Cher vieux Blighty (et les garçons là-bas)

Cher vieux Blighty (et les garçons là-bas)



We are searching data for your request:

Forums and discussions:
Manuals and reference books:
Data from registers:
Wait the end of the search in all databases.
Upon completion, a link will appear to access the found materials.

Cher vieux Blighty (et les garçons là-bas) Première page et texte

Ce poème a été trouvé dans les papiers de Laurence A. F. Smith du No.215 Squadron, et reflète la frustration ressentie par beaucoup dans "l'armée oubliée" de Birmanie, même si dans ce cas l'auteur était dans l'Air Force oubliée. (Allez à la page deux)

Cher vieux Blighty (et les garçons là-bas)

Quand tu transpires dans la jungle et tourmenté par les mouches
Et tu penses que la vie devient plutôt dure,
Pensez juste à Blighty, où se trouvent vraiment les difficultés
Pour les garçons là-bas en Angleterre, c'est dur

Quand tu as une demi-bouteille d'eau pour te tenir toute la journée
Et décider ? d'avoir un « infusion » et non un lavage.
Pourquoi pour certains pauvres gars de Blighty, le pub est à un kilomètre et demi
Et ils doivent se contenter de courge citronnée.

Quand tu n'as pas lu de journal depuis plus de deux longs mois
Et le courrier de Noël vient de vous parvenir en mai
Ces garçons solitaires dans Blighty sont vraiment dans le froid
Avec des maisons à une cinquantaine de kilomètres.

Quand tu as eu six mois de Bengale et que deux jours de congé
Et tu ne vois jamais une femme ou un pub,
Repensez à Blighty et à la façon dont les garçons doivent faire leur deuil
Quand ils n'obtiennent que des week-ends alternatifs gratuits

Alors pourquoi devrions-nous être égoïstes et avoir un cœur fort,
Tandis que d'autres sacrifient une vie facile
Non! Ramène-nous juste à Blighty, là-bas faisons de notre mieux
Nous ne pouvons pas nous plaindre - procurez-vous simplement les billets s'il vous plaît !


Signification des paroles de The Smiths & 8217 "The Queen Is Dead"

Les questions entourant la légitimité de la monarchie britannique pourraient ne jamais disparaître. C'est une institution qui a commencé au Xe siècle, une époque où personne ne nierait que le monde était très différent de ce qu'il est aujourd'hui. Et au moment de la rédaction de cet article au début de 2021, il semble de plus en plus courant de voir des articles en ligne où la famille royale est considérée comme trop chère, inutile ou autre.

Mais encore une fois, de tels sentiments ne sont pas particulièrement nouveaux. Par exemple, cette chanson (“The Queen Is Dead”) dont nous parlons aujourd'hui est sortie en 1986. De plus, son chanteur et co-auteur, Morrissey, peut être considéré comme un artiste de liste à travers l'étang. Cependant, cela ne l'a pas empêché de s'imposer comme quelqu'un qui a régulièrement critiqué la famille royale au fil des ans. Et toutes ces tirades remontent probablement à cette chanson, “The Queen Is Dead”.

Paroles de “The Queen Is Dead”

Le morceau commence par un extrait d'un autre morceau beaucoup plus ancien, « Take Me Back to Dear Old Blighty ». Cette chanson remonte en fait à la Première Guerre mondiale. Elle était alors extrêmement populaire. Même aujourd'hui, c'est toujours le cas. En fait, il est représentatif des soldats britanniques à l'étranger souffrant du mal du pays.

L'implication serait donc que cette référence est destinée à illustrer l'amour des Smiths pour leur patrie, le Royaume-Uni. Donc, dès le départ, nous voyons que ce sont des patriotes, si vous voulez.

Mais ce sentiment est réservé spécifiquement à la nation, et non à la famille royale qui les représente. Par exemple suivant, Vieux Flétri The Smiths propose une autre intro, cette fois composée d'une seule phrase, "je ne les bénis pas”. Cela peut être interprété comme le fait qu'il bénisse sa patrie, mais pas les membres de la famille royale eux-mêmes, comme indiqué ci-dessus.

Ou même plus précisément, compte tenu du titre de la chanson et de tout cela, il s'agit probablement d'une référence détournée au célèbre hymne national britannique de facto intitulé "God Save the Queen" qui, comme son titre l'indique, sert de bénédiction. de la famille royale. Mais réciter une telle chose n'est pas une pratique dans laquelle les Smith s'engagent étant donné qu'ils ne ressentent pas cela à propos des monarques.

En fait, ils font savoir explicitement qu'ils « ne les bénissent pas », c'est-à-dire la monarchie, donnant ainsi le ton pour le reste de la chanson à suivre.

Verset 1

Ainsi, par exemple, nous avons la reine d'Angleterre référencée au début du premier verset. Mais au lieu d'être appelée " Son Altesse Royale ", c'est-à-dire une exaltation populaire d'une femme royale, Morrissey qualifie plutôt Elizabeth II "sa très bassesse”.

De plus, on peut soutenir qu'il la dépeint avec "sa tête en écharpe» et d'autres allusions au fait que Sa Majesté est essentiellement piégée, jugée et exécutée. Et il n'encourage en fait personne à prendre une telle mesure. C'est plutôt comme s'il fantasmait sur un événement, qui dans son esprit "ça sonne comme une chose merveilleuse”.

Parallèlement, il mentionne également «un sanglier ourlé entre les archers'. Cela peut être une autre référence à la reine, comme présenté ci-dessus. Mais certains l'ont également interprété comme faisant référence au chanteur lui-même, ainsi qu'à ses semblables, c'est-à-dire les opprimés de la société britannique.

En fait, ces individus sont en quelque sorte des sous-personnages tout au long de la chanson, comme lorsque, dans le cinquième couplet, le chanteur note que lui et d'autres profanes sont "si seul”.

En effet, ce morceau se veut en quelque sorte le reflet des cols bleus, hardcore, outsider de la monarchie. C'est-à-dire que le narrateur ne se présente pas comme une star de la musique ou quelque chose comme ça. C'est plutôt quelqu'un qui est en phase avec ce qui se passe dans le quartier parce qu'il est en fait du quartier.

Le prince Charles raillé

Le vers se termine avec le chanteur qui se concentre ensuite sur le prince Charles. Il est le fils aîné de la reine Elizabeth et de feu le prince Philip (1921-2021). Et ce que cela signifie, en termes simples, c'est que si la reine décédait, il lui succéderait, devenant lui-même le roi d'Angleterre.

Ainsi, il peut être considéré non seulement comme le deuxième monarque le plus puissant, mais aussi le deuxième monarque le plus populaire, après Elizabeth II elle-même. Ou autrement dit, toute dissension contre la famille royale doit également inclure des coups contre Charles. Et fondamentalement, il semble que Morrissey se réfère à lui comme une sorte de garçon à maman ou comme étant efféminé. Ou c'est une façon d'interpréter ce qu'il avance.

Selon des sources, Morrissey se demande plutôt si Charles fantasme de prendre lui-même le trône. Donc, de manière concluante, nous pouvons dire que les deux notions ci-dessus sont vraies. Il se moque de Charles, lui demandant s'il désire la place de sa mère. Mais en même temps, il fait allusion au fait qu'il est une sorte de travesti, si vous voulez.

C'est donc comme s'il profitait de l'occasion pour poser une question légitime pour critiquer également le prince Charles, en gardant le thème général de ne pas se sentir trop bien pour la famille royale.

Verset 2

Cette idée est étayée, de manière détournée, au cours de la première moitié du deuxième vers. Morrissey plaisante en disant qu'il descend en fait de "une vieille reine ou autre" lui-même. Cependant, en découvrant un tel, il "a été choqué de honte”. Ou en d'autres termes, une telle lignée n'est pas quelque chose dont il est fier.

Ou encore déclaré alternativement, étant donné que cette affirmation est probablement fictive, ce qu'il dit, c'est que s'il était un royal, ce n'est pas quelque chose dont il serait fier mais qu'il aurait plutôt honte.

De plus, il se moque des gens qui ont tendance à prendre les lignées royales si au sérieux en prétendant qu'il est le "18 ème descendant pâle" de ladite reine. En fait, il existe un système assez complexe pour déterminer la ligne de succession au trône britannique. Et nous pouvons peut-être aller plus loin pour dire que les Smiths jugent non seulement n'aiment pas les membres de la famille royale, mais considèrent également l'obsession du public comme étant enfantine.

Ensuite, Morrissey semble porter l'argument à l'endroit où tout ce post a commencé, en notant à quel point «le monde a changé». Ensuite, il fait référence à "un dur de neuf ans qui vend de la drogue”. La façon dont certains discutent est comme si Morrissey notait simplement une trajectoire négative du monde en général, comme les musiciens ont tendance à le faire parfois. Mais en combinant les deux observations susmentionnées, nous pouvons également postuler que l'artiste dit que la famille royale est un anachronisme, comme en témoigne son incapacité à faire face aux problèmes modernes tels que les petits garçons non seulement contraints mais également trafiquants de drogue.

Verset 3

Le troisième couplet commence avec Morrissey mettant en avant une histoire fictive de lui-même pénétrant dans le palais de Buckingham et ayant un échange direct avec la reine. Apparemment, cette partie de la chanson a été encouragée par les exploits d'un certain Michael Fagan. Michael était un mec ordinaire qui s'est en fait infiltré dans le palais. Il a même fait tout le chemin jusqu'à la chambre de la reine, armée, où elle dormait à l'époque, avant d'être détecté.

Donc, dans cet esprit, il semblerait qu'il dénonce la sécurité royale, probablement comme un microcosme du manque de compétence du système royal lui-même.

Puis en interagissant avec la reine, elle dit à Morrissey qu'il "ne peut pas chanter". Et il contredit avec moquerie cette dissension en déclarant que son incapacité à chanter n'est rien comparée à sa capacité à jouer du piano. Autrement dit, il ne se soucie pas vraiment de ce que la reine pense de lui. Et il est évident que Morrissey est conscient qu'il n'est pas non plus perçu favorablement à cette extrémité du spectre politique.

Et comme vous l'avez probablement déjà constaté, cette chanson est de nature très métaphorique. C'est un exercice d'interprétation continue de la part de l'auditeur, car rien n'est dit directement.

Ainsi, avec la seconde moitié du verset, nous émettrons l'hypothèse que Morrissey dit quelque chose comme si les gens sont si émotionnellement attachés à la monarchie britannique que de sérieuses questions ne sont jamais soulevées concernant leur légitimité. Il utilise l'allégorie de l'être "attaché au tablier de ta mère” pour faire passer ce point. Et bien sûr, étant donné ce qui a été avancé dans le premier verset, cette déclaration peut également être interprétée comme un autre coup contre le prince Charles.

Verset 4

Et la tirade allégorique se poursuit dans le quatrième couplet. Dans cette strophe, le chanteur semble maintenant dire quelque chose, de manière plus concluante, comme si la famille royale était superficielle. Ils sont plus préoccupés par, disons, à quoi ils ressemblent en public que par les problèmes graves du jour »,comme l'amour et la loi et la pauvreté”.

Verset 5 (“La reine est morte”)

Donc, tout ce qui précède nous conduit finalement au cinquième et dernier verset. C'est la dernière occasion pour The Smiths d'expliquer de manière concise ce que signifie le titre de cette chanson.

Jusqu'à présent, nous avons traité de nombreuses métaphores, mais aucune d'entre elles n'illustre exactement ce que l'expression « la reine est morte » est censée signifier. Après plus de trois décennies après la sortie de cette chanson, alors que la reine Elizabeth II a presque 100 ans, elle est toujours bien vivante au sens littéral du terme. Il est donc évident que le titre n'est pas destiné à être pris simplement tel qu'il est présenté.

Mais comme vous l'avez peut-être déjà compris, le sentiment de la thèse est en effet lié à toute cette idée selon laquelle les Royals ne sont pas pertinents. Les Smiths remarquent de nombreux problèmes avec la société britannique contemporaine. Par exemple, ce même cinquième verset introduit deux institutions dans l'équation, « le pub » et « l'église », qui jusqu'à présent n'étaient pas mentionnées.

Et le premier est dépeint comme un lieu préjudiciable à son bien-être physique, tandis que le second à votre bien-être financier. Et tout d'abord, ces deux institutions apparaissent comme omniprésentes dans la société britannique, une institution que les gens ordinaires passent normalement simplement en vaquant à leurs affaires.

De plus, ils sont tous deux, à leur manière respective, négatifs. Pendant ce temps, la reine elle-même n'est pas disposée ou peut-être même impuissante à défendre son peuple contre l'un ou l'autre. De plus, pour revenir au verset précédent, Morrissey a l'impression que les Royals ne se soucient pas vraiment des problèmes communs de toute façon.

Ce que signifie vraiment « La reine est morte »

Donc "la reine est morte" ne veut pas dire qu'elle est physiquement dans sa tombe ou quelque chose comme ça. La « reine » titulaire n'est pas non plus une référence directe à Elizabeth II. La reine est plutôt, comme prévu, une personnification de la monarchie. Et ce que les Smiths soutiennent, c'est que l'ensemble de l'institution est terriblement obsolète et inefficace même en ce qui concerne le monde moderne, dirons-nous plus troublé.

Ou disons que s'ils étaient efficaces, la société britannique ne serait pas si troublée en premier lieu. Et oui, "mort" peut être un mot fort à utiliser pour faire passer ce point. Mais une formulation aussi puissante résume également le véritable mépris du chanteur pour le système royal - son désir qu'ils se désintègrent en fait, pour ainsi dire.

Dans l'ensemble…

En effet, le feeling de cette chanson est plus important pour relayer sa thèse que les paroles elles-mêmes. Certaines paroles sont si douloureusement allégoriques qu'il ne peut y avoir de consensus sur ce qu'elles signifient toutes définitivement. Mais en dessous de tout ce que nous savons, c'est ceci.

Les Smith n'aiment pas du tout la monarchie britannique. Et tandis que Morrissey et co. peuvent percevoir la reine comme étant égocentrique et le prince moins que viril, en fin de compte, leur disposition ne concerne pas vraiment les personnages impliqués.

Oui, la nature personnelle des membres de la famille royale n'aide en rien. Mais le point ultime présenté, une fois de plus, est que la société britannique elle-même est maintenant à un point où la famille royale n'est plus nécessaire. En d'autres termes, cette réalité n'est pas seulement due à l'impuissance de la royauté en tant que dirigeants mais aussi à l'évolution historique du pays lui-même.

Résumé de “La reine est morte”

Lyriquement, la chanson attaque sévèrement la reine Elizabeth II et toute la famille royale britannique. Dans une interview de 1986 que Morrissey a eue avec NME, il a fait la lumière sur la chanson. Selon lui, au départ, il ne voulait pas attaquer la monarchie britannique de la manière agressive qu'il l'a fait. Cependant, il a été forcé de le faire tout de même. Et pourquoi? Simplement à cause de la tristesse de la vie avec la présence de la monarchie en Angleterre.

Il a ajouté que l'idée que la famille royale soit une institution importante était comme une "blague hideuse".

Loin de la famille royale, les paroles de la chanson attaquent également brièvement les pubs et les églises en Angleterre. Morrissey se réfère aux pubs comme des entités qui détruisent et sapent votre corps. Quant à l'église, il la désigne comme une entité dont la mission première est de récupérer votre argent.

Écriture de crédits pour “The Queen Is Dead”

Ce morceau a été produit et co-écrit par le leader des Smiths, Morrissey, aux côtés de son compagnon de groupe, le multi-instrumentiste Johnny Marr. Et les deux autres écrivains crédités sont A. J. Mills (1872-1919) et Fred Godfrey (1880-1953). Bien sûr, étant donné qu'ils sont tous les deux morts depuis longtemps, ils n'ont jamais réellement collaboré directement avec The Smiths. Ce sont plutôt eux qui ont écrit ce qui précède “Take Me Back to Dear Old Blighty”. La chanson en question a été initialement publiée en 1916.

Date de sortie de « La reine est morte »

Cette chanson est la chanson titre du troisième album des Smiths. Il est sorti dans le cadre de son album en juin 1986. Les Smiths ne l'ont pas sorti en single.

Les Smiths étaient un groupe de Manchester qui n'a duré que quelques années, de 1982 à 1987. Mais au cours de cette période, ils ont réussi à sortir quatre albums studio. L'un de ces albums a dominé le UK Singles Chart. Les trois autres ont culminé au numéro deux.

“The Queen Is Dead” fait partie des albums qui ont atteint la deuxième place. Ce fut un énorme succès en Angleterre. Il a obtenu le statut de platine au Royaume-Uni et le statut d'or aux États-Unis. En outre, il est également devenu en quelque sorte l'or au Brésil. Mais même au-delà de son classement et de ses certifications, il est considéré comme un véritable classique. Cet album légendaire a produit trois singles puissants, à savoir :

The Smiths est le groupe qui a mis Morrissey et Johnny Marr sur la carte. Les deux hommes sont devenus eux-mêmes des légendes de la musique. Et les deux autres membres principaux de l'équipe étaient le batteur Mike Joyce et le bassiste Andy Rourke.

Plus de faits intéressants !

Il y a un bref extrait sonore au début de la chanson. Sur l'extrait sonore, vous pouvez clairement entendre une femme chanter la célèbre chanson de music-hall “Take Me Back to Dear Old Blighty”. C'était une chanson qui était très populaire pendant la Première Guerre mondiale.

L'extrait sonore est tiré du film dramatique britannique de 1962 The L-Shaped Room avec Tom Bell et Leslie Caron. La femme qui chante "Take Me To Old Blighty" est la regrettée actrice et chanteuse britannique d'origine australienne Cicely Courtneidge.

Le thème de "The Queen is Dead" en fait l'une des chansons les plus controversées jamais écrites dans toute l'histoire de la musique britannique.

Parler à NME, Johnny Marr a dit de la chanson comme une chanson dont le son a été façonné par les œuvres des groupes de rock américains The Stooges et The Velvet Underground. Selon Marr, il voulait créer un son qui avait en lui l'agressivité des œuvres des groupes de garage de Detroit.

Ce classique des Smiths est dépourvu de refrain.

Morrissey a-t-il vraiment raison de dire que la famille royale britannique n'est pas pertinente ?

Le peuple britannique (le Royaume-Uni donc l'Angleterre, l'Écosse, le Pays de Galles et l'Irlande du Nord) pratique un système de gouvernance que l'on appelle la monarchie constitutionnelle. Il s'agit d'un système de gouvernement où le monarque est le chef de l'État et un premier ministre est le chef du gouvernement. Ainsi, la monarchie ou le souverain gouverne le royaume par l'intermédiaire du parlement.

Au moment d'écrire ces lignes, la reine Elizabeth II est le monarque du Royaume-Uni (Royaume-Uni) et le chef de la famille royale britannique. La position du monarque est réglementée par la filiation et les lois et statuts parlementaires. Ainsi, l'ordre de succession est fixé pour les membres de la famille royale dans l'ordre dans lequel ils se tiennent en ligne avec le trône. Le Parlement a des lois qui garantissent que tous les membres de la famille royale jouent un rôle pour aider les devoirs du Royaume.

Devoirs de la famille royale britannique

La famille royale britannique a plus d'un millier de fonctions officielles qu'elle doit remplir chaque année. Ces fonctions comprennent l'exécution des responsabilités officielles de l'État et les suivantes :

  • Réunions du Commonwealth
  • enterrements d'état
  • cérémonies nationales de remise des prix
  • rencontres avec des présidents d'autres pays

Lorsque des événements et des réunions nationaux ont lieu au Royaume-Uni (Royaume-Uni), la famille royale doit aider la reine à faire en sorte que l'invité se sente le bienvenu. Certains membres de la famille royale sont autorisés par la loi à représenter le monarque (reine) et la nation lors de ces événements et réunions officiels lorsque la reine est indisposée.

Voici les proches de la Reine :

  • ses enfants et leurs conjoints
  • petits-enfants et leurs conjoints
  • les cousins ​​de la reine

L'exposition et la compréhension de divers sujets de la vie tels que la culture (vie nationale et locale), l'éducation, la santé, la sécurité, les sports, l'histoire et le divertissement que les membres de la famille royale britannique gagnent en assistant à ces réunions officielles sont inégalées. Ils rencontrent également de nombreuses personnalités importantes du monde.

Les membres de la famille royale discutent du contenu de ces réunions avec le parlement et partagent leurs points de vue sur la façon dont le royaume peut se développer au mieux avec les connaissances qu'ils tirent de ces réunions. Cela renforce considérablement l'unité nationale au Royaume-Uni.

Encore plus de devoirs

Ils jouent également un rôle important dans la gestion de la sécurité nationale. Ils le font en reconnaissant et en soutenant toutes les agences de sécurité et l'armée au Royaume-Uni. La famille royale effectue également chaque année des visites officielles dans les camps des forces armées britanniques qui servent dans le pays et à l'étranger.

De nombreuses organisations publiques et à but non lucratif au Royaume-Uni et dans le monde reçoivent le soutien de la famille royale. Plus de quatre mille organisations à travers le monde ont pour président un membre de la famille royale britannique. Ces organisations comprennent les suivantes :

  • académies sportives
  • centres de recherche en santé
  • orphelinats
  • équipes de bourses d'études

La famille royale travaille avec ces organisations et bien d'autres pour aider à améliorer la vie d'innombrables personnes dans le monde. Ces organisations reçoivent beaucoup de financement et de ressources de la famille pour les soutenir dans la réalisation de leurs projets et programmes.

Alors que les rôles de la famille royale britannique ont évolué au fil du temps, leur pertinence n'a jamais été remise en question. Il est sûr de dire que la famille royale restera pertinente pour la Grande-Bretagne et le monde dans son ensemble pendant très longtemps. En outre, tant que le Royaume-Uni pratique le système de constitution de monarque de gouvernance, la famille royale resterait pertinente.


Les faits saillants incluent un exercice d'entraînement de « guerre d'imitation » dans le parc Moore de Sydney (avec des enfants courant sur le champ de bataille d'entraînement) 8216 profondément découpé dans le calendrier du temps’.

Un soldat de retour dans un hôpital d'Anzac. Photo publiée avec l'aimable autorisation des Archives nationales du film et du son d'Australie

Sont également présentées des images d'Édouard VIII, alors prince de Galles, décorant des soldats australiens en France, ainsi qu'un match de football australien joué par des troupes à Londres, en 1916. Des chansons populaires de l'époque, telles que Qu'avez-vous fait sur le Grand La guerre, papa ? et Take me back to cher vieux Blighty ont également été publiés.

Le contenu est disponible sur Sights and Sounds of World War One (http://anzacsightsound.org), un site Web développé en partenariat entre Nga Taonga Sound & Vision (NTSV) en Nouvelle-Zélande. Le site commémore le centenaire de la Première Guerre mondiale en présentant du matériel audiovisuel détenu par les deux archives. Il a été lancé en 2015 et des mises à jour de nouveaux contenus auront lieu tout au long de la période du centenaire jusqu'en 2019.

Le nouveau contenu complète des centaines de clips vidéo/audio et d'images fixes précédemment disponibles sur Sights and Sounds, documentant les efforts de recrutement et de collecte de fonds, la campagne de conscription et le voyage des troupes australiennes - de l'embarquement à l'entraînement et aux campagnes en Égypte, en France, et d'autres emplacements.

“Avec l'aide de la Croix-Rouge.” Photo publiée avec l'aimable autorisation des Archives nationales du film et du son d'Australie “Journée de la sculpture”. Photo publiée avec l'aimable autorisation des Archives nationales du film et du son d'Australie


Cher vieux Blighty (et les garçons là-bas) - Histoire

1 décembre 2014
Un hommage à tous ceux qui sont morts et ont souffert des suites de la Première Guerre mondiale.

Il s'agit du douzième et dernier d'une série d'articles présentant des modèles de Carlton China relatifs au terrible conflit qui a commencé il y a 100 ans.


Affiche américaine de 1917 montrant un soldat déballant
un disque de phonographe sous le regard d'un autre.
Recrutement à Trafalgar Square à Londres.

Comme le montrent les images ici, la musique était utilisée pour aider au recrutement et était importante pour les soldats.

On se souvient aujourd'hui d'un nombre surprenant de chansons de la Première Guerre mondiale, telles que Gardez les feux de la maison allumés, composé par Ivor Novello en 1914, Emballez vos problèmes dans votre vieux kit-sac et Ramène-moi à mon cher vieux Blighty, chansons de music-hall publiées respectivement en 1915 et 1916.


Bamforth & Co. Carte postale de la série Song de WW1.

Keep the Home Fires Burning Wiltshaw & Robinson, les créateurs de Carlton China, ont repris les paroles de ces chansons populaires et ont conçu des modèles qui leur conviennent. Le premier était un modèle de cuisinière avec une grille enflammée. Enregistré en 1917, il était imprimé avec deux lignes des paroles de Gardez les feux de la maison allumés.

La carte postale de la Première Guerre mondiale à droite montre le refrain sous une image sentimentale d'amoureux séparés.

Pour entendre le refrain de cette chanson enregistrée en 1915 par Reed Miller et Frederick Wheeler, utilisez la barre de contrôle ci-dessous.
Un extrait sonore de cette chanson est disponible mais votre navigateur ne prend pas en charge l'audio.


Modèle Carlton China d'une cuisinière.
Enregistré en 1917.

Après la guerre, une théière a été ajoutée à la gamme et les mots ont changé en

Nous avons gardé les foyers allumés
Jusqu'à ce que les garçons rentrent à la maison.


La gauche - Modèle Carlton China modifié d'une cuisinière à vendre après la fin de la guerre.
Droit - Une cuisinière typique en fonte c1900.

Est ou ouest, la maison est la meilleure
La bouilloire sur le feu chante,
La vieille horloge tourne
Et la théière est sur la plaque de cuisson
Bien sûr, c'est un bon Old Home Sweet Home.

Au début du vingtième siècle, on pouvait dire que le coin du feu était la partie la plus importante de chaque maison. Cela pourrait expliquer pourquoi une autre gamme de cuisine Carlton China a été fabriquée, cette fois avec un chaudron au-dessus du feu et un chat assis sur le foyer. Plus communément ce modèle se trouve imprimé avec les mots écossais Au coin du feu de l'Ain, son introduction peut donc être antérieure à la guerre. Cependant, on le trouve parfois imprimé Est ou ouest, Home Sweet Home est le meilleur, une possible adaptation de la Première Guerre mondiale. Des photos de ceux-ci sont présentées ci-dessous.

Bien que les paroles et l'air de La douceur du foyer datent des années 1820, leur sentiment convenait à l'époque de la guerre.
Les mots de la chanson sont imprimés sur la carte de chanson, illustrée ci-dessous. En utilisant les commandes ici, vous pouvez chanter avec Alma Gluck qui a enregistré la chanson en 1912.


En haut à gauche - Modèle Carlton China d'une cuisinière avec étagère, bouilloire et théière.
En bas à gauche - Modèle Carlton China d'une cuisinière avec étagère et chaudron, le plus souvent inscrit Au coin du feu de l'Ain et pas Est ou ouest, Home Sweet Home est le meilleur comme ici.
Droit - Une carte postale de Bamforth WW1 "Home Sweet Home".


Blighty L'un des modèles les plus curieux de tous les modèles Carlton China relatifs à la guerre est une "carte" autonome de "Blighty".

Blighty est un terme d'argot anglais britannique pour la Grande-Bretagne ou souvent spécifiquement l'Angleterre. Il a été utilisé pour la première fois pendant la guerre des Boers, mais ce n'est qu'au cours de la Première Guerre mondiale que le mot est devenu bien connu. Il a également été utilisé pour le nom d'un magazine humoristique pour les troupes de la Première Guerre mondiale.

Le terme a été particulièrement utilisé par les poètes de la Première Guerre mondiale tels que Wilfred Owen et Siegfried Sassoon. Pendant la guerre, une blessure Blighty - une blessure suffisamment grave pour nécessiter une récupération loin des tranchées, mais pas assez grave pour tuer ou mutiler la victime - était espérée par beaucoup, et parfois auto-infligée.

Ramène-moi à mon cher Old Blighty Le nom a également été popularisé par une chanson intitulée Ramène-moi à mon cher vieux Blighty, publié en 1916. Le chœur est imprimé sur le modèle en porcelaine.

Une touche intéressante sur le modèle est qu'il montre les emplacements approximatifs de Londres, Birmingham, Leeds et Manchester, tous mentionnés dans le refrain. Chantez en utilisant les paroles de la carte de chansons de Bamforth à droite.
Un extrait sonore de cette chanson est disponible mais votre navigateur ne prend pas en charge l'audio.


En haut à gauche - Modèle Carlton China de "Blighty".
En bas à gauche - Titre de la partition de Mills, Godfrey & Scott c.1916.
Droit - Une carte postale WW1 d'un soldat regardant Blighty par Frederick Spurgin.

En 1915, cette chanson populaire a remporté un concours de guerre pour une chanson de marche.

Les compositeurs étaient les frères George et Felix Powell, stars du music-hall, qui avaient auparavant abandonné la chanson en l'appelant "piffle", mais l'ont re-marqué pour participer au concours.

Un modèle de sac à main a été fabriqué à Carlton en Chine et imprimé avec les première et dernière lignes du refrain, bien que « pack » ait été remplacé par « put ». Le refrain de la chanson était : -

Emballez vos ennuis dans votre vieux kit-sac,
Et sourire, sourire, sourire,
Pendant que tu as un Lucifer pour allumer ta clope,
Souriez, les garçons, c'est le style.
A quoi bon s'inquiéter ?
Cela n'a jamais valu la peine, alors
Emballez vos ennuis dans votre vieux kit-sac,
Et souriez, souriez, souriez.


Le « Lucifer » dans les paroles était une marque de match avec laquelle les soldats auraient été très familiers.

Felix Powell était hanté par la façon dont son air accompagnait les hommes jusqu'à la mort.


En haut à gauche - Modèle Carlton China d'un sac en kit, imprimé avec des mots de la chanson.
En bas à gauche - Titre de la partition de George Asaf & Felix Powell c.1915.
Droit - Une carte postale comique de la Première Guerre mondiale d'un soldat avec sa trousse par Douglas Tempest c.1916.


Affiche de la Légion britannique rappelant aux gens de porter
un 'Flanders Poppy' le jour du Souvenir 1923.
Par Maurice Kirth.

Ceci conclut notre article sur les modèles Carlton China inspirés de la musique populaire de la Première Guerre mondiale et bien cette série d'articles.

Merci à The Internet Archive pour la fourniture des extraits sonores utilisés sur cette page.

Autres articles de cette série sur Carlton Chine
modèles relatifs à la Première Guerre mondiale


Notes de version : La langue de la Première Guerre mondiale

En 1914, l'engagement militaire outre-mer avait depuis longtemps laissé sa marque sur la langue anglaise. Nous pouvons remonter à l'époque élisabéthaine, par exemple, à l'engagement profond de l'Angleterre dans la guerre de quatre-vingts ans aux Pays-Bas et trouver des emprunts entrant en anglais à la fois de l'espagnol, la langue de l'ennemi, et du néerlandais, la langue de l'allié sur lequel territoire où s'est déroulé le conflit. De l'espagnol, nous obtenons tercio (une formation d'infanterie que l'on pourrait décrire comme le char de l'époque), Majeur, et reformé (un terme qui est devenu courant pendant la guerre civile anglaise). Du néerlandais il y a pirate, rôder, assiégeant (à l'origine avec le sens littéral « assiéger »), et Moff. Dans ce contexte, il n'est pas surprenant de trouver le français, langue de l'allié sur le territoire duquel le conflit s'est déroulé, et l'allemand, langue de l'ennemi, ayant une influence similaire sur l'anglais pendant la Première Guerre mondiale.

L'allemand était à l'origine d'un ensemble de prêts tout à fait différent, principalement des mots faisant référence à des armes et des véhicules allemands, tels que minenwerfer (et le diminutif Minnie) et U-bateau. Mais peut-être l'emprunt allemand le plus important de la Première Guerre mondiale - celui qui a survécu à la guerre, a été entièrement naturalisé en anglais et n'est plus perçu comme nettement allemand - est mitrailler.

Gott mitrailler l'Angleterre! (« Que Dieu punisse l'Angleterre ! ») était un slogan allemand de la Première Guerre mondiale, largement utilisé dans la propagande. À l'été 1915, l'expression était en train d'être adaptée par les Britanniques (« Gott strafe chocolate », aurait dit un officier) et mitrailler rapidement entré dans le lexique anglais à la fois comme nom et comme verbe, et dans les dérivés strass et mitraillage. Pour commencer, il était utilisé pour désigner divers types de punitions ou d'attaques sévères : les soldats pouvaient mitrailler (empoisonner, essayer de tuer) les mouches, par exemple, ou être mitraillés (réprimandés) par leurs supérieurs. Il fut bientôt utilisé spécifiquement pour désigner un bombardement ou une attaque à l'arme : un correspondant de guerre écrivit en 1915 qu'il s'était réveillé au « bruit d'une fusillade —... le « coup de feu du matin », comme on l'appelait ». – et la diminution – d'un terme menaçant était un trait commun du langage des troupes.

En 1917, mitrailler s'était encore réduit au sens qu'il a le plus couramment aujourd'hui : comme l'explique un magazine, les pilotes « allaient au « Mitraillage d'Archie », c'est-à-dire en volant à basse altitude au-dessus des canons anti-aériens et en les attaquant avec des tirs de mitrailleuses. » Seconde Guerre mondiale, c'était le sens principal de mitrailler En effet, mitrailler est l'un des nombreux termes relatifs à la guerre aérienne - d'autres incluent raid aérien et bombardement stratégique – qui ont été utilisés pour la première fois pendant la Première Guerre mondiale, mais sont devenus beaucoup plus largement utilisés et plus étroitement associés à la Seconde Guerre mondiale. Ce sens de mitrailler est maintenant si prédominant que toute utilisation du sens général d'origine « attaque » ou « réprimande » (par exemple « Everton… mitrailler le gardien de Chelsea Carlo Cudicini sous tous les angles en seconde mi-temps » ou « Greg est la cible d'un mitraillage verbal de sa petite amie furieuse») sont susceptibles d'être considérées comme des extensions figuratives du sens de la mitraillette.

La mesure dans laquelle mitrailler a été naturalisé en anglais peut être vu dans sa prononciation. Il se prononçait à l'origine avec la voyelle une sonnait (approximativement) comme en allemand, de sorte que mitrailler rhymed with ‘laugh’ this is evidenced by the occasional spelling straff. Maintenant strafe is more usually pronounced to rhyme with other -afe words in English, such as en sécurité et chafe.

These German loans are very similar in nature to the earlier Dutch and Spanish ones they tend to be about the conflict itself, the strategies and technologies by which it was conducted. By contrast, the influence of French was more idiosyncratic, and perhaps more revealing about the culture of the soldiers who used it. Many of the French words used by soldiers at the front were informal phrases that were garbled or mispronounced forms of common French expressions. For the British Tommy many things were doubtless no bonhe might, for example, end up napoo, especially if stationed in Wipers. On Armistice Day in 1918, Ernest Hemingway was in a Red Cross hospital recovering from shrapnel wounds and tonsillitis, feeling ‘bokoo rotten’ (that’s beaucoup). Another phrase of this kind, toot sweet, even found itself with new, macaronic comparative—the tooter the sweeter. In referring to the Germans, British soldiers could be found using the derogatory French word, boche, and also their own corruption of the standard French allemand dans Alleyman. Both words would re-emerge in World War II.

If you are familiar with the word Alleyman, there is a good chance it is because it occurs in one of the songs featured in the 1960s musical and film about World War I, Oh, What Lovely War! The song is called I Want to go Home, and the words were written to a traditional tune at some point during the war, probably by a soldier in the trenches. It provides a particularly striking example of how readily and concertedly the slang words and distinctive coinages of the war found their way into contemporary songs:

I want to go home, I want to go home.
I don’t want to go to the trenches no more,
Where whizzbangs et shrapnel they whistle and roar.
Take me over the sea where the Alleyman can’t get at me.
Oh my, I don’t want to die, I want to go home.

And it wasn’t just songs straight from the trenches that keyed into this experience. Music hall songwriters were quick to express the same sentiments and brought the language of the war directly to theatregoers back home in Britain. The very word which the war brought to prominence to express the idea of being safe back home is at the heart of another song which has ever since been itself at the heart of popular consciousness of the war, Take me back to Dear Old Blighty. Written in 1916, the song marks the completion of the remarkable rise to prominence of Blighty. The word’s origin lies in British rule in India, as bilāyatī, a regional variant of vilāyatī, an Urdu word meaning ‘foreign’, and specifically ‘British’ or ‘European’, which remains in use in Indian English today. Kipling, for example, used the word and also used the related Belait to refer to Britain. Words naturally moved around the British Empire and one of the principal vehicles for this movement was the army, so it is not surprising that the first sight we get of Blighty is in a soldier’s letter home from the Boer War in 1900. In 1915, as troops from around the Empire increasingly congregated in France, this Anglo-Indian coinage was then quickly taken up to capture the idea of home as a longed-for paradise. A wound which was serious enough to necessitate a return home (but not so serious as to cause death or mutilation) became a ‘blighty’. And by 1916 everyone back home knew that Blighty was where their loved ones in Flanders dream to be, so much so that one milliner even attempted to cash in by marketing a Blighty hat! The attempt is shortlived.

This emotional link between civilians in Britain and the armed forces overseas and sense that those back home are contributing to the war effort is now commonplace and plays an especially large role in the popular image of World War II, but it is conclusively evident from the lexical record that it is during World War I that this image is first created. War effort itself is a coinage of World War I, as are rationing, home front, et propaganda film. The various Acts of Parliament that formed the Defence of the Realm Act (or DORA) set in place the legislation under which future wars would be conducted. The introduction of universal service militaire meant that conscientious objectors were marked out as conchies and liable to receive the white feather. Not only the songs in the music halls, but also the development of military technology play an important role in motivating these changes, as civilian London is subject to air raids ou Zeppelining which prefigure the Blitz.

Perhaps this erosion of the gap between combatant and non-combatant, this sense of shared experience of being at war and shared suffering, also contributed to the final and perhaps longest-lasting and most influential expression of the war—the words which describe the act of remembrance. Remembrance Day, Armistice Day, and (in Australia and New Zealand) Anzac Day were all introduced to commemorate the fallen and have subsequently retained that purpose for the fallen of later conflicts. Sir Edwin Lutyens’s Cenotaph in Whitehall was copied in towns and cities throughout the Commonwealth to create a network of national and local memorials. A short period of communal silence was introduced and maintained annually as an ongoing mark of respect. Les Unknown Soldier was buried with full military honours in Westminster Abbey. These names, and the fact that they form part of our ordinary language nearly a century on, are a testament to the power of remembrance that World War I unleashed and also a testament to the power of words to capture, communicate, and record the shared sentiments and shared decisions which history bequeaths to future generations.

Andrew Ball, Associate Editor & Kate Wild, Senior Editor

The opinions and other information contained in the OED blog posts and comments do not necessarily reflect the opinions or positions of Oxford University Press.


A Blog on Blighty

I have just finished the copyedit for DEATH OF AN UNSUNG HERO – Lady Montfort and Edith Jackson’s fourth adventure together which takes place at home in Blighty in 1916 as the Battle of the Somme raged on for most of that year.

A Little Bit of British ‘Hewmah’ from the Front in 1915

My copy editor (who struggles to Americanize me) queried my use of the word ‘Blighty,’ a term I use quite naturally since I am English, but one that she thought American readers would not understand. I dutifully added context so that readers would understand that when we Brits say Blighty that this is our affectionate term for England. And when we refer to’ a Blighty one ‘(which we now only do as a historical reference) we are talking about a combat wound bad enough for the sufferer to be sent back to England. Soldiers fighting in the trenches of France in WW1 sometimes shot themselves, usually in the foot, so that they could be sent home. Which gives you some idea of how desperate the poor devils must have been.

And then I realized that I had no idea how we had come by this expression. I knew Blighty had always been soldiers’ slang popularized during the 1914- 1918 war. And I guessed that it came from soldiers serving in India as lot of our slang at that time came from corrupted Hindi pronunciation. So I did what any sensible person does when they want fuller understanding –I Googled. The BBC was able to give me the fullest possible answer and it is a good one. I have to say it took a lot of self-discipline for me not to cut and paste this explanation into a new ‘Comment’ in ‘Track Changes’ for my copy editor. (If you don’t know what Track Changes are then by all means feel free to use Google!)

A Blighty One is a wound bad enough for a soldier to be sent home … back to England

“Homesickness can do funny things to people. It can create fierce patriotism where once there was just allegiance it can create an idealized society in the mind, one in which no one is ever cruel or selfish or rude because that’s the society the homesick person wishes to return to and it can distort language, so that emotive terms such as the name of home itself should be avoided in case of excessive lower-lip quiver.

‘Patriots’ sending the boys off to France in 1916

Blighty comes out of feelings like these. It’s an affectionate nickname for Britain (or more specifically England) taken from the height of the Victorian rule of India, that was first used in the Boer War in Africa, and popularized on the fields of Western Europe in the First World War.

The many British Imperial ‘skirmishes’ included two Boer wars in South Africa

The Oxford English Dictionary says that the word is a distortion of a distortion: the Urdu word ‘vilayati’ either means foreign, British, English or European, and it became a common term for European visitors to India during the 1800s. A mishearing changed the v to a b, and then ‘bilayati’ became Blighty, as a term to describe British imports from home, such as soda water.There again, it was also claimed by Rupert Graves that it derives from the Hindustani word for home: blitey.

The British cavalry’s continual presence in India ended in 1947 when India became independent.

Having picked up some use during the Boer War (because nothing breeds in-jokes and slang like soldiers living and fighting in close proximity away from home), the term really took off during the long years of trench warfare in World War I. Soldiers would talk openly of dear old Blighty, indicating not only a longing to be away from some of the most horrific battlegrounds in human history, but also a wish to return to a time when such horrors were unthinkable. This elegiac tone was caught and carried by the War Poets: Siegfried Sassoon and Wilfred Owen, both of whom used the word when describing their experiences.”

The White Cliffs of Dover were the first thing returning soldiers from France saw as they crossed the Channel from Boulogne. They epitome of Blighty!

The War Office soon picked up on this, releasing a free magazine for active servicemen called Blighty, which contained poems and stories and cartoons from men on the front line. Then there were slang terms like Blighty wound, an injury good enough to get a soldier sent home, but not life-threatening, as depicted in the 1916 Music Hall song “I’m Glad I’ve Got a Bit of a Blighty One” by Vesta Tilley.


Award-winning streaming service of full-length docs for the likes of history buffs, royal watchers, cinema aficionados & train enthusiasts. Visit britishpathe.tv British Pathé now represents the Reuters historical collection, which includes more than 136,000 items from 1910 to 1984. Start exploring!

The Rum-Loving Monkey Who Crash-Landed in a B-17 During WW2

Back in April 1943, in the depths of the Second World War, an American B-17 crash landed in the seaside town of Clonakilty, County Cork, southern Ireland.

Local Irish residents were astonished to find that one of the crew members who had landed in their midst wasn’t actually an American or, in fact, a human being at all.

Rather, he was a small monkey called Tojo who’d been taken from his home in Morocco and placed aboard an American war plane which went by the name of “T’ain’t a Bird”.

After leaving Morocco the crew had started their flight towards England, but the Boeing B-17 unfortunately ran out of fuel when an incorrect radio report had them soaring off in the wrong direction.

The 10 crewmen and their primate companion suddenly found themselves crashing to earth over the Emerald Isle instead of landing safely in dear old Blighty.

The B-17 crew of T’aint a Bird

When the “American Flying Fortress”, as it was nicknamed, starting circling the skies above Clonakilty, local residents stood and watched in wonder.

Not only had they rarely seen an aircraft of such huge dimensions, but they were also worried about the likelihood of it crashing into one of their church spires as it strafed the town. Luckily, the plane turned towards the sea and crash landed in a nearby marsh.

The confused and extremely worried airmen thought they must have landed in Norway, which was occupied by the Germans at the time.

When they saw local Irish folk descending upon them, they allegedly prepared themselves to resist capture by swallowing cyanide capsules. Fortunately, this desperate measure was not required. The local residents assured the crew they were among friends. Once their identities as American allies had been confirmed, the locals began welcoming them with open arms.

The hotel were the crew stayed.

Quoted in BBC News, local businessman, Thomas Tupper, who grew up knowing the story of Tojo and the American airmen explains that, although the crew was taken into police custody, “The custody consisted of them being in the local hotel O’Donovan’s Hotel where a party ensued for three days”. During that time, Tojo became quite a celebrity as most locals had never seen a monkey in person.

During their unscheduled stopover, the American B-17 airmen were pleased to share their 36 bottles of rum with the friendly rescuers – and Tojo the monkey. Several days later the men were taken initially to Cork, then up to Northern Ireland where they were handed over to the RAF.

However, one of their number was missing. Tojo had taken a great liking to Rum and, whether it was that or the unfamiliar diet or the moist, cold Irish climate, Tojo was beset with an attack of pneumonia and sadly died. Despite the best efforts of local doctors, pharmacists, and vets, nothing could be done to save the poor little monkey.

Credit: Mark McShane

Thomas Tupper recalls it as a local tragedy. Tojo was laid out in the hotel, and locals lined up to pay their respects.

Despite his short time on the island, Tojo made a lasting impression on the town, and he was laid to rest with full military honours. And more recently, a statue in his honour was unveiled at Clonakilty in April 2013 – 70 years after the unusual visitor first made his unscheduled landing.


Dear Old Blighty (And the Boys Back There) - History

And what were those at home doing when all this was going on? Well at the outbreak of hostilities a defence public meeting was held for the purpose of forming an Executive Committee.

The first meeting was held in the Public Hall with Sir George W.M. Dundas, Bart, in the chair. A proposal was submitted to establish a War Emergency Committee by Dr. Wann, and was carried. The committee appointed as its executive to act on its behalf the following people: Rev. Dr. Andrew B.Wann, Chairman Rev. Arthur Crawford Watt, Vice Chairman Sir George W. M. Dundas, Bart Lady Dundas James Comrie James Goldie Rev. William Hall Henry McKinstry Peter McPherson Evan Balfour Melville and John P. Mitchell as honorary secretary and treasurer.

Throughout the war years they worked tirelessly to raise money to fund various activities. They organized fetes and free gift sales, organized sales of work, established a Prisoner of War fund, and held jumble sales. As you will see, multitasking is not a new concept!

Amongst the many activities including manning the shops now that their men folk were away the following was recorded.

The Comrie Public School - Under mainly the auspices of Mr. Goldie, the school head master, and much beloved by all, the children raised substantial moneys through school concerts, plays and other entertainment. They contributed 430 pairs of socks, 150 pairs of cuffs, 56 pairs of knicker hose, 30 pairs of garters, 122 pairs of mittens, 40 pairs of body belts, 127 scarves, 16 pairs of crutches which were sent to the Princess Louise’s Hospital for Limbless Soldiers and Sailors in Erskine, 251 packets of cigarettes, 6 pounds of tobacco, 98 cakes of soap, 56 packets of chocolate, 84 packets of stationery, 115 packets of sweets and one chest protector as well as other articles. I am not sure what a chest protector was, but hope that it kept out shrapnel and bullets!

The 21 st Perthshire Boy Scout Troop sold flags for the Soldier and Sailor Help society, collected waste materials and large quantities of clothing as well as sending 192 blankets and gathered sphagnum moss.

The Red Cross under the charge of Commandant Miss Florence Graham Stirling ably supported her sister Miss Mary Graham Stirling and by Mrs. McDonald of Bank House as quartermaster established an Emergency Hospital. By early October, 500 garments had been made and distributed to several hospitals. Throughout the war their workers collected sphagnum moss in addition to other activities. 4000 eggs were sent to the collection point in Perth. They organized raffles and sales of work and held concert to raise money and boost morale.

The Churches – Comrie had several churches and all made enormous efforts for their congregations and others at large. The Work Party devoted itself to the war effort and sent hundreds of parcels to the troops far away. The parcels contained socks, shirts, knitted goods, and raising money for those who had a lost one and needed the money to live. About half of the male congregation of the Comrie Parish Church served in the forces. The West United Free Church had 56 of its congregation in the forces. The East United Free Church also sent gifts of socks, mufflers, gloves and garments as did St. Serf’s Episcopal Church and the tiny Roman Catholic Church. They all made their contributions in one way or another.

One committee looked after 12 Jewish refugee families from Ostend, Louvain and Alost in “poor little Belgium.” They had nowhere to stay and the Comrie Parish Church used one of their houses in Dunira Street to them ensuring they had a good roof over their head, warmth and food as well as company. They stayed there from November 1914 till mid 1916 where they went onwards to other war centres set up for refugees. They never forgot the kindness shown to them by the Comrie people.

The 2/2 Highland Field Ambulance 250 strong arrived under Major Cameron in October, 1915 and took up winter quarters in the v They stayed at the school and in the church and school halls. Under Major Rorie, and seen off by many from the village, they left for Bedford by train on the 29 th March, 1916, with the pipers playing “Happy we’ve been a’ the gither.” Most never came back and their bones can be found in Flanders Fields and other places.

A War Savings association was set up as were two others. The accumulated capital amounted to £18702.

The Volunteers - there was also a unit of Volunteers who operated under the Defence Sub Committee. The volunteers were people who may have been exempted from military service due to age or infirmity. The author’s grandfather was in one of these units and was posted to guard railway lines in the North of Scotland and then upon his return was shipped to France. He was 38 years old, married with two children when he was called up in 1917. Whilst crossing the channel on a transport ship a British officer slammed a ship’s hatch on his hand crushing his fingers. As a result he was not sent up the line and may have survived the war because of this accident. Although a first class shot he could not use his rifle and he spent much of the time in Northern France on sentry duty in coal fields and at the great POW camp at Étaples. He knew all of the people mentioned in the Comrie War book and lost many friends.

Life and death continued on throughout the War years. Sons took the place of absent fathers as heads of a household. My father, who we shall read a little bit about in the Second World War, as a five year old, was made to stand in as head of the family when his grandmother died. She had been born in 1833 in Invergeldie and died in 1917. A full Scottish funeral was held at the graveyard in Dalginross and several hundred folk showed up as was customary for local well known people. It was a dark grey day, “dreich” as they say, and all dressed in formal black. As principal mourner my father walked behind the hearse and led the procession up Dalginross passing houses which had black crepe paper, or closed curtains, on windows signifying the loss of a loved one, or known one. He never forgot, even as an old man, that “great black hole” he gazed into in the graveyard which was to receive the body of his much loved grandmother!

The whole community suffered as news filtered back from the various War sectors and there was not a dry eye in the whole of Strathearn, and Scotland for that matter. Dozens of committees were formed, each looking at different types of needs, and trying to raise funds for it or organize activities.

Then it was all over. The Armistice was signed on November, 11 th . 1918, and in dribs and drabs our soldiers came home to a land “fit for heroes.” Well it was not quite like that as all suffered due to the loss and the carnage created by the War. There was no band to receive them playing “Land of Hope and Glory,” or “There is a Happy Land, Far Far Away” – too many of their loved ones were already there! There were no welcome home parties or celebrations. This was no land, “fit for heroes.” They had returned to a land of silence, sorrow and sadness, and the mourning still lasts till this day.

Something had to be done and it was, however, in this writer’s view it was at best tokenism, and perhaps a precursor of things yet to come! His Grace, the 8 th Duke of Atholl, John Stewart-Murray, arrived at the Comrie Public Hall on Wednesday the 11 th June, 1919. His photograph displays upon his breast many medals and even as this distance and time they are rather blinding! He was there to honour our returned decorated heroes with the distribution of various types of gifts such as wristwatches and other mementoes. The platform party included Major C. H. Graham Stirling of Strowan (presiding), Brigadier-General the Duke of Atholl (who made the presentations), Sir George W. M. Dundas, Bart., of Comrie House, Major McNaughtan, J.P. of Cowden, Mr. James Gardiner, M. P., and Revs. Dr. Wann, A. C. Watt, and W. Hall, and other members of the War Emergency committee and were accorded a Highland welcome from Piper McFarlane, a local discharged soldier.

The about-to-be addressed heroes were given a front row seat (incidentally they were the same chairs used 70 years later and my mother, when attending an evening there, always took a pillow with her as the chairs were wooden and had no give and were as hard as a rock! Throughout the hall were the relatives and friends of the honoured few, as well as luminaries such as the Hon. Mrs. Williamson and the Rev. C. D. R. Williamson, Mr. A. Wright, Rector of Morrison’s Academy and others.

The good Major wowed the crowd with the shortness of his introduction and passed the proceedings to Atholl. In addition to being a Brigadier-General, the noble Duke was the Lord Lieutenant of the County of Perthshire. This fact he shared with the assembled throng and stated that he was there only to distribute gifts to his fellow soldiers from the village of Comrie. (One wonders what his experience had been in a front line trench!) His overview describes that some 328 men and 24 women from Comrie served in the Great War, and that 75% of them had undertaken military service before December, 1915, and of the balance only twelve put in claims before a Tribunal finding that only three of the claims were fully justified. He pointed out that forty seven men had died in the conflict of which seven were officers. He then moved to those who had received medals and special honours. This list contained the names of eight officers, ten non-commissioned officers and six men (they may have been Privates). In addition two of the ladies had gained the coveted Royal Red Cross. (Applause).

Grasping the nettle he then said in his comments as reported the following: “We hear a great deal about the gaining of awards – how the wrong people get them (woops), and how the right people carry on without them (true). But I can assure you (how would he know?) of this, that a very large proportion of awards go to the right people (hmm!). A modern battlefield is not an ideal place to sit and take notes regarding the counter merits of the officers and men (oh yea!). A large number of the leaders and men are knocked out, the strain is terrific, the gathering of the pieces of the machine immediately after action by the leaders who are already over tired is a work that few men can imagine (all true), who have not seen it, and it is little wonder that in action, where all have done splendidly the names of the specially distinguished are sometimes omitted (true). But I can say this without hesitation (right!) that never in any war in the world has the great majority of the awards been as well deserved as those given in this war. (Applause). It is, of course, quite true that isolated cases may occur (I would think that all who served should have received medals just for being there!) where the recipients may have been able to work the oracle further back in the lines, but you may rest assured that, as far as the fighting troops are concerned, awards recommended by their Company Commanders, through their Commanding Officers, through their Brigadiers, through the Army to General Headquarters, and then to the War office, leave very little room for undue influence (phooee!), and the only trouble is that I found with the system was that many a good man (women?) who ought to have been rewarded was overlooked owing to the multitude of processes through which the names have to pass (golly!).

I would say this to every officer and man in this parish who have not got these awards – do not be disappointed yourself, but look upon these awards that have been given as awards to that part of the military machine that left Comrie for the front, to which you belonged, and which did so splendidly, and I know no one who will be prouder to see the present recipients wearing their well earned honours than the officers and men who went out with them and were not so fortunate as to get them themselves” (Applause) (golly!).

He then moved on to somewhat safer ground by addressing Lieutenant John Manson Craig of Innergeldie for the award of his Victoria Cross gained in Palestine. Several cheques were given to him and it is small wonder that Craig in his remarks said “he did not really know what to say but thanks.”


Dear Old Blighty (And the Boys Back There) - History

THE QUEEN IS DEAD - The Audio Introduction


THE QUEEN IS DEAD begins with
a partial sing-along of TAKE ME BACK TO DEAR OLD BLIGHTY recorded from the film THE L-SHAPED ROOM. .

Princess Diana was killed in France and her body had to be taken back to England ("Blighty"). .

Les sing-along of TAKE ME BACK TO DEAR OLD BLIGHTY is led by a woman wearing a formal military jacket. .

When Princess Diana's body was taken back to England, it was unloaded by people in formal military jackets. .



THE QUEEN IS DEAD begins with audio of the character Mavis, in THE L-SHAPED ROOM, leading a sing-along of TAKE ME BACK TO DEAR OLD BLIGHTY.
TAKE ME BACK TO DEAR OLD BLIGHTY is a World War 1 song about English soldiers stationed in France wanting to return home to England (nicknamed Blighty).
Mavis wears a formal military jacket. Princess Diana dies in France and when her body is returned to England it is unloaded by people wearing formal military jackets. .


The album THE QUEEN IS DEAD begins with audio from the film THE L-SHAPED ROOM. .

THE L-SHAPED ROOM is about a young woman who has moved from France to England. .

Princess Diana 's body will have to be moved from La France to E ngland. .

Princess Diana was born on July 1. .



In THE L-SHAPED ROOM, Lesley Caron has moved from France to England. Princess Diana's body was moved from France to England. Lesley Caron was born July 1. Princess Diana was born July 1. .

THE QUEEN IS DEAD begins with audio from the film THE L-SHAPED ROOM about a character named "Jane" who is the lone occupant of the room in the title. .

The last Jayne Mansfield film ever released was SINGLE ROOM FURNISHED about a woman played by "Jayne" who is the lone occupant of the room in the title. .

The cover of the first DVD edition of THE L-SHAPED ROOM is a brick wall where "Jane" (Lesley Caron) is in a window with the title printed on the window shade above her. .

The cover of the first DVD edition of SINGLE ROOM FURNISHED is a brick wall where "Jayne" Mansfield is in a window with the title printed on the window shade above her. .



The first DVD covers of THE L-SHAPED ROOM and SINGLE ROOM FURNISHED are very similar.
Each has a brick wall with Jane/Jayne in the window, below a window-shade bearing the title of the film. .


THE L-SHAPED ROOM is the introduction to THE QUEEN IS DEAD, whose title announces a woman's death. .

SINGLE ROOM FURNISHED has an introduction that is an announcement of Jayne Mansfield's actual death. .


"You are about to see SINGLE ROOM FURNISHED, the new motion picture starring Jayne Mansfield in her last,
and in my opinion, her finest performance. .
When she completed this picture, a tragic accident took Jayne Mansfield to another stage. All of us in the theater,
on the screen, and in the newspaper profession, miss her very much. But Jayne left us all a legacy, the characters
she created in SINGLE ROOM FURNISHED, the film you are about to see. . "


THE L-SHAPED ROOM begins with actress Lesley Caron playing "Jane" walking in front of a store named WALTERS. .

SINGLE ROOM FURNISHED begins with the death of "Jayne" Mansfield being announced by someone named Walter. .



The L-SHAPED ROOM begins with "Jane" (Lesley Caron) walking by a store named WALTERS. SINGLE ROOM FURNISHED begins with the report of "Jayne" Mansfield's death by Walter (Winchell). .

In 1967, Jayne Mansfield was killed in her mid-30's (34) in a car crash along with her boyfriend and their temporary driver for the night. .

In 1997, Princess Diana was killed in her mid-30's (36) in a car crash along with her boyfriend and their temporary driver for the night. .

Those were the only two car crashes ever in which the only people killed were a world-famous woman, her boyfriend and their driver. .



Actress Jayne Mansfield and Princess Diana were victims of the only two car crashes in history in which the only three people killed were a world-famous woman, her boyfriend and their driver. .


The introduction to the album THE QUEEN IS DEAD is a sing-along of TAKE ME BACK TO DEAR OLD BLIGHTY. .

Jayne Mansfield was killed in a car crash in 1967. .

Princess Diana was killed crashing into a row of pillars in August 1997. .

Jayne Mansfield is posing between pillars on the cover of a magazine named BLIGHTY in August 1957. .

The first inner page carries a large single-panel comic of two women who have crashed a car into a post.



The introduction to THE QUEEN IS DEAD is a sing-along of TAKE ME BACK TO DEAR OLD BLIGHTY. Jayne Mansfield is posed between pillars on an August 1957 cover of BLIGHTY magazine.
The first inner page is a comic showing two women who've crashed a car into a post. In August 1997, in a car that crashed into a pillar, Princess Diana was killed along with her boyfriend and their driver.
In 1967, Jayne Mansfield was killed in a car crash along with her boyfriend and their driver.


Voir la vidéo: Josué canta Mi viejo en la Semifinal. La Voz Kids Colombia 2021