Pourquoi Sparte s'est-elle retournée contre son allié Elis pendant la première guerre macédonienne ?

Pourquoi Sparte s'est-elle retournée contre son allié Elis pendant la première guerre macédonienne ?


We are searching data for your request:

Forums and discussions:
Manuals and reference books:
Data from registers:
Wait the end of the search in all databases.
Upon completion, a link will appear to access the found materials.

Selon le livre 28, chapitre 7 de l'Ab Urbe Condita Libri de Tite-Live, en 207 av.

Pourquoi Sparte se retournerait-elle soudainement contre son allié (tous deux alliés de Rome et de la Ligue étolienne) lors de la première guerre macédonienne contre Philippe V de Macédoine et la Ligue achéenne ?

De plus, pourquoi Philippe a-t-il décidé d'aider ses ennemis, les Eléens, en marchant pour affronter Machanidas ?


Le motif de Machanidas de Sparte pour attaquer Elis était presque certainement l'expansion territoriale, et faisait partie de l'avant-dernière tentative (en fin de compte futile) de ressusciter l'hégémonie spartiate dans le Péloponnèse.

Une dernière tentative de restaurer la « gloire » spartiate a été faite quelques années plus tard par le successeur de Machanidas, le tyran Nabis (gouverné de 207 à 192 avant JC). Cela a également échoué car Sparte, avec le reste de la Grèce, est devenue une partie des domaines romains en expansion.


Malheureusement, notre connaissance des Machanidas est limitée :

Qui était exactement Machanidas, ou comment il a réussi à atteindre le pouvoir, n'est pas clair - nos sources le qualifient de "tyran", mais comme Polybios est à l'origine de cette étiquette, cela ne nous dit rien sur la façon dont il était perçu au sein de Sparte. Il a peut-être été associé au jeune Pélops, il a peut-être été un mercenaire tarentin. Il aimait certainement les attributs du pouvoir, paradant dans un manteau pourpre, et il a certainement poursuivi les vieux griefs avec l'Achaïe, et a fait campagne activement, sinon toujours efficacement, contre la Ligue d'Achaïe.

Source : Daniel Stewart, 'De Leuktra à Nabis, 371-192'. Dans Anton Powell (éd.), 'A Companion to Sparta' (2018)

L'enfant Pélops (c.210 - 206 av. Tout comme le roi Cléomène III l'avait tenté quelque 15 ans plus tôt, Machanidas essayait presque certainement de réaffirmer le leadership spartiate dans la région. Il est arrivé au pouvoir en 209 avant JC, peut-être un peu plus tôt.

Quant au timing, Machanidas profitait probablement des circonstances. Les Romains, également alliés d'Elis, s'étaient retirés de la région après leurs attaques contre les Achéens et n'étaient donc pas en position immédiate pour empêcher Machanidas d'attaquer un allié :

Machanidas souhaitait certainement poursuivre une politique militaire active contre les ennemis désormais traditionnels de Sparte de la Ligue achéenne. Le moment était opportun, car les forces romaines surpassaient même la sauvagerie de Philippe dans leurs descentes sur les positions achéennes du Péloponnèse. Ainsi, probablement en 208, Machanidas non seulement récupéra le Belminatis toujours contesté, mais captura en réalité Tegea, attaqua Elis et, en 207, pénétra dans l'Argolide pour menacer Argos.

Source : Paul Cartledge et Anthony Spawforth, « Sparte hellénistique et romaine »

En soumettant Elis, il aurait placé cet État et ses ressources directement sous son contrôle plutôt que d'avoir simplement un allié qui pourrait changer de camp plus tard.

Philippe V est, de son côté, sous la pression d'États neutres (Egypte, Rhodes, Athènes et Chios) pour mettre fin au conflit car il perturbe les échanges. De plus, dans les années 220, il avait fallu les forces combinées de la Ligue achéenne et des Macédoniens sous Antigonous III Doson pour mettre fin à la tentative de Cléomène III de ressusciter le pouvoir spartiate. Il n'aurait pas échappé à Philippe V que Machanidas essayait d'imiter Cléomène III ; le roi macédonien avait assez de problèmes sur les bras sans avoir à faire face à une Sparte renaissante - mieux vaut arrêter le tyran avant qu'il ne devienne une véritable menace. Selon Tite-Live, ce n'était pas la première fois que Philippe V agissait pour dissuader Machanidas : les Achéens lui avaient demandé son aide en 209 av.

Il s'est avéré que Machanidas s'est dépassé ; les Achéens, qui avaient été battus à plusieurs reprises par Cléomène III dans les années 220, avaient organisé une reprise sous Philopoemen et avaient vaincu Machanidas à la bataille de Mantinée peu de temps après l'attaque spartiate sur Elis. En réalité, Machanidas n'a jamais eu une chance réaliste de ressusciter la souveraineté spartiate en Grèce. La Macédoine était beaucoup trop puissante, et même cela allait bientôt être repris par Rome.


Voir la vidéo: Première Guerre Mondiale S1: pourquoi la guerre sest-elle déclenchée?