USS George E Badger (APD-33), golfe de Leyte, 18 novembre 1944

USS George E Badger (APD-33), golfe de Leyte, 18 novembre 1944


We are searching data for your request:

Forums and discussions:
Manuals and reference books:
Data from registers:
Wait the end of the search in all databases.
Upon completion, a link will appear to access the found materials.

USS George E Badger (APD-33), golfe de Leyte, 18 novembre 1944

Ici, nous voyons le destroyer de classe Clemson USS George E. Badger (APD-33) dans le golfe de Leyte le 18 novembre 1944, le mois suivant la célèbre bataille.

Destroyers américains : une histoire de conception illustrée, Norman Friedmann. L'histoire standard du développement des destroyers américains, des premiers destroyers torpilleurs à la flotte d'après-guerre, et couvrant les classes massives de destroyers construits pour les deux guerres mondiales. Donne au lecteur une bonne compréhension des débats qui ont entouré chaque classe de destroyer et ont conduit à leurs caractéristiques individuelles.


USS George E Badger (APD-33), Golfe de Leyte, 18 novembre 1944 - Histoire

Une boîte de conserve marins
Historique des destroyers

USS GEORGE E. BADGER
(APD-33, AVP-16, AVD-3, ex DD-196)

Le destroyer de classe CLEMSON USS GEORGE E. BADGER (DD-196) a été nommé en l'honneur d'un secrétaire de la marine et sénateur américain du XIXe siècle. Elle a été posée en septembre 1918 par la Newport News Shipbuilding Co., de Virginie et mise en service le 28 juillet 1920. Au début de sa carrière, elle a opéré à partir de Charleston, en Caroline du Sud, dans les eaux des Caraïbes et le long de la côte est de Jacksonville, en Floride, à Boston. Il a été désarmé à Philadelphie en 1922 et transféré au Département du Trésor en octobre 1930 pour être utilisé par la Garde côtière. La marine l'a racheté en mai 1934, rebaptisant son AVP-16 en octobre 1939.

Après sa remise en service à Philadelphie en janvier 1940, il s'est engagé dans des opérations d'entraînement dans les Caraïbes. Redésigné AVD-3 en août 1940, il retourna à Norfolk en janvier 1941 et s'occupa par la suite des avions alors qu'il était basé à Argentia, Terre-Neuve, et Reykjavik, Islande, jusqu'au printemps 1942.

Commandé à Charleston, Caroline du Nord en mai 1942, le BADGER escorta des convois le long de la côte Est, dans le golfe du Mexique, et à Recife et Rio de Janeiro, Brésil, jusqu'en janvier 1943. De retour à Norfolk, il fut équipé pour le service de convoi atlantique. . Jusqu'au printemps 1943, il a opéré à partir de convois de berger d'Argentia à destination du Royaume-Uni. En juin , il a subi une révision à Norfolk , puis a navigué en juillet pour l' Afrique du Nord . Naviguant avec le porte-avions d'escorte BOGUE (CVE-9) et le destroyer CLEMSON (DD-186), il a tué pour la première fois le 23 juillet 1943 après que quatre attaques de grenades sous-marines ont brisé un sous-marin profond au sud-ouest de Sao Miguel, aux Açores.

Après une brève escale à Casablanca, le BADGER rentre à New York en août 1943 mais est à destination de Casablanca avec une escorte deux mois plus tard. Elle était de retour à New York en octobre puis à Norfolk. Quittant Hampton Roads le 14 novembre, il s'embarqua pour l'Afrique du Nord avec l'USS BOGUE (CVE-9) et les destroyers OSMOND INGRAM (DD-255) et CLEMSON (DD-186) dans le cadre d'une patrouille anti-sous-marine offensive. Cette patrouille a coulé avec succès le U-172 le 12 décembre 1943 après 24 heures de jeu du chat et de la souris avec le sous-marin allemand.

Après avoir escorté un autre convoi de Norfolk vers l'Afrique du Nord et retour, le BADGER a été converti en transport à grande vitesse à Charleston et rebaptisé APD-33 le 19 mai 1944. Il était bientôt en route via la côte ouest et Pearl Harbor jusqu'à Guadalcanal où il est arrivé. le 12 août. De là, il s'est rendu aux îles Palau et à l'île d'Angaur où, le 12 septembre, il a masqué les navires de guerre bombardant l'île. Entre le 14 et le 16 septembre, il envoie ses hommes-grenouilles à terre pour des travaux de reconnaissance et de démolition. Ils ont recueilli des renseignements et supprimé les obstacles sur la plage avant que le navire ne démarre le 12 octobre pour Leyte. Là, elle a soutenu la reconnaissance et le bombardement de la côte est de l'île et a de nouveau débarqué ses hommes-grenouilles.

Le BADGER est parti le 21 octobre. Elle s'est arrêtée au passage de Kossol, Manus et Nouméa avant de rejoindre les débarquements de Lingayen du 5 au 11 janvier 1945. Dans cette action, ses équipages d'artillerie ont répondu efficacement aux appels d'appui-feu, et le jour J, le 5 janvier, ils ont fait exploser un attaquant japonais avion torpille hors de l'air. Ses hommes-grenouilles ont atteint les plages deux jours plus tard. Malgré de fréquentes attaques aériennes, le BADGER a continué à masquer les atterrissages jusqu'au 11 janvier, date de son départ pour Leyte et Ulithi.

Le navire de guerre vétéran était en cale sèche à Ulithi pour révision jusqu'au printemps 1945, date à laquelle il rejoignit les forces patrouillant au large d'Iwo Jima et escorta des navires de Guam à Guadalcanal, Nouméa et Manus. Elle a quitté Ulithi le 2 avril 1945 pour Okinawa avec les transporteurs livrant l'avion de remplacement et a escorté par la suite des convois de Saipan à Okinawa. Le 24 juin, le GEORGE E. BADGER quitte Eniwetok pour Pearl Harbor et San Francisco. Là, il est reconverti en DD-196 le 20 juillet 1945 et désarmé le 3 octobre 1945. Le BADGER est démoli le 3 juin 1946.

De Le marin de la boîte de conserve, Octobre 2013


Copyright 2013 Tin Can marins.
Tous les droits sont réservés.
Cet article ne peut être reproduit sous quelque forme que ce soit sans l'autorisation écrite de
Marins de boîtes de conserve.


USS George E Badger (APD-33), Golfe de Leyte, 18 novembre 1944 - Histoire


Le quatrième blaireau, Charles J. Badger (DD-657), a été lancé le 3 avril 1943 par Bethlehem Steel Co., Staten Island, N.Y. parrainé par Mlle I. E. Badger et commandé le 23 juillet 1943, commandé par le commandant W. G. Cooper.

Charles J. Badger est arrivé à San Francisco le 30 novembre pour le Pacifique, et le 17 décembre, il s'est présenté à Adak pour des patrouilles et des missions d'escorte presque continues dans le brouillard et les Aléoutiennes en proie à la tempête jusqu'en août 1944. Pendant ce temps, elle a aidé à garder les Japonais hors d'équilibre. et ignorant les intentions stratégiques des États-Unis impliquant les Aléoutiennes occidentales en se joignant aux bombardements intensifs dans les Kouriles en février et juin. Le 8 août elle est devenue en route pour les eaux plus chaudes et l'action plus chaude, faisant escale à San Francisco et au Port de Perle en route Manus. Ici elle a rejoint un convoi d'assaut et a navigué le 14 octobre pour le retour aux Philippines.

Entrant dans les eaux philippines, il protégea les transports lors des débarquements d'assaut à Dulag, Leyte, le 20 octobre 1944, tirant pour repousser les attaques aériennes japonaises pendant le déchargement. À la veille de la bataille épique du golfe de Leyte, Charles J. Badger a gardé la retraite des transports vides vers la Nouvelle-Guinée, mais est retourné à Leyte en convoyant des renforts à la mi-novembre. En décembre, elle a signalé dans le Golfe Huon, Nouvelle-Guinée, pour les répétitions des débarquements de Lingayen, pour lesquels elle a navigué le 27 décembre. Le 8 janvier 1945, alors qu'il entrait dans le golfe de Lingayen, sa force fut attaquée par des kamikazes japonais, dont l'un des désespérés écrasa le porte-avions d'escorte Kitkun Bay (CVE-71). Le déchargement des transports a commencé le 9 janvier, tandis que le tir AA précis de Charles J. Badger a aidé à protéger le déchargement lors des fréquentes attaques aériennes ennemies. Deux jours plus tard, elle a escorté la baie de Kitkun jusqu'à la baie de San Pedro, où elle a elle-même pris des fonctions de patrouille. Le 29 janvier, elle a gardé le débarquement des troupes sur la côte de Zambales au nord de Bataan.

Après une période à Ulithi, Charles J. Badger est retourné à Leyte pour répéter pour les débarquements sur le Kerama Retto, une clé préliminaire à l'assaut d'Okinawa. Charles J. Badger est arrivé du Retto le 26 mars 1945 pour surveiller le débarquement, ce qui a complètement surpris les Japonais. Cela ne les a pas empêchés, cependant, de monter rapidement des attaques aériennes suicide, au cours desquelles Charles J. Badger a aidé à éclabousser un kamikaze avant sa cible. Une fois que les débarquements sur Okinawa ont commencé, le destroyer a pris position pour garder le flanc sud des débarquements. Le 7 avril, il rejoint une force se déplaçant vers le nord pour rencontrer la dernière force navale japonaise, le puissant cuirassé Yamato, son croiseur et huit destroyers. Cependant, l'attaque précise de l'avion porteur a coulé le Yamato, le croiseur et tous les destroyers sauf quatre avant que les forces de surface américaines puissent s'engager. Charles J. Badger a continué à offrir un appui-feu sur appel pour aider les troupes à terre. Dans la pénombre du petit matin du 9 avril, alors qu'il était allongé sur son poste d'appui-feu, un bateau suicide japonais de 18 pieds est soudainement sorti de la pénombre, a largué une grenade sous-marine à proximité et s'est enfui. L'explosion a coupé les moteurs de Charles J. Badger et provoqué de graves inondations. Un travail rapide a contrôlé l'inondation et un remorqueur a amené le destroyer sinistré dans la rade de Kerama Retto. Après des réparations temporaires, elle a procédé à la révision à Bremerton, Washington, où elle est arrivée le 1 août. Le 21 mai 1946, il est mis hors service en réserve à Long Beach, en Californie.

Charles J. Badger a été remis en service le 10 septembre 1951, et en février 1952 est arrivé à son nouveau port d'attache, Newport, RI De cette base, elle a opéré le long de la côte est et dans les Caraïbes, maintenant et fournissant des services pour la formation d'autres types. la première traversée de l'Atlantique a eu lieu du 9 juin au 23 juillet 1953, lorsqu'elle a navigué pour visiter Portsmouth, en Angleterre, en compagnie de deux porte-avions et d'un autre destroyer. Le 7 décembre, il a autorisé Newport lors de la première étape d'une croisière autour du monde, qui l'a trouvé opérant pendant 2 mois en patrouille au large de la côte coréenne et dans le détroit de Taiwan. Elle a escorté des transports amenant des prisonniers de guerre qui avaient choisi de rejoindre les nationalistes chinois d'Inchon à Taïwan, et a participé à des opérations d'entraînement au large du Japon jusqu'au 22 mai 1964, date à laquelle elle a continué à faire le tour du monde. Des visites à Hong Kong, Singapour Colombo, Aden, Port-Saïd, Naples, Villefranche et Lisbonne ont marqué sa progression vers le canal de Suez et à travers la Méditerranée jusqu'à Newport, où elle est arrivée le 17 juillet.

Charles J. Badger a effectué deux périodes de service avec la 6e flotte en Méditerranée au début de 1966 et à la fin de 1966-début 1967, au cours desquelles elle a patrouillé avec attention pendant la crise de Suez. Charles J. Badger est désarmé et placé en réserve à Boston le 20 décembre 1967.

Charles J. Badger a reçu cinq étoiles de bataille pour son service pendant la Seconde Guerre mondiale.

Caractéristiques:

  • Destructeur de classe Fletcher
  • Déplacement : 2924 tonnes
  • Longueur : 376'64"
  • Largeur : 39'8"
  • Tirant d'eau : 17'9"
  • Vitesse : 38 nœuds

Armement:
Varié selon le classement

  • Principale - Cinq montures simples 127 mm L/38
  • Secondaire - Rien
  • Quatre 28 mm L/73 dans un canon antiaérien à monture quadruple
  • Quatre canons anti-aériens de 20 mm L/70
  • Dix tubes lance-torpilles de 533 mm dans deux montures quintuples
  • Dept Charges - 6 x K-gun, 2 x chenilles de grenades sous-marines
  • Principale - Cinq montures simples de 137 mm L/38
  • Secondaire - Rien
  • Quatre 40 mm L/56 dans deux canons anti-aériens à double monture
  • Quatre canons anti-aériens de 20 mm L/70
  • Dix tubes lance-torpilles de 533 mm dans deux montures quintuples
  • Dept Charges - 6 x K-gun, 2 x chenilles de grenades sous-marines
  • Principale - Cinq montures simples de 137 mm L/38
  • Secondaire - Rien
  • Six canons anti-aériens de 40 mm L/56 dans trois canons antiaériens à monture double
  • Onze canons anti-aériens 20 mm L/70
  • Dix tubes lance-torpilles de 533 mm dans deux montures quintuples
  • Dept Charges - 6 x K-gun, 2 x chenilles de grenades sous-marines
  • Principale - Cinq montures simples de 137 mm L/38
  • Secondaire - Rien
  • Dix canons anti-aériens de 40 mm L/56 dans cinq canons antiaériens à monture double
  • Sept canons anti-aériens 20 mm L/70
  • Dix tubes lance-torpilles de 533 mm dans deux montures quintuples
  • Dept Charges - 6 x K-gun, 2 x chenilles de grenades sous-marines
  • Principale - Cinq montures simples de 137 mm L/38
  • Secondaire - Rien
  • Quatorze 40 mm L/56 dans deux montures quadruples et trois doubles
  • Douze 20 mm L/70 dans six canons anti-aériens à montage double
  • Dix tubes lance-torpilles de 533 mm dans deux montures quintuples
  • Dept Charges - 6 x K-gun, 2 x chenilles de grenades sous-marines

Un événement supplémentaire et notable impliquant Charles J. Badger :

Au large de l'île de Kerama Rhetto, le Charles J. Badger (DD-657) abattit un kamikaze qui plongeait sur le George E. Badger.


USS George E Badger (APD-33), Golfe de Leyte, 18 novembre 1944 - Histoire

HISTOIRES DES ÉQUIPES DE DÉMOLITION SOUS-MARINE

L'histoire de Underwater Demolition Team EIGHT a couvert une période de dix-huit mois, commençant 2 juin 1944 avec le départ de Fort Pierce, en Floride, jusqu'au retour de l'équipe à Coronado, en Californie, le 12 novembre 1945, où le groupe d'origine a été démantelé avec le déclassement de l'équipe. Dix-sept mois de ce temps ont été passés dans le Pacifique, où l'équipe a participé à quatre opérations amphibies pendant la guerre, et trois débarquements professionnels après la capitulation japonaise, parcourant plus de 70 080 milles, sans compter zigzaguerzags, sur des navires allant d'un LCI à un APA et visitant au cours de leurs voyages, les HAWAENS, MARSHALLS, ADMIRALTIES, PHILIPPINES, NOUVELLE GUINÉE, NOUVELLE CALÉDONIE, SALOMON, PALAUS, MARIANAS, VOLCANS, RYUHYUS, CORÉE. et le SHANGTUNG péninsule de CHINE .

L'équipe a été organisée à la base d'entraînement amphibie à Fort Pierce , Floride étant parmi les trois premières équipes à y être organisées. Le personnel enrôlé provenait presque entièrement de la Naval Construction Entraînement Centre , Camp Peary , Virginie , et les officiers des bataillons de construction, des travaux de déminage, des ingénieurs de l'armée, des unités de petites embarcations et des écoles de formation des officiers. Ce groupe a été réuni à Fort Pierce , Floride , au le premier avril 1944 suivre une formation rigoureuse de deux mois en démolition de combat naval. L'équipe a été officiellement organisée le 16 mai 1944 par le commandant E.L. BREWSTER, qui était venu de Naval Combat Demolition Training and Experimental Base, Maui, T.H., pour superviser leur organisation, et pour corréler leur formation finale avec les nouveaux développements de la base de formation avancée. À ce moment-là, le lieutenant-commandant Donald E. YOUNG est devenu le commandant et a sélectionné les équipages qui devaient composer l'équipe HUIT. Le capitaine George F. KROEHL, NOUS. Armée, en tant qu'officier de liaison de l'armée et l'enseigne Edward J. STEFFEN en tant qu'officier de déminage. Underwater Demolition Team EIGHT, comme il est parti Fort Pierce , se composait de dix-sept officiers et soixante-dix-neuf hommes de troupe.

À la fin de l'entraînement à Fort Pierce, dans la nuit du 8 juin 1844, l'équipe est partie en train en route vers San Francisco pour embarquer par bateau pour la base de démolition de MAUI, T.H. Tôt le matin 14 juin 1944 , l'équipe a été chargée à bord d'un ferry et transportée à travers la baie, à bord de l'U.S.S. MONTEREY le voyage à HONOLULU . L'équipe est arrivée à MAUI le matin du 18 juin, au milieu de nombreux feux de signalisation, de petites embarcations ont été envoyées et l'équipe a été débarquée. Leur séjour au Naval Combat Demolition Training and Experimental Base à MAUI , E. avait commencé.

Avant de partir MAUI l'équipe a fait quelques ajustements de personnel et est passée d'un groupe d'équipages indépendants à une tenue raisonnablement bien coordonnée prête pour une mission de combat. Bientôt 8 août 1944 , l'équipe et ses multitude d'engins a été chargé à bord de l'U.S.S. GEORGE E. BADGER (APD-33) qui devait être leur maison flottante pour les neuf prochains mois.

En quittant KAMEOLE à bord de l'U.S.S. GEORGE E. BADGER, l'équipe a fait une escale de trois jours à PEARL HARBOUR pour charger de la poudre et ramasser un peu d'équipement supplémentaire à ajouter à l'offre déjà abondante.

Le 12 août 1944 a marqué l'avènement de l'équipe HUIT dans le Pacifique sans limites à l'ouest de PEARL et leurs adieux à la civilisation pour de nombreux mois à venir alors que l'U.S.S. GEORGE E. BADGER, surchargé d'hommes et d'équipement, a glissé devant les filets de PEARL HARBOR en route vers les SALOMON. Arrivé aux SALOMON dans la matinée du 24 août, le BADGER largue son hameçon dans les eaux calmes de PURVIS LA BAIE , entre TULAGI et FLORIDE ÎLES , où elle est restée près de deux semaines. Pendant son séjour, l'équipe a participé à une opération d'entraînement sur CAP ESPÉRANCE au GUADALCANAL , qui était complété par un appui-feu du groupe de bombardement et des frappes aériennes par des avions de la marine. Le rôle de l'équipe dans cette opération consistait à tirer deux paquets de tétrytol sur la plage avant le jour et après le bombardement, pour diriger les péniches de débarquement vers leurs plages désignées. Le 6 septembre, l'équipe quitte les SOLOMONS en compagnie du groupe de bombardement pour sa première mission de combat, qui doit être en appui au débarquement de ANGUAR ÎLE dans le PALAU grouper. En arrivant dans le PALAIS le matin du 12 septembre sous l'appui-feu rapproché d'un cuirassé, de deux croiseurs et de trois destroyers, après un bombardement préliminaire de trente minutes. Lors de cette reconnaissance, quinze cents mètres de plage ont été parcourus en trente minutes par l'utilisation des quatre pelotons de l'équipe, et aucune mine ou obstacle sérieux à un débarquement n'a été découvert. Seuls des tirs ennemis sporadiques ou une opposition ont été rencontrés et aucune victime n'a été reçue. Cette reconnaissance préliminaire était principalement une feinte pour tromper les Japonais, et le matin du 15 septembre une reconnaissance a été faite de la plage rouge sur la rive nord d'ANGUAR, qui devait être l'une des plages utilisées pour le débarquement du quatre-vingt-unième Division de l'Armée. Après trente minutes de bombardement préliminaire, les pelotons un et trois effectuent une reconnaissance à la nage de rouge plage , sous l'appui-feu rapproché du groupe de bombardement, couvrant quatre cents mètres de plage et ne rencontrant qu'une résistance japonaise passive et ne subissant aucune perte. Aucune mine n'a été trouvée, mais des rails à jets étaient situés le long de la ligne des hautes eaux en une double rangée à environ dix pieds d'intervalle sur le côté gauche de la plage, dont l'enlèvement a été jugé nécessaire avant le débarquement des troupes. Dans l'après-midi du 19 août, des membres du peloton du quartier général ont débarqué sur Red Beach, à trois heures de l'après-midi, après un bombardement de trente minutes, et ont effectué le seul travail de démolition de combat de l'équipe HUIT de la guerre, tirant 120 livres de tétrytol, et soit faire sauter ou déraciner normalement les obstacles sur la plage.

Le jour du renard sur ANGUAR était le 17 septembre, et pendant la semaine soignée, l'équipe a travaillé pour le Beachmaster à nettoyer les mines et à détruire les dangers flottants pour la navigation pendant que le BADGER était en service de contrôle entre ANGUAR et PELELIEU. Dans l'après-midi du 26 septembre, l'équipe EIGHT est appelée à effectuer une reconnaissance du chenal entre PELELIEU et NGESEBUS ÎLES en collaboration avec l'équipe SIX. Aucun appui-feu n'était possible autre que des bombardements aériens sur les plages de NGESEBUS ÎLE , en raison de la faible profondeur, de la longueur et de la construction du canal. Il s'agissait d'une reconnaissance plutôt exténuante, impliquant une nage de 3000 mètres dans une eau d'une profondeur maximale de quatre pieds jusqu'à une chaussée tenue par les Japonais, et retournant nécessairement sur la même distance.Des tirs de mitrailleuses lourdes, de mortiers et d'armes légères, ainsi que l'approche de l'obscurité, ont empêché les nageurs d'atteindre la chaussée, mais un itinéraire approprié pour les chars à traverser jusqu'à NGESEBUS a été tracé et les nageurs sont retournés au navire épuisés après trois heures. dans l'eau. Cette reconnaissance a mis fin à l'opération de la Team EIGHT dans le Groupe PALAU, ce lieu étant à notre connaissance la seule reconnaissance de ce type dans les annales des travaux de la Underwater Demolition Team.

Quittant le PALAIS le 27 septembre, l'équipe s'est retirée au AMIRAUTÉ ÎLES , ancrant dans de spacieux SEADLER LA BAIE à MANUS l'après-midi du 1er octobre MANUS devait devenir la zone d'étape de la LEYTE Opération.

L'équipe EIGHT a quitté SEADLER BAY le matin du 12 octobre en compagnie du groupe de bombardement en route vers LEYTE ISLAND aux PHILIPPINES, ayant la malchance de rencontrer en chemin son premier typhon tropical, qui a duré jusqu'à ce qu'ils atteignent LEYTE GULF et le cinquante les rouleaux de diplôme ont causé beaucoup de misère à ceux à bord. Arrivé dans les eaux abritées du GOLFE DE LEYTE le matin du 18 octobre, l'équipe est arrivée au large des plages assignées à midi et à 14 h 30, tous les pelotons ont été embarqués dans des péniches de débarquement et à 15 h, ils sont partis pour la plage. En raison du typhon, les opérations de déminage près des côtes avaient été retardées, de sorte que les principales unités du groupe de bombardement ne pouvaient pas se déplacer sur la plage et fournir un appui-feu rapproché à l'opération. Il n'y a pas eu de bombardement préliminaire, et pendant la reconnaissance, l'équipe n'avait que le feu de trois pouces des quatre APD qui se sont déplacés à moins de 1800 mètres de la plage ou plus près. Tous les bateaux ont reçu des tirs de mortier ainsi que des tirs de mitrailleuses et de tireurs d'élite, de nombreux nageurs repérant les mouvements des Jap le long du rivage. L'eau était très boueuse à cause du typhon et la visibilité était nulle, mais aucun obstacle ni mine de plage n'étaient situés sur les plages, qui étaient les plages bleues ONE et TWO, d'une superficie totale de 1 200 mètres. Au cours de cette reconnaissance, l'équipe a subi six pertes, une (1) dans l'eau et cinq (5) dans les bateaux alors qu'elle ramassait des nageurs. Un homme, Edward TILTON, est décédé par la suite de ses blessures. Tous ces hommes ont reçu le Purple Heart Award. Pour sa part dans cette opération Team EIGHT a reçu cette dépêche de l'Amiral KINCAID : "FOR EMBARKED UNDERWATER DEMOLITION TEAMS X VOUS AVEZ RAISON D'ÊTRE FIER DE LA PART QUE VOUS AVEZ JOUÉ DANS L'OPÉRATION LEYTE X BIEN FAIT ET BONNE CHANCE X".

Cette reconnaissance a complété le travail de l'équipe à LEYTE . Le BADGER était en service de contrôle le 19 octobre, et le 20 octobre, l'armée a débarqué après l'un des bombardements côtiers les plus dévastateurs jamais vus dans le Pacifique. Pendant que LEYTE Team EIGHT a vu ses premiers avions japonais, dont l'un a torpillé le croiseur léger U.S.S HONOLULU et un autre qui a plongé dans le HMAS AUSTRALIE . Dans la nuit du 21 septembre, le BADGER a quitté la zone pour escorter ces deux navires paralysés, manquant de peu la bataille de GOLFE DE LEYTE , s'arrêtant au PASSAGE DE KOSSAL le 23 octobre et arrivant à MANUS le 29 octobre.

Restant à MANUS pendant six (6) jours avant d'aller à la base d'entraînement et d'expérimentation de démolition au combat naval pour la réhabilitation, l'équipe a perdu huit officiers et hommes qui sont retournés à MAUI . En raison du goulot d'étranglement au MAUI , beaucoup de ces hommes devaient rencontrer l'équipe à leur retour là-bas et certains rejoindre l'équipe.

Le 4 novembre, l'équipe est partie en route vers NOUMÉA , NOUVELLE CALÉDONIE pour le repos et la rééducation, et le BADGER pour les réparations indispensables. Après avoir fait un court arrêt à PURVIS LA BAIE aux SALOMON les 7 et 8 novembre, l'équipe est arrivée à la belle port de NOUMÉA le matin du 11 novembre. À la fin de l'après-midi, toutes les mains étaient hors du navire et cantonnées dans la station de réception. Après seize jours de repos, l'équipe s'embarqua à nouveau sur le BADGER et partit pour la HOLLANDE le 26 novembre.

Après un voyage sans incident caractérisé par des manœuvres à grande échelle au large du port et entrant en quarts, le BADGER a atteint FINCHHAFFEN, NOUVELLE-GUINÉE le 30 novembre. Faisant le plein ce soir-là et passant une nuit étouffante dans le port étroit, le BADGER est parti pour HUMHOLDT BAY à HOLLANDIA le matin du 1er décembre, pour y arriver le 3 décembre.

Le séjour à HOLLANDIA avant l'opération LINGAYEN a été l'un des plus monotones de l'histoire de l'équipe. Alors que là, l'équipe a fait est probablement la plus grande contribution dans la poursuite de la guerre par le dégagement d'un canal à un camp de bûcherons SEA BEE à BOUGANVILLE LA BAIE , à vingt milles de la côte de HOLLANDIA. Ce voyage se faisait nécessairement en petit bateau, transportant vingt-cinq tonnes de tuyau en caoutchouc pour le travail. Deux coups de feu ont été posés et tirés, l'un de cinq et l'autre de vingt tonnes, ce qui a permis de dégager efficacement le chenal, ainsi que l'assujettissement complet de tous les surintendants autochtones autoproclamés qui s'étaient rassemblés pendant que les travaux étaient en cours. Par dix heures cette nuit-là, tous les membres de l'équipe étaient de retour à bord du BADGER, après la première journée de travail honnête depuis plusieurs mois. Noël 1944 fut forcément passé à HOLLANDIA, la journée étant égayée autant que possible par l'arrivée fortuite d'une grande partie du courrier et des colis qui furent fort appréciés malgré les ravages causés par une longue exposition aux éléments.

Départ NOUVEAU GUINÉE le 27 décembre, en route vers GOLFE DE LINGAYEN en compagnie du groupe de bombardement et d'une dizaine de jeeps, le BADGER s'arrête au PASSAGE KOSSOL pour faire le plein. En quittant 1 Jan janvier 1945 et de passage GOLFE DE LEYTE tôt le matin de 3 Jan uaire, l'équipe a commencé ce qui devait être une odyssée qui ne sera jamais oubliée par tous. Le soir du 3 Jan uary a trouvé la force de MINDORO , où à 1800 le CVE États-Unis OMANEY LA BAIE a été frappée sans sommation par un avion suicide Kamikaze qu'elle a brûlé violemment et hors de contrôle pendant trois heures avant d'être coulé par nos destroyers. C'était un spectacle spectaculaire et décourageant. Au cours des huit jours suivants, le navire s'est rendu cinquante-cinq fois dans les quartiers généraux, dont certains pendant dix-huit heures, et a subi l'une des premières attaques kamikazes à grande échelle de la guerre. Le soir du 5 Jan Au mois d'août, le groupe était au large du GOLFE DE LINGAYEN et a été attaqué par un groupe d'avions-suicides, jusqu'à trois à la fois vus plonger sur notre navire. Le groupe de bombardement a pénétré dans le golfe en une double colonne, flanquée de navires d'escorte et d'APD, pour se heurter à de vicieuses attaques d'avions-suicides et passer les carcasses brisées de plusieurs dragueurs de mines qui avaient été touchés précédemment en balayant le golfe. Au moins trente-cinq avions se sont écrasés ou ont été abattus en une demi-heure ce jour-là. Le 7 Jan uaire, l'équipe a effectué une reconnaissance des plages blanches, I et II, comprenant environ 2000 yards. Pour la première fois dans les opérations de l'équipe, elle a reçu un appui rapproché de deux LCI(G) qui se sont déplacés à moins de 500 mètres de la plage et ont couvert la ligne de dunes avec leurs tirs de quarante millimètres. L'opération s'est déroulée avec succès sans opposition ennemie, et aucune mine ni obstacle sur la plage n'a été trouvé.

Après la reconnaissance, le BADGER a jeté l'ancre dans le golfe. Le 9 Jan uaire, les troupes de l'Armée débarquèrent et le 12 Jan uaire, le BADGER a reçu l'ordre de retourner à LEYTE comme escorte pour un groupe de LST.

Le 19 Jan uaire, l'équipe était à destination de l'atoll d'ULITHI, arrivant le 23 Jan aire où il devait rester un mois dans les eaux de ce lagon magnifique mais aride. Après avoir passé vingt jours à bord du navire, entrecoupés de voyages quotidiens vers l'île de loisirs de la flotte de MOG-MOG, l'équipe a pris les choses en main et a débarqué sur l'île d'ASOR, grâce à la courtoisie du commodore KESSING, et a passé deux semaines très agréables de natation, d'exercice et de loisirs.

Après avoir été informé à 22 h 00 la nuit précédente du départ du BADGER pour IWO JIMA, l'équipe HUIT est montée à bord du navire avec son équipement dans une course folle à cinq heures le matin du 1er mars, et à 08 h 00 avait quitté ULITHI et travaillait dans de nombreux mois. Noël 1944 fut forcément passé à HOLLANDIA, la journée étant égayée autant que possible par l'arrivée fortuite d'une grande partie du courrier et des colis qui furent fort appréciés malgré les ravages causés par une longue exposition aux éléments.

Départ NOUVEAU GUINÉE le 27 décembre, en route vers GOLFE DE LINGAYEN en compagnie du groupe de bombardement et d'une dizaine de jeeps, le BADGER s'arrête au PASSAGE KOSSOL pour faire le plein. En quittant 1 Jan janvier 1945 et de passage GOLFE DE LEYTE tôt le matin de 3 Jan uaire, l'équipe a commencé ce qui devait être une odyssée qui ne sera jamais oubliée par tous. Le soir du 3 Jan uary a trouvé la force de MINDORO , où à 1800 le CVE États-Unis OMANEY LA BAIE a été frappée sans sommation par un avion suicide Kamikaze qu'elle a brûlé violemment et hors de contrôle pendant trois heures avant d'être coulé par nos destroyers. C'était un spectacle spectaculaire et décourageant. Au cours des huit jours suivants, le navire s'est rendu cinquante-cinq fois dans les quartiers généraux, dont certains pendant dix-huit heures, et a subi l'une des premières attaques kamikazes à grande échelle de la guerre. Le soir du 5 Jan Au mois d'août, le groupe était au large du GOLFE DE LINGAYEN et a été attaqué par un groupe d'avions-suicides, jusqu'à trois à la fois vus plonger sur notre navire. Le groupe de bombardement a pénétré dans le golfe en une double colonne, flanquée de navires d'escorte et d'APD, pour se heurter à de vicieuses attaques d'avions-suicides et passer les carcasses brisées de plusieurs dragueurs de mines qui avaient été touchés précédemment en balayant le golfe. Au moins trente-cinq avions se sont écrasés ou ont été abattus en une demi-heure ce jour-là. Le 7 Jan uaire, l'équipe a effectué une reconnaissance des plages blanches, I et II, comprenant environ 2000 yards. Pour la première fois dans les opérations de l'équipe, elle a reçu un appui rapproché de deux LCI(G) qui se sont déplacés à moins de 500 mètres de la plage et ont couvert la ligne de dunes avec leurs tirs de quarante millimètres. L'opération a été menée avec succès sans opposition ennemie, et aucune mine de plage ou obstacle n'a été trouvé.

Après la reconnaissance, le BADGER a jeté l'ancre dans le golfe. Le 9 Jan uaire, les troupes de l'Armée débarquèrent et le 12 Jan uaire, le BADGER a reçu l'ordre de retourner à LEYTE comme escorte pour un groupe de LST.

Le 19 Jan uaire, l'équipe était à destination de l'atoll d'ULITHI, arrivant le 23 Jan uaire où il devait rester un mois dans les eaux de cette lagune magnifique mais stérile. Après avoir passé vingt jours à bord du navire, entrecoupés de voyages quotidiens vers l'île de loisirs de la flotte de MOG-MOG, l'équipe a pris les choses en main et a débarqué sur l'île d'ASOR, grâce à l'aimable autorisation du commodore KESSING, et a passé deux très agréables semaines de natation, d'exercice et de loisirs.

Après avoir été informé à 22h00 la nuit précédente du départ du BADGER pour IWO JIMA, l'équipe HUIT est montée à bord du navire avec son équipement dans une course folle à cinq heures du matin du 1er mars, et à 08h00 avait quitté ULITHI et était en route pour IWO à vingt nœuds sur une mer agitée. Après cinq heures de mer, une dépêche est reçue pour débarquer l'équipe à ULITHI, mais comme il est trop tard pour faire demi-tour, elle est contrainte de rester à bord et de payer le séjour à terre par trois jours insupportables de mauvais temps. Arrivée à IWO le 3 mars, 8 sont restés assez longtemps pour subir un raid aérien, ramasser une étoile de bataille et se diriger vers GUAM le 6 mars comme escorte d'un groupe de transports d'attaque. Arrivée dans GUAM le 8 mars, l'équipe a été détachée de l'U.S.S. BADGER après sept mois éprouvants à bord et cantonné temporairement dans la station de réception là-bas avec l'ordre de construire son propre camp.

Nous arrivons maintenant à un sujet cher à l'écoute de tous les membres de Team EIGHT présents à l'époque, la construction de son propre camp à GUAM . L'autorisation de construire a été reçue du capitaine GRAYSON d'AdComPhibsPac, qui a ensuite été révoquée par le Marin île Commandant, mais pendant la confusion, et par de nombreux moyens détournés et l'aide des CB sur l'île, le camp a été construit.

Probablement l'événement marquant du séjour sur GUAM était l'inspection du camp et du personnel par l'amiral de la flotte, Chester W. NIMITZ, Commandant en chef , NOUS. Flotte du Pacifique. La veille seulement, une surface de corail avait été posée à l'arrière du camp pour servir de route, et le camp avait été nettoyé jusqu'à une propreté presque éblouissante. À 10 heures, l'amiral et le capitaine GRAYSON sont arrivés, ont marché jusqu'à l'endroit où les équipes HUIT et DIX étaient formées, ont donné une brève conversation informelle, ont serré la main de tous les officiers pendant l'inspection et ont parlé à de nombreux hommes. Il a ensuite fait le tour du camp et à son retour a félicité UD pour le camp et "l'un des meilleurs groupes d'hommes que j'ai eu le plaisir d'inspecter :" Après avoir passé plus d'une heure dans le camp, il est parti, laissant tout le personnel ravi de cela compliment d'un si bon gentleman et d'un officier exceptionnel. Plus tard, nous avons reçu une lettre du capitaine GRAYSON, qui suit

COMMANDE ADMINISTRATIVE

FORCES AMPHIBIES, NOUS. FLOTTE DU PACIFIQUE

P4 COMMANDEMENT SUBORDONNÉ A/AHG/Dr

Numéro de série : 67 SAN FRANCISCO , CALIFORNIE 4 avril 1945

De : Officier responsable, Commandement administratif,

Forces amphibies, NOUS. Flotte du Pacifique, COMMANDEMENT SUBORDONNÉ.

À : Commandant, équipe de démolition sous-marine n° 8.

Objet : Équipe de démolition sous-marine n° 8, - inspection de.

1. A l'occasion de son inspection à cette date, le commandant en chef de la flotte américaine du Pacifique s'est dit très satisfait de l'apparence et du moral de l'équipe en question ainsi que de l'état impeccable de leur camp et de ses environs.

2. L'officier responsable tient à féliciter le commandant, les officiers et les hommes de l'équipe 8 pour la belle prestation qu'ils ont faite et exprimer son plaisir d'avoir été associé à une très belle unité.

Le camp était presque terminé et toutes les mains se préparaient à récolter les fruits du travail dans une agréable chaleur GUAM quand les commandes sont venues pour déménager. Par conséquent, le matin du 5 avril, tout le matériel personnel de l'équipe a été chargé dans des camions, emmené au débarcadère et mis à bord de l'U.S.S. ARENAC (APA-128). Tout le matériel de démolition a été laissé au camp sur ordre du capitaine GRAYSON. En quittant PORT D'APRA l'équipe s'est rendue à PERLE , arrivant le 14 avril, y étant transféré à l'USS. TATUM (APD-81) et partant pour MAUI le soir du 15 avril. En débarquant à MAUI le 16 avril, il se sentait pratiquement en route pour les États-Unis, mais après dix jours de congé insulaire et deux semaines d'athlétisme semi-organisé, l'équipe HUIT a découvert qu'elle ne devait pas faire partie des élus, prenant en charge l'entraînement. programme à la base expérimentale et d'entraînement à la démolition au combat naval tandis que les équipes QUATRE, NEUF, DIX, QUATORZE et QUINZE sont rentrées chez elles. L'équipe a pris en charge la formation en peu de temps. Pendant qu'il était là-bas, le capitaine de corvette YOUNG a reçu la médaille de l'étoile de bronze pour son leadership exceptionnel au sein de l'équipe HUIT dans l'opération du GROUPE PALAU. Enfin, avec l'avènement de l'entraînement en eau froide à Ocean Side California, le tour de l'équipe est venu, et un groupe heureux d'hommes et d'officiers ont lâché les rênes du programme d'entraînement et ont embarqué à bord de l'U.S.S. JEFFERY (APD-44) pour le voyage à San Pedro, Californie.

En quittant MAUI le 16 juillet, l'équipe est arrivée à San Pedro, en Californie, le 22 juillet, pour être accueillie sur le quai par le lieutenant BROHL qui avait pris l'avion pour organiser notre transport aérien. Malgré l'inévitable confusion liée au débarquement et au départ pour un congé, dans les 36 heures, la majorité de l'équipe était sur le chemin du retour pour un congé attendu depuis longtemps.

De retour à Oceanside le ou vers le 11 août, l'équipe s'est réunie et avec quelques suppressions et ajouts préparés pour six semaines d'entraînement aux États-Unis, mais avec la fin de la guerre, a été immédiatement envoyée à l'étranger pour aider aux débarquements professionnels en CORÉE et en CHINE.

Monter à bord de l'U.S.S. DONALD W. WOLF (APT-129) le 14 août et partant pour PEARL HARBOUR le 16 août, l'équipe avait peu de chance ou d'envie de célébrer le V-J Day. Faisant une course folle à travers le Pacifique dans le cadre de ComUDRonTWO, sous le commandement du capitaine CLELAND ou de Chunking TWO, l'équipe n'a fait que de courts arrêts pour faire le plein à PEARL HARBOR et ENIWETOK, atteignant BUCKNER BAY, Okinawa le 4 septembre. En quittant Okinawa le 5 septembre, le WOLF s'est frayé un chemin à travers le JAUNE MER champs de mines, arrivant à JINSEN , CORÉE , le 1er septembre, mais n'ayant aucune tâche assignée au débarquement des troupes d'occupation. Restant dans la rivière au large de l'odorant JINSEN jusqu'au 15 septembre, le WOLF s'élance pour Okinawa à travers le bord extérieur d'un typhon qui a rendu le voyage très inconfortable, pour y arriver le 18 septembre.

En quittant Okinawa le 25 septembre, l'équipe a été emmenée TAKU , CHINE pour le débarquement des troupes d'occupation, mais encore une fois étaient des spectateurs de plusieurs milles au large. Après l'atterrissage, l'équipe s'est vu confier un travail de démolition mineur consistant à aplanir une volée de marches sur le front de mer en une rampe pour l'atterrissage de véhicules marins. En atteignant la plage avec des explosifs, il a été découvert qu'un tir serait dangereux pour le personnel et le matériel dans la zone, il a donc été annulé.

En quittant TAKU le 8 octobre, l'équipe a été transportée à CHEFOO , CHINE , arrivé le 9 octobre, où il devait avoir un travail à part dans l'inspection de la zone portuaire là-bas. Une excellente occasion de visiter une région des plus intéressantes a été perdue lorsque le plan de débarquer des marines à CHENFOO a été abandonné.

Le 10 octobre, l'équipe a quitté CHEFOO, mécontente de ne pas avoir débarqué, et a été transportée à TSINGTAO , CHINE , arrivée le 12 octobre. L'Equipe n'a participé à l'opération qu'au facteur moral de présence, mais a pu participer à la liberté ici ce qui était très intéressant du point de vue de la nouveauté.

En quittant TSINGTAO , le 17 octobre, l'équipe était sur le chemin du retour aux États-Unis, s'arrêtant à Okinawa , GUAM , et ENIWETOH pour faire le plein avant d'atteindre PEARL HARBOUR le 3 novembre.

Quittant PEARL HARBOR le 5 novembre, l'équipe arriva à San Diego le 11 novembre, quittant l'U.S.S. DONALD W. WOLF, où l'équipe avait reçu plus de considération et vivait dans un semblant d'harmonie plus proche que sur tout autre navire dans ses divers voyages, et s'est rendue à terre à la base d'entraînement amphibie de Coronado. Ici, les quelques personnes éligibles avec suffisamment de points ont été libérées pour être renvoyées, la majorité a été mise à la disposition du Bureau pour réaffectation et le reste a fait une demande pour rester en démolition et rejoindre la marine régulière.

Cela a mis fin à la carrière et aux voyages de l'un des meilleurs groupes d'abeilles marines jamais réunis dans une équipe de démolition sous-marine.Bien que peut-être pas aussi acclamés que certains, les membres de l'équipe HUIT peuvent être fiers d'une belle tenue, qui a conservé son personnel et son identité d'origine à un degré plus élevé que n'importe quelle autre des premières équipes de démolition sous-marine, et a terminé la guerre, même sans récompenses. , au moins avec une conscience tranquille et son idéal non prostitué.

(compilé par Robert Allan King pour l'UDT- JOINT Musée des archives publiques aux Archives opérationnelles du Centre historique naval)

LISTES DES ÉQUIPES - Pour protéger l'intégrité des équipes et la vie privée des hommes-grenouilles, les listes des équipes ne sont pas rendues publiques. Si vous ou votre proche étiez membre de l'UDT Team EIGHT et que vous souhaitez plus d'informations, nous vous suggérons de contacter le Musée UDT-SEAL.


GEORGE E BADGER DD 196

Cette section répertorie les noms et les désignations que le navire a eu au cours de sa vie. La liste est par ordre chronologique.

    Destructeur de classe Clemson
    Quille posée le 24 septembre 1918 - Lancé le 6 mars 1920

Couvertures navales

Cette section répertorie les liens actifs vers les pages affichant les couvertures associées au navire. Il devrait y avoir un ensemble de pages distinct pour chaque incarnation du navire (c'est-à-dire pour chaque entrée dans la section « Nom du navire et historique de la désignation »). Les couvertures doivent être présentées par ordre chronologique (ou du mieux possible).

Étant donné qu'un navire peut avoir plusieurs couvertures, elles peuvent être réparties sur plusieurs pages, de sorte que le chargement des pages ne prend pas une éternité. Chaque lien de page doit être accompagné d'une plage de dates pour les couvertures sur cette page.

Cachets de la poste

Cette section répertorie des exemples de cachets postaux utilisés par le navire. Il devrait y avoir un ensemble distinct de cachets de la poste pour chaque incarnation du navire (c'est-à-dire pour chaque entrée dans la section « Nom du navire et historique de la désignation »). À l'intérieur de chaque série, les cachets de la poste doivent être répertoriés dans l'ordre de leur type de classification. Si plusieurs cachets de la poste ont la même classification, ils doivent être triés par date de première utilisation connue.

Un cachet de la poste ne doit pas être inclus à moins qu'il ne soit accompagné d'une image en gros plan et/ou d'une image d'une couverture montrant ce cachet de la poste. Les plages de dates DOIVENT être basées UNIQUEMENT SUR LES COUVERTURES DU MUSÉE et devraient changer à mesure que de nouvelles couvertures sont ajoutées.
 
>>> Si vous avez un meilleur exemple pour l'un des cachets de la poste, n'hésitez pas à remplacer l'exemple existant.

Type de cachet de la poste
---
Texte de la barre de tueur

Mise en service de la Garde côtière américaine du 1er octobre 1930 au 21 mai 1934

Cachet de la poste USCS
Catalogue Illus. CD-R2

Type de lieu
FDC SLPb 8 janv. 1940 (74x6)

En tant qu'AVP-16
Premier jour en commission

Bureau de poste créé le 9 février 1940 - Discréé le 1er octobre 1945

Type de lieu
FDPS 3 10 févr. 1940

AS AVP-16
Service postal du premier jour

Type de lieu
FDPS 3 10 févr. 1940

En tant qu'AVP-16
Premier jour de service postal
Cachet du Dr S. E. Hutnick

AS AVP-16
Service postal du premier jour

AS AVP-16
Service postal du premier jour

Comme AVD-3
Nom du navire manuscrit sur le devant de la couverture.

Les autres informations

GEORGE E. BADGER a reçu huit étoiles de bataille pour le service de la Seconde Guerre mondiale en plus de la Presidential Unit Citation
* TG21.13
Opérations ASW du groupe Hunter-Killer du 12 juillet au 23 août 1943
* TG21.12
Opérations ASW du Hunter-Killer Group 20 avril au 20 juin 1943
* TG21.13
Opérations ASW du groupe Hunter-Killer Du 11 novembre au 29 décembre 1943
* Opération des îles Carolines occidentales
Capture et occupation du sud des îles Palau, du 6 septembre au 14 octobre 1944
* Opération Leyte
Débarquement de Leyte, du 10 octobre au 29 novembre 1944
* Opération Luçon
Débarquements dans le golfe de Lingayen, du 4 au 18 janvier 1945
* Opération Iwo Jima
Agression et occupation d'Iwo Jima, du 3 au 5 mars 1945
* Opération Okinawa Gunto
Assaut et occupation d'Okinawa Gunto, du 3 mai au 14 juin 1945

Crédité du naufrage.
Le sous-marin allemand U-613, 23 juillet 1943 au sud des Açores
Le sous-marin allemand U-172, le 12 décembre 1943 à l'ouest des îles Canaries

HOMONYME - George Edmund Badger (17 avril 1795 - 11 mai 1866)
Après des études collégiales partielles à Yale, Badger a étudié le droit et a été admis au barreau en 1814. Badger a pratiqué le droit en Caroline du Nord, a été actif dans la politique de l'État et a occupé des fonctions publiques à l'occasion. Partisan d'Andrew Jackson depuis les années 1820, il s'est séparé de lui au milieu des années 1830, est devenu un chef du parti Whig et a aidé à mener les Whigs à la victoire lors de l'élection présidentielle de 1840. Lors de son entrée en fonction, le président William Henry Harrison a nommé George E. Badger comme son secrétaire à la Marine, et il a continué à ce poste lorsque John Tyler a succédé à la présidence à la mort de Harrison. Le bref mandat de Badger en tant que secrétaire a été marqué par des efforts pour renforcer la Marine face aux tensions avec la Grande-Bretagne, la création du Home Squadron et l'intérêt continu pour les navires à vapeur. Badger démissionne en septembre 1841, lors d'un remaniement général du cabinet. Il a été élu au Sénat des États-Unis en 1846 et est resté sénateur jusqu'en 1855. Ses activités politiques se sont poursuivies jusque dans les années 1860, lorsqu'il était unioniste pendant la crise de la sécession, mais a ensuite soutenu l'effort de guerre confédéré. George E. Badger est décédé à Raleigh, en Caroline du Nord, le 11 mai 1866.

Si vous avez des images ou des informations à ajouter à cette page, contactez le conservateur ou modifiez cette page vous-même et ajoutez-la. Voir Modification des pages de navire pour des informations détaillées sur la modification de cette page.


USS George E Badger (APD-33), Golfe de Leyte, 18 novembre 1944 - Histoire

Après le shakedown, George E. Badger était basé à Charleston, en Caroline du Sud, tout en opérant dans les eaux des Caraïbes et le long de la côte est de Jacksonville, en Floride, à Boston. De retour à Philadelphie le 6 juin 1922, il y est désarmé le 11 août et est ensuite transféré au Département du Trésor le 1 octobre 1930 pour être utilisé par la Garde côtière. Il est racheté par la Marine le 21 mai 1934 et redésigné AVP-16 le 1er octobre 1939.

George E. Badger remis en service à Philadelphie le 8 janvier 1940, le Lt. Comdr. Frank Akers aux commandes. Au cours de l'année suivante, elle s'est engagée dans des opérations de formation dans les Caraïbes. Redésigné AVD-3 le 2 août 1940, il retourna à Norfolk le 12 janvier 1941 et s'occupa par la suite des avions alors qu'il était basé à Argentia, Terre-Neuve, et à Reykjavik, Islande, jusqu'au printemps 1942.

Commandé à Charleston le 26 mai 1942, George E. Badger escorté des convois le long de la côte est, dans le golfe du Mexique, et à Recife et Rio de Janeiro, au Brésil, jusqu'à son retour à Norfolk le 15 janvier 1943 pour être équipé pour le service de convoi atlantique. Au printemps 1943, il a opéré à partir de convois de berger d'Argentia à destination du Royaume-Uni. En juin elle a subi la révision à Norfolk, puis a navigué le 13 juillet pour l'Afrique du Nord. Vapeur avec transporteur d'escorte Bogue (CVE 9) et destructeur Clemson (DD-186), elle a fait sa première mise à mort le 23 juillet 1943 après que quatre attaques de grenades sous-marines ont éclaté en profondeur U-613 sud-ouest de Sao Miguel, Açores. Cette victoire est survenue quelques heures seulement avant que les avions de Bogue attaqué et envoyé U-521 au fond pas loin.

Après avoir touché Casablanca, George E. Badger retourna à New York le 23 août. Pendant les deux mois suivants, elle a fait un autre voyage d'escorte de New York à Casablanca, puis est revenue à New York le 21 octobre. Parti de Hampton Roads le 14 novembre, il s'embarque pour l'Afrique du Nord avec Bogue et destructeurs Du Pont, Osmond Ingram et Clemson lors d'une patrouille anti-sous-marine offensive. Cette patrouille a été menée agressivement et avec succès, faisant sauter U-172 le 12 décembre 1943 après 24 heures de jeu du chat et de la souris que le sous-marin allemand a perdu.

Après avoir escorté un autre convoi de Norfolk vers l'Afrique du Nord et retour George E. Badger a subi la conversion au transport à grande vitesse à Charleston et a été redésigné APD-33 le 19 mai 1944. Naviguant pour le devoir dans le Pacifique, elle a fumé via la Côte Ouest et Pearl Harbor à Guadalcanal où elle est arrivée le 12 août. De là, elle a porté aux îles Palaos. Arrivée à l'île d'Angaur le 12 septembre, George E. Badger blindé les navires de guerre bombardant l'île et du 14 au 16 septembre a envoyé ses hommes-grenouilles robustes à terre pour le travail de reconnaissance et de démolition. Les renseignements ont été recueillis et les obstacles sur la plage ont été supprimés avant que le navire ne démarre le 12 octobre pour Leyte, où jusqu'au 18 octobre, il a soutenu la reconnaissance et le bombardement de la côte est de cette île stratégique et a de nouveau débarqué ses hommes-grenouilles.

Parti le 21 octobre, il a fait escale au passage de Kossol, à Manus et à Noumé avant de participer aux débarquements de Lingayen du 5 au 11 janvier 1945. Dans ceux-ci, elle a prêté son appui-feu efficace comme demandé, et le jour J, le 5 janvier, a fait exploser une torpille japonaise d'attaque avion hors des airs. Ses hommes-grenouilles ont atteint les plages 2 jours plus tard et, malgré de fréquentes attaques aériennes, George E. Badger a continué le dépistage lors des débarquements du 7 janvier jusqu'au départ du 11 janvier pour Leyte et Ulithi.

Jusqu'au printemps 1945, le navire de guerre vétéran a été révisé à Ulithi et patrouillait au large d'Iwo Jima pendant que les combats faisaient rage et escortaient les navires de Guam à Guadalcanal, Nouméa et Manus. Elle a navigué d'Ulithi le 2 avril 1945 pour Okinawa avec des transporteurs livrant des avions de remplacement et a escorté par la suite des convois de Saipan à Okinawa. George E. Badger a navigué d'Eniwetok le 24 juin pour Pearl Harbor. Commandé de là à San Francisco pour reconversion, il est retourné au DD-196 le 20 juillet 1945 et plus tard désarmé à ce port le 3 octobre 1945. George E. Badger a été mis au rebut le 3 juin 1946.

En plus de sa Presidential Unit Citation avec le Bogue groupe de travail, George E. Badger a remporté huit étoiles de bataille pour le service de la Seconde Guerre mondiale.


1944: Observations d'OVNI &

Date : 1944
Lieu : Royaume, Angleterre
Temps:
Résumé : Photos d'observations d'OVNI dans l'histoire du Royaume-Uni.
La source:

Date : 1944
Lieu : Allemagne
Temps:
Résumé : Les pilotes de la Seconde Guerre mondiale des deux côtés du conflit ont signalé des « chasseurs de Foo », des objets volants brillants et non identifiés qui se déplacent dans le ciel d'une manière étrange.
La source:

Date : 1944
Lieu : Autriche, Klagenfurt
Temps:
Résumé : Le Major Leet, pilote de bombardier, a vu un disque lumineux suivre son avion et ses manœuvres.
La source:

Date : 2/3 janvier 1944
Lieu : Halberstadt, Allemagne
Temps:
Résumé : Deux roquettes ont changé de cap, tête ardente et poupe flamboyante.
Source : Page 54 Réf.1

Date : 5 janvier 1943
Lieu : Kiel, Allemagne
Temps:
Résumé : Disques de la taille d'une plaque noire.
Source : Page 55 Réf.1

Date : 28 janvier 1944
Localisation : Quelque part en France
Temps:
Résumé : Feu rouge aéroporté.
Source : Page 56 Réf.1

Date : 29 janvier 1944
Lieu : Lieu inconnu
Temps:
Résumé : Des flammes jaunes/rouges de boule rouge ont suivi l'avion par une action d'évitement.
Source : Page 56 Réf.1

Date : février 1944
Lieu : Détroit de Bass, Australie
Heure : 2h30
Résumé : À 2 h 30 du matin, un équipage de bombardier à 4 500 pieds d'altitude a vu une forme sombre se placer le long de l'avion et l'arpenter à une distance d'environ 100 pieds pendant environ 18 à 20 minutes. Une lumière vacillante était visible à son extrémité arrière, qui illuminait la partie arrière de l'objet. Alors que l'objet était à côté de tous les instruments radio et radiogoniométriques de l'avion ont mal fonctionné. Finalement, l'objet a accéléré et s'est éloigné.
Source : Réf. 3 Bill Chalker, The Oz Files, 1996, pp. 35-36

Date : 4 février 1944
Lieu : Francfort, Allemagne
Temps:
Résumé : Deux observations : objet stationnaire en forme de larme, ressemblant à un ballon, une boule argentée brillante ressemblant à un ballon météorologique très brillant avec un éclat métallique.
Source : Page 59 Réf.1

Date : 4 février 1944
Lieu : côte hollandaise
Temps:
Résumé : Un long objet fixe noir, semblable à un petit éclat de flak flottant.
Source : Page 59 Réf.1

Date : 8 février 1944
Lieu : Francfort, Allemagne
Temps:
Résumé : Objet en forme de boule de couleur argentée changeant à l'arrêt.
Source : Page 59 Réf.1

Date : 19/20 février 1944
Lieu : région de Leipzig-Berlin, Allemagne
Temps:
Résumé : Deux objets : des boules incandescentes en mouvement semblable à un serpent.
Source : Page 59-60 Réf.1

Date : 19/20 février 1944
Lieu : Coblence et Aix-la-Chapelle, Allemagne
Temps:
Résumé : Un objet argenté en forme de cigare comme un dirigeable semblait être une ligne de fenêtres le long du bas de l'objet.
Source : Page 60 Réf.1

Date : 22 février 1944
Lieu : Washington, DC
Temps:
Résumé : Le 22 février, Franklin D. Roosevelt rédige un mémo Top Secret sur la papeterie de la Maison Blanche pour le « comité spécial sur la science et la technologie non terrestres ». Le titre et le contenu font clairement allusion à la vie extraterrestre, l'ancien en utilisant le mot "non-terrestre" et ce dernier parle de "comprendre la réalité que notre planète n'est pas la seule à abriter la vie intelligente de l'univers".
La source:

Date : 24/25 février 1944
Lieu : Saint-Quentin, France
Temps:
Résumé : Trois objets en argent & ressemblant à des zeppelins & se déplaçant indépendamment du vent & non interconnectés.
Source : Page 60 Réf.1

Date : mars 1944
Lieu : Carlsbad, Nouveau-Mexique
Temps:
Résumé : Le pilote de l'Air Force a vu la vitesse d'un OVNI se déplacer rapidement hors de vue au-dessus de l'horizon.
Source: NICAP UFO Evidence, 1964, Hall, III

Date : 11 avril 1944
Lieu : Lieu inconnu, probablement en Allemagne
Temps:
Résumé : Des projectiles ressemblant à des planeurs bombardent une grande traînée de fumée orange et lumineuse.
Source : Page 66 Réf.1

Date : 25 avril 1944
Lieu : France
Temps:
Résumé : Vaisseau noir en larmes.
Source : Page 63 Réf.1

Date : 26 avril 1944
Lieu : Essen, Allemagne
Temps:
Résumé : Things quatre oranges luisent des ailes courtes et trapues de la taille d'un ballon de football ressemblant à de grosses oranges.
Source : Page 64-65 Réf.1

Date : été 1944
Lieu : Normandie, France
Temps:
Résumé : Le chroniqueur de Los Angeles George Todt, dans un groupe de quatre officiers de l'armée, dont un lieutenant-colonel, a regardé une boule de feu rouge palpiter naviguer jusqu'aux lignes de front, planer pendant 15 minutes, puis s'éloigner.
Source: NICAP UFO Evidence, 1964, Hall, IV

Date : été 1944
Lieu : Italie
Temps:
Résumé : Objet immobile en forme d'œuf, métalliquement luisant
La source:

Date : juin 1944
Lieu : Normandie, France
Temps:
Résumé : Objet luminescent en forme de disque.
Source : Page 67-68 Réf.1

Date : juin 1944
Lieu : Atoll de Palmyre
Heure : Vers minuit.
Résumé : Ancré à l'atoll de Palmyre, Edward W. Ludwick, officier exécutif sur un cargo avec équipage de la Garde côtière a été témoin d'un objet inhabituel. Après avoir recherché un avion de la Marine perdu, une lumière semblable à une étoile en mouvement a commencé à gonfler comme un ballon à mesure qu'elle se rapprochait. Vu avec des jumelles : c'était une sphère ronde planant 5X plus brillante que les étoiles, elle s'est déplacée lentement pendant une demi-heure couvrant 90 degrés, puis s'est dirigée vers le nord
Source : Clark & Farish, Foo-Fighters de la Seconde Guerre mondiale

Date : juin 1944
Lieu : Mer Adriatique
Heure: 11h00
Résumé : À 11h00, un vol de trois chasseurs P-38 à 33 000 pieds a vu au-dessus d'eux, à une altitude estimée de 50 000 pieds, un disque d'argent. L'objet est descendu à environ 40 000 pieds et a arpenté les chasseurs pendant 3 minutes, puis a accéléré et s'est éloigné.
Source : Réf. 3 Jan Aldrich, Projet ACUFOE, du formulaire de rapport CUFOS

Date : 1er juin 1944
Lieu : Penuela Porto Rico
Heure : 19h00
Sommaire: . C'est arrivé quand j'avais 8 ans à Penuela, à Porto Rico. Vers 19h, j'étais dehors en train de jouer seul. J'ai entendu un bruit d'abeilles bourdonner au-dessus de moi comme si un essaim très grand et en colère était sur le point d'attaquer. Je me suis mis à couvert au sol et quand j'ai levé les yeux sur le côté depuis ma position couchée au sol, j'ai vu un avion circulaire en vol stationnaire et un très gros avion rond avec de nombreuses lumières qui brillaient sous l'engin. Il a décollé au bout de quelques secondes. Je m'appelle ((nom supprimé)). J'habite à ((adresse supprimée)) Drive, Lake Worth, FL 33467.
Source : Centre national de signalement des ovnis

Date : 6 juin 1944
Lieu : France
Heure : 01h00
Résumé : J'ai fait partie de la 8th Air Force pendant la seconde guerre mondiale. Nous où lors d'une mission de bombardement aux premières heures du débarquement de Normandie, notre objectif était un dépôt de chemin de fer où les Allemands utilisaient ce chemin de fer pour amener des hommes et du matériel jusqu'au mur de l'Atlantique afin que des renforts puissent être apportés et pour couper les lignes d'approvisionnement. était une cible. Après toutes ces années, j'ai perdu les coordonnées de notre cible. Environ 10 minutes après avoir traversé la côte. J'ai entendu l'une de nos escortes à la radio crier « des bandits à 6 h » haute et basse. Maintenant, après avoir entendu cela, je suis allé armer mon arme. formation avant de partir sur notre raid i et vérifier et revérifier mon arme. Un des objets est apparu entre notre formation et la mienne. Je suis allé armer mon arme et elle s'est bloquée. J'ai fait de mon mieux pour vérifier le blocage. Cela paraissait normal. Environ quinze minutes après son apparition, il a disparu et mon arme avait disparu. C'était la chose la plus étrange qui soit parce que nous avons également eu une perte radio et que notre moteur numéro quatre avait calé. J'écris ceci au nom d'un vétérinaire dont j'ai entendu cette histoire.
Source : Centre national de signalement des ovnis

Date : 6 juin 1944
Lieu : Côte normande, France
Temps:
Résumé : Objet ellipsoïdal sombre et émoussé à chaque extrémité comme une saucisse.
Source : Page 67 Réf.1

Date : 6 juin 1944
Lieu : juste à côté d'Omaha Beach, France
Temps:
Résumé : Edward Breckel, mitrailleur sur l'USS George E. Badger, a rapporté qu'un objet ellipsoïdal sombre a été vu à cinq miles de distance à environ 15 pieds au-dessus de l'eau se déplaçant dans un parcours circulaire pendant 3 minutes.
Source : Chester, page 67, CIRFO Orbit, janvier 1955

Date : 22 juin 1944
Lieu : Oahu, près de Kaneohe, Hawaï
Temps:
Résumé : Un objet a été observé. Traces métalliques trouvées. Un objet a été observé par un témoin masculin expérimenté sur le rivage. Sept nains de 4,5 pieds de haut, chacun portant une combinaison verte, ont été vus. / Un objet aurait été abattu par l'armée américaine alors qu'il tentait de quitter l'île d'Oahu, à Hawaï, près de Kaneohe. Une occupante a été capturée et transportée par avion à Washington, DC .
Source : Webb, David HUMCAT : Catalogue des rapports humanoïdes

Date : juin/juillet 1944
Lieu : Normandie, France
Temps:
Résumé : Sphères approximativement de la taille d'un ballon de football.
Source : Page 70 Réf.1

Date : juillet 1944
Lieu : Ile Turk
Temps:
Résumé : Un non identifié n'a été suivi au radar que par 11 témoins. (Martin) Les sources sont des fichiers Condon, des fichiers NICAP Pas vraiment une citation, mais c'est tout ce que nous avons. Le radar ne signifie pas grand-chose, car la Marine et l'AAF se heurtaient à de faux retours dans le Pacifique. Cependant, ceux-ci sont intéressants car il y avait des indications que la Marine a fait une étude spéciale pendant la guerre et des indications sont que d'autres études ont été menées pendant la guerre de Corée.
Source: Jan Aldrich, ADN d'OVNI – PB4Y1

Date : juillet 1944
Lieu : Brest, France
Temps:
Résumé : Deux hommes du 175th Infantry Regiment, 29th Infantry Division, ont vu un grand objet rectangulaire sans source apparente de propulsion se déplacer régulièrement au-dessus des lignes de front et au large. L'OVNI à un moment donné est passé devant la lune, l'obscurcissant brièvement à la vue.
Source: NICAP UFO Evidence, 1964, Hall, IV

Date : juillet 1944
Lieu : Normandie, France
Temps:
Résumé : Cibles volant à des altitudes extrêmement élevées
Source : Page 81 Réf.1

Date : 1er août 1944
Lieu : Ploesti, Roumanie
Temps:
Résumé : Objet jaune voyageant plusieurs fois la vitesse d'un avion.
Source : Page 71 Réf.1

Lieu : Sumatra
Temps:
Résumé : Observation d'un OVNI en mouvement qui arpentait le B-29 (cas Reida) pendant la mission.
Source: NICAP UFO Evidence, 1964, Hall, III

Date : 10 août 1944
Lieu : Kharagpur, Inde
Temps:
Résumé : Le 10 août 1944, le capitaine Alvah M. Reida pilotait un bombardier B-29 basé à Kharagpur en Inde, en mission au-dessus de Palembang, Sumatra, lorsque son mitrailleur droit et son copilote ont remarqué une sphère - probablement cinq ou six. pieds de diamètre, d'une couleur rouge ou orange très vive et intense qui palpitait constamment, à environ 12 500 pieds de l'aile tribord. Il a suivi le B-29, volant alors à 210 mph. Reida a essayé de le secouer de son avion, mais il est resté dans la même position relative jusqu'à ce qu'au bout de huit minutes, il effectue un virage brusque à 90 degrés et accélère rapidement, disparaissant dans le ciel couvert.
La source:

Date : 10/11 août 1944
Lieu : Palembang, Sumatra
Temps:
Résumé : Boules orange rougeâtre, de la taille d'un objet sphérique de baseball, probablement de 5 ou 6 pieds de diamètre, d'une couleur rouge ou orange très brillante et intense.
Source : Page 71-74 Réf.1

Date : 12 août 1944
Lieu : Pélice, Sud de la France
Temps:
Résumé : D'énormes disques de lumières circulaires (passant du jaune vif au haut blanc) comme les hublots d'un navire immobile.
Source : Page 75 Réf.1

Date : 13 août 1944
Lieu : Kaoe Bay, Indonésie
Temps:
Résumé : Lumière très brillante semblant planer dans l'air pendant au moins cinq minutes
La source:

Date : août 1944
Lieu : Bt. Saint-Lô et Vire, France
Temps:
Résumé : La taille de la lumière rouge cerise d'une grande étoile était immobile dans le ciel avant de disparaître dans les nuages.
La source:

Date : Fin août 1944
Lieu : Mattoon, Illinois
Temps:
Résumé : Un homme mystérieux est apparu aux fenêtres, comme s'il cherchait quelqu'un. Il a stupéfié les témoins en leur montrant un appareil qui "a fait dissoudre la conscience" et a laissé une étrange odeur écoeurante derrière lui.
Source : Magonia #51, FSR 61, 3

Date : septembre 1944
Lieu : Anvers, Belgique
Heure : 21h
Résumé : Vers 21h. dans la soirée, un soldat canadien, stationné près des lignes de front près d'Anvers, a observé un "globe rougeoyant" voyageant de la direction de la ligne de front vers Anvers. Il semblait avoir environ un mètre de diamètre et avait l'air d'être en verre trouble avec une lumière à l'intérieur. Il dégageait une douce lueur blanche. Son altitude semblait être d'environ 13 mètres, sa vitesse d'environ 50 km/h, et il n'y avait aucun son d'aucune sorte. Il était évidemment motorisé et contrôlé. Il a été suivi d'un autre qui à son tour a été suivi par d'autres, cinq en tout.
Source : fichiers Don Berliner

Date : septembre 1944
Lieu : Oak Ridge, Tennessee
Temps:
Résumé : « De retour sur le front intérieur américain, sur les rives de la rivière Clinch à Oak Ridge, dans le Tennessee, un immense bâtiment noir et sans fenêtre était en construction. A la mi-septembre 1944, cette structure, une usine de diffusion gazeuse, est mise en service. Cette usine inhabituelle a été conçue pour préparer des quantités de matières fissiles pour l'arme secrète la plus importante des États-Unis, la bombe A. “Peu de temps après le début des opérations de l'usine, la zone a reçu un visiteur très étrange. Un étrange objet métallique ressemblant à un tube a été repéré planant au-dessus de la route près de l'usine d'Oak Ridge. L'objet s'est éloigné alors qu'une foule commençait à se rassembler. L'observation a été signalée au FBI (20).
Source : Fort Charles. La référence (20) est tirée de Lorenzen, UFOs: The Whole Story.

Date : septembre 1944
Lieu : île japonaise inconnue
Temps:
Résumé : Objet blanc & en forme d'oeuf & très brillant.
La source:

Date : septembre 1944
Lieu : Angleterre
Temps:
Résumé : objet sphérique brillant et ampli comme une boule qui roule
La source:

Date : fin septembre 1944
Lieu : Douvres, Angleterre
Temps:
Résumé: Lueur rouge de forme cylindrique noire solide émettant de l'arrière
Source : Page 81-82 Réf.1

Date : Automne 1944
Lieu : Hollande
Temps:
Résumé : Lumière se déplaçant haut dans le ciel nocturne.
La source:

Date : octobre 1944
Lieu : Hollande du Sud-Est
Temps:
Résumé : L'officier d'artillerie de campagne et les hommes ont vu un objet brillant se déplacer du NW au SW, traversant un arc d'environ 90 degrés en environ 45 minutes.
Source: NICAP UFO Evidence, 1964, Hall, IV

Date : 10 octobre 1944
Lieu : Alghut, Suède
Heure: 20h00
Résumé : à 20h00. un homme à bicyclette a été soudainement éclairé par un faisceau lumineux provenant des bois, puis il a vu une grande sphère brillante s'élever rapidement du sol et planer à la hauteur de la cime des arbres. Il semblait de couleur dorée semblable à la lune et ne faisait aucun son. Après environ 5 minutes, l'objet a brusquement disparu.
Source : Archives AFU Anders Liljegren

Date : 16 octobre 1944
Lieu : Formose, Taïwan
Temps:
Résumé : Petit point noir suspendu à l'arrêt.
La source:

Date : 20 octobre 1944
Lieu : Vallée du Pô, Italie
Temps:
Résumé : Apparition d'un feu rouge d'un feu d'avion.
La source:

Date : 20 octobre 1944
Lieu : Florence, Italie
Temps:
Résumé : Deux boules orange plongeant dans les collines.
La source:

Date : 25 octobre 1944
Lieu : Omura, Japon
Temps:
Résumé : Observations multiples de ballons possibles.
La source:

Date : 29 octobre 1944
Lieu : Munich, Allemagne
Temps:
Résumé : Boule de feu de couleur bleu clair d'environ trois pieds de diamètre.
La source:

Date : 30/31 octobre 1944
Lieu : Cologne, Allemagne
Temps:
Résumé : Une boule de feu circulaire, orange pâle, aux contours clairs.
La source:

Date : novembre 1944
Lieu : France
Temps:
Résumé : Le pilote du 415th Night Fighter Squadron a vu la formation d'objets ronds.
Source: NICAP UFO Evidence, 1964, Hall, III

Date : 5 novembre 1944
Lieu : Singapour, Malaisie
Temps:
Résumé : Une longue traînée parabolique violet-bleu.
La source:

Date : 5/6 novembre 1944
Lieu : Aix-la-Chapelle/Bonn, Aix-la-Chapelle/Cologne, Allemagne
Temps:
Résumé : Possible jet single light 5 visuels free lance sur jets, pas d'A.I. ou G.C.I. entre en contact avec plusieurs fusées éclairantes semblables à des jets.
La source:

Date : 16 novembre 1944
Lieu : En route Leyte, île des Philippines
Temps:
Sommaire : 23 h 55 ou 23 h 55 locale. USS Gilliam, en route Leyte, île des Philippines, de Oro Bay, Nouvelle-Guinée. Le journal du navire indique que le lieutenant J.L. Besmond, OOD, à bord du USS Gilliam, APA 57, dans l'unité de travail de l'entreprise 79.15.1. Rapports de combat objet non identifié, distance 21 miles
Source : Journal du navire USS Gilliam Voir l'entrée de novembre 1944 ci-dessus

Date : 22 novembre 1944
Lieu : Allemagne
Temps:
Résumé : Objet sphérique, fluctuant en luminosité, de couleur rose pyrotechnique, changeant violemment de vitesse, mouvements rapides et saccadés.
La source:

Date : 24 novembre 1944
Lieu : Italie du Nord
Temps:
Résumé : Lumière ambrée ronde, jaune orangé lumineux, lumière aveuglante ressentie une chaleur insupportable.
La source:

Date : 26 novembre 1944
Lieu : Mannheim, Allemagne
Temps:
Résumé : Lumière rouge qui a disparu en longue traînée rouge.
La source:

Date : fin novembre (peut-être du 28 au 30), 1944
Lieu : Strasbourg, Allemagne
Temps:
Résumé : Huit à dix lumières d'affilée, rougeoyantes en orange et se déplaçant à une vitesse incroyable.
La source:

Date : Fin novembre 1944
Lieu : Golfe de Lingayen, Philippines
Temps:
Résumé : Globe vert clair.
La source:

Date : décembre 1944
Lieu : Autriche
Temps:
Résumé : Le pilote du B-17 (William D. Leet) et l'équipage, en mission de loup solitaire, ont été suivis d'un disque de couleur ambre.
Source: NICAP UFO Evidence, 1964, Hall, III

Date : décembre 1944
Lieu : Bt. Strasbourg et Manheim, Allemagne
Temps:
Résumé: Boule ronde floue brillante, deux fois plus grande que la teinte jaune, blanche, rouge de la pleine lune qui n'était pas de couleur unie, pas de retour radar.
Source : Page 118-119 Réf.1

Date : décembre 1944
Lieu : Bt. Francfort et Karlsrhue, Allemagne
Temps:
Résumé : Trois à quatre balles très lumineuses, complètement illuminées de couleur rouge, jaune, blanche et bleue de la taille d'une balle de tennis à bout de bras.
Source : Page 119 Réf.1

Date : décembre 1944
Emplacement : Quelque part bt. l'est de la France et l'ouest de l'Allemagne
Temps:
Résumé : Chaîne de lumières, au nombre de douze à quinze, de couleur orange à jaune, d'environ quatre pieds de diamètre, s'étendant sur deux fois la longueur de l'avion de l'équipage sans contact radar

Date : 2 décembre 1944
Lieu : Villafranca, zone de l'aérodrome de Ghedi, Italie
Temps:
Résumé : Une lumière fixe, apparemment suspendue.
La source:

Date : 5 décembre 1944
Lieu : Région du Rhin, Allemagne
Temps:
Résumé : Aéronef présumé qui a grimpé hors de portée dans rien de plat.
La source:

Date : 14/15 décembre 1944
Lieu : Erstein, Allemagne
Temps:
Résumé : La lumière rouge brillante et l'amp semblent être 4 ou 5 fois plus grosses qu'une étoile allant à 200 mph.
Source : P age 96 130 Réf.1

Date : Mi-déc. 1944 (dans les deux premières semaines de l'offensive des Ardennes)
Lieu : Allemagne
Temps:
Résumé : Lueur rougeâtre amorphe qui apparaissait parfois en forme de cigare.
La source:

Date : 17 décembre 1944
Lieu : Breisach, Allemagne
Temps:
Résumé : 5 ou 6 feux rouges et verts clignotants en forme de T.
La source:

Date : 22 décembre 1944
Lieu : Hagenau, Allemagne
Heure : 6h00
Résumé : Le , le lieutenant David McFalls du 415 e escadron de chasse de nuit américain était au-dessus de Hagenau, en Allemagne. À 6 heures du matin, il a vu deux lumières orange vif et étreintes monter vers l'avion. McFalls a plongé, incliné et tourné son avion, mais les ovnis sont restés avec lui pendant deux minutes, puis se sont décollés et ont cligné des yeux.
La source:

Date : 23/24 déc. 1944
Lieu : Allemagne
Temps:
Résumé : Trait rouge dans le ciel.
La source:

Date : 23/24 déc. 1944
Localisation : Allemagne (pas de localisation positive)
Temps:
Résumé : Un objet rouge brillant tirant directement vers le haut semblait être un avion faisant un aileron et entrant en piqué et disparaissant.
La source:

Date : Entre. 16 et 24 décembre 1944
Lieu : Allemagne
Temps:
Résumé : Lueur rougeâtre amorphe qui apparaissait parfois en forme de cigare.
La source:

Date : 26/27 décembre 1944
Lieu : Allemagne
Temps:
Résumé : Observations multiples : des boules de feu rouges, deux traînées de flammes jaunes et ont disparu de la vue.
La source:

Date : 26/27 décembre 1944
Lieu : Worms, Allemagne
Temps:
Résumé: Triangle de boule circulaire et ardente d'ovales trois circulaires, de couleur bleu rougeâtre, de lumières vives, ressemblant à des flammes, dans une formation triangulaire inversée serrée.
La source:

Date : 27 décembre 1944
Lieu : Lunéville, France
Temps:
Résumé : Deux ensembles de trois feux rouges et blancs
Source : Page 107-108.131 Réf.1

Date : 27 décembre 1944
Lieu : France
Temps:
Résumé : Lumières oranges, seules et par paires, suspendues dans l'air, se déplaçant lentement avant de disparaître.
Source : Page 108 Réf.1

Date : 28 décembre 1944
Lieu : Neuwied / Coblence Allemagne
Temps:
Résumé : Une boule verte d'environ six pouces de diamètre immobile et ne semblait pas avoir de support.
Source : Page 108 Réf.1

Date : 28 décembre 1944
Lieu : Ardennes, Belgique
Temps:
Résumé : Une grande lumière blanche sans contact radar est montée directement à une vitesse énorme a disparu.
Source : Page 108-110 Réf.1


Maintenant en vente!
La bataille de Samar -
Taffy III au golfe de Leyte
5e édition (2010)
par Robert Jon Cox

Copyright & copie 2011 par USMilitaryArt.com

USS Samuel B. Roberts (DE 413)
Dessin de profil commémoratif
par George Bieda


USS George E Badger (APD-33), Golfe de Leyte, 18 novembre 1944 - Histoire

UN PEU D'HISTOIRE : VP-54 History ". Vers 1943. " Contribution de John Lucas [email protected] [21MAR2003]

UN PEU D'HISTOIRE : ". Histoire de l'escadron : VPB-54. "

Insigne et surnom de l'escadron

Bien qu'il n'y ait aucune trace d'insigne officiel dans le dossier, une photographie de février 1943 du commandant de l'escadron debout à côté d'un VP-54 Catalina montre l'insigne d'un chat noir hargneux accroupi sur une bombe. Les membres de l'escadron déclarent qu'une pleine lune a servi d'arrière-plan à la conception. Couleurs : fond de lune, chat et bombe orange, noir avec langue de chat soulignée de blanc, dents et moustaches rouges, blanc.

Surnom : Black Cats, 1942�.

Chronologie des événements importants

15 novembre 1942 & février 1943 : Le VP-54 a été créé à NAS Kaneohe, à Hawaï, en tant qu'escadron d'hydravions pilotant le PBY-5A Catalina sous le contrôle opérationnel de FAW-2. La formation et l'entraînement de l'escadron se sont poursuivis jusqu'au 11 février 1943. Bien que 12 appareils constituaient l'effectif normal d'un escadron, 18 appareils étaient à bord à la fin de l'année. Le 12 février 1943, le VP-54 reçut l'ordre de se convertir en unité de vol de nuit avec deux semaines d'entraînement avant d'être transféré dans la zone de combat.

1er mars 1943 : Le premier élément de l'avion a quitté NAS Kaneohe pour NOB Espiritu Santo, le dernier avion étant arrivé début avril. Au cours de cette période d'opérations, l'escadron est passé sous le contrôle opérationnel de FAW-1. En route, quatre avions ont été capturés sur l'île de Canton de la NAF lors d'un raid nocturne surprise par des bombardiers d'attaque japonais Mitsubishi G4M1 Navy Type 1 (Betty). Les quatre Catalinas ont été détruits.

11 mars 1943 : VP-54 a commencé à envoyer ses avions à Henderson Field, Guadalcanal, en relève VP-12. Ses fonctions consistaient à effectuer des patrouilles anti-navigation dans la région des Salomon à l'appui des forces occupant l'île et des missions Dumbo à l'appui des équipages abattus. Les premiers débarquements sur Guadalcanal avaient eu lieu le 7 août 1942, rencontrant une forte résistance japonaise. L'île n'a été déclarée sûre que le 9 février 1943. Les pistes de patrouille comprenaient l'île Russell, la côte sud-ouest de Santa Isobel et la pointe nord de Malaita et de l'île Savo.

5 août 1943 : Au cours des campagnes de Rendova et des îles Munda dans les Salomon, les Japonais ont tenté de retirer autant de leurs forces terrestres que possible des garnisons isolées. VP-54 a mené de nombreuses attaques anti-navigation sur les transports au cours de cette période.

7 septembre 1943 : VP-54 était basé à NAB Henderson Field, Guadalcanal, avec sept avions, NOB Espiritu Santo avec un avion et Nouméa avec trois avions.

7 octobre 1943 : VP-54 a fourni un soutien aux forces attaquant Vella Lavella, Salomons.

1er novembre 1943 : Le VP-54 a été chargé de fournir une couverture anti-sous-marine, des missions de recherche et une couverture aérienne au début de la campagne de Bougainville. À la fin de la campagne, la période de service de l'escadron touchait à sa fin. Depuis son arrivée sur le théâtre de combat, l'escadron avait récupéré 52 personnes de l'eau, y compris des pilotes abattus et des survivants de naufrages.

20 novembre 1943 : VP-54 a été relevé et a fait voler son avion à Sidney, en Australie. L'avion est resté à Sidney tandis que le personnel de l'escadron a été renvoyé aux États-Unis à bord du navire. Après une période de congé dans les foyers, un groupe de membres du personnel a reçu l'ordre de se présenter au NAS de San Diego, en Californie, pour réformer l'escadron.

6 février 1944 : Le VP-54 a été réformé au NAS de San Diego, en Californie, sous le contrôle opérationnel de FAW-14, avec un nouvel avion PBY-5A pour remplacer ceux laissés en Australie. En mai, l'escadron avait pleinement intégré son nouveau personnel et son nouvel équipement et était prêt à être redéployé.

20 mai 1944 : Le VP-54 a quitté le NAS de San Diego avec des éléments de trois avions, le dernier arrivant à NAS de Kaneohe, à Hawaï, le 21 mai 1944. Le reste de l'escadron et ses ressources ont été envoyés à Hawaï à bord du Breton (CVE 10). À son arrivée à NAS Kaneohe, l'escadron est passé sous le contrôle opérationnel de FAW-2.

28 mai 1944 : Un détachement de six avions et neuf équipages a été déployé sur l'île Midway jusqu'au 2 juillet 1944, effectuant des patrouilles opérationnelles de routine. Les actifs restants de l'escadron au NAS Kaneohe ont continué à effectuer des patrouilles de routine dans les eaux hawaïennes.

8 juillet 1944 : Le VP-54 s'est déployé à Guadalcanal en sections à trois avions, quittant le NAS Kaneohe tous les deux jours. La première section est arrivée à Espiritu Santo le 12 juillet, continuant jusqu'à Carney Field, Guadalcanal, pour relever le VP-81. Pendant cette période, l'escadron est passé sous le contrôle opérationnel de FAW-1.

31 juillet 1944 : Le VP-54 a été transféré à l'aérodrome de Luganville, à Espiritu Santo, en remplacement du VP-12. Un détachement de quatre PBY-5A a été maintenu à Henderson Field, Guadalcanal, pour servir avec la 2nd Marine Air Wing jusqu'au 10 septembre 1944. L'escadron d'avions à Luganville a effectué des patrouilles de routine ASW et des recherches de Dumbo.

13 septembre 1944 : VP-54 a déployé 13 avions et 15 équipages à Emirau. Deux avions ont été envoyés à Funafuti. Les deux détachements retournèrent à Espiritu Santo le 21 septembre 1944.

22 septembre 1944 : La navigation à longue distance sur de vastes zones de l'océan était difficile pour les gros avions avec un navigateur à temps plein et extrêmement difficile pour les chasseurs monoplaces. L'armée de l'air a fréquemment fait appel à la marine pour fournir des escortes d'hydravions aux groupes de combattants effectuant de longs transits entre les bases insulaires. La présence d'avions amphibies de la Marine a également assuré un sauvetage rapide en cas d'amerrissage forcé. Le VP-54 a mené une telle mission le 22 septembre, escortant la Western Caroline Air Force d'Emirau à l'île de Peleliu, en passant par Hollandia et Owi.

24 septembre 1944 : Un élément de trois avions a été envoyé à la recherche de nuit de navires ennemis dans le passage au nord de Peleliu.

1er octobre 1944 : VP-54 a été redésigné VPB-54. À cette date, l'escadron a fourni une escorte aux escadrons de Marines transférés d'Emirau à Palau.

4 novembre 1944 : Un détachement de six avions et équipages est resté sur l'île de Peleliu, Palau, pour les missions Dumbo. Les sept autres avions de l'escadron sont restés à Espiritu Santo.

10 novembre 1944 : Le VPB-54 a été relevé par l'escadron n° 5 de la RNZAF, mais faute d'autres ordres, il est resté à Espiritu Santo jusqu'à la mi-décembre.

12/15023 décembre 1944 : Les sept avions du détachement Espiritu Santo de VPB-54 ont été relocalisés sur l'île de Los Negros. Le 23 décembre 1944, le détachement relève le VPB-34 pour des travaux de sauvetage et d'évacuation air-mer. Le soutien de l'appel d'offres à Leyte Gulf a été fourni par Orca (AVP 49) sous le contrôle opérationnel de FAW-10.

27 décembre 1944 & 15010 janvier 1945 : Le VPB-23 a relevé le détachement Peleliu de l'escadron, mais ses avions étaient trop usés pour pouvoir rejoindre l'escadron dans le golfe de Leyte. Les six appareils ont d'abord été envoyés à Woendi pour révision le 1er janvier 1945. Les travaux ont été achevés une semaine plus tard et le détachement a atterri à Leyte le 10 janvier 1945. À son arrivée, le détachement a été embarqué à bord de Tanger (AV 8), tandis que les cinq autres avions et huit équipages de l'ancien détachement de Leyte sont partis à bord d'Orca (AVP 49) pour le service dans le golfe de Lingayen.

22 janvier 1945 : Les six avions et équipages à bord de Tanger (AV 8) ont été transférés à San Carlos (AVP 51) et ont poursuivi leurs opérations dans le golfe de Leyte.

14 février 1945 : Le détachement du golfe de Lingayen a été relevé par le VPB-17 puis est retourné dans le golfe de Leyte pour rejoindre le reste de l'escadron. Currituck (AV 7) a fourni ce soutien d'appel d'offres de groupe.

17 février 1945 : La période de service du VPB-54 s'est officiellement terminée avec sa relève au golfe de Leyte par le VPB-17. Trois des avions de l'escadron ont été transportés vers l'île Manus pour être transportés aux États-Unis. Les équipages restants sont partis de l'île de Samar via NATS, retournant aux États-Unis continentaux. Le personnel de soutien et les équipes au sol sont montés à bord de Wharton (AP 7) pour retourner aux États-Unis.

24 février㪥 mars 1945 : Le commandant et le personnel navigant se rapportaient à COMFAIRALAMEDA et FAW-8 à NAS Alameda, Californie. Le 13 mars 1945, avant l'arrivée des équipes au sol et du personnel de soutien, tout le personnel reçut des ordres de réaffectation les envoyant à d'autres escadrons.

7 avril 1945 : VPB-54 a été démantelé à NAS Alameda, Californie.

Emplacement Date d'affectation
NAS Kaneohe, Hawaï 15 novembre 1942
NAS San Diego, Californie décembre 1943
NAS Kaneohe, Hawaï 21 mai 1944
NAS Alameda, Californie 24 février 1945

Déploiements majeurs à l'étranger

Date de départ Date de retour Aile Base d'opérations Type d'avion Zone d'opérations
1 mars 1943 * FAW-1 Esprit Saint PBY-5A SoPac
11 mars 1943 * FAW-1 Guadalcanal PBY-5A SoPac
20 novembre 1943 décembre 1943 FAW-2 Sidney PBY-5A SoPac
20 mai 1944 * FAW-2 Kaneohe PBY-5A SoPac
28 mai 1944 * FAW-2 À mi-chemin PBY-5A SoPac
12 juillet 1944 * FAW-1 Guadalcanal PBY-5A SoPac
31 juillet 1944 * FAW-1 Esprit Saint PBY-5A SoPac
13 sept. 1944*FAW-2Emirau PBY-5A SoPac
4 novembre 1944 * FAW-2 Peleliu PBY-5A SoPac
12 décembre 1944 * FAW-10 Los Negros PBY-5A SoPac
Orque (AVP 49)
10 janvier 1945 * FAW-10 Leyte PBY-5A SoPac
Tanger (AV 8)
San Carlos (AVP 51)
10 janvier 1945 * FAW-10 Lingayen PBY-5A SoPac
Orque (AVP 49)
14 février 194517 février 1945FAW-10 Leyte PBY-5A SoPac
Currituck (AV 7)

Déploiement de combat continu dans le Pacifique, déplacement de base en base.

Aile Code de queue Date d'affectation FAW-2 15 novembre 1942 FAW-1 1 mars 1943 FAW-14 décembre 1943 FAW-2 20 mai 1944 FAW-1 8 juillet 1944 FAW-2 4 septembre 1944 FAW-10 12 décembre 1944 FAW-8 24 février 1945

UN PEU D'HISTOIRE : ". Op-40-A-KB - (SC)A6-4/VZ - 6 janvier 1942 - Location of US Naval Aircraft. " Site Web : Naval Historical Center http://www.history.navy .mil/ [23SEP2006]
VP ESCADRONS MENTIONNÉS

UN PEU D'HISTOIRE : Histoire du VP-54 ". CDR Harry G. Sharp, Jr. est diplômé de la formation au pilotage en mai 1942, le CDR a été attaché au VP-44 et plus tard au VP-54 la même année en volant des patrouilles de nuit depuis les Îles Salomon. " Documentation officielle de l'US Navy [ 20 décembre 2012]

UN PEU D'HISTOIRE : ". Reflections on the Early History of Airborne Radar - Par Dave Trojan, Aviation Historian, 27 mars 2007. Squadrons/Patrol Wings (seule partie du dossier contenant des informations relatives au VP) Mentionné : VP-54, VP-71 , VP-72, VP-73, VP-74, CPW-5 et CPW-7. " http://www.exreps.com/ [11MAI2011]

Laboratoire récepteur radar MIT 1941

Mi 1941, un avion PBY-2 54-P-10, BuNo 0456 appartenant au VP-54, est équipé du premier radar opérationnel à bord d'un avion de l'US Navy. L'équipement radar ASV utilisait de longues antennes d'émission et de réception séparées montées sur des supports isolés le long de la coque avant du PBY.

Les Britanniques avaient déjà installé l'ASV Mark II sur leur hydravion de patrouille Consolidated Catalina, il était donc simple de le monter sur l'US Navy Catalina. L'installation a été achevée à NAS Anacostia, Washington, D.C. NAS Anacostia, Washington, D.C. était le site de la Fleet Air Tactical Unit.

Ils ont mené des expériences avec de nouveaux aéronefs et équipements afin de déterminer leur application pratique et leur emploi tactique. NAS Anacostia, Washington, DC était une base d'entraînement principale pour l'aéronavale et le siège de toutes les opérations d'essais en vol de la Marine jusqu'à ce que la surpopulation entraîne le déplacement de cette mission en 1943 à NAS Patuxent River, Maryland. Au moment de l'installation du radar, le VP-54 était affecté au CPW-5, stationné à NAS Norfolk, en Virginie.

L'avion VP-54 a très probablement été choisi parce que l'escadron avait des avions disponibles dans la région et avait également l'habitude de travailler avec la RAF britannique. Le VP-54 avait effectué quotidiennement des patrouilles de neutralité dans l'Atlantique, si le temps le permet, de Newport à la Nouvelle-Écosse de juin 1939 à février 1941, ainsi que des Bermudes, B.W.I. de septembre 1940 à janvier 1941.

VP-54 PBY BUNO 54-P-10. Le premier radar opérationnel sur un PBY-2 de la marine américaine est montré le 9 juin 1941 à NAS Anacostia, Washington, D.C.

Le commandant JV Carney, officier supérieur d'état-major de la force de soutien, a signalé le 18 juillet 1941 que le radar britannique de type ASV a été installé dans un PBY-5 Catalina chacun de VP-71, VP-72 et VP-73 et deux PBM-1 de VP -74. L'installation initiale de l'équipement d'identification (IFF) a été effectuée à peu près au même moment. À la mi-septembre, un radar a été émis pour cinq PBM-1 supplémentaires du VP-74 et un PBY-5 du VP-71, et peu de temps après pour d'autres avions des escadrons CPW-7. Ainsi, le CPW-7 est devenu la première escadre opérationnelle de la marine américaine à être équipée d'avions équipés de radars. Ses escadrons ont opéré depuis NAS Norfolk, Virginie, NAS Quonset Point, Rhode Island et des bases avancées au Groenland, NAS Argentia, Terre-Neuve, Canada et NAS Keflavik, Islande au cours des derniers mois de la patrouille de neutralité. Radar a présenté à la fois aux équipages et au personnel au sol une toute nouvelle capacité pour les opérations aéroportées de la Marine. Les premières installations étaient maladroites en raison de leurs longues antennes d'émission et de réception séparées montées sur des supports de tronçon isolés le long de la coque avant des PBY.

Antennes ASV Mark II installées par General Electric sur un PBY-5A Catalina à la Consolidated Aircraft Factory, 11 février 1942.

UN PEU D'HISTOIRE : VP-54 PBY BUNO : 54-P-10 "Le premier radar opérationnel sur un avion de l'US Navy est montré le 9 juin 1941 à NAS Anacostia, Washington, DC. L'une des antennes est montrée enfilée sur des pointes sur le côté bâbord du fuselage ." "Cause a PBY Don't Fly That High", par le capitaine William E. Scarborough, U.S. Navy (retraité), U.S. Naval Institute "Proceedings" - avril 1978

". Le PBY montré sur la photo (avion #10) provient de la première tournée dans les Salomon. La deuxième tournée a utilisé des PBY5A qui sont arrivés déjà peints en noir mat. " Contribution de Tom Doty [email protected] Site Web : http://www.fortunecity.com/millenium/redwood/372/cover.htm [16SEP99]

Arnold J. Isbell né le 22 septembre 1899 à Quimby, Iowa, entra à l'Académie navale le 24 juillet 1917 et obtint son diplôme le 3 juin 1920 (un an plus tôt que prévu en raison de l'accélération de la formation des aspirants de marine pendant la Première Guerre mondiale) avec la classe 21A de la classe de 1921. Isbell a ensuite effectué des périodes de service successives à Melville (AD-2), Bath (AK-4) et les poseurs de mines rapides Ingraham (DM-9) et Burns (DM-11) avant de commencer l'instruction en vol au NAS Pensacola, Floride, le 30 juin 1923. Il y a ensuite brièvement servi comme instructeur avant de se rapporter à l'Escadron d'observation 1, basé sur le poseur de mines Aroostook (CM-3) qui servait alors d'avion d'appel en novembre 1924. En mars de l'année suivante, il est transféré à l'unité d'aviation du cuirassé Tennessee (BB-43). Après deux ans de travail de troisième cycle dans l'artillerie à l'Académie navale entre les étés 1926 et 1928, il a reçu une instruction de vol supplémentaire à Washington, DC, sous la supervision de l'école de troisième cycle, avant de prendre la mer avec l'escadron Torpedo IB dans un avion. transporteur Lexington (CV 2).

Isbell a ensuite servi dans l'Aviation Ordnance Section du Bureau of Ordnance (BuOrd) à Washington avant de se présenter à Newport News, en Virginie, le 16 septembre 1933 pour participer à l'équipement du premier porte-avions de la Marine à être construit en tant que tel à partir du quille, Ranger (CV-4). Après une brève période de service à bord de ce navire, il a servi du 6 juin 1934 au 9 juin 1936 sur le porte-avions Saratoga (CV-3) en tant qu'officier d'artillerie dans l'état-major du contre-amiral (plus tard vice-amiral) Henry V. Butler, commandant des aéronefs , Force de combat.

Isbell a ensuite volé en tant qu'officier exécutif du VP-7F basé dans l'appel d'offres d'avions USS Wright (AV-1) du 9 juin 1936 au 1er juin 1937 avant de commander l'un des cinq escadrons du département de formation aéronautique à NAS Pensacola, Floride, VN-4D8 . Pendant son séjour à Pensacola, il a remporté le très convoité trophée Schiff, « emblématique de la sécurité maximale dans l'exploitation des avions ».

Au début de l'été 1939, le Lt. Comdr. Isbell a pris le commandement de VP-11 (plus tard redésigné VP-54). L'invasion allemande de la Pologne le 1er septembre 1939 trouva le VP-54 basé à NAS Norfolk, en Virginie, engagé dans la maintenance biennale de sa douzaine d'hydravions PBY 2. Huit jours plus tard, un détachement de six avions a quitté NAS Norfolk, Virginie et est arrivé à Newport, R.I., leur base assignée, le même jour. L'escadron entier a repris ses opérations sur NAS Norfolk, Virginie le 14 novembre 1939, remplaçant le VP-53 sur la Middle Atlantic Patrol.

Au cours de l'un des vols que son escadron a menés dans le cadre de la sélection initiale et de l'étude des sites des bases de l'armée et de la marine à Terre-Neuve à l'automne 1940, des sites obtenus dans le cadre de l'accord « destroyers contre les bases » de l'été précédent. Isbell s'est retrouvé dans le chemin d'un ouragan. Pour tenter d'échapper à la tempête, Isbell a habilement manœuvré son avion dans l'obscurité jusqu'à ce que des vents contraires exceptionnellement forts l'obligent à effectuer un atterrissage d'urgence de nuit sur l'Île-du-Prince-Édouard. Isbell a décollé avant l'aube, malgré le brouillard et les vents violents, et a atteint sa destination sans encombre. Après avoir terminé son inspection des régions inhabitées et des zones côtières, Isbell est retourné à Terre-Neuve pour effectuer un relevé aérien de l'Argentine, un endroit qui deviendra bientôt célèbre comme le site de la conférence « Charte de l'Atlantique ». L'expertise aéronautique d'Isbell et son dévouement tenace à l'accomplissement de sa mission lui ont valu la médaille de l'air.

Relevé du commandement du VP-54 le 15 avril 1941, Isbell a ensuite effectué des périodes de service successives en qualité d'état-major, d'abord pour le commandant de l'escadre de patrouille, force de soutien (16 avril-2 octobre 1941) alors que les avions de ce commandement escortaient les convois de l'Atlantique Nord, puis en tant que chef d'état-major et assistant des Contre-Amiraux ED McWhorter et AD Bernhard, Commandant, Patrol Wings, Atlantic Fleet (3 octobre 1941-11 juin 1942) avant de prendre le commandement de la NAS, Sitka, Alaska, le 5 juin 1942. Promu capitaine pendant son séjour dans les Aléoutiennes, Isbell sert ensuite brièvement à BuOrd avant de prendre le commandement du porte-avions d'escorte Card (CVE-11) le 17 avril 1943.

Au cours de l'année suivante, Card étendit la bouée de sauvetage essentielle à travers l'Atlantique jusqu'en Afrique du Nord, gagnant avec ses destroyers d'escorte, une Presidential Unit Citation sous l'ingénieux « Buster » Isbell, qui croyait fermement au potentiel du CVE, affirmant qu'un tel navire, avec ses escortes, "pourrait le plus efficacement fouetter la menace sous-marine, en tant que groupe offensif indépendant plutôt que comme un simple protecteur d'un seul convoi." Isbell a utilisé judicieusement l'année où il a commandé à Card pour justifier sa croyance. En tant que commandant du groupe opérationnel anti-sous-marin entre le 27 juillet et le 9 novembre 1943, Isbell a développé son unité de porte-avions-destroyer d'escorte en une puissante force de combat, affinant les tactiques pour répondre aux exigences opérationnelles imposées par un ennemi rusé et tenace et lui arrachant l'initiative des mains. Card a recherché les engins sous-marins ennemis avec une détermination implacable dans une offensive vigoureuse et a frappé avec une action coordonnée dévastatrice qui a détruit huit sous-marins entre le 7 août et le 31 octobre 1943.

Détaché de Card le 9 mars 1944, Isbell, qui avait reçu une Légion du Mérite pour son travail important à Card, emporta sa connaissance intime de la lutte contre les sous-marins à Washington, où il servit dans la 10e flotte, une « flotte » sans navire. mis en place pour rechercher et développer des tactiques pour la guerre anti-sous-marine. Après cette tournée de service à terre qui a duré jusqu'en 1945, Isbell devait recevoir le commandement d'un porte-avions rapide. Le 26 février 1945, il est envoyé dans le Pacifique pour un service temporaire à Franklin (CV-13). Le 13 mars 1945, d'autres ordres lui ordonnent de relever le capitaine Thomas S. Combs en tant que commandant du Yorktovm (CV-10). Cependant, le capitaine Isbell a péri lorsqu'un avion japonais a touché deux bombes qui ont déclenché une conflagration à Franklin, le porte-avions dans lequel il était embarqué en tant que passager, au large de Kyushu le 19 mars 1945.

UN PEU D'HISTOIRE : VP-54 History ". En 1940 - CAPTAIN C. L. WESTHOFEN est devenu Officier en Charge, Advance Base Detachment of VP-54. " Official U.S. Navy Documentation [28DEC2012]

UN PEU D'HISTOIRE : ". 16NOV40 - Les PBY (VP-54) inaugurent les opérations de vol à partir de l'offre d'hydravions des Bermudes (destroyer) George E. Badger (AVD-3) fournit le support. " Site Web : HyperWar http://www.ibiblio.org /hyperwar/USN/USN-Chron/USN-Chron-1940.html [15SEP2005]

UN PEU D'HISTOIRE : ". The Neutrality Patrol - To Keep Us Out of World War II - Part 1 of 2 by Capt. William E. Scarborough, USN (Ret.). Naval Aviation News Mars-Avril 1990 Page 18 à Page 23. " [24NOV2000]

VP-52-P-7 VP-52 En février 1941, le VP-52 était à San Juan, P.R., et a envoyé une équipe d'arpentage en Guyane britannique pour inspecter un site de « destroyers pour bases » pour la future station aéronavale. Le n°7 est amarré pour une escale de nuit sur la rivière Essequebo, en amont de Georgetown. Le 1er septembre 1939, l'invasion allemande de la Pologne a commencé une Seconde Guerre mondiale tant attendue et redoutée. Les déclarations de guerre contre l'Allemagne par la Grande-Bretagne et la France deux jours plus tard ont montré que la guerre s'étendrait sans aucun doute à toute l'Europe, une répétition du début de la Première Guerre mondiale en 1914. Les Alliés seraient à nouveau dépendants du soutien des États-Unis pour les fournitures et les munitions. qui ne pouvaient les atteindre qu'à bord des navires traversant l'Atlantique. L'Allemagne ferait sûrement tout son possible pour arrêter un tel trafic par des attaques de sous-marins et de raiders de surface et l'Atlantique redeviendrait, comme il l'avait fait pendant la Première Guerre mondiale, un champ de bataille majeur. C'était une fatalité que la guerre dans l'Atlantique mettrait en danger la neutralité des États-Unis, et la Marine s'est empressée de minimiser la menace.

Le jour où la guerre a commencé en Europe, le chef des opérations navales (CNO) a informé les forces américaines que les sous-marins allemands étaient prêts à commencer leurs opérations dans les voies maritimes de l'Atlantique, et des rapports ont indiqué qu'une douzaine de navires marchands allemands étaient armés comme des raiders. L'avis notait que les navires marchands neutres, y compris les navires battant pavillon américain, pouvaient s'attendre à des actions similaires de la part des Britanniques et qu'il était du devoir des États-Unis, en tant que neutres, d'empêcher de telles activités dans nos eaux territoriales et de garantir qu'aucune interférence avec nos droits sur la haute mer. La loi sur la neutralité de 1935, rendue encore plus restrictive par un amendement en 1937, interdisait les exportations d'armes, soit directement, soit par transbordement. à tout belligérant et était considérée par les groupes isolationnistes comme la meilleure assurance contre l'implication des États-Unis dans une guerre européenne.

À la base aérienne de la Garde côtière de Charleston, la Garde côtière a piloté des avions Douglas RD-4, Grumman J2F-2 et Fairchild J2K-2 lors de patrouilles côtières et côtières. En échange d'installations partagées, VP-52 a fourni des copilotes pour les vols RD et J2K. Le bâtiment en bas au centre était un entrepôt converti pour les magasins et les bureaux de l'escadron. Le président Franklin D. Roosevelt a publié sa première proclamation de neutralité le 5 septembre 1939, déclarant en partie que toute utilisation des eaux territoriales américaines pour des opérations hostiles serait considérée comme hostile, offensive et une violation de la neutralité américaine.

La Marine avait lancé une action le 4 septembre, par l'envoi du CNO au commandant de l'escadron de l'Atlantique, ordonnant l'établissement de patrouilles aériennes et navales pour observer et signaler par des moyens classifiés le mouvement des navires de guerre des belligérants dans les zones désignées. La patrouille couvrirait une zone délimitée au nord par une ligne à l'est de Boston à la latitude 42-30, de la longitude 65 au sud à la latitude 19, puis autour des îles au vent et sous le vent jusqu'à Trinidad.

Le lendemain, le CNO a amplifié sa directive en ordonnant des rapports de contact classifiés sur les navires de guerre étrangers approchant ou quittant la côte est des États-Unis ou la frontière orientale des Caraïbes. Les navires aperçus par les patrouilles, tant aériennes que de surface, devaient être identifiés par leur nom, leur nationalité, leur tonnage estimé, leur couleur et leurs marques, et devaient être photographiés chaque fois que possible. Le cap et la vitesse devaient être estimés et toutes les informations devaient être enregistrées et rapportées au retour à la base.

VP-15-P-7 VP-15 VP-15 (plus tard rebaptisé VP-53 et VP-73) P2Y-2 au large de Breezy Point, NAS Norfolk, Virginie, printemps 1939. L'étoile de la patrouille de neutralité sur la proue n'a été autorisée que le 19 mars , 1940.

Le 6 septembre, le commandant de l'Escadron de l'Atlantique a signalé au CNO que la patrouille était en opération et le 20, lorsqu'un ordre d'opération révisé de l'Escadron de l'Atlantique (20-39) est entré en vigueur, les eaux côtières de l'Atlantique de la Nouvelle-Écosse, Canada, aux Petites Antilles, à l'ouest Les Indes, étaient sous surveillance quotidienne par des patrouilles de surface et aériennes.Les forces impliquées étaient principalement des avions de patrouille de l'escadron de patrouille VP-51 (12 PBY-1), VP-52 (6 P2Y-2), VP-53 (12 P2Y) et VP-54 (12 PBY-2) de l'escadre de patrouille. (PatWing) 5 et VP-33 (12 PBY-3s) de PatWing-3, plus quatre hydravions affectés aux PatWings.

Les forces de surface étaient des cuirassés et des croiseurs de l'Escadron Atlantique et leurs avions OS2U et SOC attachés de l'Escadron d'observation (VO) 5 et de l'Escadron de reconnaissance des croiseurs (VCS) 7, Ranger (CV-4) avec son groupe aérien et Wasp (CV-7) , qui n'était pas encore en service. Quarante destroyers plus un nombre indéterminé de vieux destroyers (à remettre en service) et une quinzaine de vieux sous-marins étaient les forces de surface affectées.

Les patrouilles aériennes ont été lancées par les escadrons de patrouille, déployés dans des bases de patrouille de neutralité assignées - la plupart d'entre elles mal équipées pour soutenir les avions et les équipages pour les opérations aériennes au niveau requis pour les patrouilles quotidiennes. Les ordres généraux aux patrouilles insistaient sur la sécurité des opérations, l'évitement des actes non neutres et la prudence à l'approche des navires pour éviter les actions qui pourraient être interprétées comme hostiles.

VP-52-P-10 VP-52 VP-52-P-10, printemps 1941. Ces PBY-5 ont été transférés du VP-14 basé à San Diego en janvier 1941. Pour accélérer les opérations et conserver les fonds. Les marquages ​​VP-14 (tiges noires sur la queue) ont été conservés et seuls les numéros d'escadron ont changé.

VP-51 : Déployé des PBY-1 à San Juan, P.R., au départ de NAS Norfolk, Virginie, le 12 septembre, avec les premières patrouilles effectuées le 13. L'escadron a utilisé les installations d'hydravions, y compris la rampe et le hangar, de Pan American Airways à l'aéroport de San Juan, logeant l'équipage et soutenant les activités dans des tentes sur l'aéroport. Le site utilisé était la zone sur laquelle la future base aéronavale (NAS) de San Juan serait construite, la construction commençant en 1940. Les patrouilles de VP-51 couvraient les ports et les voies de navigation des Antilles de Porto Rico à Trinidad, avec une attention particulière aux approches méridionales des Caraïbes à travers les Petites Antilles.

VP-52 et VP-53 : les deux ont continué à piloter des P2Y depuis leur port d'attache NAS Norfolk, Virginie, patrouillant sur les voies de navigation côtière au milieu de l'Atlantique, coordonnant les opérations avec les destroyers de l'Escadron de l'Atlantique. Le VP-53 était revenu à NAS Norfolk, Virginie le 1er septembre après un déploiement d'été régulier à Annapolis, Maryland, pour la formation d'aspirant d'aviation.

VP-54 : basé à NAS Norfolk, Virginie a déployé un détachement de PBY-2 à Newport, RI, opérant à partir de la Naval Torpedo Factory Air Facility sur Gould Island dans la baie de Narragansett, les recherches quotidiennes de RI ont été coordonnées avec les patrouilles de surface des destroyers dans les zones offshore attribuées. domaines.

VP-33 : Déployé des PBY-3 du NAS Coco Solo, Panama, Canal Zone, au NAS Guantanamo Bay, Cuba. Des patrouilles ont couvert la zone de Guantanamo à San Juan, en coordination avec le VP-51, les destroyers et les croiseurs Tuscaloosa (CA-37) et San Francisco (CA-38), les croiseurs Ouincy (CA-39) et Vincennes (CA-44) : Approches maritimes surveillées entre Norfolk et Newport. Battleship Division 5 et Ranger étaient basés à Norfolk en tant que force de réserve.

L'expérience du premier mois d'opérations a dicté des changements dans le déploiement des forces pour améliorer la couverture des zones assignées.

VP-52 a déménagé à la base aérienne de la Garde côtière américaine située sur la rivière Cooper dans le chantier naval de Charleston, en Caroline du Sud, en décembre. La rénovation et la modification des bâtiments existants ont fourni des installations pour loger les activités administratives et d'entretien de l'équipage et de l'escadron. La station aérienne a fourni une rampe d'hydravion, une aire de stationnement pour les avions et un espace partagé dans un petit hangar. Les officiers étaient cantonnés dans le BOO de la Garde côtière. Le déplacement de l'escadron s'est avéré être un exercice majeur en soi.

Le VP-52 était basé sur NAS Norfolk, Virginie depuis sa première mise en service sous le nom de VP-14 le 1er novembre 1935, lorsque la station était NAS Hampton Roads. En tant qu'escadron autosuffisant, une allocation complète d'équipement de maintenance, de pièces de rechange, de dossiers et d'une myriade d'autres bric-à-brac autorisés et non autorisés s'est accumulée, nécessaire à l'emballage et au chargement à bord des wagons de chemin de fer pour le déplacement vers le sud. L'opération a été encore compliquée par un programme complet de vols d'entraînement en plus des patrouilles quotidiennes des zones assignées au large.

Le déplacement initial du VP-33 vers la NAS Guantanamo Bay, à Cuba, a posé des problèmes similaires à ceux du VP-52, quelque peu diminués par les installations en place de la station navale entièrement opérationnelle là-bas. Cependant, le déplacement en octobre du détachement VP-33 vers la base navale de Key West, en Floride, longtemps hors service et mis en sommeil, a demandé beaucoup d'efforts de la part des équipages des avions et de leur personnel de soutien. Les entreprises de Key West et la population en général ont été si heureuses de l'arrivée des PBY et de plusieurs sous-marins qu'une célébration, dont un défilé dans la rue principale, a été organisée ! Un contingent de VP-33 s'est rendu pour l'événement. Le détachement de Key West a effectué des patrouilles régulières de Dry Tortugas à Miami, en Floride, et à la péninsule du Yucatan au Mexique, couvrant le détroit de Floride et le canal du Yucatan.

En novembre 1939, le VP-53 a échangé des P2Y contre un sac mélangé d'anciens modèles de PBY-3 PBY-1, 3 PBY-2 et 3 PBY-3. En février 1940, l'escadron a déménagé à Key West, où il est resté jusqu'en avril 1941, date à laquelle il est retourné à NAS Norfolk, en Virginie, et a échangé les anciens PBY contre de nouveaux PBY-5.

Cintre CGAS Charleston partagé avec VP-52 pour la maintenance majeure P2Y. Avion de la Garde côtière sur la photo, de gauche à droite : J2K, J2F, RD et deux J2F.

Toujours en octobre de la même année, Ranger et son groupe aérien avaient rejoint les navires de la Cruiser Division (CruDiv) 7 et leurs VCS-7 SOC pour former un groupe d'attaque doté d'une capacité de recherche à longue portée, en attente de combler les lacunes dans les zones couvertes par les patrouilles régulières. En novembre, une patrouille de surface de destroyers a été établie dans le golfe du Mexique pour suivre la navigation dans cette zone. L'effort de patrouille de la Marine a été élargi par la couverture de surface et d'avions de la Garde côtière des zones côtières et la coopération par l'échange d'informations, assurant une couverture complète de la zone et l'enregistrement de tous les contacts.

Le 16 octobre, le commandant de l'escadron de l'Atlantique a étendu ses ordres antérieurs aux forces de patrouille avec l'émission de l'ordre opérationnel 24-39. En plus de signaler les navires de guerre étrangers, les navires « suspects » devaient être notés et tant eux que les navires de guerre devaient être suivis jusqu'à ce que leurs actions soient considérées comme satisfaisantes. Toutes les unités de l'Escadron de l'Atlantique étaient incluses dans l'organisation des tâches, mais la majeure partie de l'activité de patrouille était menée par les escadrons de patrouille et les destroyers, ces derniers étant principalement chargés de développer (vérifier visuellement à courte distance) les contacts établis par les avions. L'emploi des cuirassés a été minimisé et les navires de CruDiv-7 ont été bientôt retirés de la patrouille pour d'autres tâches.

La portée des opérations de patrouille de neutralité s'est progressivement étendue au cours de 1940. Parallèlement, les équipages avaient normalement besoin d'une formation dans tous les aspects des opérations d'avion de patrouille - tactique, instruments, navigation, artillerie, bombardement, etc. Par exemple, le VP-52 a déployé des détachements de Charleston à avancé bases telles que Parris Island et Winyah Bay (toutes deux à SC) pour des opérations avec les offres d'avions Owl (AM-2) en août et Thrush (AVP-3) en octobre. En plus des patrouilles régulières, un programme normal de vols d'entraînement a été effectué à partir des bases avancées.

Malgré le rythme croissant des opérations et la charge de travail qui en a résulté, l'effort s'est avéré bien rentable. L'expérience a considérablement amélioré la préparation des escadrons de patrouille de neutralité pour les tâches qui attendaient une année à peine pendant la Seconde Guerre mondiale. br>
La guerre en Europe en 1940 a vu les forces allemandes apparemment invincibles vaincre la France et menacer de mettre la Grande-Bretagne à genoux par le blitz sur ses villes et le succès des actions de sous-marins dans l'Atlantique. Le spectre d'une défaite britannique et le danger pour les États-Unis d'un tel événement étaient évidents et ont dicté une nouvelle expansion des forces dans l'Atlantique. Dans le célèbre accord destroyers contre bases négocié par le président Roosevelt et Winston Churchill en septembre 1940, les sites des bases dans l'Atlantique et les Caraïbes ont été échangés contre 50 destroyers de la Première Guerre mondiale. Deux des sites, Argentia, Terre-Neuve et les Bermudes, offerts gratuitement comme un « cadeau » pendant 99 ans, deviendront des éléments clés de la bataille de l'Atlantique. Six autres sites, aux Bahamas, en Jamaïque, à Sainte-Lucie, à Antigua et en Guyane britannique, ont été loués sans loyer pour la même période.

Les éléments aériens et de surface de la force de patrouille se sont élargis en 1940 à mesure que la portée de l'opération s'étendait. Pat-Wing 5 à NAS Norfolk, Virginie a mis en service le VP-55 le 1er août et le VP-56 le 1er octobre. Finalement, les escadrons seraient fusionnés en un seul commandement, désigné VP-74, avec tous les premiers PBM de production assignés. Le 1er novembre 1940, l'Escadron de l'Atlantique a été rebaptisé Force de patrouille, Flotte de l'Atlantique et le 17 décembre, le contre-amiral Ernest J. King a relevé le contre-amiral Hayne Ellis en tant que commandant de la Force de patrouille. Le 1er février 1941, les forces de patrouille augmentées et réorganisées ont été créées sous la direction de l'amiral King en tant que flotte américaine de l'Atlantique.

Cette réorganisation des forces comprenait la création de groupes de travail chargés des opérations dans des secteurs spécifiques de l'Atlantique. La Task Force 1 composée de cuirassés, de croiseurs et de destroyers couvrait les routes commerciales vers l'Europe du Nord. La Task Force 2 - porte-avions, croiseurs et destroyers - patrouillait le centre de l'Atlantique Nord. La Task Force 3 - croiseurs, destroyers et engins miniers - était basée à San Juan et Guantanamo pour couvrir l'Atlantique Sud. La Force opérationnelle 4 était la Force de soutien de la flotte de l'Atlantique, dirigée par le contre-amiral AL Bristol, créée le 1er mars 1941. La force de soutien comprenait des destroyers et l'aile de patrouille, avec les VP-51, VP-52, VP-55 et VP-56 , et les offres Albemarle (AV -5) et George E. Badger (AVD-3) ci-jointes. Le 5 avril, le VP53 a rejoint l'aile à NAS Norfolk, Virginie et, au cours du mois, a échangé ses anciens modèles PBY contre de nouveaux PBY-5. La directive établissant la force de soutien exigeait la préparation de la force pour le service dans les hautes latitudes et mettait l'accent sur l'entraînement à la guerre anti-sous-marine, à la protection de la navigation et à la défense contre les attaques aériennes, sous-marines et de surface. La mission principale de la force était les opérations depuis les bases de l'Atlantique Nord pour empêcher les forces de l'Axe d'interférer avec l'expédition de matériel de guerre des États-Unis vers la Grande-Bretagne.

D'autres forces aériennes et de surface opérant à l'origine avec la Neutrality Patrol ont ensuite été désignées Task Force 6 et les éléments basés au nord du Golfe et des Caraïbes sont devenus la Northern Patrol. La mission de la patrouille du Nord, opérant à partir des bases de Norfolk, des Bermudes, de la baie de Narragansett et d'Argentia, serait d'enquêter sur les rapports de navires ennemis potentiels et d'autres activités non américaines dans l'Atlantique Nord. Cette tâche a donné à la PatWing Support Force la responsabilité majeure de l'avancée de l'aéronavale vers le nord et l'est afin d'assurer le passage en toute sécurité du matériel de guerre vers la Grande-Bretagne.

VP-53-P-9 VP-53 Avec l'aimable autorisation de Fred C. Dickey. Avant la création de la Pat-Wing Support Force, un certain nombre de redéploiements d'escadrons ont été dirigés. VP-54 a déménagé à NAS Bermudes, basé sur l'appel d'offres George E. Badger et a commencé les opérations de neutralité de patrouille le 15 novembre 1940. En décembre, VP-52 a échangé son P2Y-25 (le dernier du modèle en service de flotte) pour PBY- 5s. Les P2Y ont été transportés de Charleston à Pensacola pour y être utilisés dans l'escadron d'entraînement. Des PBY-5 de remplacement ont été transportés à travers le pays depuis San Diego par VP-14 et livrés à VP-52 à NAS Pensacola, en Floride, en janvier. Le VP-52 a transporté les nouveaux avions, tels que reçus, vers son ancien port d'attache, NAS Norfolk. Le déménagement de Charleston était essentiel car les installations ne pouvaient pas prendre en charge les opérations PBY.

Le 1er février 1941, le VP-52 fut transféré à San Juan pour ce qui s'avéra être un bref aperçu des opérations tropicales. L'escadron a rejoint le VP-51 sur le NAS San Juan encore inachevé, partageant les patrouilles de neutralité à travers les Antilles jusqu'à Trinidad. En plus des patrouilles, il y avait des courses de courrier et des vols d'enquête vers les sites insulaires des nouvelles stations en cours de construction dans le cadre de l'accord destroyers pour les bases. Fin février, le VP-52 a reçu l'ordre de retourner à NAS Norfolk, Virginie et, le 3 mars, tous les avions sont partis pour le retour. Pour le reste du mois, l'escadron a volé des patrouilles et escorte et contine de convoi. VP-53 a reçu l'ordre de se déplacer de NAS Norfolk, Virginie à NAS Quonset Point, Rhode Island. La construction de la base d'Argentia, un autre des sites de destroyers pour bases, n'avait pas encore commencé.

Le déploiement du VP-52 serait le premier pas vers la mise en œuvre de la mission de la patrouille nord de la force de soutien. Les principales voies de navigation de l'Atlantique Nord seraient désormais à portée des PBY pour l'escorte des convois.

Albemarle est arrivé à Argentia le 15 mai, avec à son bord l'équipe au sol et l'équipement de l'escadron du VP-52. Les préparatifs pour les opérations aériennes ont commencé avec une zone d'amarrage pour hydravions désignée et des bouées posées à l'extrémité sud-ouest du port de Placentia, près du mouillage du navire. Cette zone d'exploitation était adjacente à la péninsule sur laquelle NAS Argentia, Terre-Neuve, Canada serait éventuellement construit.

Après une tentative le 18 mai, avortée en raison de conditions météorologiques inférieures aux minima à Argentia, les 12 avions VP-52 sont arrivés le 20 mai. Le lendemain, la météo était excellente et tous les équipages étaient programmés et ont effectué des vols de familiarisation avec la zone. Cela s'est avéré très heureux car les conditions météorologiques étaient inférieures aux minimums les deux jours suivants et, le 24, l'escadron a reçu l'ordre de mener une opération majeure - l'un des événements les moins connus de l'histoire de l'aviation navale d'avant la Seconde Guerre mondiale.


Les groupes de chasseurs-tueurs de l'USS Bogue

L'USS Bogue était le nom du navire d'une classe de 11 porte-avions d'escorte (CVE) construits pour l'US Navy, et le quatrième navire de cette classe à être achevé. Les États-Unis avaient déjà construit six porte-avions d'escorte (quatre pour la Grande-Bretagne) sur la coque cargo C3, mais les Bogues étaient les premiers porte-avions vraiment efficaces à base de C3 en raison de leur vitesse plus élevée (turbines au lieu de diesels), de leurs plus grands ponts d'envol et hangars, et un deuxième ascenseur. Ces améliorations ont été possibles car les navires de classe Bogue ont été convertis avant leur achèvement, tandis que les types précédents ont été convertis après achèvement en cargos. Cependant, le pont du hangar du Bogue n'était pas plat, ayant conservé la tonture et la cambrure de la coque du C3, ce qui rendait plus difficile la manipulation des avions, en particulier par grosse mer. Cela a été corrigé dans les classes basées sur la coque du pétrolier T3 (classes Sangamon et Commencement Bay) et la coque S4 (classe Casablanca). Après avoir terminé la classe Bogue, l'US Navy n'a acquis aucun autre porte-avions d'escorte basé sur la coque C3, bien que les États-Unis aient utilisé des coques C3 pour construire 11 de la classe Attacker et 23 de la classe Ameer pour la Royal Navy. Beaucoup ont trouvé les Bogues supérieurs à la classe Casablanca produite en série.

La classe Bogue pouvait opérer jusqu'à 28 appareils, mais il était plus courant de transporter de 19 à 24 appareils. Lorsqu'ils servaient de transports aériens, les Bogues pouvaient transporter près de 100 avions. Pendant les patrouilles de l'Atlantique, les Bogues transporteraient un mélange de Wildcats (F4F de Grumman ou FM-1 et FM-2) similaires de GM et de Avengers (TBF de Grumman ou TBM de GM). Le nombre de Wildcats a été progressivement réduit pour accueillir plus de Avengers. Les bombardiers en piqué étaient rarement utilisés.

Initialement, les CVE étaient étroitement liés à des convois spécifiques, et parfois même naviguaient au sein des convois. Cette dernière technique s'est avérée peu pratique et les transporteurs d'escorte ont progressivement trouvé une indépendance accrue. Les renseignements dérivés de la radiogoniométrie haute fréquence (HF/DF) et de la rupture de code ont obligé les CVE et leurs écrans à former des groupes de chasseurs-tueurs pour patrouiller dans les eaux infestées de sous-marins, tandis que les convois évitaient judicieusement ces eaux. Chaque groupe de chasseurs-tueurs était composé d'un CVE et de plusieurs escortes. Dans l'US Navy, les escortes étaient initialement des destroyers, en mettant l'accent sur les vieux « flush deckers » (ou « four-pipers ») laissés par les programmes de construction de la Première Guerre mondiale. Au fur et à mesure que les destroyers d'escorte (DE) sont devenus disponibles, ils ont dominé les écrans des groupes de chasseurs-tueurs. Les escortes protégeaient le CVE et, si nécessaire, seraient envoyées pour chasser les sous-marins aperçus par les avions.

La gauche: Capitaine Giles Short, commandant

L'USS Bogue a été mis en service au chantier naval de Puget Sound le 26 septembre 1942, sous les ordres du capitaine Giles Short. Elle avait été désignée AVG-9 lors de la conversion jusqu'au 20 août 1942, puis désignée ACV-9 à partir de cette date jusqu'à ce qu'elle soit changée en CVE-9 le 15 juillet 1943. Son équipage comprenait quelque 400 membres du personnel régulier de la Marine parmi son effectif, dont de nombreux survivants de USS Lexington, USS Yorktown et autres navires. Elle a subi des essais en mer dans la région de Seattle et a navigué pour San Diego le 17 novembre 1942. Là, elle a reçu son premier escadron, le VC-9 sous le commandement du lieutenant-commandant William Drane. Au large de San Diego le 4 décembre, deux Avengers entrent en collision dans les airs à vue du navire, perdant trois membres d'équipage. Bogue partit le 11 décembre pour Norfolk, Virginie, arrivant le jour du Nouvel An. Dans et autour de Norfolk, elle et son groupe aérien ont suivi une formation aux opérations anti-sous-marines, au cours desquelles l'officier des transmissions d'atterrissage a été tué lorsqu'il a été heurté par un Wildcat. Toujours à Norfolk, les armes de 5 pouces de calibre 51 de Bogue ont été échangées contre des canons de 5 pouces de calibre 38, les canons antiaériens de 1,1 pouce ont été échangés contre des Bofors de 40 mm (et plus de sponsons ont été ajoutés), du ballast en béton a été ajouté pour améliorer la stabilité, et ses systèmes anti-incendie ont été améliorés. Bogue part ensuite pour Argentia, Terre-Neuve le 24 février 1943, arrivant le 28 février. Là, elle a embarqué plusieurs officiers britanniques et a enrôlé du personnel de communication pour permettre la coordination avec les systèmes de convoi.

Bogue partit le 5 mars 1943 avec à son bord 12 F4F-4 Wildcats et 8 TBF-1 Avengers, blindés par les vieux destroyers USS Belknap et George E. Badger, et rejoignit le convoi HX-228 à destination du Royaume-Uni le lendemain. Il n'y a eu aucune action de combat jusqu'au 10 mars, lorsque l'avion Bogue a aperçu et attaqué pour la première fois un sous-marin. Cependant, les bombes de profondeur de l'enseigne McAuslan ne se sont pas libérées en deux passes et le sous-marin s'est échappé. Le Bogue s'est détaché du HX-228 le 10 mars, après quoi le convoi a subi des pertes lors d'attaques de sous-marins. Bogue repart d'Argentia le 20 mars, cette fois pour soutenir le convoi SC-123. Ne voyant aucune action, elle s'est détachée de ce convoi le 26 mars, après quoi le convoi a été attaqué par des sous-marins. Bogue est revenu à Argentia, a procédé ensuite à Boston pour réparer sa catapulte et est revenu à Argentia le 20 avril. En quittant Argentia le 23 avril, elle a rejoint le convoi HX-235 le 25 avril. Dans l'après-midi du 28 avril, le pilote de l'Avenger, le lieutenant Roger Santee, a attaqué un sous-marin, mais n'a pas causé de dommages sérieux. Le 29 avril, Bogue a patrouillé devant le convoi, mais n'a rien trouvé. Se détachant du HX-235 le 30 avril, il est arrivé à Belfast le 2 mai. Elle a passé deux semaines au centre de formation anti-sous-marin britannique à Belfast. Là, elle se sépara des officiers britanniques embarqués à Argentia, reçut un ensemble HF/DF, et le nombre d'Avengers embarqués fut porté à 12./p>

Bogue a quitté Belfast le 15 mai et a rejoint le convoi ON-184 en direction ouest au large de l'Islande le 19 mai.Contrairement aux sorties précédentes, Bogue et son écran ont navigué à l'extérieur de ce convoi, mais à portée de signaux visuels. Le 21 mai, le pilote de Bogue Avenger, le lieutenant Cdr. Drane a aperçu et attaqué le U-231 à environ 60 milles devant le groupe et à environ 500 milles au sud-est du Groenland. Le pont du sous-marin a été endommagé et il a pris sa retraite en ayant besoin de réparations. Le lendemain, le lieutenant (jg) Roger Kuhn, pilote de l'Avenger, aperçoit l'U-468 en train d'effectuer des réparations temporaires à la surface. Il a attaqué avec sa mitrailleuse et quatre bombes de profondeur, mais n'a endommagé que le sous-marin. Le sous-marin a tourné à la surface pendant plus d'une heure, laissant échapper du carburant dans son sillage. Bogue, à 60 milles de distance, a répondu aux appels de Kuhn à l'aide en envoyant des avions supplémentaires, mais Kuhn a signalé sa position de manière incorrecte et l'U-468 s'est échappé. Un Wildcat à la recherche du U-468 a aperçu le U-305 à la place, mais ce sous-marin a été submergé avant qu'une attaque ne puisse être lancée. Trois heures plus tard, le pilote de l'Avenger Ensign Stewart Doty a aperçu l'U-305 après qu'il ait fait surface, et son attaque l'a endommagé. Doty pensait avoir coulé le sous-marin, mais l'U-305 a submergé et a effectué des réparations malgré les efforts du destroyer USS Osmond Ingram pour le localiser et l'achever. Trois heures plus tard, l'U-305 refait surface et est immédiatement attaqué par un Avenger piloté par le lieutenant Robert Stearns. Le sous-marin a submergé et a effectué des réparations d'urgence tout en évitant à nouveau les destroyers. Après cela, l'U-305 abandonne la chasse et met le cap sur Brest. Cet après-midi-là, le pilote Avenger, le lieutenant (jg) William Chamberlain, attaqua et endommagea le U-569, un type VIIC, à seulement 20 milles à l'arrière de Bogue. Le sous-marin a submergé, mais les dommages l'ont forcé à faire surface, après quoi le pilote de l'Avenger, le lieutenant Howard Roberts, l'a bombardée. Le bateau s'est renversé et a plongé à 350 pieds avant que l'équipage ne reprenne le contrôle, lorsque le capitaine du sous-marin a ordonné que les réservoirs sautent. Roberts et son mitrailleur ont mitraillé le U-569 en surface pour tenter de garder l'équipage à l'intérieur et de l'empêcher de saborder. Cependant, alors que le mitrailleur de Roberts rechargeait sa mitrailleuse, de nombreux membres de l'équipage du sous-marin sont passés à la mer. Le NCSM St. Laurent a réussi à s'approcher à quelques mètres du U-569, mais le sous-marin avait déjà été sabordé et a rapidement coulé. Il y avait 24 survivants ramassés par Saint-Laurent. Le convoi ON-184 n'a subi aucune perte./p>

Bogue a quitté Argentia le 30 mai, avec quatre vieux destroyers, USS Clemson, George E. Badger, Greene et Osmond Ingram. Cette fois, les ordres étaient de rechercher offensivement les sous-marins tentant d'intercepter les convois à destination de l'Afrique du Nord. Laissé à sa discrétion, le groupe Bogue a choisi de soutenir le convoi GUS-7A à destination des États-Unis depuis Gibraltar. Dans l'après-midi du 4 juin, les Bogue's Avengers ont aperçu et attaqué trois sous-marins, mais n'en ont coulé aucun. Le lendemain, le pilote de l'Avenger McAuslan, associé à un Wildcat piloté par le lieutenant Richard Rogers, a coulé le U-217 (un type VIID). Ce bateau était le membre le plus au sud du groupe "Trutz", une équipe de sous-marins répartis le long d'une ligne nord-sud à peu près à mi-chemin entre la côte est des États-Unis et Casablanca, et espérant intercepter des convois de troupes à destination de l'Afrique du Nord. L'attaque de McAuslan a été aidée par trois passes de tir de Rogers, qui ont réduit au silence les canons antiaériens. Le 8 juin, les Avengers et les Wildcats ont lancé des attaques répétées sur le U-758, l'endommageant. Ce bateau a tiré d'importants tirs antiaériens de ses nouveaux canons quadruples de 20 mm. Il a finalement submergé, a résisté aux attaques de grenades sous-marines du destroyer Clemson et s'est échappé malgré un compartiment inondé. Le capitaine du sous-marin, Kapitänleutnant Helmut Manseck, a signalé avoir abattu un avion, mais s'est trompé. U-118 et U-460 ont été dirigés pour aider U-758, mais leurs ordres ont été lus par la dixième flotte. Bogue a reçu l'ordre d'intercepter. Le 12 juin, sept avions de Bogue ont attaqué et coulé le U-118 (un poseur de mines de type XB en service de ravitaillement) à seulement 20 milles en arrière du porte-avions. Quatorze bombes de profondeur ont été utilisées avant qu'elle ne coule. Un radeau fut largué sur les 17 survivants (un mourut plus tard), dont certains étaient des blessés reçus du U-758 le 9 juin. Le groupe Bogue retourna à Hampton Roads le 20 juin 1943./p>

En juillet, Bogue repart, cette fois sous le commandement du capitaine Joseph B. Dunn, en soutien général du convoi UGS-12 à destination de Gibraltar. Bien qu'ayant tenté de pourchasser plusieurs points HF/DF, le groupe n'a attaqué aucun sous-marin jusqu'au 23 juillet. Ce jour-là, George E. Badger établit un contact sonar sur le U-613, un type VIIC transportant des mines à Jacksonville. Le destroyer a lancé quatre attaques de grenades sous-marines, a entendu le sous-marin se briser et a observé des débris, y compris une traduction allemande des "Meurtres dans la rue Morgue" de E. A. Poe. À midi ce jour-là, un Avenger piloté par le lieutenant Robert Stearns a aperçu U-527 et U-648. U-648 submergé, mais U-527 (un type IXC-40) a couru vers un banc de brouillard. L'Avenger était plus rapide que prévu par le capitaine allemand, et une salve précise de bombes de profondeur a coulé le U-527, laissant 13 survivants. Bogue s'est séparé de l'UGS-12 le 26 juillet pour chasser autour de Madère, après quoi elle s'est rendue à Casablanca, où elle est arrivée le 1er août./p>

Bogue a eu une croisière moins mouvementée de retour à Norfolk, arrivant le 23 août. En septembre, il a de nouveau fouillé les eaux de l'Atlantique à la recherche de sous-marins, cette fois avec le VC-19 à bord, mais sans succès, et est arrivé à Casablanca le 26 septembre. Parti le 29 septembre à l'appui du convoi GUS-16, il n'a de nouveau rien obtenu sur le chemin du retour vers Norfolk, malgré la séparation du convoi pour rechercher les eaux à l'est des Açores. Son avion a aperçu, mais n'a pas réussi à attaquer, un sous-marin. Bogue est arrivé à Norfolk le 20 octobre./p>

Bogue a quitté Norfolk le 14 novembre en compagnie des vieux destroyers USS DuPont, George E. Badger, Osmond Ingram et Clemson, et à l'appui du convoi UGS-24, mais s'est éloigné du convoi pour chasser les eaux à l'est des Bermudes. Le 30 novembre, son avion a infligé tant de pertes à l'équipage du U-238 que le sous-marin a été renvoyé chez lui. Bogue arrive à Casablanca le 5 décembre 1943./p>

Au départ de Casablanca le 9 décembre à l'appui du convoi GUS-23 en direction ouest, Bogue est resté à proximité du convoi jusqu'à ce qu'il ait dégagé une zone que HF/DF avait indiquée pour contenir une concentration de sous-marins. Le 12 décembre, le pilote de l'Avenger, le lieutenant (jg) E. Gaylord, endommage le U-172 avec une torpille à tête chercheuse Mark 24 Fido. Vingt attaques ultérieures de hérissons et de grenades sous-marines par George E. Badger et DuPont n'ont pas réussi à terminer le travail, peut-être en partie parce que le sous-marin est allé jusqu'à 700 pieds pour éviter l'assaut. Les destroyers ont continué la chasse, et ce soir-là, le U-172 a fait surface et s'est éloigné lentement, ne réalisant peut-être pas que même ces vieux destroyers avaient un radar. George E. Badger a obtenu un contact radar et a fermé le sous-marin, ouvrant le feu à 4 000 mètres. Le sous-marin a contré avec une torpille acoustique (qui a raté), puis a submergé. Le contact sonar a été établi et deux attaques supplémentaires de grenades sous-marines dommageables ont été lancées. Le contact fut cependant perdu et les destroyers retournèrent pour contrôler le porte-avions. Le matin du 13 décembre, l'avion de Bogue a aperçu une nappe de pétrole en mouvement non loin de l'action précédente, trahissant la présence d'un sous-marin submergé et endommagé. L'USS Clemson, George E. Badger et Osmond Ingram ont été envoyés sur les lieux, ont établi un contact solide et ont lancé cinq autres attaques de grenades sous-marines. U-172 a finalement fait surface. Plusieurs membres de l'équipage ont abandonné le bateau, mais d'autres ont utilisé le canon de pont et ont réussi un coup sur Osmond Ingram. Trois destroyers et deux Avengers ont submergé le sous-marin à la surface, et deux explosions à bord du U-172 étaient suffisamment importantes pour être vues depuis le lointain Bogue. Le robuste U-172 (un type IXC) a coulé, laissant 46 survivants./p>

Le 20 décembre, le pilote du Bogue Avenger, le lieutenant (Jg) W. LaFleur, surprend l'U-850 (un type IXD-2). Cependant, ses bombes ne lâchaient pas au premier passage. Au deuxième passage, le sous-marin était alerte et tirait, et LaFleur a raté 200 pieds. Bogue a catapulté quatre avions supplémentaires pour aider. Alors que l'équipage du sous-marin restait concentré sur le LaFleur's Avenger, deux Wildcats ont fermé et mitraillé le U-850, faisant taire ses canons antiaériens. Ensuite, un Avenger piloté par l'enseigne Goodwin a largué quatre bombes de profondeur très près du U-850. Le sous-marin a semblé plonger intentionnellement, mais a rapidement commencé à faire surface. LaFleur et le lieutenant (Jg) Bradshaw ont chacun lâché un Mk 24 Fido. Les deux ont heurté l'U-850 tribord à l'arrière au moment où sa proue sortait de l'eau. Il n'y a eu aucun survivant./p>

Le groupe Bogue a passé Noël aux Bermudes. La mission suivante de Bogue était la mission moins glamour (mais toujours importante) de transporter des avions P-47 en Grande-Bretagne. Lors du voyage de retour, il a été endommagé par une mer agitée et nécessite quelques réparations à Norfolk. Elle embarqua également à bord d'un nouveau groupe aérien, le VC-95, et partit avec un nouvel écran de nouveaux DE. Le 13 mars 1944, le groupe Bogue enquêtait sur un contact HF/DF, lorsqu'un pilote de l'Avenger signala une nappe de pétrole. Des bouées acoustiques ont révélé le bruit d'un sous-marin et le DE USS Haverfield a été envoyé pour enquêter. Elle et le NCSM Prince Rupert, ont pris contact et attaqué, rejoints plus tard par le DE USS Hobson et d'autres Avengers. Hobson a livré une attaque qui a forcé l'U-575 à la surface où des coups de feu et des bombes de profondeur ont coulé le sous-marin équipé d'un schnorkel, mettant fin à son devoir de bulletin météo. Trente-huit survivants ont été secourus. Bogue a fait une brève escale à Casablanca, puis a chassé sans succès à l'ouest des îles du Cap-Vert début avril, avant de se rendre à Trinidad, puis à Hampton Roads le 19 avril./p>

Le 5 mai 1944, Bogue a quitté Hampton Roads sous le commandement du capitaine Aurelius B. Vosseller avec 9 FM-2 Wildcats et 12 TBF-1C Avengers de VC-69 à bord, accompagné des DE Haverfield, Francis M. Robinson, Janssen, Willis, et Wilhoïte. Le 13 mai, Francis M. Robinson obtient un bon contact, attaque avec des hérissons et des grenades sous-marines, et coule le sous-marin japonais RO-501 (ancien U-1224, un type IXC-40). Le groupe Bogue arrive à Casablanca le 29 mai 1944. Le 15 juin 1944, Bogue retrouve la mer, couvrant un convoi. Ce jour-là, on lui a ordonné de chasser un sous-marin allemand et un sous-marin japonais à environ 850 milles à l'ouest du Cap-Vert. Dans la nuit du 23 juin, le pilote de Bogue Avenger, le lieutenant-commandant Jesse Taylor, a détecté le sous-marin japonais I-52 sur son radar défectueux (seule la moitié droite de son balayage fonctionnait). L'I-52 à destination de Bordeaux transportait 228 tonnes de molybdène, de tungstène et d'étain, 54 tonnes de caoutchouc, 3 tonnes de quinine, 2 tonnes d'or et 14 experts industriels japonais. Elle avait rencontré l'U-530 quelques heures plus tôt pour récupérer un navigateur allemand et un dispositif d'avertissement radar. Taylor a largué des fusées éclairantes pour illuminer le sous-marin, et les a suivis avec deux bombes de profondeur de 500 livres qui ont forcé l'I-52 à plonger. Guidé par des bouées acoustiques, Taylor a attaqué à nouveau avec un Mk 24 Fido et a entendu une explosion et ce qu'il pensait être des bruits de rupture du sous-marin. Cependant, le journal de guerre de Bogue indique que, plus d'une heure après les attaques de Taylor, deux Avengers supplémentaires ont tous deux entendu les battements d'hélice de l'I-52. Le lieutenant (jg) William Gordon a laissé tomber un Fido et, 18 minutes plus tard, a entendu une longue explosion roulante, des bruits de rupture et d'autres battements d'hélice qui se sont rapidement estompés. Il n'y a eu aucun survivant. Des débris, y compris une partie de la cargaison, trouvés par les escortes du destroyer ont confirmé la mort. Déplaçant 3 644 tonnes submergées, l'I-52 était le plus gros sous-marin de l'Axe coulé dans l'Atlantique pendant la Seconde Guerre mondiale.


USS Bogue en cours dans l'Atlantique près de Casablanca, 28 mai 1944

Bogue a passé la majeure partie du mois de juillet à Norfolk, où elle a reçu le groupe aérien VC-42 ainsi que quatre avions TBM-1D équipés de radars et de projecteurs. Fin juillet, Bogue embarque pour une croisière d'entraînement, puis fait escale aux Bermudes. Le 1er août, le Bogue quitte les Bermudes avec 9 Wildcats et 14 Avengers, et relève le CVE USS Wake Island le 5 août. Le 16 août, Bogue a été traqué par le U-802, mais a déjoué le sous-marin non détecté en se détournant avant que les torpilles ne puissent être pointées et lancées. Trois nuits plus tard, un Bogue Avenger a utilisé un radar et un projecteur pour trouver et attaquer le U-802. Trois bombes de profondeur britanniques de 250 livres n'ont pas endommagé le U-802, qui a néanmoins eu une patrouille improductive au large du golfe du Saint-Laurent. Se déplaçant vers le nord jusqu'au Grand Banc de Terre-Neuve, le chemin de Bogue croisa celui de l'U-1229 le 20 août, à environ 300 milles au sud-est du cap Race. Ce bateau était en route depuis Trondheim pour mettre un espion à terre sur la côte du Maine. Le pilote Avenger, le lieutenant A. Brokas, a aperçu et attaqué l'U-1229 (un type IXC-40) avec des roquettes (qui ont raté) et avec deux bombes de profondeur. Cinq des membres d'équipage du sous-marin ont été projetés par-dessus bord et de nombreuses cellules de batterie ont été endommagées. Les avions arrivés une heure plus tard ont commencé à enquêter à chaque extrémité d'une nappe de pétrole en forme de U. Le contour sombre du sous-marin submergé a été repéré. Parce que les batteries endommagées ne fournissaient pas une puissance suffisante, le capitaine du sous-marin a essayé de soulever le schnorkel et de démarrer les moteurs diesel, mais cela a échoué. Le sous-marin a fait surface et a été accueilli par deux Avengers attaquant dans des directions opposées. Pour éviter la collision, ils ont largué des bombes de profondeur trop tôt et se sont éloignés. Les attaques à la roquette qui ont suivi ont touché le sous-marin stationnaire environ 7 fois. Une tentative de larguer deux autres bombes a échoué parce que l'une ne lâchait pas et l'autre n'a pas explosé, mais l'U-1229 a quand même coulé. Il y eut 42 survivants (dont Oskar Mantel, l'espion)./p>

La difficulté de repérer les sous-marins utilisant le schnorkel, ainsi que la rareté des sous-marins dans les eaux américaines, ont incité l'US Navy à utiliser des CVE dans d'autres rôles à la fin de 1944 et au début de 1945. Bogue a été affecté à des tâches de formation pendant cette période, et a également effectué une mission de convoyage sans incident pour livrer 60 avions P-51 à Liverpool le 23 février 1945, retournant à Norfolk le 12 mars./p>

Le dernier appel de Bogue au combat réel est survenu lorsqu'une fausse alarme a été déclenchée à propos de sous-marins approchant des côtes américaines pour lancer des roquettes sur des villes américaines. Le 16 avril 1945, Bogue, contrôlé par 10 DE, a quitté Quonset sous les ordres du capitaine George J. Dufek. Réuni avec VC-19, il transportait 3 FM-2 Wildcats et 16 TBM-3 Avengers. Le groupe Bogue s'est coordonné avec un groupe construit autour du vétéran CVE USS Core et de 12 DE, et l'ensemble de la force s'appelait la deuxième force de barrière sous le capitaine Dufek. Quatorze DE des deux groupes, espacés de cinq milles, formaient une ligne de patrouille nord-sud de 70 milles. Bogue, avec quatre DE dans son écran immédiat, était positionné à 25 milles au sud de la ligne de patrouille, tandis que le groupe USS Core se trouvait à 25 milles au nord de celle-ci. Le 23 avril, le skipper du VC-19 de Bogue a aperçu et attaqué le U-546 en surface, qui a ensuite submergé près du centre même de la ligne de patrouille. Les DE ont recherché vigoureusement, et à 08 h 29 le 24 avril, l'USS Frederick C. Davis a obtenu le contact du sonar. Ce DE avait une réputation de compétence et de vigilance, mais l'U-546 l'a torpillé et coulé à 08h35, infligeant de lourdes pertes (seulement 66 des 192 ont été secourus). D'autres DE ont exécuté une série d'attaques de grenades sous-marines et de hérissons sur le U-546. Le sous-marin a répondu avec un Pillenwerfer, dont le son a fait croire aux DE que le U-546 avait tiré une autre torpille. Après une attaque de grenades sous-marines par l'USS Flaherty à 10 h 25, le contact du sonar a été perdu jusqu'à 11 h 56. L'USS Varian a exécuté une série d'attaques de grenades sous-marines, et l'USS Janssen et l'USS Hubbard ont également lancé des attaques. À 13 h 41, les USS Neunzer, Hubbard et Flaherty ont lancé une attaque à trois navires. Varian a ensuite déterminé la profondeur du sous-marin à 600 pieds, et une autre attaque à trois navires a été lancée à 15 h 56. Le contact a été perdu et la ligne de recherche s'est à nouveau formée. Varian a déplacé le U-546 à 17 h 28, après quoi l'USS Keith a estimé que le sous-marin était à 160 pieds. Les attaques ont repris et l'inondation à bord du sous-marin endommagé a forcé l'utilisation de pompes, dont le bruit a rendu difficile pour son hydrophone d'estimer la position des DE attaquants. À 18 h 10, un hérisson a fait un trou de 15 pouces dans la coque sous pression et a rompu les cellules de la batterie, ce qui a libéré du chlore gazeux. Le capitaine du sous-marin a ordonné que les chars soient détruits et le U-546 a fait surface à 18 h 38. Il a tenté de torpiller le Flaherty, mais il a raté. Flaherty a dirigé deux torpilles sur U-546, mais celles-ci ont également manqué. Accablé par les tirs de cinq DE, l'U-546 a coulé à 18 h 45, laissant 33 survivants, dont le capitaine. Un type IXC-40, elle fut la dernière victime du groupe de chasseurs-tueurs Bogue, même si le mérite doit être partagé avec le groupe USS Core. Certains historiens attribuent tout le crédit à Core pour ce naufrage, mais c'est l'un des avions de Bogue qui a déclenché l'attaque, et certains des DE attaquant l'U-546 provenaient de l'écran de Bogue.

Le Bogue a terminé la guerre en transportant des avions et du personnel dans le Pacifique, et a été mis en réserve le 30 novembre 1946. Il a été vendu et remorqué au Japon pour être démoli en 1960.


Le pont de l'USS Bogue durant l'été 1944 montrant son score à cette époque.
Un autre marquage, représentant U-546 serait ajouté.

Les groupes de chasseurs-tueurs formés autour de l'USS Bogue ont coulé ou aidé à couler 10 sous-marins allemands, un ancien sous-marin en service japonais et le I-52 japonais, pour un total de 12 victimes. De nombreux autres sous-marins ont été endommagés, enfoncés ou autrement entravés dans leurs attaques. Cela dépasse le nombre de tués obtenus par tout autre groupe de porte-avions d'escorte dans n'importe quelle marine. Le rival le plus proche était USS Card avec 11 victoires. Aucun convoi n'a perdu de navire alors qu'il était escorté par Bogue, et aucun avion Bogue n'a été abattu par l'ennemi pendant la guerre. Pour un service aussi impressionnant et pour les techniques pionnières des porte-avions d'escorte de l'US Navy, Bogue a reçu 3 Battle Stars et une Presidential Unit Citation.


Voir la vidéo: USS John S. McCain Depart 7th Fleet After 24 Years