. Le réservoir devait être conçu et construit en Italie, et en 1984, les spécifications générales avaient été convenues avec l'industrie et les travaux de conception étaient bien avancés sur de nombreux composants et sous-systèmes. 1984 a également vu la division Otobreda d'Alenia Difesa et la division des véhicules de défense d'IVECO former un consortium, dont le siège est à Rome, pour développer une nouvelle génération de véhicules à roues et à chenilles pour l'armée italienne. Otobreda a la responsabilité globale du projet, IVECO étant responsable du groupe motopropulseur et du système de suspension. Le premier prototype de l'Ariete a été achevé en 1986, le reste étant achevé en 1988. Les essais avec l'armée italienne et le constructeur ont commencé sérieusement. Les prototypes ont tiré plus de 3 000 cartouches de 120 mm et ont subi plus de 450 jours de tests de combat. En conséquence, l'armée italienne a passé une première commande de 200 chars et la production a commencé en 1995 dans l'usine d'Otobreda à La Spezia et dans l'usine IVECO de Bolzano. La première production Ariete a été achevée à la fin de cette année. La production devrait être achevée fin 2001/début 2002 avec un coût total du programme d'environ 970 millions de dollars. Des études ont commencé sur un Ariete Mk. 2, qui aurait un moteur de 1 500 ch, un système de suspension hydropneumatique, un système de conduite de tir plus avancé, une protection accrue et un chargeur automatique pour le canon à âme lisse de 120 mm.

L'Ariete est constitué d'une construction entièrement soudée en acier, avec un blindage composite sur l'avant de la coque et l'avant et les côtés de la tourelle, avec des jupes latérales protégeant le haut des chenilles. Le réservoir dispose également d'un capteur d'avertissement laser monté juste devant la trappe du chargeur. L'aménagement est classique avec le pilote assis à l'avant droit de la coque dans un siège à réglage hydraulique, avec une trappe monobloc à trois périscopes dont le central peut être remplacé par un périscope passif MES VG/DIL 100. La tourelle est au centre de la caisse avec le commandant et le mitrailleur à droite et le chargeur à gauche. Le commandant dispose de huit périscopes pour une observation panoramique. Le chargeur a une trappe monobloc avec deux périscopes tournés vers l'avant et vers la gauche. Il y a des panneaux de soufflage dans le toit de la tourelle pour évacuer toute explosion secondaire loin de l'équipage. Le commandant dispose d'un viseur panoramique stabilisé primaire jour/nuit (intensification d'image) (grossissement x 2,5 et x 10), tandis que le tireur dispose d'un viseur panoramique jour/nuit (thermique) stabilisé avec télémètre laser (grossissement x 5), qui est relié à un calculateur balistique, des capteurs et un système de référence de muselière. Le tireur dispose également d'un viseur de secours, du télescope coaxial Officine Galileo C-102 avec un grossissement x 8 et de trois réticules de visée sélectionnables manuellement. L'armement principal est un canon à canon lisse Otobreda de 120 mm de calibre 44 qui a une chambre de canon de la même taille que celle équipant les Leopard 2 et M1A1 / M1A2 Abrams, donc les munitions de la firme SIMMEL DIFESA sont interopérables. Au total, quarante-deux cartouches sont emportées pour le canon principal, quinze dans la tourelle et vingt-sept à côté du conducteur. Une mitrailleuse de 7,62 mm est montée coaxialement, avec une autre mitrailleuse de 7,62 mm montée sur le toit de la tourelle. La rotation de la tourelle et l'élévation de l'arme sont électrohydrauliques avec sauvegarde manuelle. Le moteur est un IVECO V-12 MCTA diesel (1 300 ch) couplé à une transmission entièrement automatique Renk LSG 3000 (fabriquée sous licence par IVECO). La suspension est de type barre de torsion, avec sept roues à bandage caoutchouc, une roue folle et la roue avant et motrice à l'arrière, ainsi que quatre galets de renvoi. Les première, deuxième, troisième, sixième et septième roues sont équipées d'amortisseurs hydrauliques et les sept bras de suspension de chaque côté sont équipés de pare-chocs hydrauliques pour limiter les déplacements excessifs. Le système NBC est un pack SP-180 fabriqué par Sekur.

Longueur de coque: 7.59m. Largeur de coque: 3.42m. Hauteur: 2.5m. (toit de la tourelle) Équipage: 4. Garde au sol: 0.44m. Poids: 54 000kg (combat). Pression au sol: 0.9kg/cm². vitesse maximale: 65km/h. Autonomie max (carburant interne): 550km (sur route). Armement: canon à âme lisse de 120 mm, 1 mitrailleuse coaxiale de 7,62 mm, 1 mitrailleuse de 7,62 mm montée sur le toit de la tourelle.


Ariete MBT dans Jane's Armor and Artillery 2000 - 2001 situé à Cranfield
Ariete dans le site Web des industries de la défense - Armée (projets en cours) situé à l'adresse www.army-technology.com
:Antill, P. (1er juin 2001), Char de combat principal Ariete (Italie)



DSI Ariete

Rédigé par : Rédacteur en chef | Dernière édition : 07/03/2019 | Contenu &copiewww.MilitaryFactory.com | Le texte suivant est exclusif à ce site.

En 1984, les entreprises italiennes d'OTO Melara et d'Iveco-FIAT se sont réunies pour former le CIO - "Consorzio Iveco Oto Melara". L'objectif des parties était de développer trois systèmes de champ de bataille modernes différents partageant le maximum de composants automobiles afin de réduire les coûts et le soutien logistique de l'armée italienne à long terme. Le résultat est devenu le véhicule de combat d'infanterie Dardo, le chasseur de chars à roues Centauro 8x8 et le char de combat principal Ariete ("Battering Ram"). Partageant les tâches, OTO Melara a été l'entrepreneur principal supervisant la conception et l'ingénierie tout en fournissant divers composants et Iveco-FIAT a été chargé de développer et de fabriquer le bloc d'alimentation requis et les systèmes associés.

L'Ariete est devenu un véhicule de 60 tonnes équipé d'un moteur diesel V12 MTCA turbocompressé de 1 275 chevaux (couplé à une transmission automatique) reposant sur un système de suspension à barre de torsion. La configuration globale du MBT était standard avec un équipage de quatre hommes, le canon de char à âme lisse L44 de 120 mm dans une tourelle traversante à 360 degrés et le moteur/la transmission montés à l'arrière. Le système de chenilles était partiellement recouvert d'une armure de jupe latérale et incorporait sept roues de route à double pneu, un pignon d'entraînement arrière et un galet de renvoi monté à l'avant. Le conducteur était assis à l'avant droit de la caisse avec le commandant, le tireur et le chargeur dans la tourelle bien inclinée. L'autodéfense était assurée par 2 mitrailleuses de 7,62 mm - l'une montée coaxialement et l'autre le long du toit de la tourelle pour la défense antiaérienne. Les performances indiquaient une vitesse sur route de 40 milles à l'heure avec une autonomie opérationnelle de 342 milles. Des projectiles de 40 x 120 mm étaient transportés à bord pour le canon principal, ainsi que des cartouches de 2 400 x 7,62 mm pour les mitrailleuses.

L'Ariete a été complété par un système de protection en acier/composite soudé qui lui permet de contrer la menace posée par les ogives HEAT et autres. L'armure supplémentaire est également prise en charge selon le CIO. La protection NBC était standard pour l'équipage, tout comme l'équipement de vision nocturne. 2 x 4 lanceurs de grenades fumigènes permettent à l'équipage de fournir son propre écran de fumée au besoin et un capteur d'avertissement laser est monté près de la trappe du chargeur pour détecter les menaces guidées entrantes. Le passage à gué va jusqu'à 2,1 mètres avec préparation préalable et 1,2 mètre sans.

La production de chars Ariete était hors de l'usine OTO Melara à La Spezia et les commandes de l'armée italienne ont couru un total de 200 exemplaires. Ceux-ci ont été divisés en quatre bataillons de chars avec des restes tenus en réserve. Aucune commande étrangère n'a vu le jour et aucune commande de suivi n'a été passée par l'armée italienne. Les livraisons ont commencé en 1995 et le réservoir est entré en service la même année.

Au dire de tous, l'Ariete est un système de char de combat principal moderne doté de capacités opérationnelles jour/nuit. Un problème précoce avec la puissance du moteur a été corrigé par Iveco, faisant passer la puissance de 1 275 chevaux à 1 600 chevaux. Le schéma de protection du blindage le met à égalité avec les formes de base des MBT américains de la série M1 Abrams ou britannique Challenger 2. Le tir en mouvement est autorisé grâce à un système de contrôle de tir numérique avancé qui fonctionne avec le canon principal stabilisé à deux axes. Les performances sur route sont excellentes et les capacités tout-terrain sont bien notées. Le canon principal de 120 mm est de conception propre à OTO Melara et il est autorisé à tirer toutes les munitions soutenues par l'OTAN avec d'excellents résultats de pénétration.

Le dernier char Ariete de la commande de 200 hommes a été livré à l'armée italienne en août 2002. CIO marketing désigne l'Ariete comme un char de combat de « deuxième génération ».


DSI Ariete

En 1984, les entreprises italiennes d'OTO Melara et d'Iveco-FIAT se sont réunies pour former le CIO - "Consorzio Iveco Oto Melara". L'objectif des parties était de développer trois systèmes de champ de bataille modernes différents partageant le maximum de composants automobiles afin de réduire les coûts et le soutien logistique de l'armée italienne à long terme. Le résultat est devenu le véhicule de combat d'infanterie Dardo, le chasseur de chars à roues Centauro 8x8 et le char de combat principal Ariete ("Battering Ram"). Partageant les tâches, OTO Melara a été l'entrepreneur principal supervisant la conception et l'ingénierie tout en fournissant divers composants et Iveco-FIAT a été chargé de développer et de fabriquer le bloc d'alimentation requis et les systèmes associés.

L'Ariete est devenu un véhicule de 60 tonnes équipé d'un moteur diesel turbocompressé V12 MTCA de 1 275 chevaux (couplé à une transmission automatique) reposant sur un système de suspension à barre de torsion. La configuration générale du MBT était standard avec un équipage de quatre hommes, le canon de char à âme lisse L44 de 120 mm dans une tourelle traversante à 360 degrés et le moteur/la transmission montés à l'arrière. Le système de chenilles était partiellement recouvert d'une armure de jupe latérale et incorporait sept roues de route à double pneu, un pignon d'entraînement arrière et un galet de renvoi monté à l'avant. Le conducteur était assis à l'avant droit de la caisse avec le commandant, le tireur et le chargeur dans la tourelle bien inclinée. L'autodéfense était assurée par 2 mitrailleuses de 7,62 mm - l'une montée coaxialement et l'autre le long du toit de la tourelle pour la défense antiaérienne. Les performances indiquaient une vitesse sur route de 40 milles à l'heure avec une autonomie opérationnelle de 342 milles. Des projectiles de 40 x 120 mm étaient transportés à bord pour le canon principal, ainsi que des cartouches de 2 400 x 7,62 mm pour les mitrailleuses.

L'Ariete a été complété par un système de protection en acier/composite soudé qui lui permet de contrer la menace posée par les ogives HEAT et autres. L'armure supplémentaire est également prise en charge selon le CIO. La protection NBC était standard pour l'équipage, tout comme l'équipement de vision nocturne. 2 x 4 lanceurs de grenades fumigènes permettent à l'équipage de fournir son propre écran de fumée au besoin et un capteur d'avertissement laser est monté près de la trappe du chargeur pour détecter les menaces guidées entrantes. Le passage à gué va jusqu'à 2,1 mètres avec préparation préalable et 1,2 mètre sans.

La production de chars Ariete était hors de l'usine OTO Melara à La Spezia et les commandes de l'armée italienne ont couru un total de 200 exemplaires. Ceux-ci ont été divisés en quatre bataillons de chars avec des restes tenus en réserve. Aucune commande étrangère n'a vu le jour et aucune commande de suivi n'a été passée par l'armée italienne. Les livraisons ont commencé en 1995 et le réservoir est entré en service la même année.

Au dire de tous, l'Ariete est un système de char de combat principal moderne doté de capacités opérationnelles jour/nuit. Un problème précoce avec la puissance du moteur a été corrigé par Iveco, faisant passer la puissance de 1 275 chevaux à 1 600 chevaux. Le schéma de protection du blindage le met à égalité avec les formes de base des MBT américains de la série M1 Abrams ou britannique Challenger 2. Le tir en mouvement est autorisé grâce à un système de contrôle de tir numérique avancé qui fonctionne avec le canon principal stabilisé à deux axes. Les performances sur route sont excellentes et les capacités tout-terrain sont bien notées. Le canon principal de 120 mm est de conception propre à OTO Melara et il est autorisé à tirer toutes les munitions soutenues par l'OTAN avec d'excellents résultats de pénétration.

Le dernier char Ariete de la commande de 200 hommes a été livré à l'armée italienne en août 2002. CIO marketing désigne l'Ariete comme un char de combat de « deuxième génération ».


Histoire[modifier | modifier la source]

Le 10 janvier 1991, la brigade dissout le 10e bataillon de chars et le 20e groupe d'artillerie. Le 13e bataillon de chars avait déjà été réduit à une unité de réserve et transféré à la brigade mécanisée "Mantova" en décembre 1989. En remplacement, la brigade a reçu des unités de brigades dissoutes en 1991 lors du retrait des forces de l'armée après la fin de la guerre froide : de la brigade blindée "Mameli" dissoute sont venus le 3e bataillon de chars "MO Galas", le 5e bataillon de chars "MO Chiamenti" et le 23e bataillon de Bersaglieri "Castel di Borgo" et de la brigade mécanisée "Garibaldi", qui s'était déplacée à Caserta dans le sud de l'Italie, sont venus le 19e groupe d'artillerie de campagne automoteur "Rialto" et le 26e bataillon de Bersaglieri "Castelfidardo", qui ont déjà quitté la brigade après six mois. ΐ]

En 1992, la brigade a reçu le 2e bataillon (formation des recrues) "Pordenone", tandis que le 23e bataillon Bersaglieri s'est déplacé à Trapani en Sicile pour rejoindre la brigade mécanisée "Aoste". La même année, les bataillons de la brigade sont à nouveau appelés régiments, bien que la taille et la composition n'aient pas changé. Le 31 juillet 1995, le 63e régiment de chars à Cordenons est transféré de la brigade mécanisée "Mantova" à l'Ariete. Le 30 novembre de la même année, le 63e régiment de chars est rebaptisé 132e régiment de chars et l'unité de chars d'Aviano est dissoute.

En 1997, le 33e régiment de chars de la brigade mécanisée "Friuli" est arrivé et lorsque la brigade mécanisée "Mantova" a été dissoute le 30 août de la même année, l'Ariete a reçu le 82e régiment d'infanterie mécanisée "Torino" à Cormons, mais déjà le 5 novembre 2001 le 82ème Régiment s'installe à Barletta dans le sud de l'Italie pour rejoindre la Brigade Blindée "Pinerolo". Le 1er décembre 2000, l'Ariete reçoit le 10e régiment du génie. Lorsque la brigade blindée "Centauro" a été dissoute le 5 octobre 2002, l'Ariete a reçu le 3e régiment de Bersaglieri et le 4e régiment de chars. Le 25 novembre 2009, le 3e régiment de Bersaglieri s'est déplacé en Sardaigne et a rejoint la brigade mécanisée "Sassari". ΐ]


L'Italie pourrait rejoindre le projet franco-allemand de système de combat au sol principal (MGCS)

Selon edrmagazine.eu, l'Italie pourrait rejoindre le programme Main Ground Combat System (MGCS). Le Main Ground Combat System (MGCS) est un projet de la France et de l'Allemagne depuis 2012 visant à remplacer leurs chars Leclerc Tank et Leopard 2 actuellement déployés. En 2016, le programme était dans la phase de conception qui devait être achevée d'ici 2017. Au cours des récents entretiens bilatéraux avec l'homologue allemand, la possibilité de permettre à l'Italie de participer au programme Main Ground Combat System, qui vise à développement d'un nouveau char de combat principal, a émergé », a déclaré le sous-secrétaire italien à la Défense Giulio Calvisi.

Le ministère italien de la Défense s'est engagé à identifier d'autres solutions possibles si le projet actuellement en cours par le CIO (Consorzio Iveco DV-Oto Melara) ne répondrait pas aux attentes. Le CIO a reçu un contrat de développement d'une valeur de 35 millions d'euros pour la mise à jour à mi-vie du char Ariete, qui portera à la livraison de trois prototypes. Le MBT Ariete est actuellement en service avec trois régiments de chars de l'armée italienne, ces unités alignant un total de 123 chars. Le C1 Ariete est le char de combat principal de l'armée italienne, développé par le Consorzio Iveco Oto Melara (CIO). Le châssis et le moteur ont été produits par Iveco, tandis que la tourelle et le système de conduite de tir ont été fournis par OTO Melara.

Une condition préalable pour le nouveau char est le développement d'un nouveau canon principal avec de meilleures performances. La société de défense allemande Rheinmetall a rejoint le programme et développera un nouveau canon Rheinmetall Rh-130 L/51 avec de meilleures performances que le canon Rheinmetall L/55 qui a été introduit sur le Leopard 2A6. La première étape du programme MGCS était un démonstrateur technologique franco-allemand, pour montrer que les deux pays pouvaient développer conjointement un char de nouvelle génération. Au salon Eurosatory en juin 2018 à Paris, en France, KNDS a dévoilé le « European Main Battle Tank » (EMBT), un char de combat principal de démonstration technologique qui combine la coque d'un Leopard 2A7 avec la tourelle biplace plus légère d'un Leclerc.

KMW+Nexter Defence Systems (KNDS) est une société holding européenne de l'industrie de la défense, issue de la fusion entre Krauss-Maffei Wegmann et Nexter Systems. Krauss-Maffei Wegmann fabrique des chars, Nexter fabrique de l'artillerie. Le 29 juillet 2015, la fusion entre les deux sociétés a été officiellement finalisée à Paris. En juin 2018, l'Allemagne et la France ont signé une lettre d'intention pour que KNDS développe un système de terrain de combat principal, un char de combat principal commun, et un système de tir indirect commun, un canon d'artillerie automoteur commun de 155 mm. Les premiers projets de KNDS consistent à moderniser le Leopard 2, en mettant l'accent sur l'augmentation de l'efficacité contre les menaces contemporaines telles que l'ATGM et le T-14 Armata russe. European Main Battle Tank (EMBT) dévoilé par KNDS Nexter KMW


Système de contrôle d'incendie

Le système de conduite de tir OG14L3 TURMS des chars produits par Galileo Avionica, y compris le dispositif d'observation jour et nuit du commandant SP-T-694, le viseur infrarouge du tireur et le télémètre laser pour détecter rapidement les cibles.

L'ordinateur de conduite de tir numérique est capable de mesurer la vitesse du vent, l'humidité et les conditions météorologiques extérieures, ce qui améliore encore la précision du tir. L'ordinateur est également un composant du système de navigation, permettant l'échange d'informations tactiques entre les chars.

Sur le char C1 Ariete, il existe un système appelé “Hunter – Killer” qui aide le commandant à observer la vue panoramique à 360 degrés du champ de bataille sans avoir à changer de position pour éviter d'être exposé. Au combat, le commandant et le tireur partagent un viseur thermique, dans ce mode de tir, le char est capable de manipuler des cibles à une distance de 1 500 m.

Actuellement, l'armée italienne est la seule force au monde à posséder ce char au nombre de 200 unités. Au début des années 2000, une version améliorée était prévue pour le développement, appelée C2 Ariete.

En raison de restrictions budgétaires, le programme a ensuite été annulé. Cependant, les améliorations prévues ont été appliquées à C1 Ariete comme mentionné ci-dessus. Dans un futur proche, le C1 Ariete restera l'épine dorsale de l'armée italienne.

Merci de visiter Military-wiki.com. Je suis Dung Tran, la personne derrière tout ce contenu. Je sais que certains sites Web copient mes articles. Arrêtez ça, ou au moins respectez-moi en citant la source de Militaire-wiki.com. Merci.


La Pologne construira-t-elle un char de combat principal avec l'Italie et l'Espagne ? "Les décisions politiques sont la clé"

Les autorités italiennes ont proposé à la Pologne et à d'autres États, dont l'Espagne, de poursuivre conjointement un programme de char de combat de nouvelle génération. PGZ souligne son intérêt pour la création d'un nouveau char de combat principal, n'excluant pas un projet commun avec certains partenaires internationaux. Pour que le projet se réalise, des décisions politiques sont nécessaires.

L'Italie envisage le lancement d'un nouveau projet de développement de chars de combat principaux en collaboration avec les alliés de l'OTAN. La nouvelle plate-forme remplacerait les chars C1 Ariete. La Pologne fait partie des nations qui ont reçu la proposition. Le ministère italien de la Défense a contacté certains pays de l'UE, dont la Pologne, et a proposé une collaboration dans un projet relatif aux plates-formes terrestres. L'analyse de cette proposition est actuellement en cours au ministère polonais de la Défense, a informé le service de presse du Centre opérationnel du ministère polonais de la Défense.

La proposition de commencer l'effort visant au développement d'un MBT italo-polonais de nouvelle génération a été mentionnée l'année dernière par Marco Lupo, président de Leonardo Poland, lors d'une interview pour Leonardo Poland. Il nous a dit que la proposition de Leonardo supposait qu'un nouveau MBT serait développé conjointement, basé sur une technologie de pointe fournie par Leonardo et le groupe PGZ. Lupo a également noté que l'armée italienne a déjà exprimé son besoin d'introduire un remplacement du C-1 Ariete MBT. La nouvelle plate-forme serait considérée comme une réponse à cette exigence.

Chars de combat principaux italiens C1 Ariete. Crédit d'image : CPS. Nathanael Mercado/Armée américaine.

Actuellement, nous savons déjà que la proposition en tant que telle a été soumise au niveau gouvernemental. L'Espagne est un autre État envisagé dans le cadre de la collaboration italienne liée au char de combat. Defence24.pl a découvert que l'attaché militaire espagnol avait contacté la Pologne pour procéder à un examen préliminaire de la proposition italienne.

Répondant à nos questions sur le lancement éventuel d'un projet de char de combat de nouvelle génération impliquant l'Italie, le Groupe PGZ insiste encore sur le fait qu'il reste prêt à s'impliquer dans un programme visant à développer un nouveau char de combat dans le cadre d'une collaboration internationale. Pour définir la direction et la division du travail, la sélection des partenaires doit avoir lieu au niveau gouvernemental. PGZ est en pourparlers avec un certain nombre de partenaires potentiels différents dans ce domaine, néanmoins, la sélection de la direction n'est pas confiée à l'industrie – a déclaré le groupe PGZ.

Le groupe PGZ a soumis sa propre proposition au ministère de la Défense l'année dernière, dans le cadre de la création d'un MBT polonais, avec le plus large degré d'implication possible de la part de l'industrie polonaise, publique et privée. Nous avons réalisé une analyse du potentiel polonais et des domaines où nous pouvons être autonomes et ceux où le lancement de travaux de R&D est recommandé, ou encore ceux où il serait souhaitable de lancer une collaboration avec un partenaire étranger, a souligné le Groupe. PGZ a également ajouté que le projet lui-même est toujours uniquement un sujet d'analyse au ministère de la Défense. Ainsi, aucun détail, par exemple sur la division du travail, ne peut être divulgué.

PGZ note également, se référant à la coopération internationale possible, que l'échelle « est la clé dans les projets de ce niveau de convolution. Si non seulement les résultats des travaux doivent répondre aux exigences opérationnelles, mais qu'ils doivent également être économiquement viables et rentables, alors il est justifié d'adopter et d'accepter la participation d'au moins deux ou trois États. Cette tendance peut être observée dans un certain nombre de projets similaires menés dans le monde en ce moment. »

Le programme poursuivi par le ministère polonais de la Défense mentionné par PGZ est le projet Wilk MBT. Il est répertorié comme l'une des priorités du plan de modernisation technique du ministère de la Défense. Les nouveaux CCP sont nécessaires pour remplacer les plates-formes obsolètes T-72 et PT-91. Les modifications de celles-ci n'ont été qu'une solution pour combler les lacunes, car les plates-formes susmentionnées sont depuis devenues obsolètes, ne répondant pas aux exigences de l'espace de bataille contemporain.

Le programme Wilk qui est encore en phase d'analyse peut être considéré comme une opportunité industrielle majeure, car la Pologne aurait besoin de 500 MBT voire plus. Cette quantité sera nécessaire pour remplacer les plates-formes utilisant la technologie soviétique. L'implication de l'industrie de la défense polonaise, publique et privée, est d'une importance capitale à notre avis, par exemple, en raison de l'ampleur potentielle de la commande, et en raison de l'avancement technologique et du savoir-faire possibles, a souligné PGZ.

Il convient de rappeler que la Pologne, ainsi que l'Italie, souhaitaient faire partie du programme MBT de nouvelle génération du Main Ground Combat System (MGCS) poursuivi par l'Allemagne (leader) et la France. Jusqu'à présent, ces efforts n'ont pas eu de résultat tangible. C'est en août de l'année dernière, lors des entretiens entre Mariusz Błaszczak (chef du ministère polonais de la Défense) et Annegret Kramp-Karrenbauer (homologue allemand de Błaszczak) que Błaszczak proposait que ce programme soit accéléré et qu'il fasse également partie de la PESCO.

L'accélération est d'autant plus pertinente que le calendrier adopté par les Français et les Allemands suggère que le nouveau MBT devrait être livré à partir de 2035. La date semble adéquate pour les participants actuels du programme qui exploitent les plates-formes Leopard 2 et Leclerc modernisées ( qui sont encore en cours de mise à niveau). Cependant, pour la Pologne désireuse de remplacer ses T-72 et PT-91 obsolètes, ce ne serait pas optimal. Rejoindre le programme MGCS à des étapes ultérieures, avec des hypothèses plus détaillées (ce qui n'a pas été exclu par les Français et par les Allemands), pourrait également créer des conditions de participation moins optimales.

Pour ces raisons, la Pologne cherche des voies alternatives dans le programme Wilk. La proposition italienne est une autre offre du programme Wilk qui envisage un effort de coopération internationale. Hyundai Rotem a soumis une proposition pour développer conjointement le K2PL MBT, une nouvelle variante de la plate-forme K2 exploitée par l'armée sud-coréenne adoptée pour répondre aux exigences polonaises et utilisant des composants domestiques ou polonisés. L'offre est soutenue par le gouvernement coréen, également dans le cadre du financement. La proposition coréenne impliquerait une large coopération, dépassant également le secteur de la défense.

La décision sur la mise en œuvre du programme Wilk aurait un profil politique et stratégique. C'est donc une recommandation valable pour l'industrie polonaise d'être impliquée dans ce projet aussi profondément que possible. La concurrence entre les soumissionnaires ouvrira la voie à la sélection de la meilleure proposition et à la création d'un saut de génération pour les unités blindées polonaises ainsi que pour l'industrie, non seulement en ce qui concerne les installations traitant du développement de plates-formes blindées.


Développement

Au cours des premières années d'adoption, le char Ariete a montré quelques lacunes en ce qui concerne le groupe motopropulseur. Alors que le V12 d'origine FIAT-Iveco MTCA (Modular Turbo-Charged Aftercooler) de 1 250 ch était un couplage de deux des moteurs V6 utilisés par plusieurs véhicules de l'armée italienne tels que le chasseur de chars Centauro et le Dardo IFV, il produisait moins de puissance que le plus conceptions occidentales contemporaines avancées. Le moteur de l'Ariete devait tourner à un régime élevé pour bien fonctionner, réduisant ainsi le temps de fonctionnement entre les pannes.

De plus, pour conserver un bon rapport poids/puissance, le poids total du réservoir devait être inférieur à 60 tonnes. Le poids relativement léger de l'Ariete a contribué à réduire la consommation et a facilité le transport et la mobilité du MBT (en particulier sur les ponts). Ceci a été obtenu en partie au détriment de l'épaisseur du blindage qui, seulement partiellement compensée par la bonne forme balistique du véhicule, a fait douter de sa capacité à survivre dans les environnements les plus difficiles.


La protection italienne C1 Ariete

Il utilise également des blindages composites (pas Chobham), qui s'avèrent être des systèmes de blindage supérieurs. Le récepteur d'avertissement laser RALM fabriqué par BAE Systems Italia est monté à l'avant du réservoir. Le système donne au réservoir une détection à 360 ° de l'ATM guidé par laser et de l'avertissement. Il porte les lance-grenades fumigènes standard (x4 de chaque côté) sur la tourelle. Il dispose également d'un système NBC standard fabriqué par Sekur SpA.


Ariete

L'Ariete (RAM) char de combat principal (également appelé C-1) a été développé par OTO Melara et FIAT. Il est nommé en l'honneur de la division blindée italienne Ariete, qui a combattu pendant la Seconde Guerre mondiale. Ce char de combat principal était destiné à remplacer la flotte vieillissante de M60A1 en service dans l'armée italienne. Le premier prototype du C-1 Ariete a été révélé en 1986 et six véhicules de pré-production ont été construits en 1989. Il est entré en service dans l'armée italienne en 1995. L'Italie exploite 200 chars de ce type.

Ce char de combat principal est protégé par un blindage composite, similaire au Chobham britannique. Des kits d'armure supplémentaires peuvent être installés si nécessaire.

Ariete est armé d'un canon à âme lisse de 120 mm, développé par Oto Melara. Il tire une gamme complète de munitions standard de l'OTAN. Ce pistolet est chargé manuellement. Seulement 15 cartouches sont transportées dans l'agitation de la tourelle et sont prêtes à l'emploi, tandis que le reste des munitions est stocké à l'avant de la coque.

Le système de conduite de tir Galileo du véhicule partage de nombreux composants avec le système de conduite de tir, installé sur le chasseur de chars à roues Centauro de 105 mm.

L'armement secondaire se compose de deux mitrailleuses de 7,62 mm. L'un d'eux est monté coaxialement avec le canon principal, tandis que l'autre est placé sur le toit.

L'Ariete est propulsé par un moteur diesel multicarburant IVECO V-12 MTCA turbocompressé, développant 1 300 chevaux. La société IVECO a également fourni d'autres composants automobiles pour ce réservoir. Les chenilles et certains composants du châssis de l'Ariete sont similaires au char allemand Leopard 2 MBT.

L'Ariete Mk.2 a été dévoilé en 2005. Il est doté d'un blindage modulaire, d'un canon à âme lisse de 120 mm équipé d'un chargeur automatique, d'une suspension hydropneumatique, d'un moteur de 1 500 ch et d'un système de conduite de tir plus avancé.