John Steinbeck reçoit la Médaille de la liberté

John Steinbeck reçoit la Médaille de la liberté


We are searching data for your request:

Forums and discussions:
Manuals and reference books:
Data from registers:
Wait the end of the search in all databases.
Upon completion, a link will appear to access the found materials.

L'écrivain John Steinbeck a été présenté aux États-Unis. Steinbeck avait déjà reçu de nombreux autres honneurs et récompenses pour ses écrits, dont le prix Nobel de 1962 et un prix Pulitzer en 1939 pour Les raisins de la colère.

Steinbeck, originaire de Californie, a étudié l'écriture par intermittence à Stanford entre 1920 et 1925 mais n'a jamais obtenu son diplôme. Il a déménagé à New York et a travaillé comme ouvrier et journaliste tout en écrivant ses deux premiers romans, qui n'ont pas eu de succès. Il s'est marié en 1930 et est retourné en Californie avec sa femme. Son père, un fonctionnaire du gouvernement du comté de Salinas, a donné au couple une maison où vivre pendant que Steinbeck continuait d'écrire.

Son premier roman, Plat de tortillas, sur les bouffonneries comiques de plusieurs vagabonds sans racines qui partagent une maison en Californie, a été publié en 1935. Le roman est devenu un succès financier.

Les prochains travaux de Steinbeck, Dans une bataille douteuse et Des souris et des hommes, ont tous deux connu du succès, et en 1938 son chef-d'œuvre Les raisins de la colère a été publié. Le roman, sur les luttes d'une famille de l'Oklahoma qui perd sa ferme et devient cueilleur de fruits en Californie, a remporté un prix Pulitzer en 1939.

Après la Seconde Guerre mondiale, le travail de Steinbeck est devenu plus sentimental dans des romans tels que Rangée de la conserverie et La perle. Il a également écrit plusieurs films à succès, dont Village oublié (1941) et Vive Zapata (1952). Il s'est intéressé à la biologie marine et a publié un livre de non-fiction, La mer de Cortez, en 1941. Ses mémoires de voyage, Voyage avec Charlie, décrit son périple à travers les États-Unis en camping-car. Steinbeck a remporté le prix Nobel en 1962 et est décédé à New York en 1968.

LIRE LA SUITE: La Médaille présidentielle de la liberté a commencé comme un honneur de la Seconde Guerre mondiale


John Steinbeck : une brève chronologie

1902 --Le 27 février, John Steinbeck est né à Salinas, en Californie. Il était le troisième de quatre enfants et le fils unique de John Ernst II et d'Olive Hamilton Steinbeck. Il a passé son enfance et son adolescence dans la vallée de Salinas, appelée plus tard "le saladier de la nation".

1915-19 --Fréquenté l'école secondaire Salinas.

1919-25 --A suivi des cours à l'Université de Stanford, sans diplôme. Au cours de ces années, Steinbeck a abandonné pendant plusieurs mois et a été employé par intermittence comme vendeur, ouvrier agricole, ouvrier de ranch et ouvrier d'usine.

1925 --Novembre, a voyagé en cargo de Los Angeles à New York City a travaillé comme ouvrier du bâtiment et, brièvement, pour le New York American.

1926-28 -- A vécu à Lake Tahoe, Californie et a travaillé comme gardien pour une maison d'été.

1929 --Août, publication du premier roman, Cup of Gold, par McBride (New York).

1930 --14 janvier, épouse Carol Henning. Octobre, rencontre Edward F. Ricketts, biologiste marin, philosophe, ami de longue date.

1932 --Octobre, The Pastures of Heaven, publié par Brewer, Warren et Putnam (New York).

1933 --Septembre, roman To A God Unknown publié par Ballou (New York).

1934 --Hiver, rassemble des informations sur les syndicats agricoles. Interviews syndicalistes à Seaside.

1935 --28 mai, premier succès populaire, roman Tortilla Flat sur les paisanos de Monterey. Publié par Covici-Friede (New York) début d'une amitié de longue date avec l'éditeur Pascal Covici.

1936 --Octobre, roman In Dubious Battle, sur les grévistes. Publié par Covici-Friede.

1937 -- 6 février, roman Des souris et des hommes publié par Covici-Friede Summer, premier voyage en Europe et en Russie Septembre, Le Poney rouge, trois histoires connectées, publié par Covici-Friede 23 novembre, New York ouverture de la pièce Des souris et Hommes (207 représentations).

1938 --Avril, Their Blood Is Strong, un récit documentaire sur le problème du travail des migrants en Californie, publié par la Simon J. Lubin Society (San Francisco) May, reçoit le New York Drama Critics Award pour la pièce Of Mice and Men September , recueil de nouvelles, The Long Valley, incorporant The Red Pony (1937), publié par Viking (New York), où Pascal Covici est devenu éditeur après la faillite de sa propre entreprise.

1939 --Avril, The Grapes of Wrath, son plus grand succès critique, publié par Viking, provoquant à la fois un grand succès populaire et une violente condamnation politique pour sa représentation des migrants de l'Oklahoma et des cultivateurs de Californie, ainsi que pour son prétendu langage "vulgaire" et son parti pris socialiste.

1940 --Janvier, films de Des souris et des hommes et Les raisins de la colère sortis du 11 mars au 20 avril, expédition marine dans le golfe de Californie avec Ricketts Spring, reçoit le National Book Award et le prix Pulitzer pour The Grapes of Wrath Summer, film documentaire sur les conditions de vie dans le Mexique rural, Le Village Oublié.

1941 --Spring, séparé de Carol Fall, déménage à New York avec la chanteuse Gwyndolyn Conger le 5 décembre, Sea of ​​Cortez, écrit avec Edward Ricketts, publié par Viking.

1942-- March, poursuivi en divorce par Carol le 6 mars, roman The Moon Is Down publié par Viking 8 avril, ouverture new-yorkaise de la pièce The Moon Is Down May, film de Tortilla Flat sorti le 27 novembre, Bombs Away publié par Viking.

1943 --Mars, film de The Moon Is Down sorti le 29 mars, épouse Gwyn Conger à la Nouvelle-Orléans en juin-octobre, en Europe et en Afrique du Nord comme correspondant de guerre pour le New York Herald Tribune.

1944 -- 2 août, naissance du premier fils, Thom.

1945 -- 2 janvier, publication du roman Cannery Row de Viking.

1946 12 juin, naissance du deuxième fils, Jean IV.

1947 --Février, roman The Wayward Bus publié chez Viking Août-Septembre, tournée en Russie avec le photographe Robert Capa, pour le New York Herald Tribune Novembre, novella The Pearl publié chez Viking.

1948 --Avril, A Russian Journal, compte rendu de sa tournée en Russie en 1947, publié par Viking May, Ed Ricketts tué dans un accident de voiture August, divorcé de Gwyn December, élu à l'Académie américaine des arts et des lettres.

1950 --Octobre, roman Burning Bright publié par Viking le 18 octobre, ouverture de la pièce Burning Bright à New York le 28 décembre, épouse la troisième femme, Elaine Anderson Scott.

1951 septembre, The Log from the Sea of ​​Cortez, la partie narrative de la mer de Cortez (1941) comprenant un essai original "About Ed Ricketts" publié par Viking.

1952 Mars, film Viva Zapata ! sortie (scénario publié à Rome par Edizoni Filmcritica en 1953 d'abord publié en Amérique, édité par Robert Morsberger, par Viking en 1975) Septembre, roman East of Eden publié par Viking.

1954 --Juin, roman Sweet Thursday publié par Viking (une suite de Cannery Row ).

1955 -- mars, achète une maison d'été à Sag Harbor, Long Island, New York 3 novembre, ouverture à New York de Pipe Dream, une comédie musicale de Richard Rogers et Oscar Hammerstein III basée sur Sweet Thursday.

1957 --Avril, le roman The Short Reign of Pippin IV publié par Viking film of The Wayward Bus est sorti.

1958 --Septembre, Once There Was a War, une collection de ses dépêches de guerre de 1943, publiée par Viking.

1959 --février-octobre, voyage en Angleterre et au Pays de Galles, recherchant les antécédents d'une version anglaise moderne de la Morte d'Arthur de Malory (1485).

1960 --septembre-novembre, tournée aux États-Unis avec le caniche, Charley.

1961 --Avril, douzième roman, L'hiver de notre mécontentement, publié par Viking.

1962 --Juillet, Travels with Charley, le journal de sa tournée de 1960, publié par Viking le 25 octobre, reçoit le prix Nobel de littérature.

1963 --Octobre-décembre, voyage en Scandinavie, en Europe de l'Est et en Russie dans le cadre d'une tournée culturelle de l'Agence d'information des États-Unis, avec le dramaturge Edward Albee.

1964 -- 14 septembre, remise de la Médaille de la liberté des États-Unis par le président Lyndon B. Johnson.

1966 --12 octobre, L'Amérique et les Américains, réflexions sur l'Amérique contemporaine, aux éditions Viking.

1968 -- 20 décembre, meurt d'artériosclérose à New York.

1969 --Publication du Journal d'un roman : Les lettres "East of Eden", journal tenu pendant la composition de East of Eden, par Viking.

1975 --Steinbeck: A Life in Letters (correspondance choisie) édité par Elaine Steinbeck et Robert Wallsten publié par Viking.

1976 --Publication des Actes du roi Arthur et de ses nobles chevaliers (édité par Chase Horton), une traduction inachevée de Morte d'Arthur.

1979 --États-Unis timbre commémoratif émis à l'occasion de ce qui aurait été son soixante-dix-septième anniversaire

1984 -- Les vraies aventures de John Steinbeck, écrivain (biographie), de Jackson J. Benson est publié par Viking Steinbeck est représenté sur une médaille d'or d'une demi-once délivrée par le gouvernement américain.

1989 --Working Days: The Journal of "The Grapes of Wrath" édité par Robert DeMott (journal tenu pendant l'écriture du roman en 1938, publié à l'occasion du cinquantième anniversaire du roman).

1991 -- La dramatisation de The Grapes of Wrath par le Steppenwolf Theatre de Frank Gallati remporte le New York Drama Critics' Circle Award pour la meilleure pièce de la saison.

1992 --Gary Sinise dirige et joue (avec John Malkovich) dans une autre version cinématographique de la conférence Of Mice and Men Nantucket sur "Steinbeck and the Environment", coparrainée par le Steinbeck Research Center et l'Université du Massachusetts.

1994 --Biographie de Jay Parini, John Steinbeck : Une biographie est publiée en Angleterre par Heinemann.

1995 --Une version révisée de la biographie de Parini est publiée aux États-Unis par Henry Holt and Company à New York


Obtenez Times of San Diego Daily par e-mail

J'ai été surpris que tant de personnes des arts littéraires et du spectacle aient été reconnues pour leur excellence. Des types hollywoodiens comme Andy Griffith, Tom Hanks, Doris Day et Gregory Peck sont sur la liste, et bien que certains critiques puissent considérer ce divertissement comme trivial, les rôles que ces acteurs ont joués constituent une partie importante d'Americana - ils reflètent positivement ce que nous voulons pour voir notre culture

J'étais heureux de voir que l'écriture de Robert Penn Warren lui avait valu d'être reconnu. Les jours où je guidais mes élèves dans l'analyse de sa poésie, j'ai toujours considéré l'expérience comme un privilège. L'inclusion d'autres grands écrivains comme Toni Morrison et John Steinbeck était également logique pour moi.

Le nombre d'athlètes sur la liste est ce qui a finalement retenu mon attention (un total de trente-trois), bien que la compréhension de l'importance du sport dans notre société explique facilement pourquoi tel est le cas. En tant que baby-boom ayant grandi dans la région de Los Angeles, j'ai été ravi de voir les noms de Jerry West, John Wooden et Kareem Abdul Jabbar sur la liste.

Au milieu de la fin des années 1960 et du début des années 1970 tumultueuses, ces légendes du sport de Los Angeles ont procuré un sentiment rassurant d'excellence, de classe et de civilité aux enfants et aux adultes. De telles personnes étaient inestimables à une époque où notre société défiait ouvertement de nombreuses valeurs et hypothèses américaines traditionnelles. Dans West, Wooden et Jabbar, nous avons vu que certains fondements, idéaux fondamentaux comme le travail acharné, l'humilité, le sang-froid sous pression et le travail d'équipe étaient importants.

En faisant défiler la liste, cependant, j'ai attrapé le nom d'une autre figure sportive associée à Los Angeles – Vin Scully, le diffuseur radio et télé de longue date des Dodgers de Los Angeles (un total de soixante-sept saisons). Bien qu'il ait longtemps été considéré comme une institution de LA, je ne m'attendais pas à le voir sur la liste. Autant j'ai admiré Scully pour ses compétences supérieures en diffusion (il est généralement considéré comme le plus grand annonceur sportif de tous les temps), ma première réaction a été de réfléchir à la question : « Un annonceur de radio peut-il être considéré comme un héros ? »

Je me suis ensuite souvenu de ces nuits d'été que ma famille a passées à écouter la voix douce de Scully alors qu'il décrivait avec paroles l'action sur le terrain de balle, rappelant son sens de la civilité et la nature édifiante de sa prestation. Bien qu'il ne soit ni joueur ni manager, sa manière toujours polie et son attitude positive ont apaisé et inspiré l'auditeur, quelle que soit l'issue du match.

Comme tout héros, il a calmement guidé ses partisans à travers les moments difficiles des saisons perdues, d'une manière qui ne manquait pas de respect pour les équipes adverses ou les joueurs de Dodger en perte de vitesse. Il n'a jamais exploité le sort malheureux d'un athlète en faveur de cotes plus élevées. Sa cabine de diffusion était une zone exempte de bouffonnerie, d'exaltation, d'intimidation et de division.

Inutile de dire que son style contraste fortement avec Rush Limbaugh. Bien que notre société soit devenue plus grossière au cours des dernières années, je veux croire que la civilité et la positivité de Scully, par opposition à la moquerie et à la combativité constantes de Limbaugh, reflètent le mieux la nature ambitieuse de notre culture. Nous ne sommes peut-être pas toujours civils et positifs, mais la plupart d'entre nous veulent l'être.

J'encourage tout le monde à jeter un œil à la liste des anciens récipiendaires de la Médaille présidentielle de la liberté. Vous repartirez impressionné par la plupart des sélections. Je vous encourage particulièrement à le faire avant que Trump ne décide de placer un autre jock de choc en colère sur la liste.

Steve Rodriguez est un officier à la retraite du Corps des Marines et professeur de lycée qui a enseigné pour la dernière fois au lycée olympique de Chula Vista.

Heures de soutien de San Diego

Avec le généreux soutien de lecteurs comme vous, Times of San Diego publie une couverture de l'actualité précise et en temps opportun pour une communauté mieux informée. Nous aide à grandir avec une contribution mensuelle.


Prix ​​et récompenses

Steinbeck recevant le prix Nobel de littérature à Stockholm, 1962, des mains de R. Sandler (Royal Academy of Sciences).

1936 Commonwealth Club of California Médaille d'or du meilleur roman par un Californien pour Tortilla Plat.

Médaille d'or du Commonwealth Club of California de 1937 du meilleur roman d'un Californien pour Dans une bataille douteuse.

1938 New York Drama Critics' Circle Award pour Des souris et moin.m.

1939 Membre de l'Institut national des arts et des lettres - Prix des libraires américains

Prix ​​Pulitzer de la fiction 1940 pour Les raisins de la colère.

1946 King Haakon Liberty Cross (Norvège) pour La Lune est couchée.

1948 Membre de l'Académie américaine des arts et des lettres.

1962 Prix Nobel de littérature.

1963 Consultant honoraire en littérature américaine à la Bibliothèque du Congrès.

1964 Médaille de la liberté des États-Unis, administrateur de la bibliothèque commémorative John F. Kennedy, prix annuel du « Broché de l'année », Médaille de la liberté de la presse.

1966 Membre du Conseil National des Arts.

1979 Le service postal américain émet un timbre commémoratif John Steinbeck.

1984 American Arts Gold Medallion of Steinbeck émis par l'US Mint.

Près de trente nominations aux Oscars et quatre Oscars ont été décernés pour des adaptations d'histoires de John Steinbeck.

Des souris et des hommes (1939) a été nominé pour cinq Oscars : Norbert Brodine pour la cinématographie Aaron Copland pour la musique originale et la musique Hal Roach pour la production exceptionnelle et Hal Roach Sound Department, Elmer A. Raguse, directeur du son pour le meilleur enregistrement sonore.

Les raisins de la colère (1940) a été nominé pour sept Oscars : Henry Fonda pour le meilleur acteur Jane Darwell pour la meilleure actrice dans un second rôle John Ford pour le réalisateur Robert E. Simpson pour le montage du film Twentieth Century Fox pour la production exceptionnelle Twentieth Century Fox Studio Sound Department, EH Hansen , directeur du son pour l'enregistrement sonore Nunnally Johnson pour la meilleure adaptation de scénario. Jane Darwell et John Ford ont reçu des Oscars.

Tortilla Plat (1942) a été nominé pour un Oscar : Frank Morgan du meilleur acteur dans un second rôle.

Canot de sauvetage (1944) a été nominé pour trois Oscars : Glen MacWilliams pour la cinématographie, Alfred Hitchcock pour la réalisation et John Steinbeck pour l'histoire.

Une médaille pour Benny (1945) a été nominé pour deux Oscars : J. Carrol Naish pour le meilleur acteur dans un second rôle et John Steinbeck et Jack Wagner pour l'histoire.

Vive, Zapata ! (1952) a été nominé pour six Oscars : Marlon Brando pour le meilleur acteur Anthony Quinn pour le meilleur acteur dans un second rôle Lyle Wheeler et Leland Fuller pour la direction artistique Alex North pour la partition musicale Thomas Little et Claude Carpenter pour la décoration du décor John Steinbeck pour l'histoire et scénario. Anthony Quinn a reçu un Oscar.

Est de Eden (1955) a été nominé pour quatre Oscars : James Dean du meilleur acteur Jo Van Fleet de la meilleure actrice dans un second rôle Elia Kazan du meilleur réalisateur Paul Osborn du meilleur scénario original. Jo Van Fleet a reçu un Oscar.


Remarques lors de la présentation de la Médaille présidentielle de la liberté de 1964.

D'AUTRES peuples dans d'autres pays ont marqué leur histoire à travers les années par des moments de gloire et de guerre, et des moments de grandeur au pouvoir sur les empires et les dominations.

Notre expérience dans notre propre histoire a été très différente. Notre gloire est la paix, pas la guerre. Notre grandeur est dans les gens, pas dans le pouvoir. Notre génie depuis 188 ans est l'excellence des individus.

L'histoire de l'Amérique est une histoire de réalisations exceptionnelles par des individus exceptionnels - inventeurs et entrepreneurs, penseurs et acteurs, créateurs et constructeurs.

Notre société d'aujourd'hui est une société en mutation, passant des valeurs rurales aux valeurs urbaines, du travail manuel au travail mental, de la rareté à l'abondance, des horizons provinciaux aux horizons cosmopolites. Pourtant, à mesure que notre société change, la valeur de l'individu ne change pas. Notre confiance doit et continue de reposer sur l'individu qui envisage plus, aspire à plus et qui réalise plus pour nous tous.

Ce que l'Amérique doit être, l'Amérique le sera, à cause de notre confiance dans et dans l'individu et de sa capacité d'excellence. Seuls ceux qui doutent de l'individu peuvent douter de la survie et du succès de l'Amérique dans ce siècle de compétition. Cette croyance est la mienne. C'est cette conviction qui a conduit le président Kennedy à l'établissement de la Médaille de la liberté comme notre plus haute distinction civile pour des individus exceptionnels - des citoyens qui partagent une mesure supplémentaire d'excellence individuelle dans le courant dominant de notre bien-être et de notre avancement. C'est sur les talents de ces citoyens que repose l'avenir de notre civilisation américaine, car c'est du génie de quelques-uns que nous enrichissons la grandeur du plus grand nombre.

Tous les Américains sont fiers, comme je le suis, de saluer aujourd'hui les grands Américains ici avant moi. Leurs vies et leurs œuvres ont rendu la liberté plus forte pour nous tous à notre époque.

[Le Président prend la parole à l'issue de la cérémonie de présentation. Le sous-secrétaire d'État George W. Ball, président du Conseil des prix du service civil distingué, a présenté les lauréats, et le président a présenté les prix et lu les citations, comme suit :]

LE PRÉSIDENT. Architecte de la défense et de la croissance d'une communauté atlantique florissante, sa détermination morale et sa maîtrise intellectuelle ont mis tous les hommes libres dans sa dette.

M. Ball : Dr Detlev W. Bronk.

LE PRÉSIDENT. Scientifique et chef de file des universitaires, sa vision et ses efforts inlassables ont fait progresser l'enseignement des sciences et contribué à forger un lien durable entre le gouvernement et la communauté scientifique.

LE PRÉSIDENT. Compositeur magistral et pédagogue doué, sa musique fait écho à notre expérience américaine et s'adresse de manière expressive à un public international.

M. Ball : M. Willem de Kooning.

LE PRÉSIDENT. Artiste et enseignant, il s'est aventuré dans un nouveau champ de vision artistique et a ouvert des voies audacieuses à notre expérience du monde.

LE PRÉSIDENT. Artiste et impresario, au fil d'une époque divertissante, il a créé un folklore américain.

M. Ball : le professeur J. Frank Dobie.

LE PRÉSIDENT. Folkloriste, pédagogue, écrivain, il a retrouvé le trésor de notre riche patrimoine régional du Sud-Ouest des conquistadores aux cow-boys.

M. Ball : Dr Lena F. Edwards.

LE PRÉSIDENT. Médecin et humanitaire, elle a appliqué ses compétences médicales et sa compréhension compatissante aux femmes et aux enfants de notre main-d'œuvre migratoire.

M. Ball : M. Thomas Stearns Eliot.

LE PRÉSIDENT. Poète et critique, il a fusionné intelligence et imagination, tradition et innovation, apportant au monde un nouveau sens des possibilités d'ordre à une époque révolutionnaire.

M. Ball : Dr John W. Gardner.

LE PRÉSIDENT. Gardien et critique de l'éducation américaine, il a inspiré nos écoles et collèges vers son propre objectif d'accroître l'excellence.

M. Ball : Le révérend Theodore M. Hesburgh.

LE PRÉSIDENT. Éducateur et humanitaire, il a inspiré une génération d'étudiants et donné de sa sagesse dans la lutte pour les droits de l'homme.

M. Ball : M. Clarence L. Johnson.

LE PRÉSIDENT. Ingénieur aéronautique, son génie pour concevoir des cellules uniques et ses compétences en gestion technique contribuent puissamment à la sécurité de la Nation en créant des avions au design audacieux avec une rapidité et une efficacité inégalées.

M. Ball : M. Frederick Kappel.

LE PRÉSIDENT. Un chef d'entreprise créatif, il synthétise les compétences de gestion avec une appréciation clairvoyante de la façon dont la technologie et les communications peuvent mieux servir notre pays.

M. Ball : Mlle Helen Keller.

LE PRÉSIDENT. Exemple de courage pour toute l'humanité, elle a consacré sa vie à éclairer le monde obscur des aveugles et des handicapés.

LE PRÉSIDENT. Porte-parole éloquent du travail, il a donné la parole. les aspirations des travailleurs industriels du pays et a mené la cause des syndicats libres au sein d'un système sain de libre entreprise.

M. Ball : M. Walter Lippmann.

LE PRÉSIDENT. Interprète profond de son pays et des affaires du monde, il a élargi les horizons de la pensée publique pendant plus de cinq décennies grâce à la puissance d'une raison mesurée et d'une perspective détachée.

M. Ball : M. Alfred Lunt et Mlle Lynn Fontainne.

LE PRÉSIDENT. Un partenariat lumineux de talents artistiques et de dévouement personnel, ils ont brillamment animé et enrichi la scène américaine.

LE PRÉSIDENT. Éditeur et journaliste, il a courageusement fait entendre la voix de la raison, de la modération et du progrès dans une période de révolution contemporaine.

M. Ball : Pr Samuel Eliot Morison.

LE PRÉSIDENT. Érudit et marin, cet historien amphibie a combiné une vie d'action et d'artisanat littéraire pour mener deux générations d'Américains dans d'innombrables voyages de découverte.

LE PRÉSIDENT. Au nom de la raison, il a constamment travaillé pour sauver et étendre les qualités de la vie urbaine qui préserveront et stimuleront l'esprit humain de la civilisation occidentale.

M. Ball : M. Edward R. Murrow.

LE PRÉSIDENT. Pionnier de l'éducation par la communication de masse, il a apporté à tous ses efforts la conviction que la vérité et l'intégrité personnelle sont les ultimes persuasions des hommes et des nations.

M. Ball : Dr Reinhold Niebuhr.

LE PRÉSIDENT. Théologien, enseignant, philosophe social, il a invoqué les anciennes idées du christianisme pour éclairer l'expérience et fortifier la volonté de l'âge moderne.

M. Ball : Mlle Leontyne Price.

LE PRÉSIDENT. Une voix d'une puissance émouvante et d'une rare beauté, son chant a fait le bonheur de sa terre et de tous ceux qui chérissent les valeurs musicales.

M. Ball : M. A. Philip Randolph.

LE PRÉSIDENT. Syndicaliste et citoyen, à travers quatre décennies de défis et de réalisations, il a conduit son peuple et sa nation dans la grande marche en avant de la liberté.

LE PRÉSIDENT. Fils de la prairie, il a aidé la Nation et le monde à comprendre et à partager la grande affirmation de la vie américaine, affirmant toujours, et face au désastre non moins que le triomphe, le Peuple.

M. Ball : M. John Steinbeck.

LE PRÉSIDENT. Ecrivain d'influence mondiale, il a aidé l'Amérique à se comprendre en trouvant des thèmes universels dans l'expérience des hommes et des femmes du monde entier.

M. Ball : Dr Helen B. Taussig.

LE PRÉSIDENT. Médecin, physiologiste et embryologiste, ses concepts fondamentaux ont rendu possible la chirurgie cardiaque moderne qui permet à d'innombrables enfants de mener une vie productive.

LE PRÉSIDENT. Maître capitaine législatif, timonier et navigateur, son étoile fixe a toujours été l'intérêt national.

M. Ball : M. Thomas J. Watson, Jr.

LE PRÉSIDENT. Un homme d'État qui combinait distinction dans la vie privée et acceptation joyeuse des innombrables devoirs publics qui lui étaient confiés par un gouvernement reconnaissant.

M. Ball : Dr Paul Dudley White.

LE PRÉSIDENT. Médecin, humaniste et enseignant, il a ouvert la voie à une meilleure connaissance des maladies cardiaques et à la promotion de la compréhension internationale par le biais de la médecine scientifique.


30 Recevoir la médaille de la liberté à la Maison Blanche Ils sont félicités par Johnson alors qu'il confère la plus haute reconnaissance civile

WASHINGTON, 11 septembre (AP)—Le président Johnson a conféré à la nation la plus haute distinction. reconnaissance civile – la Médaille présidentielle de la liberté – sur 30 Américains aujourd'hui. Il a déclaré que leurs réalisations « ont rendu la liberté plus forte pour nous tous ».

Lors d'une cérémonie à midi dans la salle est de la Maison Blanche, les hommes et les femmes honorés se sont avancés pour recevoir la décoration en or et une poignée de main du président sous les applaudissements des hauts responsables du gouvernement.

La liste des récipiendaires allait du leader syndical John L. Lewis à l'industriel Frederick R., Kappel du cinéaste Walt Disney au scientifique Detlev W. Bronk du leader noir A. Philip Randolph à l'auteur John Steinbeck.

Avec la médaille, le président a donné un baiser sur la joue à Mme J. Frank Dobie, recevant le prix pour son mari historien, le président&# x27s j'ami depuis environ 40 ans.

Et le couple vétéran de la scène Alfred Lunt et Lynn Fontanne a oublié leur présence habituelle sur scène et a dû être tiré par le président dans le champ de la caméra à côté de lui.

Il y a eu des applaudissements supplémentaires pour le journaliste Walter Lippmann, le poète et historien Carl Sandburg, et pour les trois récipiendaires dont les médailles étaient accompagnées de citations de « distinction spéciale » pour leur service au sein du gouvernement. Ils étaient:

L'ancien secrétaire d'État Dean Acheson, le représentant sortant Carl Vinson, démocrate de Géorgie, et Edward R. Murrow, ancien commentateur de télévision et directeur de l'Agence d'information des États-Unis.

"Notre gloire est la paix, pas la guerre, notre grandeur est dans les gens, pas dans le pouvoir", a déclaré M. Johnson aux médaillés à la fin de la cérémonie.

"L'histoire de l'Amérique est une histoire de réalisations exceptionnelles par des individus."

C'est la conviction que la confiance de la nation doit continuer à reposer sur les réalisations des individus, a déclaré M. Johnson, qui a conduit le président Kennedy à créer le prix Medal of Freedom.

Lui et Mme Johnson ont honoré le groupe lors d'une réception et d'un déjeuner buffet dans la salle bleue.

Dean Acheson 71 ans, secrétaire d'État de 1949 à 1953, de Washington, D.C.

Detlev W. Bronk, 66 ans, neurophysiologiste et pendant 12 ans directeur de la National Academy of Science de New York.

Aaron Copland, 63 ans, compositeur et conférencier, de New York.

Willem de Kooning, 60 ans, peintre abstrait et impressionniste, de New York.

Walt Disney, 62 ans, pionnier Dans le domaine du dessin animé, de Los Angeles.

J. Frank Dobie, 75 ans, écrivain, professeur et autorité sur le folklore et l'histoire du Texas et du sud-ouest, d'Austin, Texas.

Lena F. Edwards, 63 ans, médecin et humanitaire qui, à l'âge de 60 ans, a abandonné un cabinet privé à Jersey City pour se consacrer aux soins des travailleurs migrants, de Hereford, Texas.

Thomas Stearns Eliot, 76 ans, auteur de poésie, de pièces de théâtre et de critique lauréat du prix Nobel, né à St. Louis, à Londres.

John W. Gardner, 51 ans, président de la Carnegie Foundation for Advancement of Teaching, de Scarsdale, N. Y.

Le révérend Theodore M. Hesburgh, 47 ans, président de l'Université de Notre Dame depuis 1952, de South Bend, Ind.

Clarence L. Johnson, 54 ans, ingénieur aéronautique qui a conçu l'avion de reconnaissance U-2 et l'intercepteur A-11, 2 000 milles à l'heure, d'Encino, en Californie.

Frederick R. Kappel, 62 ans, président du conseil d'administration de l'American Telephone and Telegraph Company, de Bronxville, N. Y.

Helen A. Keller, 84 ans, chef de file dans l'aide aux aveugles bien qu'elle soit restée aveugle, sourde et sans voix à cause d'une maladie à l'âge de 19 mois, de Westport, Conn.

John L. Lewis, 84 ans, président à la retraite des United Mine Workers, d'Alexandria, en Virginie.

Walter Lippmann, 74 ans, journaliste et chroniqueur de Washington, D.C.

Alfred Lunt, 71 ans. honoré conjointement avec Lynn Fontanne, mari et femme de l'équipe du théâtre américain, de Genesee Depot, Wis.

Ralph Emerson McGill, 66 ans, éditeur et ancien rédacteur en chef de The Atlanta Constitution, d'Atlanta.

Samuel Eliot Morison, 76 ans, marin et historien connu pour ses histoires d'affaires navales, de Boston.

Lewis Mumford, 68 ans, auteur, philosophe social et autorité en matière d'architecture et d'urbanisme, d'Amenia, N. Y.

Edward R. Murrow, 56 ans, journaliste et commentateur à la radio et à la télévision et ancien chef de l'Agence d'information des États-Unis, de Pawling, N. Y.

Reinhold Niebuhr, 72 ans, théologien et leader protestant américain, de New York.

Leontyne Price, 37 ans, star américaine du concert et de l'opéra et première femme noire à chanter des rôles d'opéra célèbres, de New York.

A. Philip Randolph, 75 ans, président de la Brotherhood of Sleeping Car Porters et leader de longue date de la campagne pour les droits civiques des Noirs, à New York.

Carl Sandburg, 86 ans, poète et biographe lauréat du prix Pulitzer, de Flat Rock, N.C.

John Steinbeck, 62 ans, auteur et dramaturge lauréat du prix Nobel, de New York.

Helen B. Taussig, 66 ans, professeur de pédiatrie à l'Université Johns Hopkins et découvreuse de moyens chirurgicaux pour sauver les bébés bleus, de Baltimore.

Carl Vinson, 81 ans, président sortant du House Armed Services Committee, de Milledgeville, Géorgie.

Thomas J. Watson Jr., président du conseil d'administration de l'International Business Machines Corporation, de Greenwich, Connecticut.

Paul Dudley White, 78 ans, médecin et spécialiste des maladies cardiaques, de Belmont, Mass.

M. Dobie, M. Eliot, Mlle Keller, le Dr Niebuhr et Mlle Price n'ont pu assister aux cérémonies.


John Steinbeck

Né le 27 février 1902, 132 Central Avenue, Salinas California, dans la chambre avant de la maison
Diplômé de l'école secondaire Salinas en juin 1919
A fréquenté l'Université de Stanford, 1919-1925
Mort d'une crise cardiaque à New York, le 20 décembre 1968
Enterré dans la parcelle familiale du cimetière Garden of Memories à Salinas

Famille Steinbeck

Père: John Ernst Steinbeck, 1863-1935, trésorier du comté de Monterey
Mère:Olive Hamilton Steinbeck, 1867-1934, enseignante
Sœurs:
Esther Steinbeck Rodgers, née du 14 avril 1892 au 9 mai 1986, vivait à Watsonville
Elizabeth Steinbeck Ainsworth : 25 mai 1894-20 octobre 1992, a vécu à Pacific Grove
Mary Steinbeck Dekker, 9 janvier 1905-23 janvier 1965, enterrée dans la parcelle familiale
Épouses:
Carol Henning Steinbeck Brown, mariée en 1930, divorcée de Steinbeck en 1942, vivait à Carmel Valley, décédée le 8 février 1983 à l'hôpital communautaire de Monterey
Gwyndolyn Conger Steinbeck, mariée en 1943, divorcée en 1948, décédée le 30 décembre 1975 dans le Colorado
Elaine Anderson Scott Steinbeck, mariée en 1950, veuve en 1968, décédée en 2003, enterrée dans le jardin des souvenirs à Salinas
Fils :
Thom Steinbeck, né le 2 août 1944, auteur
John Steinbeck IV, 12 juin 1946, décédé le 7 février 1991
(la mère de Thom et de Jean IV est Gwyndolyn)


Liste des récipiendaires de la Médaille présidentielle de la liberté

  • Attributs d'image' >
  • Attributs d'image' >
  • Attributs d'image' >
  • Attributs d'image' >
  • Attributs de l'image' >
  • Attributs de l'image' >
  • Attributs de l'image' >
  • Attributs d'image' >
  • Attributs d'image' >
  • Attributs d'image' >

Liste des récipiendaires de la Médaille présidentielle de la liberté

Il s'agit d'une liste alphabétique, partielle liste des récipiendaires de la Médaille présidentielle de la liberté, regroupés selon l'aspect de la vie dans lequel ils sont/étaient renommés. Sauf indication contraire, les noms sont indiqués tels qu'ils ont été donnés dans l'annonce officielle du prix (par ex. Président Jimmy Carter, Dr. Ralph J. Bunche) which may not match the recipient's highest office or their usual title. The Barack Obama has awarded 80 Medals as of November 24, 2014. [3] [4] [5]

Three people, Ellsworth Bunker, John Kenneth Galbraith, and Colin Powell, are two-time recipients of the Presidential Medal of Freedom. Ellsworth Bunker was given both of his awards with Distinction.

This list does not include those awarded the similarly named but very distinct Medal of Freedom, an antecedent award issued prior to 1963.


Seize the day

1. Which one of John Steinbeck’s novels won a Pulitzer Prize?
John Steinbeck’s novel, “The Grapes of Wrath” won a Pulitzer Price.

2. Where and what year was he born?
He was born the 27th of February 1902 in Salinas Valley, California.

3. Name three of John Steinbeck’s books that were made into Hollywood films?
Three of John Steinbeck’s books that were made into Hollywood films are: “Of Mice and Men”, “The Grapes of Wrath” and “East of Eden”.

4. In what year did John Steinbeck write of Mice and Men?
John Steinbeck wrote of Mice and Men in 1937.

5. What did John Steinbeck do during WWII?
During WWII John Steinbeck worked as a war correspondent for the New York Herald Tribune. He participated in many operations which went out on attacking small German-held islands. If he had been captured he had been executed, but this never happened because all of his mission were successful.
During the war he wrote a book which supported Norway, and in 1945 he received Haakon VII Medal of Freedom because of his literary contributions to those who fought against the Nazis during the war.

6. What US President awarded Steinbeck the United States Medal of Freedom.
John Steinbeck received the United States Medal of Freedom from the US President Lyndon B. Johnson.

7. What is John Steinbeck’s Museum called?
John Steinbeck’s Museum is called The National Steinbeck Centre.

8. How old was Steinbeck when he died?
John Steinbeck was 66 years old when he passed away.

9. What does the novel “The Moon is Down”, have to do with Norway?
The novel “The Moon is Down” is about a military occupation which takes place in Northern Europe, and it’s very similar to the occupation of Norway by the Germans during WWII. The book helped the Norwegian resistance movement very much.

10. Find out on the Internet the two main characters “Of Mice and Men”. Tell me a little about them and what the story is about (8 sentences).
The two main characters in “Of Mice and Men” is George Milton and Lennie Small. George is a smart and quick-witted man while Lennie is mentally disabled but strong as a bull.
George and Lennie is dreaming about having their own farm. Lennie is very fond of stroking soft, hairy things like animal fur, and this often gets him into trouble. Lennie do not know his own strength and accidentally he kills a woman while stroking her hair. She was the wife of the farmers son, at the farm he works at. He is also accused for attempting rape because he touched a woman’s dress. At the end of the story George and Lennie is chased by a lynch mob led by the farmers son, and George shoot Lennie in the back of the head to spare him from a painful death in the mob’s hands.


Marty 10d

1. Which one of John Steinbeck’s novels won a Pulitzer Prize?

2. Where and what year was he born?

He was born on the 27th of February 1902 in Salinas Valley, California.

3. Name three of John Steinbeck’s books that were made into Hollywood films?

“Of Mice and Men”, “The Grapes of Wrath” and “East of Eden”.

4. In what year did John Steinbeck write of Mice and Men?

John Steinbeck wrote “Of Mice and Men” in 1937.

5. What did John Steinbeck do during WWII?

In Second World War, he served as a war correspondent for New York.

6. What US President awarded Steinbeck the United States Medal of Freedom.

US President Lyndon B. Johnson awared Steinbeck with an Medal of freedom.

7. What is John Steinbeck’s Museum called?

The National Steinbeck Centre.

8. How old was Steinbeck when he died?

Steinbeck was 66 years when he died.

9. What does the novel “The Moon is Down”, have to do with Norway?

It is much like the German occupation of Norway during World War II.

Short summary.

“Of Mice and Men”s two main characters is George Milton and Lennie Small. George is very smart man, while Lennie is retarded. Lennie is not so very smart, but he’s very strong. The two men is dreaming about having their own farm. Lennie likes animals, and loves to stroke them. Lennie kills a woman because he strikes her hair to hard. That’s very bad because she was the wife of the farmer’s son, at the farm he works on. He gets accused for endeavoring a rape because he touched the woman’s dress. George kills Lennie at the end, with a gun.


The Goals and Contributions of John Steinbeck’s The Grapes of Wrath and Of Mice and Men to the Great Depression and Vietnam War

The Great Depression had a massive impact on everyone throughout the United States, and any number of programs to try and improve the well-being of the American people and the economy were put into place under Franklin D. Roosevelt’s time as president known as The New Deal. One of these programs was the Federal Writers Project under the Work Progress Administration. One of the many authors brought in on the project was John Steinbeck, who would become a major player in the literary canon of America. Steinbeck wrote his well-known novel, The Grapes of Wrath, and novella, Of Mice and Men. Both books were written to better show the experiences most Americans faced during the Great Depression and the Dust Bowl. Any literature that Steinbeck wrote during his time in the Federal Writers Project was written with one goal in mind: “In every bit of honest writing in the world… there is a base theme. Try to understand men, [for] if you understand each other you will be kind to each other” (Steinbeck), as written in his journal kept throughout this portion of his career. Steinbeck’s overall goal with his writings based on the Great Depression were intended to aid in furthering large scale social change.

The Federal Writers Project was established in 1935 to provide work for writers, teachers, librarians, and the such that would benefit from literature being published. The original purpose of the FWP had been to write a series of guide books that would have individual focuses on several different aspects of the United States, be it history, economic resources, culture of the American people, or the most scenic places in the country.

Throughout 1936, Steinbeck had travelled with a group of migrant workers, seeing first hand their way of life on the road. The quality of life these men had after having been displaced from their homes during the Dust Bowl appalled Steinbeck, who admired their tenacity and will to keep trying to resettle their lives. Based on his experiences with these workers, Steinbeck went on to write Of Mice and Men, focusing more on the hopes of displaced workers to eventually have their own land again to settle down with their families and reclaim their old lives. Of Mice and Men became a popular novella and stage play as American citizens recovering from the aftermath of the Great Depression related to the story as it was a mirror of their own lives not that long ago. Even citizens that were not affected nearly as bad as farmers and other members of the lower class that read this novella or saw the play began to understand just how much of an impact the devastation of the Depression had on the rest of the country.

After Of Mice and Men, in 1939, Steinbeck would go on to write The Grapes of Wrath. The Grapes of Wrath follows the story of the Joad family as they make their way to California to try and rebuild their lives after their family farm was essentially blown away during the Dust Bowl. Steinbeck’s experiences with the migrant workers also played a large influence throughout this novel as the migrant worker camps spread throughout the country, spanning all the way out to California, which would play a large role in many of the key scenes that took place in the novel.

With the publication of The Grapes of Wrath, Steinbeck earned a Pulitzer Prize as well as the National Book Award, however the book was widely banned by most schools for several accounts of ‘obscenities’ and coarse language. The novel was also protested by the Associated Farmers of America for how corporate farmers were being portrayed throughout the novel. With the novel’s success, a film version starring Henry Fonda would go on to be released in 1940, however production was attempted to be stopped completed by the Kern County Board of Supervisors to keep the supposed negativity shown in the book from spreading outside of California. Steinbeck achieved his main goal of causing social change with The Grapes of Wrath and was backed by First Lady Elanor Roosevelt for the truth that was expressed in the novel First Lady Roosevelt would later influence congressional hearings regarding the condition of the migrant camps.

In the years after writing The Grapes of Wrath, Steinbeck spent time exploring the world and learning more and more to expand his experiences in life. During this time, in the earlier years of World War II, Steinbeck travelled through Europe and North Africa as a war correspondent to the New York Herald Tribune. In this time period, Steinbeck would go on to write East of Eden, taking place in America spanning the time frame of the Civil War all the way up to World War I, calling it “the story of my country and the story of me” (Steinbeck). Steinbeck’s continued work in literature involving the topic of the American people and the gradual change of American history earned him many awards and accolades. In 1946, Steinbeck was award the Presidential Medal of Freedom by President Lyndon B. Johnson for helping the American people re-discover themselves through communal experiences as seen in his works.

In 1947, Steinbeck travelled to the Soviet Union as a journalist accompanied by photographer Robert Capa. During this trip, Steinbeck had been under investigation by the FBI for his pro-worker sentiments expressed throughout his writing, his trip into the Soviet Union seemed to confirm suspicions of Steinbeck being a socialist. Despite having come into contact with many communists, labor organizers, and strikers, there was no real definitive proof of Steinbeck being a card-carrying member of the Socialist or Communist parties. Later in his career however, Steinbeck would come under more speculation of is morals and ideals by the politically left and liberals due to his friendship with President Lyndon B. Johnson and pro-war journalistic reporting during the time of the Vietnam War.

At the age of 64, Steinbeck was on the frontlines of the Vietnam War as a journalist and would send back letters telling of what he saw there- these letters would go on to be the last published work of Steinbeck’s. Steinbeck’s shocking letters originally were printed in Newsday, which had been owned by his friend Harry Gugenheim, throughout 1966 and 1967 to be easily accessible to the public. Outside of the shocking content involving the fighting that took place, many fans of Steinbeck’s previous works were shocked at just how pro-involvement in Vietnam Steinbeck truly was, resulting in these letters being kept out of the public eye after the end of the Vietnam conflict for many years. Steinbeck’s primary involvement in reporting on Vietnam came almost entirely from his own interest- both of his sons would become involved in the war- with some encouragement from President Lyndon B. Johnson, though Steinbeck claimed he was never there on Johnson’s behalf. Despite his involvement in the war itself, one of Steinbeck’s sons confronted his father while in Vietnam over his support for the war, as this son felt that the United States’ involvement in Vietnam was wrong and unnecessary. Later in to the course of the war, Steinbeck did begin to have his doubts over the need for involvement, however, these doubts were never published in Newsday.

John Steinbeck started his career as a writer well before the Federal Writers Project came to fruition, however, this program came to be a major turning point in the career of John Steinbeck. Steinbeck’s work in the FWP utilized his experiences living with displaced workers in the aftermath of a massive stock market crash that initiated the Great Depression, only being made worse by the Dust Bowl. Three of Steinbeck’s most iconic works- Of Mice and Men, The Grapes of Wrath, and East of Eden- would likely never have happened if the FWP was not put into to unify the American people as they look back on their history in order to further understand the place that all Americans had from 1929-1939, feeling a greater connection to other citizens after seeing essentially what they had been through. The FWP also gave Steinbeck earned a great amount of respect- or at least fame- among the American people, as well as the government. Despite the numerous doubts that were had about political ties and viewpoint, John Steinbeck remains as a major player in the American literary cannon.


Voir la vidéo: LIBERTE - Trailer FR


Commentaires:

  1. Mikagul

    Vous venez de visiter une idée brillante

  2. Tasho

    Je suis très reconnaissant pour votre aide dans cette affaire, peut-être que je peux aussi vous aider avec quelque chose?

  3. Shakinos

    Toko quelques-uns dont vous pouvez rire!



Écrire un message