Colonie de Jamestown

Colonie de Jamestown


We are searching data for your request:

Forums and discussions:
Manuals and reference books:
Data from registers:
Wait the end of the search in all databases.
Upon completion, a link will appear to access the found materials.

Le 14 mai 1607, un groupe d'environ 100 membres d'une coentreprise appelée Virginia Company fonda la première colonie anglaise permanente en Amérique du Nord sur les rives de la James River.

La famine, les maladies et les conflits avec les tribus amérindiennes locales au cours des deux premières années ont amené Jamestown au bord de l'échec avant l'arrivée d'un nouveau groupe de colons et de fournitures en 1610.

Le tabac devint la première exportation rentable de la Virginie, et une période de paix suivit le mariage du colon John Rolfe avec Pocahontas, la fille d'un chef algonquin. Au cours des années 1620, Jamestown s'est étendu de la zone autour du fort James d'origine à une nouvelle ville construite à l'est. Elle est restée la capitale de la colonie de Virginie jusqu'en 1699.

La colonisation anglaise dans le Nouveau Monde

Après le voyage historique de Christophe Colomb en 1492, l'Espagne a dominé la course à l'établissement de colonies dans les Amériques, tandis que les efforts anglais, tels que la «colonie perdue» de Roanoke, ont échoué. En 1606, le roi Jacques Ier accorda une charte à une nouvelle entreprise, la Virginia Company, pour former une colonie en Amérique du Nord. À l'époque, Virginia était le nom anglais de toute la côte est de l'Amérique du Nord au nord de la Floride ; ils l'avaient nommé en l'honneur d'Elizabeth I, la « reine vierge ». La Virginia Company prévoyait de rechercher des gisements d'or et d'argent dans le Nouveau Monde, ainsi qu'une route fluviale vers l'océan Pacifique qui leur permettrait d'établir un commerce avec l'Orient.

Environ 100 colons quittèrent l'Angleterre fin décembre 1606 sur trois navires (le Susan Constant, le Godspeed et le Discovery) et atteignirent la baie de Chesapeake fin avril suivant. Après avoir formé un conseil d'administration, comprenant Christopher Newport, commandant du voyage en mer, et le capitaine John Smith, un ancien mercenaire accusé d'insubordination à bord du navire par plusieurs autres membres de la compagnie, le groupe a cherché un site d'implantation approprié. Le 13 mai 1607, ils débarquèrent sur une étroite péninsule – pratiquement une île – de la James River, où ils commenceraient leur vie dans le Nouveau Monde.

Survivre aux premières années

Connue sous les noms de James Forte, James Towne et James Cittie, la nouvelle colonie se composait initialement d'un fort en bois construit en triangle autour d'un entrepôt d'armes et d'autres fournitures, d'une église et de plusieurs maisons. À l'été 1607, Newport retourna en Angleterre avec deux navires et 40 membres d'équipage pour faire un rapport au roi et rassembler plus de fournitures et de colons. Les colons restés sur place souffraient beaucoup de la faim et de maladies comme la typhoïde et la dysenterie, causées par la consommation d'eau contaminée du marais voisin. Les colons vivaient également sous la menace constante d'attaques de la part des membres des tribus algonquiennes locales, dont la plupart étaient organisées en une sorte d'empire sous le chef Powhatan.

LIRE LA SUITE : À quoi ressemblait la vie à Jamestown ?

Un accord conclu entre Powhatan et John Smith a conduit les colons à établir un commerce indispensable avec la tribu de Powhatan au début de 1608. Bien que des escarmouches aient encore éclaté entre les deux groupes, les Amérindiens ont échangé du maïs contre des perles, des outils en métal et d'autres objets (y compris certains armes) des Anglais, qui dépendraient de ce commerce pour se nourrir dans les premières années de la colonie. Après le retour de Smith en Angleterre à la fin de 1609, les habitants de Jamestown ont subi un hiver long et rigoureux connu sous le nom de « The Starving Time », au cours duquel plus de 100 d'entre eux sont morts. Les récits de première main décrivent des personnes désespérées qui mangent des animaux domestiques et du cuir de chaussures. Certains colons de Jamestown ont même eu recours au cannibalisme. George Percy, le chef de la colonie en l'absence de John Smith, a écrit :

"Et maintenant la famine commence à paraître horrible et pâle sur tous les visages que rien n'a été épargné pour maintenir la vie et faire ces choses qui semblent incroyables, comme déterrer des cadavres des tombes et les manger, et certains ont léché le sang qui sont tombés de leurs faibles compagnons."

Au printemps 1610, alors que les colons restants étaient sur le point d'abandonner Jamestown, deux navires arrivèrent avec au moins 150 nouveaux colons, une cache de fournitures et le nouveau gouverneur anglais de la colonie, Lord De La Warr.

Croissance de la colonie

Bien que De La Warr tomba bientôt malade et rentra chez lui, son successeur Sir Thomas Gates et le commandant en second de Gates, Sir Thomas Dale, prirent fermement en charge la colonie et promulguèrent un système de nouvelles lois qui, entre autres, contrôlaient strictement le interactions entre colons et Algonquiens. Ils ont adopté une ligne dure avec Powhatan et ont lancé des raids contre les villages algonquins, tuant les habitants et incendiant les maisons et les récoltes. Les Anglais ont commencé à construire d'autres forts et établissements le long de la rivière James et, à l'automne 1611, ils avaient réussi à récolter eux-mêmes une bonne récolte de maïs. Ils avaient également appris d'autres techniques précieuses des Algonquiens, notamment comment isoler leurs habitations contre les intempéries à l'aide d'écorce d'arbre, et agrandi Jamestown en une nouvelle ville à l'est du fort d'origine.

Une période de paix relative suivit le mariage en avril 1614 du colon et planteur de tabac John Rolfe avec Pocahontas, une fille du chef Powhatan qui avait été capturée par les colons et convertie au christianisme. (Selon John Smith, Pocahontas l'avait sauvé de la mort en 1607, alors qu'elle n'était qu'une jeune fille et qu'il était le captif de son père.) Grâce en grande partie à l'introduction par Rolfe d'un nouveau type de tabac cultivé à partir de graines des Antilles, Jamestown l'économie a commencé à prospérer. En 1619, la colonie a établi une Assemblée générale avec des membres élus par les propriétaires masculins de Virginie ; il deviendrait un modèle pour les gouvernements représentatifs dans les colonies ultérieures. Cette même année, les premiers Africains (une cinquantaine d'hommes, de femmes et d'enfants) arrivent dans la colonie anglaise ; ils avaient été sur un navire négrier portugais capturé aux Antilles et amenés dans la région de Jamestown. Ils ont d'abord travaillé comme serviteurs sous contrat (le système d'esclavage fondé sur la race s'est développé en Amérique du Nord dans les années 1680) et ont très probablement été mis au travail pour cueillir du tabac.

LIRE LA SUITE : 5 mythes sur Pocahontas

Powhatans après Pocahontas

La mort de Pocahontas lors d'un voyage en Angleterre en 1617 et la mort de Powhatan en 1618 ont mis à rude épreuve la paix déjà fragile entre les colons anglais et les Amérindiens. Sous le successeur de Powhatan, Opechankeno, les Algonquiens sont devenus de plus en plus en colère contre le besoin insatiable des colons de terres et le rythme de la colonisation anglaise; pendant ce temps, les maladies apportées du Vieux Monde ont décimé la population amérindienne. En mars 1622, les Powhatan ont lancé un assaut majeur contre les colonies anglaises de Virginie, tuant entre 350 et 400 habitants (un quart de la population). L'attaque a frappé les avant-postes de Jamestown le plus durement, tandis que la ville elle-même a reçu un avertissement préalable et a pu monter une défense.

Dans un effort pour mieux contrôler la situation, le roi Jacques Ier dissout la Virginia Company et fait de la Virginie une colonie officielle de la couronne, avec Jamestown comme capitale, en 1624. La nouvelle ville de Jamestown continue de croître et le fort d'origine semble avoir disparu après les années 1620. Bien que le peuple Powhatan ait continué à monter une résistance (Opechankeno, alors âgé de 80 ans, mena une autre grande rébellion en 1644), la colonie continua de se renforcer et son successeur Necotowance fut contraint de signer un traité de paix qui céda la plupart des Powhatans. ' et les oblige à payer un tribut annuel au gouverneur colonial.

La rébellion de Bacon

La rébellion de Bacon a été la première rébellion dans les colonies américaines. En 1676, des problèmes économiques et des troubles avec les Amérindiens poussent les Virginiens dirigés par Nathaniel Bacon à se soulever contre le gouverneur William Berkeley. Les colons, enragés par la baisse des prix du tabac et la hausse des taxes, cherchaient un bouc émissaire dans les tribus locales qui se battaient encore périodiquement avec les colons et vivaient sur des terres qu'ils espéraient obtenir pour eux-mêmes.

Un raid de juillet 1675 par la tribu Doeg a déclenché des représailles, et lorsque le gouverneur Berkeley a organisé une réunion entre les deux parties en conflit, plusieurs chefs de tribu ont été assassinés. En 1675, l'Assemblée générale déclare la guerre aux tribus « hostiles » et interdit aux commerçants de travailler avec elles. Idéalement, le commerce était réservé aux amis de Berkeley.

LIRE LA SUITE: Pourquoi les premiers rebelles coloniaux américains ont brûlé Jamestown au sol

Bacon, un parent éloigné de Berkeley, a dirigé une milice de volontaires et a exigé que le gouverneur lui confie une commission pour combattre les Amérindiens. Berkeley a refusé, alors Bacon les a attaqués et les a tués lui-même. Le gouverneur Berkeley a nommé Bacon un rebelle, mais cela n'a pas empêché Bacon d'être élu bourgeois et de retourner à Jamestown pour entourer la maison d'État avec son armée.

Le cri de ralliement de Bacon était sa "Déclaration au nom du peuple", qui accusait Berkeley d'être corrompu et "protégé, favorisé et enhardi les Indiens contre les sujets loyaux de sa majesté". Les forces de Bacon chassèrent le gouverneur Berkeley de la capitale et mirent le feu à Jamestown le 19 septembre 1676. Bacon mourut de dysenterie en octobre, et des navires marchands armés de Londres, suivis des forces envoyées par le roi Charles II, réprimèrent bientôt la résistance.

Jamestown abandonné

En 1698, la maison d'État centrale de Jamestown a brûlé et Middle Plantation, maintenant connue sous le nom de Williamsburg, l'a remplacée en tant que capitale coloniale l'année suivante. Alors que les colons continuaient à vivre et à entretenir des fermes là-bas, Jamestown était pratiquement abandonné.

L'île de Jamestown abritait des postes militaires pendant la guerre d'indépendance et la guerre civile. Au 20ème siècle, les conservateurs ont entrepris une restauration majeure de la région. Le National Park Service l'administre désormais dans le cadre du Colonial National Historical Park appelé "Historic Jamestowne". Le projet archéologique Jamestown Rediscovery, commencé en 1994, examine les artefacts découverts dans la colonie pour mieux comprendre la vie quotidienne dans la première colonie anglaise permanente du Nouveau Monde.


La tragique histoire vraie de la colonie de Jamestown

En ce qui concerne la "découverte" de l'Amérique, le récit du livre de contes que vous avez appris à l'école primaire est loin de la réalité. Il est difficile de contester l'arrogance - et l'hostilité - des puissances européennes qui revendiquent des terres occupées par des cultures indigènes depuis des siècles, et la colonisation réelle n'était certainement pas une histoire fantaisiste de pèlerins, de dîners de Thanksgiving et d'accords de poignée de main : C'était une époque brutale et sanglante où des gens comme Christophe Colomb commettaient des actes de génocide monstrueusement, des guerres éclataient chaque décennie et la maladie était répandue. Des trucs laids.

Plus d'un siècle après Colomb, cependant, et des années avant que les pèlerins ne s'embarquent pour le Massachusetts à la recherche de la liberté religieuse, l'histoire des États-Unis a vraiment commencé avec une petite colonie rude nommée Jamestown, en Virginie, qui allait entrer dans l'histoire comme la première colonie anglaise à succès. peuplement du Nouveau Monde. Si vous pensez que le camping dans les bois est accidenté, eh bien. Les premiers colons de Jamestown ont dû faire face à des conditions météorologiques difficiles, à des maladies mortelles et à une famine si grave qu'ils ont (littéralement) commencé à se cannibaliser les cadavres des uns et des autres. De toute évidence, la véritable histoire de Jamestown ne ressemblait en rien à celle de Disney Pocahontas.


Qu'ont mangé les colons de Jamestown en Virginie ?

En 2006, des archéologues de Jamestown, en Virginie, ont découvert un puits d'eau souterraine du XVIIe siècle à James Fort, le site de la première colonie anglaise permanente en Amérique. Maintenant, comme le rapporte Andrew Harris pour le Quotidien de Williamsburg Yorktown, ils creusent dans le puits pour voir ce qu'ils peuvent apprendre sur l'histoire du Fort et les gens qui y ont vécu.

Contenu connexe

L'équipe qui trie les artefacts du puits fait partie d'un groupe d'archéologues de Preservation Virginia, qui travaille depuis 1994, lorsque le Fort James de 1607 a été découvert. Le puits n'a fonctionné que peu de temps avant que les colons ne commencent à se remplir. avec les ordures et les déchets alimentaires. En triant de tels artefacts, les chercheurs espèrent mieux comprendre ce qui se trouvait sur la table du dîner il y a des centaines d'années.

"J'espère que nous serons en mesure d'utiliser ces informations pour remplir une pièce manquante importante du puzzle de l'histoire de Jamestown, ce qui se passe dans les seize-adolescents", a déclaré Hayden Bassett, conservateur adjoint de la redécouverte de Jamestown. Harris. "Nous en savons beaucoup sur 1607 à 1610, nous en savons beaucoup sur les années 1620, mais c'est une période qui a été largement absente de nos archives à ce jour."

Alors que le projet n'en est qu'à ses débuts, les archéologues ont déjà découvert quelque 30 000 ossements d'animaux dans une seule des six couches de sol. Dans quoi les colons se sont-ils fourrés ? Ils avaient un « goût pour la dinde », écrit Harris.

La dinde est un oiseau originaire d'Amérique du Nord, mais les dindons ont une longue histoire de domestication. Certaines des premières preuves de domestication remontent à la région des quatre coins du plateau du Colorado il y a près de 2 000 ans et au Guatemala entre 300 av. à 100 après J.-C. Les Amérindiens ont également été assez tôt dans le secteur de l'apprivoisement de la dinde, avec des preuves de domestication aussi loin que 1200 à 1400 après JC, écrit Grennan Milliken pour Carte mère. Mais on ne sait pas exactement d'où venaient les oiseaux de James Fort, ils auraient pu être des oiseaux domestiqués par les Amérindiens, ou ils auraient pu être chassés des stocks abondants de dindes sauvages.

Cependant, les temps des colons n'étaient pas toujours faciles. Le puits abrite également des couches de sol avec d'abondants restes de chevaux, de rats et même des repas préférés sans serpent venimeux pour les premiers colons de Jamestown. Les archéologues pensent que ces restes remontent probablement à une période connue sous le nom de Starving Time, qui a eu lieu entre 1609 et 1610. Au cours de cette période, une sécheresse et un manque de fournitures ont presque anéanti la population de la colonie, selon Jamestowne historique, et ils ont été contraints de se tourner vers des sources de nourriture alternatives.

En corrélant leurs découvertes de nourriture avec des documents historiques, les archéologues espèrent avoir un aperçu des événements et comprendre les événements qui ont eu lieu au cours de cette période, rapporte Josh Lowe à Semaine d'actualités. “Lorsque ce régime change, cela devrait indiquer que quelque chose se passe,” Bassett dit au  Quotidien de Williamsburg Yorktown . « Les gens ne changent pas leur alimentation au hasard, en particulier dans un cadre comme celui-ci.

Par exemple, les chercheurs ont trouvé des os de bétail dans une couche de sol qui date de 1610. À partir de documents historiques, l'équipe a découvert que les premiers colons mangeaient rarement du bœuf avant cette époque. Les bovins vivants ne furent expédiés d'Angleterre qu'en 1610 ou 1611.

Les chercheurs espèrent que leurs découvertes les aideront à déterminer quand précisément le puits a été construit et à mieux comprendre la vie de ces premiers colons.

À propos de Julissa Treviño

Julissa Treviño est une écrivaine et journaliste basée au Texas. Elle a écrit pour Columbia Journalism Review, BBC Future, The Dallas Morning News, Racked, CityLab et Norme du Pacifique.


Quelle est l'importance historique de la colonie de Jamestown?

La colonie de Jamestown dans l'actuelle Virginie a été la première colonie en vertu de la charte accordée à la Virginia Company par le roi James I. Les colons de la Virginia Company ont fait des terres sur l'île de Jamestown le 14 mai 1607. Le règlement a grandi et a finalement tenu la première assemblée représentative anglaise en Amérique du Nord.

Le capitaine Bartholomew Gosnold a conduit les colons à construire une colonie sur l'île de Jamestown parce qu'elle était dans une position où les navires espagnols ne pourraient pas attaquer facilement. Cependant, les Indiens ont attaqué la colonie quelques jours après le débarquement. Après avoir survécu à l'attaque, les gens ont commencé à construire un fort rudimentaire.

En 1609, le fort a subi une explosion de poudre à canon, qui a blessé le capitaine John Smith, l'homme chargé d'aider à approvisionner la colonie en marchandises en provenance d'Angleterre. La colonie a à peine traversé l'hiver suivant en raison d'un manque de fournitures, des raids indiens et du mauvais temps, seuls 60 colons ont survécu jusqu'au printemps 1610. En juin, un navire d'Angleterre est finalement arrivé, apportant avec lui de nouvelles fournitures et un nouveau gouverneur, Lord De La Warr.

De plus, la colonie était connue pour être associée aux Amérindiens Pocahontas et à son père, le chef Powhatan. Elle épousa le cultivateur de tabac John Rolfe en 1614.


Colonie de Jamestown en Virginie

La colonie de Jamestown en Virginie a été la première colonie anglaise permanente en Amérique du Nord fondée en 1607 de notre ère. C'était la troisième tentative de la Virginia Company de Londres pour établir un centre commercial permanent dans les Amériques après les échecs de la colonie de Roanoke (1587-1590 CE) et de la colonie Popham de 1607-1608 CE. L'objectif principal de la colonie de Jamestown était le profit pour les actionnaires qui ont financé l'expédition, et au début, cela a semblé un échec. Ceux qui avaient été choisis pour l'établir se sont avérés inaptes à la tâche, à l'exception du capitaine John Smith (l. 1580-1631 CE) qui a pu négocier avec la tribu indigène Powhatan et assumer la direction des colons.

Après que Smith eut quitté la colonie pour l'Angleterre en 1609 CE, cependant, la colonie semblait condamnée, endurant l'hiver rigoureux de 1609-1610 CE qui tua la plupart des colons. Un navire de ravitaillement en mai 1610 CE a amené deux des hommes qui allaient renverser leur fortune: John Rolfe (l. 1585-1622 CE) et Sir Thomas Gates (lc 1585-1622 CE) et un autre, en juin 1610 CE apporterait le troisième , Thomas West, Lord De La Warr (l. 1577-1618). Rolfe a eu une nouvelle idée pour un nouveau mélange de tabac qui est devenu la culture commerciale de la colonie, Gates a organisé la colonie en tant que gouverneur et De La Warr a empêché sa désertion et a dirigé Gates. En 1611 CE, Sir Thomas Dale (l. c. 1560-1619 CE) est arrivé qui initierait la fondation de la colonie Henricus de Virginie et commencerait le retrait des tribus indigènes Powhatan des terres environnantes.

Publicité

Le tabac était une culture à forte intensité de main-d'œuvre, ce qui a conduit à la politique de servitude sous contrat et, finalement, à l'esclavage. En 1619 CE, les premiers Africains sont arrivés à Jamestown et, au début, semblent avoir travaillé dans la même capacité et selon les mêmes politiques que les serviteurs sous contrat.

La même année, l'assemblée de la House of Burgesses a été convoquée, le premier organe directeur représentatif anglais dans les Amériques et, également, le programme Jamestown Brides a été lancé. En 1622 CE, la Confédération Powhatan a lancé une attaque unie pour chasser les colons et, en 1624 CE, le roi Jacques Ier d'Angleterre (r. 1603-1625 CE) a pris le contrôle direct de Jamestown par le biais d'une charte royale.

Publicité

La colonie a continué à prospérer jusqu'en 1699, date à laquelle elle a été abandonnée au profit de Williamsburg en tant que capitale coloniale. Le site a été acheté par un couple, M. et Mme Edward Barney, en 1892 de notre ère pour empêcher le développement, et les efforts de préservation ont commencé en 1900 de notre ère, les efforts archéologiques se poursuivant jusqu'à nos jours dans la région, maintenant un parc national.

Premiers efforts de colonisation

La colonisation européenne des Amériques a commencé avec Christophe Colomb (l. 1451-1506 CE) qui a colonisé les îles des Caraïbes pour l'Espagne entre 1492-1504 CE. Le succès de ces premières colonies et la richesse qu'elles ont générées ont inspiré l'Espagne à envoyer d'autres chercher de l'or et à étendre sa présence coloniale jusqu'à ce que, à la fin du XVIe siècle de notre ère, l'Espagne possède des terres allant des Caraïbes au sud, au centre et au sud-ouest. Amériques du Nord. La France et les Pays-Bas avaient également revendiqué des terres dans la région pendant cette même période. L'Angleterre était donc un retardataire.

Inscrivez-vous à notre newsletter hebdomadaire gratuite !

Initialement, l'Angleterre s'est contentée de financer des corsaires comme Sir Francis Drake (lc 1540-1596 CE) et Sir Martin Frobisher (lc 1535-1594 CE) pour saisir la cargaison des navires espagnols revenant de leurs colonies ou attaquer les villes portuaires espagnoles, mais finalement, La reine Elizabeth I d'Angleterre (r. 1558-1603 CE) a compris qu'il serait plus efficace d'établir leurs propres bases dans les Amériques où des navires pourraient être construits et lancés contre les Espagnols. Elle a confié la tâche d'organiser un effort concerté à Sir Walter Raleigh (l. c. 1552-1618 CE) qui a envoyé l'expédition Amadas-Barlowe pour réclamer des terres appropriées, non encore revendiquées par une nation européenne, en 1584 CE.

Recevant un bon rapport de ses capitaines à leur retour, Raleigh a nommé la région qu'ils avaient cartographiée en Virginie d'après Elizabeth, la reine vierge, et a envoyé une autre expédition, sous Ralph Lane (d. 1603 CE) qui a établi une colonie de courte durée à Roanoke ( en Caroline du Nord d'aujourd'hui). La colonie de Lane ne survivrait pas, principalement en raison des mauvais traitements infligés par Lane aux indigènes et de la trahison de leur hospitalité initiale, de même qu'une seconde établie par John White en 1587 de notre ère, la soi-disant «colonie perdue».

Publicité

Création de Jamestown

La reine Elizabeth I est décédée en 1603 de notre ère et a été remplacée par James I qui a relancé les efforts de colonisation. Contrairement à Elizabeth I, James I n'avait pas à craindre l'intervention de l'Espagne car l'Armada espagnole avait été paralysée et en grande partie détruite en 1588 de notre ère grâce aux efforts de Drake, Frobisher et d'une soudaine tempête. James Ier a accordé des chartes à deux sociétés par actions (entreprises commerciales dans lesquelles les investisseurs achètent des actions en espérant un retour), la Virginia Company de Londres et la Virginia Company de Plymouth.

Les deux chartes leur permettaient d'établir des colonies en Amérique du Nord tant qu'elles n'empiétaient pas sur les territoires de l'autre. La Virginia Company de Londres envoya l'expédition qui fonderait Jamestown en Virginie. L'expédition de la compagnie Plymouth fonda la colonie de Popham dans l'actuel Maine. La colonie Popham ne durera que 14 mois avant d'être abandonnée.

Publicité

Le site de la colonie de Jamestown a été sélectionné sur la base des cartes de l'expédition Amadas-Barlowe de 1584 CE, mais afin de le protéger du passage des navires espagnols, les capitaines ont navigué jusqu'à une crique qu'ils ont nommée la rivière James et ont revendiqué une péninsule dans un marécage région comme leur site. Le succès des Espagnols avait conduit les Anglais à croire que les Amériques étaient une terre d'abondance, regorgeant d'or, d'argent et de pierres précieuses qui ne demandent qu'à être trouvées, et qu'un grand pourcentage des colons étaient des nobles de la classe supérieure qui ont signé croyant qu'ils allaient simplement empocher tout l'or trouvé traînant et rentrer chez eux. La réalité de la situation était qu'il n'y avait pas d'or à portée de main à trouver, les colons étaient arrivés trop tard pour planter des cultures, et beaucoup ne savaient même pas comment le faire, et les marais - que les peuples autochtones évitaient – était un terrain fertile pour les moustiques, la plupart des colons étaient morts quelques mois après leur arrivée.

John Smith et Pocahontas

Le capitaine John Smith venait d'un milieu ouvrier agricole, et il raconte dans ses journaux et d'autres ouvrages à quel point les colons de la classe supérieure étaient complètement inutiles à se maintenir et ont dû les forcer à construire une palissade de protection (plus tard connue sous le nom de Fort James). Newport a exploré la James River dans l'un des plus petits navires pour trouver un site plus propice à l'agriculture tandis que Smith a noué des relations amicales avec le chef de la tribu Powhatan, le chef Powhatan (également connu sous le nom de Wahunsenacah, l. c. 1547 - c. 1618 CE).

La relation amicale initiale avec les indigènes locaux se détériorerait en raison des abus des colons. Newport est parti pour l'Angleterre pour ramener plus de fournitures et, comme la nourriture se raréfiait et que les colons ne pouvaient pas - ou ne voulaient pas - produire les leurs, ils ont commencé à voler les Powhatans. La situation a empiré lorsque Newport est revenu avec les fournitures et 100 nouveaux colons qui n'ont trouvé ni logement, ni nourriture, ni rien d'approchant de ce qui leur avait été promis en Angleterre. Newport partit pour une autre course d'approvisionnement et Smith institua sa politique de « ceux qui ne travailleront pas, ne mangeront pas », interdisait de voler les Powhatans et fixait des corvées aux colons.

Publicité

Selon une première version de son récit des relations avec les Powhatans, il a rencontré pour la première fois Pocahontas (lc 1596-1617 CE) quand elle avait dix ans et a été envoyé par son père à Fort James pour négocier la libération de certains guerriers Powhatan qui avaient été capturé après une altercation. Aucune des parties ne parlait la langue de l'autre, mais les Powhatans ont été libérés avec des cadeaux pour le chef, et Smith a présenté à Pocahontas « des bagatelles qui la satisfaisaient » (Smith, 35).

Dans un récit ultérieur, il raconte comment, lors d'une mission de reconnaissance dans la région, il a été capturé par le demi-frère de Wahunsenacah, Opchanacanough (l. 1554-1646 CE), qui l'a traité comme un invité d'honneur et l'a amené au chef. Wahunsenacah a ordonné de le jeter à terre pour être exécuté, mais Pocahontas est intervenu, lui sauvant la vie. Les érudits des temps modernes rejettent généralement cette histoire comme une fabrication ultérieure ou comme Smith comprenant mal un rituel dans lequel il serait «tué» et renaîtrait en tant que membre de la tribu Powhatan. Le débat sur le sens et l'exactitude de ce récit se poursuit, mais il est clair que Pocahontas avait au moins 16 ans de moins que Smith, et nulle part dans aucun des récits de Smith il n'y a de preuve de la relation amoureuse entre les deux, qui est devenue si une grande partie de la mythologie de Jamestown.

Le temps de la famine et la prospérité

La discipline et l'organisation de la colonie de Smith ont permis à la colonie de survivre, mais il était frustré par l'afflux d'encore plus de personnes au retour de Newport avec un deuxième navire de ravitaillement. En août 1609 de notre ère, il y avait plus de 500 colons à Jamestown qui avaient besoin de nourriture, de vêtements et d'abris qui étaient tous rares. Smith a été blessé par une explosion de poudre à canon et a quitté la colonie pour retourner en Angleterre en octobre 1609 de notre ère, et les colons ont été livrés à eux-mêmes. Dans le même temps, le chef Powhatan a refusé de permettre aux colons de drainer davantage les approvisionnements de son peuple.

Cela ne s'est pas bien passé car les colons, qui comprenaient désormais des femmes et des familles, ne pouvaient pas vivre de la terre et étaient vulnérables aux maladies encouragées par l'environnement marécageux humide et les crimes perpétrés les uns contre les autres. L'hiver 1609-1610 de notre ère est connu comme le temps de la famine car, à mesure que les réserves s'épuisaient, les gens mangeaient des rats et d'autres vermines, puis des chiens, puis des chevaux, et enfin les cadavres des morts. Un colon - qui a ensuite été exécuté - a même tué et mangé sa femme.

Un troisième navire de ravitaillement, commandé par Sir George Somers (l. c. 1554-1610 CE) était censé les avoir atteints avant qu'ils ne rencontrent des problèmes, mais son navire, le Aventure en mer, a fait naufrage dans un ouragan au large des Bermudes. Somers et son équipage - qui comprenait Newport, John Rolfe, Sir Thomas Gates et Stephen Hopkins (l. 1581-1644 CE, plus tard de l'expédition Mayflower) - ont construit deux nouveaux navires aux Bermudes et sont arrivés à Jamestown en mai 1610 CE. Gates a pris le contrôle de la colonie - dont la population était passée d'environ 500 à moins de 150 - mais a estimé que la colonie n'était tout simplement pas viable. Il a ordonné aux gens de monter à bord des navires et d'abandonner Jamestown et ils remontaient la rivière James lorsqu'un autre navire, transportant Lord De La Warr, est arrivé et a annulé l'ordre que tous les navires retournent dans la colonie et que les passagers débarquent.

De La Warr, Rolfe et Dale

Dans une lettre à la Virginia Company composée peu de temps après son arrivée, De La Warr écrit qu'ils ont trouvé la colonie dans un état déplorable, apparaissant "plutôt comme les ruines d'une ancienne fortification que comme le fait qu'un peuple vivant pourrait maintenant l'habiter" (Neill, 39). De La Warr ordonna à Somers de retourner aux Bermudes pour se ravitailler, puis réorganisa la colonie et confia l'administration de ses opérations à Gates. Les terres ont été arpentées et morcelées pour la culture et la politique de John Smith concernant le travail pour sa nourriture a été maintenue. De La Warr s'écarta cependant de la politique de Smith concernant les indigènes et institua des mesures plus sévères, déclenchant la première guerre de Powhatan (1610-1614 CE) qui tuerait plus de 400 colons.

Rolfe avait apporté avec lui un mélange de graines hybrides qu'il avait cultivé à partir de tabac espagnol et qui, selon lui, ferait bien dans le sol de Virginie. En 1611 CE, Rolfe a récolté avec succès sa première récolte qui allait devenir un succès commercial en Europe. Jamestown n'a pas seulement été sauvé par la récolte de tabac, mais a prospéré. La même année, Sir Thomas Dale arriva avec plus de fournitures, de colons et de bétail et institua d'autres lois. De La Warr est tombé malade en 1613 CE et a remis son autorité à Sir Samuel Argall (l. c. 1580-1626 CE), partant ensuite pour l'Angleterre.

Dale a été chargé par la Virginia Company d'établir une colonie pour se défendre contre les Espagnols et a compris qu'il fallait plus de terres et de meilleures terres pour la culture du tabac. Il établit une nouvelle colonie, Henricus (du nom de son bienfaiteur, Henry, fils de Jacques Ier), en amont de l'ancienne colonie. Parallèlement, des efforts évangéliques étaient en cours pour convertir les membres de la Confédération Powhatan au christianisme, et Dale a établi un collège à l'extérieur d'Henricus pour poursuivre leurs études ainsi qu'un hôpital - la première école anglaise et institution médicale en Amérique du Nord.

En 1614 CE, John Rolfe était un homme riche avec une grande plantation et épousa Pocahontas nouvellement converti (qui prit le nom de Rebecca) qui mit fin à la première guerre de Powhatan. Alors que de plus en plus de terres étaient défrichées pour le tabac, le bétail et la colonisation, les Powhatans ont été repoussés de plus en plus loin des voies navigables qui avaient toujours été leur moyen traditionnel de subsistance et de voyage, mais le mariage du riche Rolfe avec le noble Pocahontas a maintenu une bonne relations entre les tribus indigènes de la Confédération Powhatan et les immigrants.

En 1616 CE, Rolfe emmena Pocahontas et leur jeune fils, Thomas Rolfe (l. 1615-vers 1680 CE), en Angleterre pour ce qui équivalait à une tournée de relations publiques pour la Virginia Company afin d'encourager de nouveaux investissements dans la colonie. Pocahontas a été bien reçu et est devenu une célébrité nationale mais est décédé en 1617 de notre ère juste avant leur retour. Le chef Wahunsenacah mourut peu de temps après, et Opchanacanough assuma la direction de la confédération de Powhatan à peu près au même moment où la Chambre des bourgeois était convoquée pour adopter des lois concernant les colonisateurs des anciennes terres de Powhatan.

Guerres de Powhattan, servitude et rébellion

Les guerres de Powhatan peuvent être comprises comme des engagements périodiques commençant en 1610 CE, lorsque Jamestown a commencé à s'étendre, et se terminant en 1646 CE, lorsque Opchanacanough a été abattu dans le dos, alors qu'il était prisonnier, et tué. La rencontre la plus importante est le soi-disant massacre des Indiens de 1622 de notre ère, lorsque Opchanacanough a organisé la confédération dans une attaque coordonnée qui a tué plus de 300 colons et détruit la colonie de Henricus. James I a annulé la charte de la Virginia Company par la suite en 1624 CE et a pris le contrôle direct par le biais d'une charte royale. Une longue palissade a été construite par les colons marquant une frontière entre leurs terres et celles des Powhatans et une trêve a été décrété en 1626 CE, établissant une paix précaire.

Peu de temps après le succès de la première récolte de tabac de Rolfe, des serviteurs sous contrat ont commencé à arriver à Jamestown. Il s'agissait de personnes qui ne pouvaient pas se permettre de réserver un passage vers le Nouveau Monde et qui ont donc signé un contrat connu sous le nom d'acte appelé ainsi parce qu'il était déchiré ou coupé avec des indentations « dents » à travers le centre et chaque partie en gardait la moitié, les deux pouvaient être mis ensemble plus tard pour prouver l'authenticité. Les serviteurs sous contrat acceptaient de travailler pendant un certain temps (généralement sept ans mais parfois quatre) et recevraient ensuite une parcelle de terrain. Les premiers Africains sont arrivés dans la colonie en 1619 de notre ère mais, comme l'esclavage n'était pas institutionnalisé en Amérique du Nord à cette époque, ils semblent avoir été traités de la même manière que les serviteurs sous contrat. Le chercheur David A. Price précise :

Bien qu'il soit tentant de supposer que ces premiers Africains enregistrés en Amérique anglaise étaient également les premiers esclaves, il existe des preuves pour suggérer qu'ils ne l'étaient pas. Ils ont peut-être plutôt eu la position légale de serviteurs sous contrat, comme beaucoup de nouveaux arrivants blancs, éligibles à la liberté après avoir terminé une période de service. (197)

Cette dynamique a changé en 1640 de notre ère lorsqu'un serviteur noir sous contrat nommé John Punch a refusé de remplir son contrat et a quitté le service de son maître avec deux serviteurs blancs. Les trois ont été capturés et rendus et, alors que les deux serviteurs blancs n'ont vu leur peine de servitude prolongée que de quatre ans, Punch a été condamné à rester esclave à vie. En 1661 de notre ère, l'esclavage serait institutionnalisé en Virginie et les colons noirs ne seraient plus considérés comme les égaux des blancs.

Conclusion

Selon les termes de la servitude sous contrat, de plus en plus d'anciens ouvriers étaient devenus eux-mêmes propriétaires fonciers. Les terres de ces derniers propriétaires étaient cependant plus à l'intérieur des terres et considérées comme de moindre valeur que celles de la côte, et plus vulnérables aux attaques des indigènes dont les maisons traditionnelles étaient envahies par de plus en plus de colons. L'un de ces derniers propriétaires terriens, Nathaniel Bacon (l. 1647-1676 CE), a soulevé une révolte (Bacon's Rebellion) en 1676 CE, exigeant le massacre ou la relocalisation des Amérindiens dans la région et le renversement du gouverneur William Berkeley (l. 1605 -1677 CE) dont il prétendait que l'administration était corrompue en faveur des propriétaires fonciers côtiers plus âgés et des indigènes.

Bacon et ses partisans ont brûlé Jamestown, forçant Berkeley et ses partisans à fuir la ville, mais avant qu'il ne puisse faire plus, il est mort de dysenterie et la rébellion a échoué. La révolte a mis fin à la servitude sous contrat, le besoin accru de main-d'œuvre a encouragé le commerce des esclaves et les Amérindiens se sont encore vu refuser les droits fonciers et civils. Jamestown was rebuilt but, when the statehouse accidentally caught fire again in 1698 CE, the colonial capital was moved to the area known as the Middle Plantation, later Williamsburg, and Jamestown was eventually abandoned. Its legacy continued, however, as more slaves were brought from West Africa and more of the Native Americans were forced from their land into reservations to make room for more colonists pursuing the same American dream that had drawn the first to the land of plenty.


It would also be useful if they could stay fit, healthy and alive

No small undertaking for a group of people whose number was not much above one hundred.

They were not a group of people chosen at random, many came with specific skills suited to the purpose. About a third of them were skilled workers who would be needed both on the voyage and when they arrived. Carpenters such as William Laxon or blacksmiths such as James Reed. Who would cut your hair or amputate your leg if need be? Why that would be barber Thomas Couper. A priest was needed to say prayers for the dead and Robert Hunt stood up for this role. A labouring force would also be required. The rest of the settlers were made up of gentlemen, one wonders how the aptly named Captaine Archer fared? Find out more names in the list here.

The expedition finally set sail in three small ships, the Discovery, Susan Constant et Godspeed in December 1606, with around 140 colonists bound for Virginia. The ships left the Port of London but due to adverse weather conditions they were delayed. The River Thames often froze in the winter during this period.

Christopher Newport was the captain in charge of the three ships, he and John Smith clashed during the voyage and lucky for him, Smith only escaped being hanged for mutiny, when sealed orders were opened that named him one of the leaders of the new colony.

The search for a suitable site for the new colony ended on May 14th 1607, when the Virginia Company explorers landed on a small peninsular of land on the banks of a river some 45 miles from the Atlantic Ocean and entrance to the Chesapeake Bay. They named their new town Jamestown, in honour of King James I.

Of the first colonists who landed in April 1607, only thirty-eight survived the winter. They struggled on all fronts, shelter, food and disease.

They were not defeated though and more and more colonists crossed the seas. In the first fifteen years, 10,000 settlers left England but it is thought only 20% of these survived. They first months of the colony were chronicled by John Smith, Edward Wingfield and George Percy.


Jamestown Colony

1854 image of the ruins of Jamestown showing the tower of the old Jamestown Church built in the 17th century

Joint-stock companies in England had tried numerous times to establish a colony in North America. It was no sure thing that Jamestown would be the first.

Jamestown was a settlement founded by the Virginia Company of London, a joint-stock company named for Elizabeth I – the “virgin queen” – that had been given a monopoly by King James I. They departed England in 1607 with three ships, stopping in the West Indies before proceeding on to the Chesapeake Bay. They first made their settlement on an island, but found it too swampy and soon moved up the river they named the James. Their goal was to find silver and gold as the Spanish had done.

Early Troubles

They constructed the settlement of Jamestown, but many of the 500 colonists were “gentlemen” who were unaccustomed to physical labor. On top of that they had arrived too late in the year to put in a crop. Many of the original colonists “went native,” joining with the indigenous peoples of the region in order to survive. About ten percent of them died in the first few months and up to half were dead the following spring. By the “starving time” of the winter of 1609-10 only about 60 colonists remained alive and living in Jamestown.

The military leader of the original group was Captain John Smith who had instituted martial law the second year to get the settlers to put in a crop., but suffered a wound to the knee and was forced to return to England. The 1610 remnant population actually abandoned Jamestown briefly but soon encountered relief ships coming from England with supplies and more settlers. Among the replacements were Polish artisans whose skills included glassblowing, the first product exported by English colonists.

Le tabac

On a pass through the West Indies on the way to Virginia, John Rolfe had acquired a few pounds of tobacco seed. Europeans had had adequate time to become addicted to tobacco since the early Spanish colonists had sent the dried leaves back from the New World. This demand proved to be the lifeblood of the new English colony and new lands for the crop were needed. Further colonial expansion into the Indian lands exacerbated the rather tense relations between the two groups.

In order to alleviate these tensions, arrangements were made between the leader of the Powhatan Confederacy, the Algonquian-speakers who lived in the region, and the English colonists. Wahunsenecawh, the leader of the Confederacy whom the colonists called Powhatan, had a daughter known to the colonists as Pocahontas. This daughter was married to John Rolfe in order to cement relations between the English and the Confederacy in the Chesapeake.

During this period, the colony continued to grow its tobacco economy. Labor was obtained through the importation of indentured servants, usually indigent young men from England who had no prospects in the Mother Country and were willing to sign themselves into servitude, usually for a period of between three and seven years. To attract Englishmen of some means who were able to outfit a tobacco plantation, the Virginia colonists created the Headright System. For every member of a gentry’s household, the Virginia Company promised 50 acres if he could afford to set up a plantation. In this way, the colony expanded further onto Indian lands.

1619: A Significant Year

By the year 1619, the colony was established enough to form a governing body. They formed the House of Burgesses for the purpose of self-governance in this country far from the organizing forces of King-in-Parliament. Also in this year, it was acknowledged in the Mother Country that the ratio of men to women in Virginia had reached 5:1. In response, a ship with a “cargo” of women was dispatched to Jamestown where they were sold for 120 pounds of tobacco each. Also in 1619, a Dutch slave ship sold over 20 African slaves at the dock, the first in English North America.

Conflict with Indians

Members of the Powhatan Confederacy, of which the main group were the Pawmunkeys, had saved the lives of the colonists in the early days. Since then, the John Rolfe – Pocahontas marriage had maintained an uneasy peace. Pocahontas, whose real name was Matoaka, had gone to England with Rolfe, where she was trussed up in English clothing and shown about the Court and aristocratic circles of London. During this trip she contracted an Old World disease and died in England at the age of 17. Her father, Wahunsenecawh, died soon afterward.

The leadership of the Confederacy fell then to Opechancanough, the brother of Wahunsenecawh. The new leader did not care for the English and wanted to see them driven into the sea. The expansion of the plantations and the dismissive way many of the English treated the Indians wore on Opechancanough and his followers. In 1622, the Indians attacked the outlying plantations and villages that had only recently been built. Several hundred English were killed and the remainder had to retreat to the garrison at Jamestown.

The English, however, were very good at warfare, and their counter-attack drove the Indians into the woods. The English sacked and burned their villages, killing many of the Confederacy and destroying their winter stores. In the broader view, this conflict began what has been called the “Indian Wars,” a centuries long conquest of North America by the English, their colonists, and subsequent generations of immigrants. King James I, fearful of losing control of the now-profitable Virginia Colony, declared it a Royal colony in 1624, thus ending the private venture. The colony grew as a part of the “plantation complex” of the British Empire, where staple crops were produced by slaves to create wealth for the planters.


Jamestown Colony - HISTORY

I write this especially for our Maoist brothers. While the US is commonly vilified as the bastion of capitalism, it is little known that the US too has tried communism. It was only when communism failed that property rights and capitalism took hold.

Let us go back into history and see what lessons America learned from its relatively short dalliance with Maoism much before the ‘great leader' himself was born.

The year was 1607. The first 104 settlers had arrived from Europe in Jamestown in the Virginia Tidewater region of the US in May. They found soil which was fertile beyond what they had seen in the lands which they had left. Fruits were abundant. Wild game such as deer and turkey were everywhere. There was no shortage of fish and other seafood. And yet within six months 66 of the original Jamestown, Virginia settlers had died. Only 38 survived.

Another 500 settlers were again sent to settle in Virginia in 1609 and within six months 440 of these too died by starvation and disease. This was called ‘starving time' and one eyewitness described it in English of those times, ‘So great was our famine, that a Savage we slew and buried, the poorer sorte took him up againe and eat him and so did divers one another boyled and stewed with roots and herbs.'

How could this be? How could there be such death and starvation amidst so much plenty of meat, fruits, and fish. The fault as the witness said lay not in the ‘barrenness and defect of the Countrie' but in the ‘want of providence, industry and government'.

What caused this lack of ‘industrie'? Were the Virginian settlers lazy and indolent? It could not be. People who were sent there were the chosen ones – the very best of men.

The problem was that all the men who were sent were bonded labourers. They had no stake in what they produced. They were bound by contract to put all they produced into a common pool to be used to support their colony as a whole. This was communism in its purest form. Everyone was supposed to work according to ability and take according to need.

As so frequently happens with present day government policies, the results were the opposite of what was intended. Since hard work was not personally beneficial for the settlers they responded by stopping work.

Phillip A. Bruce, a late 19th century US historian, wrote of the Jamestown immigrants, “The settlers did not have even a modified interest in the soil … . Everything produced by them went into the store, in which they had no proprietorship.” The result as Bruce wrote would be what anyone who has any knowledge of human nature would expect, men, even the most energetic, refused to work.

This is what happened in Mao's China and in Soviet Russia on a grand scale. In America a few hundred deaths stopped the communist experiment, in China and Russia, millions had to die before these nations abandoned the principles of Marx, Lenin, and Mao.

Jamestown changed course just two years later in 1611 with arrival of the ‘high marshall' Sir Thomas Dale from the UK. He understood the problem, freed the settlers by abrogating communal ownership. Each man received three acres of land and, other than a lump sum tax of 2 ½ barrels of corn, did not have to contribute anything to the common pool. The colony immediately began to prosper. It prospered because each individual directly benefited by his labour and knew that he would also bear the full consequences of any reduction in output. Private ownership and capitalism worked.

Communism doesn't work because it destroys the reward and work nexus. Communism doesn't work because the absence of property rights heralds the end of all incentive to produce. Communism doesn't work because humans do no wish to sacrifice themselves to the common good.

I do not know or care about the political philosophy of the Maoists. I would, though, like to know what their economic policies are going to be. Do they want to take back Nepal to what America experimented with almost 400 years ago? Nepal lags behind the US in economic development, but is it to be put back by four centuries?.


Faits et informations clés

GEOGRAPHIC INFORMATION

  • The Jamestown Colony was founded on the eastern banks of the James River.
  • While its location was chosen for being highly defensible against potential attacks, Jamestown was settled in a poor location the land was marshy and difficult to work on.
  • The Jamestown Colony was established in the middle of Paspahegh (a tributary of the Powhatan tribe) territory, leading to conflict with Native Americans during the time.

EARLY HISTORY

  • The first group of settlers arrived in Jamestown in May 1607.
  • Having arrived at their destination so late into the summer, the colonists were unable to plant crops to support themselves in their first year. This caused many of the first colonists to starve.
  • If starvation didn’t get to the Jamestown colonists, disease did. Because the colony was founded on a marsh, mosquitos carrying deadly diseases, like malaria, were rampant in their settlement, causing many colonists to get sick.
  • By the winter of 1607, only 39 of the 100+ colonists to originally settle in Jamestown were left alive.
  • The Virginia Company, still expecting to find gold in Jamestown, was disappointed with the lack of progress made by the colonists. They sent a list of outrageous demands with their first supply ship to the colonists, demanding the colonists pay for the expenses of their trip and supplies with gold and information.
  • John Smith, an early leader of the colonists, stood up to the Virginia Company and its investors, insisting they needed additional supplies and skilled workmen for the colony.
  • Between 1609 and 1610, the Jamestown Colony fell to chaos when John Smith was injured in a gunpowder explosion, leaving the colony to George Percy. Percy was unable to form stable relationships with the Native Americans, causing turmoil.
  • In addition to Percy’s incompetence, several supply ships bound for Jamestown became lost or wrecked in a hurricane on their trip to the colony, leaving the colonists without necessary supplies. This became known as the “Starving Period,” killing over 100 colonists.
  • During the Starving Period, many colonists began boiling shoe leather to eat it for food – some even resorted to cannibalism.

NATIVE AMERICAN RELATIONS

  • The Jamestown colonists had a strained relationship with the local tribes, having encroached on the land of the Powhatan Confederacy.
  • Members of the Native community attempted to move the Jamestown settlement off their land, but had little success.
  • In 1607, the Powhatan Confederacy captured the colonial leader John Smith and threatened to kill him over the land dispute between the natives and the colonists. Having survived this encounter, Smith attributed his safe return to the colony to the Chief’s daughter, Matoaka (better known by her nickname – Pocahontas), who he stated saved him from execution.
  • By 1610, the tensions between colonists and natives grew exponentially, initiating the Anglo-Powhatan War. The first part of the war would go on for 4 years.
  • During the Powhatan Wars, the Powhatan’s beloved princess, Pocahontas, was captured by the British and held hostage. She was never allowed to see her family again and was forced to convert to Christianity.
  • Pocahontas would later marry one of her captors, John Rolfe, bear him a son, and move back to England two years later only to die from illness.

COLONIAL SUCCESS

  • After the Anglo-Powhatan War, the Jamestown Colony would strike it rich by finding a cash crop they could grow for profit: tobacco.
  • Having found a successful money-maker for the colony, the Virginia Company began advertising for people to move to the colony under the headright system, promising them 50 acres of land if they were to move to Jamestown to begin farming.
  • Hundreds of people traveled to Jamestown as indentured servants, promising to work the land for a rich farmer for an agreed upon amount of years before earning their freedom to work independently.
  • Jamestown would later set up the first representative government in the colonies – the House of Burgesses, in 1619, to set up a colonial economy and preserve peace between the colonists.

Jamestown Colony Worksheets

This is a fantastic bundle which includes everything you need to know about Jamestown Colony across 20 in-depth pages. Ceux-ci sont ready-to-use Jamestown Colony worksheets that are perfect for teaching students about the Jamestown which was the first successful British colony to be established in North America.

Complete List Of Included Worksheets

  • Jamestown Colony Facts
  • Jamestown: The Not-Lost Colony
  • Jamestown Cause and Effect
  • Scrapbook Snapshot
  • Wanted: Indentured Servants
  • Pocahontas v. Disney’s Pocahontas
  • Letter Home
  • Wedding Bells
  • Picture Notes
  • Jamestown Colony: Fact or Fiction
  • Love, or…. Essai

Link/cite this page

If you reference any of the content on this page on your own website, please use the code below to cite this page as the original source.

Use With Any Curriculum

These worksheets have been specifically designed for use with any international curriculum. You can use these worksheets as-is, or edit them using Google Slides to make them more specific to your own student ability levels and curriculum standards.


Meet Real Women From Jamestown’s History

If you’re a big Jamestown fan like we are, you know that women played a significant role in colonial Virginia. Over the past three seasons, we’ve seen Alice, Verity, Jocelyn and other women of the colony navigate all sorts of political and personal challenges in the New World. But the Jamestown we see on the screen – with witch trials, assault, and some serious plotting – is still a romanticized version of the truth. So what was life really like for women in Jamestown? We dug into the history books to find out more.

Patsy Ferran as Mercy and Naomi Battrick as Jocelyn. Mercy and Jocelyn share a last moment together before the wedding

We know the show is based on true history. After the first group of male colonists landed in Virginia in 1607, the gender imbalance started to become a problem. Women were in high demand, so Jamestown’s leaders set up a marital immigration process to bring wives to the colony.

Leaving England for Jamestown allowed working-class Englishwomen to avoid a life of domestic service in their home country. It turns out that female colonists enjoyed freedoms that they probably would have never gotten back in England. Unlike on the show, women were usually given the honor of choosing their husband after they arrived. Once a woman chose her new husband, the man would pay back the Virginia Company and cover the costs of getting her to the New World in the form of “good leaf” tobacco – leading to the term “tobacco wives.”

Women who came to the colony could become landowners themselves, and if they become widows – as we've seen with Jocelyn – they were allowed to inherit substantial amounts of land which made them economically independent and gave them the option of choosing not to re-marry. What a novel idea!

Of course, English women were not the only women in Virginia at this time. Colonists encountered Native Americans, and captured Africans arrived in 1619 and were forced into servitude.

Here are some stories from real-life women in colonial Virginia.

Temperance Flowerdew Barrow Yeardley West
Temperance is one of the only characters from Jamestown based on a real person. Now, this was one tough woman! She arrived in Jamestown after a treacherous voyage from England, just ahead of the “Starving Time,” a harsh winter in which 80 percent of Jamestown’s colonists died. But Temperance survived – and thrived. Her husband from England died in 1613 and she went on to marry George Yeardley, future governor of Virginia. And (possible spoiler alert!) when George died and left her land in his will, Temperance became one of the wealthiest women in all of Virginia.

Claire Cox as Temperance and Jason Flemyng as Governor Yeardley and Kalani Queypo as Chacrow

Cockacoeske, “Queen of the Pamunkey”
One of the reasons we love Jamestown is its inclusive representation of Native Americans on screen. After her husband died, Cockacoeske became the leader of the Pamunkey, one of the remaining Powhatan tribes. Playing a crucial role in political negotiations between the English colonists and Indians, Cockacoeske managed to protect her tribe from future attacks. She met with colonial leaders, including Governor William Berkeley, and signed the Treaty of Middle Plantation, which gave the tribes legal protections under Virginia’s Royal government.

Anne Burras
Anne was venturing into the unknown when she arrived in Jamestown in 1608 at just 14 years old. Like Mercy, she came as a maidservant – but that all changed when her mistress died. Just two months later, Anne took part in the first known marriage in the colony when she married laborer John Laydon. Along with Temperance Flowerdew, her resilience helped her survive the deadly winter of 1609, and go on to flourish – she had four daughters in the colony.

Abiola Ogubiyi as Maria and Abubakar Salim as Pedro

Angelo
Angelo was the first documented African woman in the Jamestown settlement. Like Maria and Pedro, she arrived in 1619 from the Portuguese colony of Angola, and was originally bound for Mexico before her ship was intercepted in the Caribbean. The Africans were taken to Virginia and bought by wealthy English planters. Sadly, not much else is known about Angelo's life, aside from her being listed in official documents as a servant in the household of Capt. William Pierce in 1625.

Sarah Harrison
Sarah Harrison’s story shows that the independent streak of many of Jamestown’s women is surprisingly accurate. According to records, Harrison refused to comply with a key part of a marriage ceremony. When the officiant asked for her promise to “obey” her husband, Harrison supposedly said “No obey.” She repeated the response two more times, until the clergyman skipped over that part of the ceremony. We don't know about you, but we could see Verity doing the same thing!

Ann Jackson
Ann Jackson’s quest for a new life did not go as planned. She sailed for Virginia in 1621 in a group of 56 skilled women, hoping to join her brother, who was already living in the colony. Along with 17 other women, she was captured by Powhatan Indians in an attack on the settlement in 1622. She survived six years in captivity – but after her experiences in the new world, she would eventually return to England.

Digital Producer, creating news, food, history, and arts content and everything in between.


Voir la vidéo: Fin de la colonie de vacances LOPE 2014 des tous petits


Commentaires:

  1. Fitzgibbon

    Tout à fait juste! Je pense, quelle est la bonne idée.

  2. Dagul

    Entre nous, à mon avis, c'est une évidence. J'ai trouvé la réponse à votre question sur google.com

  3. Toren

    C'est le pouvoir !!!!

  4. Abraham

    Vous avez tort. Je propose d'examiner.

  5. Zahid

    Quelle question utile

  6. Teshicage

    À mon avis, vous avez tort. Je suis sûr. Je propose d'en discuter. Envoyez-moi un courriel à PM.



Écrire un message