West Ham United News en ligne

West Ham United News en ligne

À la fin du match à Selhurst Park samedi, les supporters ravis de West Ham United ont chanté « Avez-vous regardé, Allardyce ? » Cette chanson a reçu quelques critiques des amis de Sam dans les médias qui les ont accusés d'être ingrats. Ce sont les mêmes journalistes qui ont prédit que les Hammers seraient relégués après le départ d'Allardyce du club.

Les supporters de West Ham faisaient valoir un point important. Si Allardyce avait été le manager samedi, il aurait organisé l'équipe pour qu'elle garde sa cage inviolée dans l'espoir de marquer un but en échappée. Pour être honnête, c'est ce que j'aurais fait aussi. Crystal Palace a montré cette saison qu'il défendait en profondeur et aime contre-attaquer. Après le match contre Sunderland, j'ai suggéré que Slaven Bilić joue Pedro Obiang comme milieu de terrain titulaire au lieu de Manuel Lanzini, plus offensif. C'est probablement ce qu'Alan Pardew pensait qu'il se produirait et cela a sans aucun doute influencé ses préparatifs pour le match.

Non seulement Bilić a joué Lanzini, mais il lui a donné l'ordre d'attaquer aussi souvent qu'il le pouvait. Dans la première minute, Mark Noble a trouvé l'Argentin prêté libre sur l'aile gauche. Il a emmené le ballon au bord de la surface de réparation avant de frapper un centre que Payet n'a tout simplement pas réussi à atteindre.

West Ham a continué à dominer le match et à la 22e minute, West Ham a marqué un but finement travaillé. L'une des caractéristiques de Bilić est d'attaquer en nombre. Après un échange rapide de passes incluant Noble et Cresswell sur le côté gauche, le ballon a traversé le terrain via Lanzini et Payet. Lorsqu'il a atteint Moses juste à l'extérieur de la zone, il a pu trouver le chevauchement de Carl Jenkinson avec une passe à calcul et l'arrière latéral a calmement passé le ballon devant Wayne Hennessey.

Malheureusement, Jenkinson a accordé un penalty moins de deux minutes plus tard lorsque son défi maladroit a fait tomber Dwight Gayle. C'était doux et au ralenti, il semblait que Gayle avait commis une faute sur Jenkinson. Cependant, Jenkinson doit être plus conscient de son environnement. C'est sa poussée inutile sur Fabio Borini la semaine dernière qui a permis au premier but de Sunderland. Il ne sert à rien de prétendre que l'attaquant est descendu facilement, si vous faites un tel tacle, vous laissez le soin à l'arbitre de prendre une décision qui va contre vous. La première tentative de penalty de Yohan Cabaye a dû être reprise à cause de l'empiètement de Gayle. Il a fait de même une deuxième fois, mais cette fois, Mark Clattenburg a permis au but de rester.

Gayle, qui ne faisait que sa quatrième apparition en championnat de la saison, cherchait à impressionner son patron avec l'énergie qu'il mettait pour fermer West Ham. Cela lui a valu un carton jaune après avoir plongé contre Payet. Quelques minutes plus tard, il donna un coup de coude au gardien des Hammers Adrián après que le ballon soit sorti du jeu. Juste avant la mi-temps, Gayle a été expulsé lorsqu'il a reçu un deuxième avertissement, pour un tacle tardif sur Kouyaté.

Pardew a décidé de jouer la seconde mi-temps avec dix hommes derrière le ballon. West Ham a été patient mais n'a pas réussi à tester Hennessey, bien qu'une tête de Sakho d'un centre de Jenkinson ait touché un poteau. Bilić a ensuite pris la décision audacieuse de faire appel à Carroll pour Noble. Cependant, c'est l'introduction de Zárate à quinze minutes de la fin qui allait changer la donne. Au début, il s'est concentré sur le tir à distance. Puis il sembla se souvenir de ce pour quoi il avait été envoyé et fit quelques descentes sur les côtés de la défense du Palais.

À la 88e minute, Zárate a finalement réussi un superbe centre et Carroll a pu dépasser son marqueur pour diriger le ballon vers le bas. Son collègue remplaçant Nikica Jelavic a été contrecarré dans ses tentatives pour ramener le ballon à la maison, mais il s'est échappé et Manuel Lanzini a tiré dans une frappe imparable à bout portant. Lanzini était mon homme du match avant de marquer le but. Il était partout et a parcouru plus de 7 miles dans le match.

Palace a dû avancer dans un effort pour marquer un point, ce qui les a laissés ouverts à la contre-attaque. Zárate s'est enfui avant de passer à Lanzini, qui a joué un superbe ballon en avant vers Payet, toujours alerte, qui l'a bu au-dessus de la tête de Wayne Hennessey pour un but qui confirme encore son statut de joueur le plus efficace que West Ham ait eu depuis des années. . En neuf matchs cette saison, il a marqué cinq buts et récolté trois passes décisives. La victoire 3-1 signifie que les Hammers ont prolongé leur invincibilité en Premier League à six matchs.

Après le match, les médias se sont concentrés sur le fait que Crystal Palace avait dix hommes pour l'ensemble de la seconde mi-temps et ont ignoré le fait que West Ham avait clairement dominé l'opposition avant que Gayle ne soit expulsé. Cependant, comme l'a souligné Damien Delaney, West Ham était la meilleure équipe que Palace avait joué jusqu'à présent cette saison. Je suis sûr que les joueurs d'Arsenal, de Manchester City et de Liverpool auraient pu dire la même chose. Nous jouons également au football offensif en marquant 20 buts lors de nos neuf premiers matchs, le deuxième meilleur record de la ligue.

Bilić a fait venir des joueurs passionnants, dont le musclé Payet et le vif Lanzini, et il espère également tirer le meilleur parti d'Andy Carroll. Dans ses commentaires d'après-match, Slaven Bilić a été généreux dans ses éloges pour Carroll. "Il a quelque chose de très difficile à gérer. J'ai joué en tant que demi-centre et je connais cette position. Dans la surface, lorsque le ballon entre, il s'agit généralement plus de vous que de l'avant-centre. Vous êtes celui qui a plus de chance. Mais quand le ballon vient à lui, c'est plus pour lui que pour vous le défenseur et c'est pourquoi nous avons gagné aujourd'hui. Il est habile, il a une bonne vision, il a de bonnes idées, c'est un grand joueur. Son plus gros problème était sa forme physique en raison de blessures, mais il s'est entraîné depuis huit semaines et c'est un entraînement très ennuyeux pour être juste : un travail individuel, mais il l'a bien fait. Nous sommes tellement heureux qu'il soit de retour. »

West Ham United : Adrian (7) ; Tomkins (7) ; Jenkinson (7), Collins (6), Cresswell (7); Noble (7) ; Moïse (6) ; Kouyaté (7) ; Payet (7) ; Lanzini (8) ; Sakho (7).

Avant le match, West Ham avait le meilleur bilan à l'extérieur de la ligue. Ils avaient gagné les trois matchs et n'avaient encaissé qu'un seul but. C'était contre trois des meilleures équipes de la ligue : Manchester City, Arsenal et Liverpool.

Dans le même temps, Sunderland était bas de la ligue et n'avait pas gagné cette saison. C'était probablement la raison pour laquelle Pedro Obiang était sur le banc. Il était blessé et n'a pas joué le match contre Arsenal mais je le considérais comme l'un des joueurs les plus importants lors des deux autres victoires à l'extérieur. Slaven Bilić a tendance à ne pas choisir Obiang pour les matchs à domicile mais comme je l'ai dit dans mon rapport sur le match de Norwich City, je pense que c'est une grave erreur. Obiang est notre joueur le plus sous-estimé. Son travail passe souvent inaperçu car il ne fait jamais rien de très sophistiqué, mais il est excellent pour défendre nos quatre arrières. Ce n'est pas surprenant que lorsqu'il débute (Liverpool, Newcastle, Manchester City) on gagne toujours le match.

West Ham a semblé visuellement choqué par la façon dont Sunderland a commencé le match. Leur jeu de haute pression a entraîné une série de passes mal placées avec lesquelles nous nous sommes enfuis jusqu'à ce que Carl Jenkinson concède un coup franc idiot pour une poussée inutile sur Fabio Borini alors qu'il fuyait le but. Steven Fletcher a perdu son marqueur et a couru vers le point de penalty. Lanzini, qui était bien placé pour arrêter un tel mouvement, n'a pas semblé regarder quand Yann M'Vila l'a glissé bas vers Fletcher qui a frappé le ballon devant un Adrián aveugle.

Ce n'était pas une bonne nouvelle car les Hammers n'ont gagné cette saison que lorsqu'ils ont marqué en premier. Cela suggère que nous avons du mal à changer notre façon de jouer après avoir pris du retard. La situation s'est encore aggravée à la 22e minute lorsque Dimitri Payet a tenté une passe similaire à celle que Noble a faite la semaine précédente qui a abouti au premier but de Norwich. La fente de Winston Reid, comme celle de Tomkins la semaine dernière, n'a tout simplement pas réussi à récupérer le ballon et M'Vila a réussi à dégager Jeremain Lens qui a envoyé le plus délicat des jetons au-dessus d'Adrián et via le dessous de la barre transversale.

Sunderland nous coupait à volonté, mais Bilić pensait naturellement qu'en envoyant Obiang alors que deux nuls n'était probablement pas une bonne idée. Heureusement pour nous, les courses intelligentes de Fabio Borini n'ont pas été compensées par des tirs précis et lorsque John O'Shea a réussi à obtenir une bonne tête cadrée, le fiable Adrián a fait un bon arrêt.

Juste avant la mi-temps, le vent a tourné. Victor Moses, qui avait eu un match calme, a réussi à effectuer une bonne course de labyrinthe qui a mis trois défenseurs de Sunderland hors du match. Le centre a trouvé le retardataire Carl Jenkinson qui a marqué à bout portant.

West Ham a dominé la seconde mi-temps. Cela a été aidé par Sunderland étant réduit à dix hommes après que Jeremain Lens a été expulsé pour deux mauvais tacles. Malgré tout, il a fallu une grave erreur de leur gardien de but pour porter le score à 2-2. Lanzini, a frappé un tir à longue distance directement sur Costel Pantilimon. Cependant, il a semblé plonger à la dernière minute, et il n'a pas pu le retenir. Dimitri Payet, qui avait fait la passe originale à Lanzini, avait continué à courir vers le but et a réussi à balayer l'égalisation. Payet n'est pas seulement un superbe meneur de jeu, il a aussi l'instinct d'un attaquant hors pair.

Pendant les 30 minutes suivantes, West Ham a parsemé le but de Sunderland de tirs. Cependant, la grande majorité était hors cible, Lanzini et le remplaçant, Zarate, étant les pires contrevenants. La seule vraie chance était d'un centre de Payet qui a échappé de peu à Sakho et Jelavic. Après le match, Slaven Bilić a commenté : "Les émotions sont mitigées, un point est un point, surtout quand nous étions menés 2-0, mais si nous regardons les 20 dernières minutes, je suis déçu que nous n'ayons pas capitalisé dessus... Mais d'un autre côté, nous ne pouvons pas nous permettre de faire ce genre d'erreurs ou de débuts bâclés ou quoi que ce soit d'autre, surtout ici en Premier League."

Espérons que nous aborderons le prochain match contre Crystal Palace de la même manière que nous l'avons fait contre Manchester City, Arsenal et Liverpool. Cela signifie commencer avec Pedro Obiang au centre de notre défense.

West Ham : Adrián (7), Jenkinson (6), Tomkins (6), Reid (7), Cresswell (6), Noble (6), Zarate (5), Kouyate (6), Lanzini (5), Payet ( 8), Moïse (6), Jelavic (5), Sakho (6).

Le match contre Norwich a suivi le même schéma que les matchs à domicile contre Leicester City et Bournemouth. Une erreur défensive précoce nous a mis derrière et cela signifiait que West Ham ne pouvait pas jouer son jeu naturel. Au moins, cette fois, nous avons réussi à faire match nul, mais il est clair que nous ne pouvons pas continuer comme ça.

Slaven Bilić devra envisager de lancer Pedro Obiang lors des matchs à domicile. Sans lui, l'opposition semble avoir beaucoup de facilité à traverser le centre de notre défense. Après seulement neuf minutes, Mark Noble a commis l'erreur fondamentale de jouer une passe carrée profondément dans sa moitié de terrain. C'est quelque chose qu'il a fait plusieurs fois cette saison, mais auparavant, il s'en était tiré. Pas cette fois. Le ballon a été placé trop loin devant Tomkins et il a été intercepté par Brady, qui a couru avec confiance pour battre Adrian. Tony Gale pensait que Tomkins aurait dû se rendre compte qu'il n'allait pas atteindre le ballon et qu'au lieu de plonger, il aurait dû reculer et défendre son but. Compte tenu de la vitesse du jeu, je pense que c'est dur pour Tomkins qui n'a raté le ballon que de quelques centimètres.

Pendant les quinze minutes suivantes, Norwich a raté deux très bonnes occasions de sécuriser le match. West Ham était très pauvre pendant cette période et chaque fois que l'équipe à l'extérieur attaquait, il semblait qu'elle allait marquer. Lanzini et Moses n'ont pas réussi à entrer dans le match. Payet a eu du mal à exercer son influence et quand il a obtenu le ballon, il a essayé d'en faire trop et les statistiques montrent qu'il a perdu le ballon 19 fois dans le match.

Malgré tout, c'est Payet qui a ramené West Ham dans le match. À la 33e minute, Sakho a tendu le ballon à Payet et s'est précipité pour taper dans le centre parfait du Français. C'était le cinquième but de l'attaquant sénégalais cette saison. Pendant la demi-heure suivante, West Ham a pris le dessus mais n'a pas réussi à convertir ses chances. Manuel Lanzini est passé à quelques centimètres de West Ham avec un coup franc de 25 mètres. Sakho a raté trois bonnes occasions et Kouyaté n'a pu que tirer le ballon au large lorsqu'il lui est tombé dans la surface de réparation.

Norwich a continué à avoir l'air dangereux à la pause et à la 57e minute, Bilić a fait appel à Obiang pour remplacer Moses. West Ham avait l'air beaucoup plus solide avec ce changement et il semblait que ce n'était qu'une question de temps avant qu'ils ne marquent le vainqueur. Cependant, faire venir Carroll pour Lanzini n'a pas eu l'effet escompté. Carroll est clairement loin d'être en forme et il a constamment échoué à tenir le ballon au sol et le service qu'il a reçu dans les airs était horrible.

Alex Neil n'a encore perdu qu'un seul match de championnat à l'extérieur de Carrow Road depuis son arrivée en janvier. A leur crédit, ils n'ont pas eu peur d'attaquer West Ham et à la 83e minute ils ont repris l'avantage. West Ham n'a pas réussi à dégager un corner et Nathan Redmond a reçu le ballon juste à l'intérieur de la surface. Noble n'a pas réussi à le montrer à l'extérieur et il a pu déplacer le ballon sur son pied droit et son tir a battu le non-voyant Adrián.

Pour le reste du match, West Ham a livré une série de balles hautes dans la zone à la recherche d'Andy Carroll. À une occasion, le ballon est arrivé à ses pieds et au lieu de passer le ballon devant John Ruddy, il a essayé de le contrôler. Une fois de plus, sa première touche n'était pas assez bonne et la chance a été perdue.

Dans la première minute du temps additionnel, un coup franc de Payet visait Carroll. Il l'a raté mais le mauvais coup de Ruddy a touché l'attaquant et a rebondi devant Kouyaté qui a pu marquer avec une certaine aisance. Même un Carroll inapte a toujours la capacité de provoquer la panique dans la meilleure des défenses.

Un but de dernière minute a changé l'ambiance à Upton Park et West Ham a pu conserver sa 3e place au classement. Cependant, une fois de plus, les Hammers ont perdu de précieux points à domicile. Norwich a bien joué et à la fin de la saison, nous pourrions voir cela comme un bon résultat. Samedi prochain, nous aurons la chance de jouer à nouveau loin de chez nous. Sur le papier, cela semble un match beaucoup plus facile que les trois précédents matchs à l'extérieur. Mais, étant donné notre histoire passée, pour ma part, je n'investirai pas trop d'argent pour que West Ham batte Sunderland.

West Ham United : Adrian (8) ; Jenkinson (6); Tomkins (7) ; Reid (7) ; Cresswell (6) ; Noble (5) ; Obiang (7) ; Kouyaté (7) ; Payet (6) ; Lanzini (6) ; Sakho (6) ; Moïse (5) ; Carroll (5).

J'arrive généralement à regarder Sky's Supplément dimanche. Au cours des deux dernières saisons, les journalistes de football ont régulièrement critiqué les fans de West Ham pour avoir soutenu que Sam Allardyce devrait être limogé. Je n'étais pas d'accord avec ces partisans pour qu'Allardyce s'en aille, mais j'étais également convaincu qu'il ne fallait pas lui donner de nouveau contact. Cependant, cela m'a toujours mis en colère que les journalistes soient si unis en croyant qu'Allardyce était l'homme idéal pour l'avenir à long terme de l'équipe. Ils ont constamment souligné que chaque équipe qu'il dirigeait, au moment où il les quittait, était dans une position de ligue plus élevée que lorsqu'il a rejoint. C'était vrai, mais il n'a vraiment réussi que dans un seul club, Bolton Wanderers.

Allardyce a clairement fait du bon travail lorsqu'il a obtenu la promotion de West Ham et au cours des trois saisons suivantes, il a réussi à maintenir le club en Premier League. Les experts du football semblaient convaincus que si Allardyce était autorisé à partir, West Ham serait relégué. Pourtant, pour la plupart des fans de West Ham, il était clair qu'il nous retenait. Ce sont les gens qui regardent chaque match tandis que les journalistes comptent pour la plupart sur les temps forts édités et les matchs impairs en direct, où ils essaient d'évaluer les performances des deux équipes. Les supporters sont donc beaucoup plus fiables dans leur vision des performances de leur club que les experts du football, qui se fient trop aux briefings qui leur sont donnés par les managers et leurs copains.

Au cours de la première moitié du 2014-15, West Ham s'est bien comporté et à Noël, il semblait que nous pourrions terminer dans les six premiers. Cependant, les derniers mois de la saison ont vu un effondrement massif de la forme. Un journaliste a demandé à Kevin Nolan pourquoi cela s'était produit et il a répondu que c'était probablement parce qu'il avait été blessé pendant la majeure partie de la première moitié de la saison. C'était une blague amusante mais certains supporters pensaient qu'il disait la vérité. Les fans étaient étonnés qu'il ait gardé sa place dans l'équipe pendant cette mauvaise série de matchs. Le sien était douloureux à regarder. Ses jambes avaient clairement disparu. Les statistiques montrent qu'il a souvent couvert le plus de terrain dans l'équipe, mais cela a été fait à un rythme si lent qu'il a rarement touché le ballon. Un fan a commenté sur les réseaux sociaux que Nolan devait être l'enfant amoureux d'Allardyce. Mon opinion était qu'il était sa couverture de sécurité. De la même manière que certains jeunes enfants n'arrivent pas à se coucher avec une couverture, une peluche ou un jouet préféré, Allardyce ne pourrait pas se débrouiller sans que Nolan fasse partie de son équipe.

West Ham a finalement terminé à la 12e place la saison dernière. Les experts du football ont déclaré que c'est là que le club devrait s'attendre à terminer car cela reflète notre pouvoir d'achat. Les fans de West Ham l'ont vu différemment. Ils voulaient comparer nos réalisations avec des clubs comme Southampton (7e) et Swansea (8e). La plupart des supporters, à tort ou à raison, étaient convaincus qu'avec le bon manager, nous pouvions concourir pour une place parmi les six premiers.

Slaven Bilić n'était pas le premier choix de West Ham pour remplacer Allardyce (Rafael Benítez, Carlo Ancelotti et Unai Emery étaient tous devant lui). Cependant, selon David Sullivan, il a été le premier homme à être approché après le limogeage de Gianfranco Zola en mai 2010. Bilić a refusé de signer le contrat à moins qu'ils ne lui donnent 30 millions de livres sterling à dépenser. Cette idée a été rejetée et ils ont nommé Avram Grant à la place.

Lorsqu'ils sont retournés à Slaven Bilić en juin 2015, il a reçu l'argent qu'il avait demandé et il a fait venir Dimitri Payet, Pedro Obiang, Angelo Ogbonna, Manuel Lanzini (prêt), Victor Moses (prêt), Darren Randolph, Michail Antonio et Nikica Jelavić . Cela lui a donné une équipe qui semble être assez bonne pour se battre pour une place parmi les six premiers.

Les premiers résultats suggèrent que les fans de West Ham avaient raison d'exiger un changement de manager. Samedi, les Hammers ont remporté leur troisième match consécutif à l'extérieur. Tous les trois étaient des rivaux majeurs pour les places en Ligue des champions. Chelsea a été le dernier club à battre ces trois équipes. C'était lors de la saison 2005-06 et ils ont remporté le titre cette année-là. Je ne dis pas que nous allons imiter cette équipe de Jose Mourinho, mais il semble que nous allons avoir une saison passionnante.

Le premier but de West Ham contre Manchester City montre le type d'équipe que Bilić a créé. Reid, Cresswell, Lanzini, Payet, Obiang, Noble, Tomkins ont échangé des passes dans leur moitié de terrain. Ils l'ont déplacé à la recherche d'une bonne passe avant. Ce n'est que lorsque Lanzini a reçu le ballon qu'il a vu Payet perdre son marqueur. Puis, avec une délicieuse passe courbe ébréchée, il a trouvé Payet. C'était la douzième passe du mouvement. Payet a décollé dans l'espace que les défenseurs avaient laissé entre leurs lignes. Il leva les yeux et vit Moïse avec un terrain découvert devant lui. Sa passe était précise, tout comme le tir de 20 mètres de Moses qui s'est incurvé hors de portée de Hart et a mis fin à 572 minutes de résistance défensive.

Le deuxième but fait suite à l'un des grands corners de Payet. Winston Reid a mis la tête sur le ballon et Fernandinho aurait dû le dégager au deuxième poteau mais Pedro Obiang s'est allongé et a mis une partie de sa botte sur le ballon qui l'a envoyé à travers la face du but, où Diafra Sakho l'a rencontré avant Touré , et a pu enrouler son pied droit autour du ballon pour le retourner.

West Ham avait maintenant une heure pour empêcher une ligne de front endémique de City. La défensive a été brisée juste avant la mi-temps lorsque le très impressionnant Kevin De Bruyne a effectué un superbe début. Par la suite, les supporters de City se sont plaints de la disparition de David Silva, ignorant le fait que son remplaçant, De Bruyne, 54 millions de livres sterling, était, selon plusieurs journaux, l'homme du match. Il faut également se rappeler que l'équipe qui a joué samedi a coûté 300 millions de livres sterling, un nouveau record dans l'histoire de la Premier League.

Man City a eu plus de tentatives, de possession et de touches dans la zone adverse que dans n'importe quel match cette saison. West Ham a enregistré des creux de la saison dans ces trois catégories. Ils ont eu 16 corners et 27 tirs au but. Malgré ces statistiques, West Ham a toujours semblé dangereux à la pause et aurait pu marquer quelques buts de plus dans le match.

La victoire de West Ham était également leur toute première victoire à l'Etihad et a mis fin au record de Man City de 11 victoires consécutives en Premier League. Ne vous y trompez pas, c'est une équipe exceptionnelle. Après le match, Slaven Bilić a commenté : "C'était un match différent de celui des Emirats et de celui d'Anfield. C'était beaucoup, beaucoup plus difficile. En seconde période, ils ont créé, nous ont pressés et étaient la meilleure équipe, pour être juste . S'ils avaient égalisé, cela aurait été mérité."

Les experts du football commencent à accepter qu'il s'agit d'une équipe spéciale. Niall Quinn a déclaré à Sky Sports: "J'aime la façon dont Bilić a réussi à faire fonctionner cette équipe comme une seule. Le rythme de travail, la confiance en eux et la partie difficile et sérieuse du jeu, ils ont si bien réussi en tant que groupe. Cela est la performance la plus incroyable pour remporter ces trois matches à l'extérieur." Danny Murphy sur Match of the Day a souligné que West Ham est une équipe de vraie qualité et montre beaucoup de confiance et de sang-froid sur le ballon.

Bilić, son équipe désormais à la troisième place de la Premier League, était naturellement satisfait du départ de West Ham. "Bien sûr que c'est génial. C'est comme quand tu arrives dans un pub plein de filles. Vous l'aimerez." Lorsqu'on lui a demandé dans les Hammers de rester dans le top quatre, Bilić a répondu : « J'espère. Mais vous seriez le premier à dire avant la saison que ce serait impossible. Mais encore, seulement six matchs se sont écoulés. Nous devons maintenir, nous devons nous améliorer. Il va y avoir des hauts et des bas bien sûr. Mais nous devons juste continuer à travailler et à vivre pour chaque jour d'entraînement et chaque match. Ensuite, nous avons une chance... Nous allons juste essayer de jouer un bon football et de gagner tous nos matchs. Je ne sais pas où cela nous mènera, mais cela devrait être un bon voyage.

West Ham United : (4-2-3-1) Adrian (8), Jenkinson (8), Tomkins (8), Reid (9), Cresswell (7) ; Obiang (8) ; Lanzini (7), Payet (7), Noble (9), Moïse (7), Sakho (7).

Le 25 juin 2015, j'ai déclaré sur ce blog que je pensais que Dimitri Payet serait la signature la plus importante de West Ham depuis de nombreuses années. J'ai dit cela sur la base de vidéos YouTube que j'avais vues de ses performances passées pour Marseille et du fait que la saison dernière, Payet a fourni 17 passes décisives et marqué sept buts en 36 matches de championnat (le plus grand nombre de passes décisives dans toutes les meilleures ligues européennes). Il est tout sauf une merveille d'une saison. Payet a inscrit 51 buts au cours des six dernières saisons de Ligue 1.

Slaven Bilić avait tenté de signer Payet au début de la saison 2014-2015 mais il a refusé de déménager à Beşiktaş. L'ancien sélectionneur français Raymond Domenech a conseillé à Payet de ne pas déménager à West Ham. Il a suggéré qu'il était trop bon pour le club et qu'il devrait attendre une offre de Chelsea ou d'Arsenal. Cependant, il semblerait que José Mourinho et Arsène Wenger n'étaient pas convaincus qu'il améliorerait leur équipe.

Payet a dit au Le télégraphe du jour qu'il a rejoint West Ham pour pouvoir jouer au stade olympique. « Ce projet m'a excité, c'est un projet ambitieux et passionnant. Jouer dans le nouveau stade m'a influencé dans mon choix de venir jouer pour West Ham. L'ambiance sera géniale, j'en suis sûr, dans ce nouveau décor.

En raison des performances de Payet cette saison, il a été comparé à David Silva, Eden Hazard et Santi Cazorla. A mon sens, Payet va montrer qu'il est un joueur plus efficace que ces stars. Ses compétences en passes et en dribbles sont aussi bonnes que ces joueurs, mais il est meilleur dans ses fonctions défensives et je soupçonne qu'il obtiendra plus de buts que Silva, Hazard et Cazorla.

Après cinq matchs, il est clair que Bilić veut que West Ham joue au football de contre-attaque. Un grand nombre d'entraîneurs de Premier League veulent jouer de cette façon. Comme Bilić l'a souligné lors de sa conférence d'après-match, "notre objectif est que nous voulions une bonne équipe qui puisse défendre avec des chiffres et attaquer avec des chiffres". Pour ce faire, vous avez besoin de joueurs très énergiques au milieu de terrain. C'est pourquoi il ne pourrait jamais y avoir de place pour Kevin Nolan dans son équipe.

Il est plus facile de jouer au football de contre-attaque loin de chez soi. C'est pourquoi il était si important pour West Ham de marquer le premier but contre Newcastle. Jusqu'à présent cette saison, lorsque nous marquons le premier but, nous avons gagné le match. Non seulement cela, nous avons également gardé des draps propres.

Le problème pour West Ham lors de ses deux matchs à domicile précédents est que les défenseurs ont commis des erreurs qui ont conduit à des buts. Avant la dernière ronde de matchs cette semaine, les Hammers étaient en tête du classement des erreurs qui se sont soldées par des buts pour l'opposition (3). Seul Arsenal s'est approché de ce record (2).

Steve McClaren s'est rendu compte que Payet était l'homme dangereux et il a chargé Anita de le marquer. Cette stratégie fonctionne assez bien lorsque le joueur est au milieu du terrain, mais une fois West Ham à l'attaque, Anita a eu tendance à oublier son travail et s'est précipitée dans sa propre surface de réparation. C'est ce qui s'est passé à la 9e minute.

Un bon passage de jeu a permis à Sakho de jouer un talon arrière à Noble à gauche de la surface de réparation. Noble l'a fait rouler à Payet, caché juste à l'extérieur de la boîte. Il a frappé pour la première fois dans le coin supérieur du filet de Tim Krul. Noble a déclaré après le match que dès qu'il a passé le ballon, il savait que ce serait un but parce que Payet le fait tout le temps à l'entraînement.

Avec le premier but, West Ham a pu concéder le milieu de terrain à Newcastle et jouer en contre-attaque. Pendant le match, les Hammers n'avaient que 39% de possession. Cependant, Newcastle avait rarement l'air dangereux et Randolph n'avait que quatre arrêts ordinaires à faire.

Victor Moses a joué un rôle important dans la performance d'hier soir et avec son rythme effréné était souvent une caractéristique de nos attaques. Moïse est né à Lagos, au Nigeria, fils d'un pasteur chrétien. Quand il avait 11 ans, ses parents ont été tués. Son voyage étant payé par des proches, Moses est venu en Grande-Bretagne en tant que demandeur d'asile en 2001. Depuis qu'il a signé pour Chelsea, il a dû se sentir comme un réfugié prêté à divers clubs. Espérons que nous lui offrirons un foyer décent en lui accordant un déménagement définitif à la fin de la saison.

À la 43e minute, un ravissant ballon long de Lanzini a trouvé Payet qui a fourni une belle passe délicate qui s'est enroulée autour de la jambe tendue du défenseur pour arriver aux pieds de Moses. Malheureusement, Moses, était légèrement déséquilibré et son tir est passé à côté du but.

Ce n'était que quatre minutes après le début de la seconde mi-temps lorsqu'un mauvais coup franc de Newcastle a permis au dégagement de trouver Moses dans sa moitié de terrain. Faisant preuve d'une grande vitesse, il a devancé les deux défenseurs et lorsqu'il est arrivé juste à l'extérieur de la surface de réparation, il a frappé un tir puissant contre la barre. Si cela avait été la saison dernière, cela aurait été la fin de l'attaque. Mais comme Bilić l'a souligné, il croit fermement à l'attaque en nombre. Au moment où Moïse avait tiré, Lanzini et Payet étaient tous deux dans la surface de réparation. Juste derrière eux se trouvaient trois autres joueurs de West Ham et Newcastle était en infériorité numérique. Il n'était donc pas surprenant que lorsque le ballon a rebondi vers Payet et qu'il ait pu frapper le ballon à la maison.

La victoire de West Ham nous place en 5e position avec une différence de buts de +5, la deuxième meilleure du championnat. Nous avons déjà remporté des victoires à l'extérieur à Arsenal et à Liverpool, mais le match de samedi contre Manchester City sera probablement le plus gros test de la saison. Normalement, nous nous attendrions à perdre, mais avec l'excellente stratégie de jeu de Bilić, je pense que nous pouvons les tenir à un match nul et vierge.

West Ham United : Randolph (7) ; Tomkins (7) ; Jenkinson (6), Reid (7); Ogbonne (6) ; Cresswell (7) ; Noble (7) ; Moïse (8) ; Kouyaté (7) ; Payet (9) ; Lanzini (6) ; Sakho (6).

Lorsqu'on lui a demandé de commenter les erreurs commises par Cresswell et Jenkinson sur Match of the Day, l'ancien manager Sam Allardyce, a répondu que cela ne s'était pas produit lorsqu'il était en charge. C'était peut-être vrai, mais nous n'avons pas gagné non plus à Arsenal et à Liverpool quand il était manager. Pour être juste, John Lyall, Lou Macari, Billy Bonds, Harry Redknapp, Glenn Roeder, Alan Pardew, Alan Curbishley, Gianfranco Zola et Avram Grant n'ont tous pas réussi à gagner à Anfield. Pourtant, notre nouveau manager, Slaven Bilić, y est parvenu dès sa première tentative.

Avec deux victoires à l'extérieur et deux défaites à domicile, il semble que Slaven Bilić soit plus à l'aise pour mettre en place une équipe défensive. Après le match, il a déclaré: "Je sais que je peux très bien organiser une équipe. Cela peut ne pas sembler logique que nous ayons battu Liverpool et Arsenal à l'extérieur, mais quand on y pense, c'est logique. Les joueurs savaient ce qu'ils étaient faire et nous l'avons très bien fait." Est-il donc logique de dire que quand on joue à domicile l'équipe ne sait pas ce qu'elle fait ?

En regardant les résultats jusqu'à présent cette saison, une tendance semble se dessiner. Lors des 38 premiers matchs, il n'y a eu que 7 victoires à domicile. Bilić a clairement raison, les entraîneurs apprennent à empêcher une équipe de marquer. Je me souviens que l'équipe de Sam Allardyce avait obtenu un 0-0 à Stamford Bridge. Cependant, c'était très différent. Comme Bilić l'a déclaré lors de sa conférence de presse d'après-match : "Nous avons garé le bus mais nous n'avons pas mis le frein à main. Il n'y a rien de mal à cela. Cela signifie que lorsque l'adversaire a le ballon, vous l'arrêtez. En cas de besoin, nous étions là avec neuf hommes, mais quand nous en avons eu l'occasion, nous avions des joueurs dans leur partie du terrain."

Brendan Rogers pourrait continuer à avoir 63% de possession, mais il est clair que West Ham était plus efficace quand ils avaient le ballon. Non seulement ils ont eu plus de tirs cadrés que Liverpool (5-1), mais ils ont eu plus de corners (7-5). Le premier but à la 3e minute a montré la volonté de West Ham d'attaquer en force avec Sakho, Cresswell, Noble, Kouyaté, Payet et le buteur Lanzini en positions avancées.

C'était la même chose avec le deuxième but. Tout a commencé par une terrible erreur de Dejan Lovren. La passe de Lanzini à Sakho depuis la ligne de démarcation a été interceptée par Nathaniel Clyne et au début, il semblait que l'occasion était perdue. Cependant, avec cette équipe de West Ham, lorsqu'une attaque commence, elle fait avancer beaucoup de joueurs et le ballon s'est cassé pour que le Noble entrant glisse une finition mesurée dans le coin inférieur du bord de la surface de réparation.

Les joueurs doivent être en forme pour jouer de cette façon et Kouyaté et Obiang ont tous deux couru plus de 7 milles pendant le match. Il en aurait été de même pour Noble s'il n'avait pas été expulsé à la 77e minute. C'était une décision ridicule et elle sera presque certainement annulée en appel.

Ce fut une bonne semaine pour West Ham avec Kevin Nolan acceptant de quitter le club jeudi. Son remplaçant dans l'équipe, Lanzini, a réalisé un match exceptionnel. Non seulement il causait constamment des problèmes à la défense de Liverpool, mais il avait suffisamment d'énergie pour bien protéger son arrière latéral Tomkins. Payet a fait de même pour Cresswell. Ils ont défendu ensemble et quand l'occasion s'est présentée, ils ont attaqué ensemble.

When I saw Lanzini and Payet play in pre-season I saw them both as luxury players and thought that it would be impossible to play them in the same team. I was completely wrong about this. They both deserve to play because they are willing to do the unromantic work of stopping the opposition from running at isolated full-backs. My one worry is that Lanzini likes to dribble his way out of defence and mistakes in that part of the pitch could prove costly.

Bilić thought that Lanzini had a great game: "Manuel was fantastic and not only because he scored a goal. Defensively he not only covered the left-back, Gomez, but he cut inside on Coutinho and Milner when he went outside. He was great. When he came in some of the people who were not for him and were for other players were slagging him off and they said he looks more like a jockey than a football player. Maybe, but he rides the challenges."

Pedro Obiang had a great game as the holding midfielder. He kept the Liverpool forwards quiet and helped instigate counterattacks with quick, snappy passing. According to Opta Stats he contributed with two tackles, four interceptions, seven ball recoveries and an impressive nine defensive duel winners. He also completed 25 accurate passes during the game.

Sakho was the lone-striker but he was never isolated and he was often joined in attack by our energetic midfielders. His perseverance was rewarded when he pounced on another Liverpool mistake to score in the 92nd minute.

In two away games we have kept clean-sheets and scored five goals against two teams who are expected to compete for the title. This is clearly top-four form. However, we cannot forget that we have also lost two home games against teams that were apparently in danger of being relegated this season.

I have been very impressed with Slaven Bilić's press conferences. He does not talk in football clichés and although English is not his main language he has the ability to express his thoughts in meaningful metaphors (the idea of the parked bus with its handbreak off was brilliant). I am convinced he is intelligent enough to develop a system that will work for us when playing at home. If he does, it is going to be an exciting season.

West Ham United: Randolph (7); Tomkins (8); Reid (8); Ogbonna (8); Cresswell (8); Noble (8); Obiang (8); Kouyaté (9); Payet (8); Lanzini (8); Sakho (7).

West Ham's great defensive display against Arsenal away has been followed by two woeful displays at home. Slaven Bilić could not say he had not been warned. Cresswell and Jenkinson had been terrorized by the wingers in the game against Leicester and the same thing happened on Saturday against Bournemouth. Hat-trick hero, Callum Wilson, admitted that Eddie Howe had identified West Ham's weakness and that all week they had been coached to attack them down the flanks.

After the game Bilić agreed that his full-backs had experienced a torrid time but insisted you cannot look at Cresswell and Jenkinson in isolation. He said that no full-back can deal with a fast and tricky winger without some sort of protection. Last season, West Ham defended and attacked down the flanks in pairs. This has not happened in the last two games and Bilić is the one who has to take the blame for this.

I became very nervous about the game when news arrived that Kevin Nolan was in the team. Last season I considered Nolan the worst player in the Premier League. I saw nothing in the early Europa League games to change my mind about this. Now, without the patronage of Sam Allardyce, I thought Nolan would be paid off and found a club in the lower divisions. Not only did Bilić play him, he made him captain. This seemed to upset Noble who had a terrible game while he was on the field.

After the first few minutes it seemed that Nolan was playing in a floating role just behind Sakho. Nolan must have been pleased about this but it caused serious problems for the rest of the team. It was difficult to see who was providing protection for the full-backs.

In the eleventh minute Cresswell found himself near his own goal with no one to pass to. He lost the ball when he attempted to dribble past Simon Francis. His cross was driven in by Wilson giving Randolph little chance to improve his recent record against Bournemouth (12 goals conceded in two games).

Cresswell could not blame a lack of cover for his next mistake. He received the ball in his own area and just prodded it towards the goal. To the spectator it looked like a subtle pass to Wilson who made no mistake in making it 2-0. Clearly changes had to be made but it was a surprise to me when he took Ogbonna off to replace him with Tomkins after 35 minutes. Ogbonna was no worse than anybody else in the defence and it seemed to be poor man management to drag him off in this way.

To spare Nolan the danger of being booed off, he was substituted at half-time. Jarvis was brought on to provide protection for Cresswell and he definitely had a better second-half. It also helped the team and within 8 minutes of the restart it was 2-2. Noble from the penalty spot and Kouyaté, who followed up a blocked shot from Sakho. With captain Noble driving them on it seemed that West Ham would go on to win the game.

However, the problems that Jenkinson had in the first-half had not been addressed. In the 66th minute Jenkinson dived in to a tackle on Pugh, who calmly side-stepped him to curl the ball into the far corner. Eleven minutes later the hapless full-back lost the ball near the half-way line to Max Gradel. He compounded this error by pulling back the flying winger once he got into the penalty area. He was sent off and Wilson scored from the spot.

In the 82nd minute it was Bournemouth's turn to gift the opposition a goal. Their defence split like the Red Sea and Maiga ambled through the gap. He seemed to miss hit the shot but this fooled the goalkeeper who went the wrong way and the ball trickled into the goal. The ten men piled on the pressure but were unable to get any shots on target and Bournemouth were able to get a well-deserved first win in the Premier League.

Hopefully, Bilić has now learnt his lesson and he will set-up his team right for the game against Liverpool. Payet must be played just behind Sakho and not assigned to any defensive duties (it is pointless to do otherwise as he is incapable of doing that side of the game). Jarvis needs to come in to help Cresswell and Bilić needs to come up with a defensive partnership to replace Jenkinson.

West Ham United: Randolph (7); Jenkinson (3); Reid (5); Ogbonna (5); Tomkins (6); Cresswell (3); Noble (5); Obiang (5); Kouyaté (7); Payet (6); Nolan (3); Jarvis (5); Sakho (6).

Last week Slaven Bilić showed us he knows how to set-up a team playing away to high-quality opposition. On Saturday he faced a different problem and it was one he was unable to solve. This is not the first time that Bilić's West Ham team had difficulty breaking down a packed defence. The same thing happened against Astra Giurgiu and Birkirkara.

West Ham enjoyed 63% possession with an 83% passing accuracy in the first-half, but did little damage with it and did not manage a shot on target before the break. Meanwhile, Leicester had scored two breakaway goals.

For the first, Reece Oxford matched Shinji Okazaki run from the half-way line but once he reached the penalty area he stopped and allowed the Japanese striker the freedom to score on his second attempt.

The second goal followed another break on the left-hand side and Riyad Mahrez converted the pass by Albrighton, who caused Jenkinson problems all afternoon. He was also poor going forward and probably had the worst ever game for the Hammers. Cresswell was also disappointing and was partly responsible for the second goal.

It looked like West Ham was going to get back in the game just before half-time when Schmeichel brought down Sakho as he pushed the ball past him. Schmeichel's reactions was of a man who had conceded a penalty. However, Anthony Taylor and his two assistants, were probably the only men in the ground who missed Schmeichel's raised arm that hit Sakho hard in the chest.

The largely anonymous Reece Oxford was replaced by new signing Obiang. West Ham dominated possession even more in the second-half and hopes were raised by Payet's fine goal in the 55th minute. After another ten minutes of continuous pressure it became clear that Leicester was having little difficulty dealing with the Hammers front-line. Except for a Sakho chance that he hit straight at Schmeichel, the home-side rarely looked like scoring.

One of the problems that Bilić's faces is the quality of his bench. Lanzini replaced Kouyaté but he failed to make an impact. A very poor Zárate remained on the field until the 83rd minute. However, you can see Bilić's point as his replacement was Maiga. West Ham desperately need to sign two or three dangerous attackers to give us a squad capable of competing at this level. One of the most disturbing aspects of the game was that Leicester, who is expected to be involved in a relegation fight, had a far better bench than we did.

Slaven Bilić put forward other arguments for the defeat: “We weren’t good enough at winning second balls and dealing with long balls. Leicester were getting all of them, there are plenty of those situations in a football game, and if you lose the majority of them then it is impossible to win.... I can’t accept that too many times, we weren’t doing the basics, and that makes it much harder. If you don’t win the first ball, you have to run, 20, 40 metres back to recover and that is a waste of energy.”

There is no doubt that Payet will make plenty of chances for the forwards this year. It will be a tragedy if we do not have the quality of player needed to convert these chances into goals. There has been a lot of talk about Charlie Austin and he no doubt will improve the team. But we need more than that. I would take a chance on signing a young player who has already shown that they can score when given the opportunity. Someone like Benik Afobe might make a very good addition to the squad. There is also talk of bringing in Andre Grey but when I saw him playing last season I thought he would find it difficult in the Premier League.

West Ham Utd: Adrian (8), Jenkinson (5), Reid (7), Ogbonna (7), Cresswell (6), Oxford (5), Noble (6), Kouyate (6), Payet (8), Zárate (5), Sakho (6).

I was one of those who criticised Slaven Bilić for playing a second-string eleven in Romania on Thursday. I questioned the logic of him saving his best players to to take part in a game against Arsenal where they were unlikely to get a result. How wrong can you be. The players he left behind achieved a stunning 2-0 victory over a side that many pundits are claiming will win the Premier League this season.

Bilić also selected the 16-year-old Reece Oxford to play in front of Ogbonna and Reid in the centre of defence. The Edmonton born youngster had an amazing debut and achieved a 95 per cent pass success rate - the highest of any player from either team. Oxford also did a magnificent job keeping Özil quiet and it was noticeable that Arsenal made their best chances after he was replaced by Nolan in the 79 minute.

Bilić set-up West Ham in a 4-4-2 formation with Payet just behind Zárate and Sakho. Arsenal made most of the chances in the first-half but Adrian was able to keep a clean sheet without making any outstanding saves. The nearest they came to scoring was when Ramsay's shot hit Cresswell on the back and it looped up to hit the bar.

In the 43rd minute West Ham was awarded a free-kick. Dimitri Payet’s delivery was excellent and Cech was tempted to come out for the ball. However, Kouyaté reached it first and had the simple task of nodding into the empty net.

In the second-half Arsenal began to have more of the ball but the West Ham team held its shape and once again Adrian was able to easily deal with shots from outside the area. When they had the ball they kept it very well and were rarely guilty of giving the ball way.

The Hammers also made regular attacks and in the 57th minute Cresswell attacked down the left. He was crowded out and an attempted clearance by Oxlade-Chamberlain was picked-up by Zárate and he twisted and turned trying to find a good angle for a strike at goal. Finally, he shaped up to curl it in the top corner. but then hit it on the ground towards the opposite corner. Cech, who had placed his weight on his left leg was unable to change direction and he got nowhere near the ball.

Arsenal put West Ham under a lot of pressure during the last 30 minutes but they coped very well and even made the odd breakaway that could have resulted in a third goal.

After the game Bilić was full of praise for Reece Oxford, the sixteen-year-old born in Edmonton, traditional Arsenal territory: "It was going to be a risk but he has got something. I thought we needed someone to sit in front of the defence who is cool and can be a third defender, but who can also play on the ball. I am very proud of him. Only on paper he is 16, he is a part of this new generation. Put it this way, if Lionel Messi was in front of me I would be more fazed than Reece." Winston Reid added: "He's only 16 and look at him, he's bigger than me and probably better than me!"

Slaven Bilić is obviously a hard task-master as he told the press he complained about the team's performance in the first-half. He suggested that West Ham needed to be convinced that they could beat Arsenal on their own ground. Maybe, he is right. The fact that West Ham had not won at the Emirates since 2007 might have influenced their attitude. We saw that happening last season every time they played away at a top side. If Bilić can change this negative view we might be in for a season to remember. (9th August, 2015)

West Ham Utd: Adrian (7), Tomkins (7), Reid (8), Ogbonna (8), Cresswell (7), Oxford (8), Noble (8), Kouyate (8), Payet (8), Zárate (7), Sakho (7).

West Ham News (1) (16th June - 25th June, 2015)

West Ham News (2) (26th June - 6th August, 2015)

West Ham News (3) (9th August - 17th October, 2015)